Munich 2017

Résultat de recherche d'images pour "turner"

Nous avons abandonné notre capacité à choisir. Ce n’est évidemment pas arrivé d’un seul coup alors qu’on graissait nos catapultes ou que l’on brossait nos koalas. Non ça a été bien plus insidieux. Un doigt bien graissé après l’autre plutôt que la matraque dans le fion d’un seul coup.

Depuis les fameuses trente glorieuses, nous avons cru que l’essor de la technique nous mettrait à l’abri des problèmes et qu’une bande d’experts pourraient nous emmener vers les champs de la félicité sans que nous ayons le moindre effort à faire. Laissons faire les spécialistes et récoltons les fruits. Comme si mettre une blouse blanche à un tocard en faisait un médecin digne de la plus haute confiance. Nous pensions être les maquereaux d’une belle bande de putains motivées, affamées et bigrement douées.

Nous commençons seulement à réaliser que c’est notre cul qui est loué pour subvenir à leurs besoins et qu’ils nous menacent d’abattage dès que nous nous montrons un peu récalcitrant pour cause d’hémorroïdes ou de fatigue. Et puis nous avons aussi droit au « de quoi est-ce que vous vous plaigniez alors qu’on en fait venir de nouveaux pour faire ce que vous ne voulez plus faire? ». C’est vrai après tout, on n’est pas les plus mal lotis alors on peut s’en contenter pas vrai?

Le problème c’est que dans notre cave, la nuit, les nouveaux s’enhardissent. Ils savent bien qu’ils peuvent encore grimper un échelon s’ils nous plantent leurs crampons au bon endroit. Il serait absurde de leur en vouloir. Ils obéissent à leur nature alors que nous avons fait tellement d’effort, à grand renforts de psys, d’écoles, de télé, de magazines féminins et d’agenouillements pour oublier la notre.

Nos experts, eux sont au chaud et en sécurité. Ici, ailleurs, peu leur importe puisqu’ils ont un confort supérieur au notre et les moyens d’aller là ou l’herbe est juste un peu plus verte.

Les 30 deniers de Judas über alles et pour toujours. Il ne faut pas leur en vouloir non plus. C’est aussi dans leur nature. A nous d’apprendre à les remettre à leur place.

Ne vous y trompez pas, ils ont le déshonneur mais nous aurons la guerre.

Guerre civile et joie mauvaise

Résultat de recherche d'images pour "le désert des tartares"

Quand j’entends parler des émeutes, quelque chose en moi se réjouit toujours. C’est on ne peut plus malsain. Des gens risquent de mourir et voient leur propriété être détruite par une bande de décérébrés incultes.

Est-ce parce que j’envie ceux qui osent passer à l’acte? Est-ce parce que j’espère que ça mettra enfin le feu aux poudres? Est-ce parce que je suis heureux de voir que « j’avais raison! »? Est-ce parce que ça m’emmerderait que tout se passe bien? Difficile à dire. C’est un peu honteux en tout cas., mais je fais avec.

En un temps où on veut emmurer la tour Eiffel pour mettre les touristes à l’abri pendant que tout ceux qui sont en dehors des bons cercle continuent à risquer leur vie en prenant le métro ou en se promenant dans la rue, on sait que tout va mal se finir et il est rassurant de voir que les choses se déroulent selon une certaine logique.

Je ne pense pas que la plupart des gens désirent plus ou moins consciemment la guerre civile parce qu’ils se voient comme des guerriers de l’espace capables de bouter l’allogène hors de France telle une Jeanne d’Arc 2.0 mais en moins pucelle parce qu’il ne faut pas déconner non plus. Je crois que la guerre civile à ceci de positif qu’elle fait sortir de nouveaux talents. On peut penser ce qu’on veut de Robespierre ou de Danton mais ils étaient d’illustres inconnus avant de prendre le pouvoir.

Nous le savons au fond de nous. Nous sommes dans le mur et attendre que le conducteur nous autorise à donner notre avis avant de torcher le cul de son remplaçant désigné avec n’est plus tout à fait satisfaisant.

Face au ramassis de nullités crasseuses et vaporeuses qui nous sont présentées comme les seuls choix possibles, la guerre civile semble être l’unique moyen d’avoir de nouvelles têtes par lesquelles nous nous ferons tromper avec la joie et l’excitation de la nouveauté.

Bref, comme Drogo nous attendons comme des glands. La différence avec lui c’est qu’en théorie nous sommes encore en théorie assez libres pour agir sur le monde. Dommage que nos vies soient si confortables.

