Parlons un peu du droit positif

Depuis le temps que j’en parle, voici un petit exposé à ma façon sur le droit positif, cancer des sociétés modernes.

Alors d’abord le droit positif c’est quoi? Et ben le droit positif, pour la faire courte, c’est le droit qui change la loi en permanence en opposition au droit naturel qui est immuable. En gros, le droit positif est tout ce qui émane de l’état.

Plein de gens pensent que le droit positif c’est formidable parce que ça permet à la société d’évoluer et de ne pas se scléroser. Ce sont des pitres. La philosophie du droit positif est ce qui nous mène à notre perte. En effet, cette volonté de s’adapter à la modernité aboutit à une multitude de lois que plus personne ne connaît. Ces lois fractionnent la société en une autre multitude de corps qui revendiquent tous le droit d’avoir leurs propres lois pour êtres « protégés » par la grande maman gouvernementale.

Le droit naturel, au contraire, est un droit fixe (en gros les 10 commandements) qui se suffit à lui même. Dans le droit naturel on considère que nos droits viennent de Dieu (ou de notre essence d’êtres humains ou de toutes autres formes qui vous plaira) alors qu’en droit positif, nos droits viennent du bon vouloir du prince.

Par exemple, contrairement à ce que racontent les ahuris, les sociétés totalitaires sont toujours hyper regulées par des lois. Le flic te tire une balle dans la tête ou te roue de coups parce qu’il a le droit de le faire. On envoie les grands blonds aux yeux bleus en camp parce que c’est la loi. Peut importe que celle-ci change tous les 10 jours, il faut l’appliquer. En gros c’est du Kafka dans le texte… Mais le problème c’est que le droit positif est un corollaire de l’expansion infinie de tout gouvernement qui se doit de justifier son existence par un activisme à tous crins.

Ca me fait penser à un dîner que j’ai eu un jour avec une de mes très chères tantes. Elle m’expliquait que la dernière loi protégeant les femmes contre les violences conjugales était trop bien. Ce à quoi je lui ai répondu que ce genre de loi qu’on adapte et qu’on bidouille en permanence portait en elle les germes des camps de concentration. En effet, pas besoin de lois spéciales, un type bat sa femme, il va en taule pour coups et blessures (avec circonstances aggravantes éventuellement) et il paye des dommages et intérêts, pas besoin de nouvelles lois. Elle a fini en pleurant et moi en me reversant en verre de rouge.

11 réponses à “Parlons un peu du droit positif

  1. Monsieur l’amiral, le sujet est intéressant et complexe, n’ayant pour tout diplôme qu’un B.E.P.C. obtenu au repêchage en 1968, je m’y risque tout de même.
    A mon sens votre concept du droit naturel est le concept du bon sens, au sens Bergsonien du terme, le droit positif étant un droit adapté à l’évolution d’une population qu’un état doit gérer sous peine de disparaître, ou tout au moins faire entrer à grand coup de pieds dans le cul cette notion de bon sens à une partie de sa population. (ce qui ne va pas avec votre analyse sauf à penser que vous ne seriez pas contre un despotisme éclairé, c’est mon cas).
    Votre côté anarchoréactionnaire (voir votre lien) est bien sympathique et correspond parfaitement à l’idée que je m’en fais, c’est à dire la non immixtion de l’état dans la sphère privée.
    Maintenant ce n’est tout de même pas gentil de faire pleurer sa tante, et une politesse exagérée (obséquiosité) me paraît un minimum lorsque l’on débarque chez les gens sans y avoir été invité, je ne suis pas né avec les Blogs et éprouve encore quelques difficultés dans les échanges virtuels.

  2. En fait c’est un probleme de philosophie du droit. Doit-on considerer le droit comme un outil de reparation de toutes les « injustices sociales » ou est-ce simplement un outil de regulation des rapports humains. Je penche bien entendu vers la seconde idee. Ce n’est pas seulement une question de bon sens, meme au sens bergsonien. Apres je vous rassure tout de suite, le despotisme eclaire serait pour moi le meilleur des gouvernement, surtout si c’est moi le despote.
    Sinon je suis content de voir que nous sommes d’accord, meme si je vous assure que faire pleurer mes tantes est un divertissement de premier ordre quand on passe les reunions de (tres) grande famille a se faire plus ou moins attaquer a demi-mot… Pour ce qui est des echanges virtuels je vous recommande vivement la lecture du dernier billet de Basile de Koch dans Causeur. En effet, si on ecrit sur la toile c’est pour faire reagir. Mais de nouveau, votre politesse me plait beaucoup.

  3. Si c’est toi le despote, est ce que je peux avoir le ministère de l’intérieur ? il y a deux ou trois petites choses que j’aimerai changer…

  4. Dommage pour ta tante mais je suis d’accord avec toi. D’ailleurs, sur un sujet un peu différent j’écrivais ceci :
    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2008/08/31/res-publica.html

  5. Cher Amiral,
    ton raisonnement est excellent et instructif pour les nazes comme moi qui n’ont pas fait de vraies études.
    Il se heurte toutefois à la nature du politique dans les démocraties : pour exister, le politique peut :

    1. passer à la télé en faisant un petit voyage (inauguration, drame particulièrement sanglant, crise mondiale, etc.)

    2. passer à la télé en faisant une petite loi

    Comme les voyages c’est fatiguant, c’est évidemment la deuxième forme d’ action qui est privilégiée. En plus c’est sans risque : de la rue de Grenelle à l’assemblée, on peut y aller à pied et y a des petits restau sympas où l’on sert des abats.

    Donc comme je viens de le démontrer, c’est dans la nature de notre système politique de se mêler de tout et de rien en grignotant petit à petit toutes nos libertés. Où ca s’arrête ? comme tu l’as dit, au camp de concentration. L’avantage, c’est que ca simplifierait le droit, puisqu’un règlement intérieur d’une page peut administrer des centaines de milliers de personnes.

  6. @ Skandal, d’accord mais faudra mettre en place les catapultes sans rechigner. Et puis tous les conseils des ministres commencerons par un notre Pere et un je vous salue Marie. Te voila prevenu.

    @ Pharamond, la tante le merite et merci pour cet excellent lien.

    @ Conservateur, mon raisonnement ne se heurte a rien du tout, c’est pour ca que j’ai mis un lien…

  7. Rassurez-moi l’ami Woland, vous n’êtes pas juriste, hein ?
    Si ?…

    ;-)

  8. Si vous saviez a quel point je le suis mon bon Artemus…

  9. Non ! Un collègue ! Diantre !

  10. Reste à savoir de quel côté de la loi il est ;-)

  11. @ Artemus, cher confrere…

    @ Conservateur, comme tu le sais fort bien, ca depend des soirs.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s