Un peu de beauté

L'auteur n'a pas toujours roulé en Aston Martin. Il est ici au volant d'une Peugeot Darlmat, en 1950.

Bienvenue et longue vie au Roger Nimier Hussard Club!

De Mozart aux tam-tams

Sens de l’histoire, progrès et autres calembredaines tiennent lieu de superstitions aux fidèles de la vraie foi républicaine et moderne de 2014.

Malheureusement pour eux, la réalité est ce qui continue à s’imposer à vous quand vous cessez d’y croire comme le disait Philip K. Dick. Aujourd’hui, on apprend que des israéliens crament des gens vivants, des irakiens en crucifient, des français comvouzémoa tondent des femmes en place public, des congolais utilisent les pygmées comme des garde-mangers sur pattes et ainsi de suite.

Le monde est très clairement en train de désinventer la roue et il le fait à une vitesse sidérante. Tant que nous refuserons d’admettre que certaines cultures sont barbares et ne peuvent donc que produire de la barbarie, nous exposerons des plus ou moins innocents à la sauvagerie absolue que les hommes portent naturellement en eux. L’Occident avait quasiment mis fin à l’esclavage, aux crimes d’honneur, au sutty et autres joyeusetés multiculti qui sont en train de revenir par la fenêtre maintenant que nous ne croyons plus en nous.

En attendant de finir dans les poubelles de l’histoire ou comme un résidu de rêve mouillé sur les draps de l’humanité, faites attention à ceux que vous aimez, préparez vos catapultes et formez vos phalanges. La tempête arrive et personne n’est là pour la voir et encore moins pour l’arrêter.

Enrichissez nous!

Témoignage de la vie réelle:

Témoignage de xxxxxx, auxiliaire de puériculture dans une crèche de cité larmoyante. (encore une année et c’est fini olé !)
– Il fait 28°, belle journée de juin.
– Le petit (2 ans 1/2) Jean-François* porte sur lui un maillot de corps manches longues, un sous-pull et un pull par dessus.
– Question de Xxxxxxxxx au papa, pourquoi 3 épaisseurs cher monsieur, le temps permet de le mettre plus à son aise.
– Réponse du papa, wouahlahla non ! Surtout pas, ne pas perturber le rythme des ablutions du divin enfant, c’est à dire (accrochez-vous) on enlève une épaisseur de vêtement par jour, et quand il n’y en à plus, c’est la douche !
– Allah est grand !

* Le prénom a été changé.

2014 et le progrès

Pendant longtemps j’ai été surpris par les gens qui semblent être assez arriérés pour oser dire “c’est-y pas possible de voir/entendre des choses pareilles en (insérer la date)”.  Comme si, malgré toutes les preuves évidentes du contraire, la nature humaine changeait en fonction d’un facteur arbitraire comme l’année dans laquelle nous sommes.

Ca me donnait des envies de les transformer en potager à retourner à coups de bêche.

Ce matin, au détour d’une charmante conversation, j’ai enfin compris que ce n’était pas du tout une opinion mais simplement un mantra. Les semi mongoliens qui polluent l’air que nous respirons par leur simple présence répètent cette ineptie profonde de manière religieuse. Parce qu’ils ont besoin de croire, vraiment besoin, que demain sera meilleur qu’aujourd’hui, ils ânonnent ce cliché plus usé que l’œil de bronze d’un trav du bois de Boulogne en fin de carrière.

Cette expression représente ce que le sentiment religieux peut avoir de pire en terme de superstition. Je propose donc de les remettre dans le droit chemin en leur démontrant que demain est toujours pire qu’aujourd’hui mais que nous tenons parce que chaque jour nous épaissit un peu plus le cuir.

Votre progrès n’existe pas les enfants et même la roue peut être désinventée comme le prouvent avec tant de brio les enculeurs de chèvres afghans et le sauvage d’Irak.

Donc préparez-vous à être catapultés sans douceur si vous continuez à croire à cette notion absurde de progrès, ce qui est peut être mieux que de se faire retourner comme un potager… Vous voyez, c’est ça le vrai progrès, c’est technique, pas moral !