 

Flics ou Théo?

place vendome paris

                                         Je suis l’anus de Théochose

D’abord et avant tout, je trouve répugnant et grotesque que Théo ne soit connu que sous ce nom. Parce que ça veut dire Dieu et que ce jeune homme ne ressemble pas exactement à un dieu sous nos latitudes. Ensuite parce que cette infantilisation du monde qui consiste à nommé tout le monde par son prénom comme si on avait peigné les girafes ensemble devrait rendre hystérique toute personne même vaguement normale.

Poursuivons, on a un type dont on ne sait rien, à part que son trou de balle a été limé à la matraque à ressort et que ce n’est pas suffisant pour le rendre a priori moins antipathique, et des flics dont on ne sait rien non plus si ce n’est qu’ils ont une tendance à tabasser les gens en visant l’entrefesse et qu’ils sont au service d’un gouvernement et d’un état hostiles à leur population ce qui ne les rend pas particulièrement sympathiques non plus. Entre les deux mon cœur ne balance nullement. Je suis à la fois contre l’un et contre les autres.

Je trouve tout aussi un peu dégoutant ceux qui prennent la défense de celui qui est présenté comme une victime que ceux qui se rangent du côté de la police qui a toujours montré qu’elle ne serait jamais avec nous.

On veut nous forcer à faire des choix en permanence. Théotruc ou flic. Fillon ou Canard Enchainé. Francis ou l’Eglise. Compassion ou haine. Porno ou abstinence. Poire ou fromage. On veut nous faire croire qu’accepter l’un et l’autre ou refuser l’un ou l’autre serait une incohérence.

Pourtant, je vous le dis, certains d’entre nous ont assez de haine pour tous. Dans cette affaire, je suis avec eux. Qu’ils aillent tous s’asseoir sur des tonfas à picots.

Les fascistes le font mieux

Hier j’ai découvert le concept de « véganohobie ». D’après ce que j’ai compris c’est, comme toutes les phobies de type modernes, le fait de manifester un désaccord avec quelque chose qui vous tient vraiment vraiment à cœur.

Vous ne voulez pas chanter « qui ne saute pas n’est pas djihadiste »? Vous êtes islamophobe. Vous rechignez à l’idée de vous faire enfiler le troufignon par un beau black? Vous êtes homophobe et mélanophobe. Vous ne pensez pas que tout, tout le temps à rapport au sexe? Vous êtes lgbtqitpznfphobe.

Cela rend les progressiste particulièrement répugnants. Ils passent leur temps à se prendre pour Jean Moulin, Martin Luther King, Mandela, Gandhi passés au mixer et recomposés en homoncules antiphobes dûment subventionnés par les impôts de ces sales mâles blancs hétéros et cis.

La position de victime manque diablement de distinction. Elle donne envie de rouler sur les gens avec un rouleau compresseur jusqu’à ce que leurs intestins leurs ressortent par la bouche.

La moindre contradiction est pour eux une agression équivalente à un coup de matraque dans l’oignon façon Théo, qui ne peut être pardonné que si, volontairement, vous vous chiez dans les mains puis vous mettez à applaudir frénétiquement à toutes leurs fantaisies qui vont tellement plus loin que la parodie que les personnes normales ne savent plus quoi en dire.

Les seules personnes vraiment discriminées systématiquement que je connaisse sont les fascistes. Se reconnaitre comme tel est l’équivalent d’une mort sociale certaine. Pourtant je n’en ai jamais entendu un s’en plaindre. C’est sans doute parce qu’ils essaient d’honorer l’une de leurs devises: « Molti nemici, molto onore. »

C’est quand même nettement plus élégant.

Pénélope (ra)tisse large

Horreur et consternation! Pénélope Fillon aurait un peu profité du système en faisant semblant d’être l’assistante de son parlementaire de mari.

Cela fait d’eux des profiteurs certes, mais des profiteurs de modèle parfaitement courant. En effet, faire en sorte que ça reste dans la famille, comme disent les incestueux avec de l’humour, est parfaitement traditionnel dans notre belle république pleine de valeurs. On peut d’ailleurs se demander pourquoi le Canard Enchainé décide de lâcher cette info sur Fillon alors qu’elle concerne tant de nos kleptocrates. En fait non, on sait très bien pourquoi ils font ça.

C’est très triste, mais c’est comme ça. Le nombre de pourriture au sein de nos élus est exactement équivalent à celui de la population générale, seulement nos élus ont plus de moyens de « profiter » de l’argent public.

