Archives quotidiennes : 11 août 2008

le train sifflera trois fois

C’est parfois etrange a quel point on est persuade que sa propre culture est partagee par les gens qui vous entourent.

L’autre jour, autour d’une biere dans le bar du camp, on parlait des grands films de l’histoire du cinema et, a mon immense stupeur, aucun des gars n’avaient vu le train sifflera trois fois (high noon en anglais) pourtant classique parmi les classiques.

Alors, pour tous ceux d’entre vous qui ont eu des parents suffisamment irresponsables pour ne pas vous coller devant ce film vers l’age de 8 ans comme moi, voici ce que vous aller louper si vous ne vous ruez pas tout de suite sur le moyen de votre choix pour louer/telecharger/acheter ce film.

Pour la faire courte, un sheriff local doit faire face au retour de 4 salopards de premiere categorie qui veulent se venger de lui. Le sheriff, vient de se marier et de prendre sa retraite. Il pourrait s’en laver les mains et se tirer avec sa petite femme mais il decide de rester et de se battre alors qu’il est abandonne par tous ses anciens amis qui l’implorent de quitter la ville.

Voila pour le pitch.

A part ca, il faut savoir que ce n’est pas un western classique, plein de cavalcades et de pistolets. C’est plus une tragedie grecque. Un homme doit choisir entre son honneur et son amour, entre le courage et la facilite, entre le bien et le mal quoi. Alors oui, il a ete ecrit comme une denonciation de McCarthyisme, ce qui est dommage, mais si on met ca de cote, on y voit une situation qui s’applique a n’importe quelle epoque: le bien ne peut etre sauvegarde que par une poignee d’hommes a la colonne vertebrale solide alors que la majorite est prete a tout pour sauvegarder son confort.

Comme l’a tres justement dit Edmund Burke: « la seule chose necessaire a la reussite du mal est que les hommes bons ne fassent rien. »