Pour la promotion des salles de boum dans nos villes

Dans le but légitime et républicain de promouvoir le vivrensemble harmonieux et doux comme le ventre d’un koala tout en permettant à tous nos amis francécomvouzémoi de pouvoir exprimer leur culture enrichissante, je propose l’ouverture de salles de boum. En effet, sur le modèle des salles de shoot qui permettent aux drogués de s’adonner à leur hobby dans de meilleurs conditions et de se sidaiser un peu moins, il me parait nécessaire d’offrir à nos compatriotes volontaires à l’explosion pré-soixantedouzeviergique, un endroit propre, sécurisé, festif et confortable où il pourront exprimer leur différence dans le respect de tous.

Lançons une pétition !

Faire rentrer une forme ronde dans un trou carré à coups de masse d’arme

C’est bien beau d’être farouchement antidémocrate et de considérer le suffrage universel comme la plus grande calamité qui ne se soit jamais abattue sur l’humanité, cependant il faut bien reconnaître que ça pose un très légèrement sérieux problème : la continuité du gouvernement.

En effet, c’est malheureux à dire, mais pour éviter guerre civile tous les 30 ans et autres écroulements politiques, il faut bien aussi reconnaître qu’on n’a pas encore inventé mieux que les élections sur le court terme. Alors oui je sais bien que la monarchie a fait ces preuves gnagnagna, cependant, avant qu’elle ne se mette à fonctionner correctement la monarchie à quand même un peu balbutié de ce côté-là pendant quelques siècles, et je ne parle même pas de sa relative incapacité à conserver l’intégrité du territoire en raison des héritages, mariages et autres joyeusetés.

A cela s’ajoute que les qualités qu’il faut pour prendre le pouvoir sont en général différentes, vois même opposées à celles qu’il faut pour l’exercer avec sagesse. Si un chien arrive un jour à attraper une voiture après laquelle il court, je doute qu’il arrive à l’utiliser correctement.

Donc que faire ? A part foutre le feu à tout en s’abimant dans la contemplation hypnotique du chaos, ce qui n’a qu’un temps.

On pourrait organiser des concours de catapultes ou de domptage de koalas, organiser des tirages au sort, des combats à mort avec pour seules armes des petites cuillères, des compétitions de furet dans le pantalon ou peu importe, mais rien ne me semble véritablement satisfaisant.

Toujours est-il que cette question est ma quadrature du cercle. Je n’arrive pas à emboîter toutes ces choses ensemble… Y a quéqu´chos´ qui cloch´ là-d´dans. J´y retourne immédiat´ment.

Explosion statistique

Je note que mon billet du matin sur "doit-on tout faire pour être heureux?" fait exploser mes statistiques. Ca me change des gens qui arrivent ici en demandant à google comment se replâtrer une fissure anale, ou si le koala est un fruit.

Donc je vais m’adresser directement à eux.

Yo, on flippe un peu les enfants? Remarquez je vous comprends. Le niveau est devenu tellement bas que si vous vous plantez, c’est que vous êtes vraiment des déficients mentaux. La pression est donc bien plus grande qu’à mon époque.

Détendez vous quand même mes lapins.

Doit-on tout faire pour être heureux?

C’est philo ce matin. Comme j’étais en L je vais m’atteler à l’un des sujets proposés à ces brillants élèves de voie de garage.

« Doit-on tout faire pour être heureux ? » donc.

Comme d’habitude en philo, on peut dire n’importe quoi du moment qu’on a défini les termes comme il faut.

Donc c’est quoi être heureux ? Vivre confortablement ou se battre pour une cause à laquelle on croit malgré les risques encourus ? Faut-il exister ou disparaitre pour être heureux ? Faut-il chercher l’harmonie avec les autres ou au contraire ne chercher que son épanouissement personnel ? Bref, d’un sujet de philo on peut en tirer autant que l’on veut que l’on traitera de façon péremptoire dans les définitions de l’introduction.