J’espère que ça va vous aider à comprendre que Fillon n’est pas l’homme providentiel que vous attendez. Macron ne l’est pas non plus, Mélenchon non plus et Le Pen non plus. Et Cincinnatus n’est pas disponible.

Vous êtes seuls et l’état est devenu l’ennemi. Tirez-en les conclusions qui s’imposent et arrêtez de vous comporter en enfants qui espèrent que leurs mères avec le syndrome de Münchhausen par procuration ne les empoisonnent pas trop cette fois-ci.

 

 

Conspiration facile avec les résultats du PS

Le spectacle grotesque que nous offre le PS a tous les avantages des jeux paralympiques sans aucun des inconvénients. Il est toujours bon de se moquer des handicapés qui essaient de faire des choses trop difficiles pour eux.

Mais passons sur mes petites perversions et attaquons nous à ce que peut bien signifier le trucage des chiffres de leur primaire pour trisomiques.

On peut toujours considérer que c’est le simple fait d’incompétents notoires qui ne seraient pas capables d’organiser un viol dans une cave de cité.

On peut aussi croire qu’ils ont gonflé les chiffres afin de tenter, vainement, de faire croire au monde que le PS existe encore comme les vieilles peaux qui se la font tirer dans l’espoir de conserver une beauté depuis longtemps disparue et qui se rendent hideuses au passage.

On peut aussi avoir une vision plus créative des choses, et se demander si le fait d’injecter de la connerie dans les chiffres pour les faire gonfler comme des poulets chinois ne cache pas quelque chose de plus sinistre. Par exemple, on pourrait très bien imaginer qu’en bourrant les urnes comme une pute en phase d’apprentissage, ils pourront justifier de plus d’argent qu’ils n’en auront réellement récolté ce qui permettrait un joli blanchiment de fonds bien cachés, ce qui est toujours bien utile en ces temps difficiles.

Bien entendu, tout cela ne sont que des suppositions vu l’honnêteté absolue dont ont toujours faire preuve les caciques du PS.

Léger mécontentement

Roland Giraud et Thierry Lhermitte dans Papy fait de la résistance (Jean-Marie Poiré, 1983)

 

 

 

 

 

 

Lundi 9 janvier 2017. J’arrive au travail, m’installe derrière mon bureau, regarde mes mails puis ouvre le site internet du figaro, journal de référence du peuple de droite. En « une », nous avons droit à une histoire sur une actrice prétentieuse et juste en dessous quelque chose sur le saucissonnage d’une starlette au gros fion.

C’est vrai qu’il ne se passe rien dans le monde. Pas une petite guerre, pas une petite découverte scientifique, pas d’histoires économiques, rien. Donc on a le temps de s’intéresser à ce qui arrive à des singes savants qui seraient bien plus divertissant si on pouvait leur jeter des cailloux.

Je ne pense même pas qu’il faille particulièrement aux journalistes de nous abaisser  aussi consciencieusement. Ils vendent ce que les gens achètent. Et c’est exactement pour cela qu’il va falloir envoyer tout ce petit monde en camp de travail. Je pense que ce sera mieux pour tout le monde. Ils se sentiront en sécurité et les adultes pourront réfléchir au calme pendant ce temps là. On passera aux petites pilules au cyanure s’ils ne sont pas sage vu que donner la fessée aux enfants est désormais interdite.

Jacqueline ensauvage la société

Il y a quelque chose d’assez rigolo dans la lecture des réactions suite à la grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage. Cette bonne dame qui arrive selon certains à se retrouver en légitime défense sans qu’aucun des critères d’icelle ne soit présent. Les cœurs meurtris, et ceux qui veulent se faire passer pour des humanistes, clament que justice a enfin été rendue. Ceux qui font profession d’être raisonnables crient au scandale absolu, alors qu’en général les mêmes expliquent en long, en large et en travers les sévices qu’ils feraient subir à quiconque toucherait l’un des cheveux d’un de leurs êtres aimés ou prennent fait et cause pour tel ou tel patron de bar ayant abattu un braqueur dans le dos.

Bref, tout le monde est bien à sa place, au chaud dans sa case où il peut reconnaitre ses semblables. C’est rassurant et c’est douillet.

Bien entendu, pas un pour dire ce qui pourtant saute aux yeux: tout cela est du divertissement. Il s’agit presque d’un cas d’école. Un plouc zigouille un autre plouc. Pour une raison indéchiffrable, quelques célébrités dont personne n’a entendu parler se saisissent du fait divers. Les journalistes relaient parce que c’est la marée basse en termes d’information ce jour-là et hop, on a un grand débat national entre la poire et le fromage. De quoi animer votre soirée du 31 entre deux coupes de roteuse et trois postillons de calendos.

Pendant ce temps, on a des centaines de viols et d’homicides en France, mais on n’en parle pas. Des quartiers entiers où la Force Publique ne peut plus foutre les pieds. Un niveau d’instruction de plus en plus inquiétant. Ils ne jouissent pas du bon angle, du coupable assez « bankable » et en gros tout le monde s’en tamponne le coquillard avec une queue de cerise. Nous sommes devenus des chiens de Pavlov, réagissant au bruit de clochette.

Je ne sais pas s’il y a de quoi être ben fier… Mais ça fait passer le temps et ça vend du papier jusqu’au prochain attentat ou l’arrivée de l’homme providentiel, ou un chaos encore un peu plus sombre. Le voyage au bout de la nuit, c’est vraiment nous qui le faisons.

Lagarde et le terrorisme à Berlin

Attentat de Nice: Au moins 50 enfants parmi les blessés

Il est intéressant de constater comment, en ces temps aussi troublés qu’un agenré devant sa garde-robe mixte un matin de gueule de bois, les informations peuvent se caramboler.

Hier nous apprenions que Christine Lagarde était coupable mais pas responsable d’avoir dilapidé l’argent public. Quelques heures plus tard, un membre de l’association des loups solitaires musulmans amalgamé écrasait des gens avec un camion au milieu du marché de Noël de Berlin.

Quel rapport allez-vous me dire? C’est pourtant simple. Les salopards qui ont fait profession de diriger nos vie sont coupables de se tenir debout sur nos têtes après nous avoir enfoncé dans de la bouse fétide mais ils ne sont jamais responsables de rien. Ils ont supprimé les frontières, nous ont expliqué qu’on était des grosses guenons velues de ne pas accueillir des clandestins, qu’ils ont rebaptisés réfugiés, à bras suffisamment ouverts, ont dépensé tout notre argent et bu tout notre whisky mais le pire qu’il puisse leur arriver c’est de devoir passer des retraites dorées allongés sur des matelas de pognons bien confortables.

Merkel, Sarkozy, Hollande, Obama, Lagarde et compagnie sont directement coupables de la mort de leur concitoyens. Le marché de Noël de Berlin existe depuis grosso merdo 700 ans et il va désormais devoir avoir lieu derrière des grilles et sous surveillance policière. Chaque vestige de notre civilisation, église, mairie, école, doit aujourd’hui être surveillé et protégé. Nous recréons des milliers de frontières à l’intérieur de nos pays au lieu de les mettre à leur place. Comme des drogués qui pensent que la félicité et la paix viendront avec la prochaine dose, nous continuons à faire rentrer des milliers d’hommes jeunes et hostiles tout en étant surpris à chaque overdose.

Pendant ce temps, comme des pantins désarticulés volant après chaque explosion, nous retournons demander à nos bons maitres de bien vouloir assurer notre sécurité alors qu’ils sont coupables et responsables, au moins moralement si ce n’est pénalement, de la situation dans laquelle nous sommes.

Ca nous rend aussi coupables et responsables. Tant pis pour nous, tant mieux pour eux.

Les seuls droits qu’on a sont ceux qu’on prend.

 

Alep est-elle tombée ou est-elle sauvée?

Je dois avouer ne rien comprendre à ce qu’il se passe en Syrie. Il me semble que c’est un cas classique de « ce sont des enculés, mais sont-ils nos enculés? »

Bref, ça me rappelle assez clairement la guerre en ex-Yougoslavie au cours de laquelle j’ai appris une des plus importantes informations qu’il y ait à savoir sur les médias: si ils sont tous d’accord, c’est qu’ils racontent n’importe quoi.

De plus toutes les vidéos que nous voyons en provenance des « martyrs » d’Alep suscitent quelques questions, en particulier, comment des gens qui n’ont plus rien ont-ils encore assez d’électricité pour charger leurs téléphones et d’internet pour envoyer leur petits films d’adieux?

Au passage, on peut se demander aussi ce que les étrangers viennent foutre en Syrie et au nom de quoi est-ce que nous mettons nos gros nez velus dans leurs affaires? C’est leur histoire, leur révolution et leur contre-révolution.

Que le meilleur gagne.