A l’époque, je me souviens que j’aimais beaucoup partir d’un lieu commun, proverbe ou autre bon sens populaire, expliquer ce que ça voulait dire dans ma première partie puis démontrer à quel point c’était absurde dans ma seconde.

Donc là j’aurais dit un truc du style « pour vivre heureux, vivons caché » ou «  le bonheur est dans le pré » blablabla. Comme si le bonheur était une petite chose fragile et fugace, qu’il faudrait protéger jalousement comme un verre en cristal et pour lequel il faudrait œuvrer sans relâche.

Puis je serais parti sur le fait que le bonheur n’est en fait qu’affaires d’accords. Si on vit en accord avec ses principes on est heureux. Ce n’est pas facile, pas forcément plaisant mais c’est comme ça. La vie est faite de micro choix permanents. On peut choisir ceux qui sont faciles et qui laissent un peu d’amertume au fond du cœur, ou ceux qui nous semble naturels et vers lesquels on penche. Si je vois un koala tout triste au bord de la route, je peux choisir de passer mon chemin parce que si ça se trouve c’est un drogué qui va me poser des problèmes et que je vais être en retard à un rendez-vous, ou je peux m’arrêter et essayer de l’aider. Un seul de ces 2 choix fera vivre en harmonie mes aspirations et mon quotidien.

Par conséquent, il n’y a en fait rien à faire pour être heureux à part se laisser aller à faire ce en quoi l’on croit.

Et voilà !

La mauvaise éducation comme norme élitiste

Je me souviens d’une époque où la France était encore le pays de la bonne éducation, de la culture et ainsi de suite.

Aujourd’hui nous avons pour nous représenter des ploucs immondes qui se font accompagner de porteurs de parapluies, s’asseyent avant la Reine d’Angleterre à table et se comportent globalement comme des porcs l’étiquette des bonnes manières en moins.

Sarkozy était un vrai vulgaire qui savait qu’il existait une façon de se tenir mais semblait incapable de la respecter. Hollande ne semble même pas être au courant.

Rien que pour ça ils mériteraient tous de passer en cour martiale en mode « de quoi le coupable est-il accusé ». Ils nous trahissent sur tout, tout le temps et ça commence à me courir sur le haricot modèle prestige.

Ils sont tellement bouffis de matières fécales que si on leur administrait un lavement, on pourrait ensuite faire tenir ce qu’il resterait d’eux dans une boite d’allumettes. On ne peut même pas dire d’eux qu’ils sont de la merde dans des bas de soie vu qu’ils sont fagotés comme l’as de pique pour faire peuple.

Je n’ai pas l’impression de les aimer de plus en plus…

Guess who’s back…

Woland:

Oueurdpraisse m’annonce qu’aujourd’hui serait le 6ème anniversaire de ce blog… Donc bon anniversaire à lui! Quand je pense que ça fait plus de 9 ans que je blogue… http://woland.blogmilitant.com/index.php?post/2006/06/05/bonjour-a-tous

Originally posted on Brèves 3.0:

Craquements de doigts. Corps lourd qui s’ebroue pour sortir de sa torpeur. Yeux encore a demi fermes…

Oyez, oyez bonne gens, Woland est de retour.

 

Oui je suis de retour parce que je n’en peux plus de laisser des bribes de pensees chez les autres. Je suis de retour parce qu’il est trop facile de gueuler sans apporter sa pierre a l’edifice. Je suis de retour parce que j’ai de nouveau de l’acide au bout des doigts.

Ces derniers temps j’ai beaucoup lu d’autres blogs, comme celui-ci, celui-la et puis ca et ca et bien sur ca et bien entendu ca. Des bons et des moins bons. Mon gigantesque ego me permet de croire que j’ai encore ma place, vieil ours de la soit disant "reacosphere" au milieu des jeunes loups.

 

Je ne vais leur apporter aucune sagesse… Au contraire. Il est temps de…

Voir l'original 21 mots de plus