Usque ad finem

Je viens de refermer un des meilleurs livres qu’il m’ait été donné de lire. Alors bien sur, ce n’est pas du Dosto ou du Buk, mais l’intensite romanesque de « la religion » de Tim Willocks est tout simplement époustouflante.

En gros, ça se déroule pendant le siège de Malte en 1565 quand les chevaliers de l’ordre hospitalier de Saint-Jean ont décidé de se battrent à 1 contre 10 contre les hordes de Soliman qui étaient lancées pour conquérir l’Europe. Ces chevaliers menés par La Valette, sans doute un des plus grands français de l’histoire, avaient décidé que Malte était le dernier pouce de terrain, la dernière limite et qu’is préféraient crever de manière atroce que de reculer encore une fois. Au milieu de ce grand foutoir ou on se découpe, on se trahi et on baise, on suit les pérégrinations de héros terriblement humains, de méchants inquisiteurs qui sont très sournois et de fous furieux des 2 camps.

Mais le plus interessant dans tout ça est l’héroisme qui se dégage de presque chaque page, ce sens de l’honneur qui manque aux marchands pour qui le business est tout. Certaines choses sont plus importantes que la vie, mais le pacifisme débilitant qui sévit sous nos latitudes ous fait croire que mourir de vieillesse est une fin en soi. Ce genre de livre, malgré ses limites, permet de se souvenir qu’en fait non, pas forcément.

28 réponses à “Usque ad finem

  1. Le grand-maître Jean Parisot de la Valette, s’il fut un homme d’honneur refusant les honneurs, n’aurait pas renié la devise « Être et durer » vu l’âge de sa mort.
    J’en tire la conclusion certainement hâtive, qu’honneur et longévité peuvent parfois être compatibles monsieur l’amiral.

  2. « J’en tire la conclusion certainement hâtive, qu’honneur et longévité peuvent parfois être compatibles monsieur l’amiral. »

    Je dirais même plus: lâchez vos bouquins et reprenez le baseball, ou du moins la batte…

    • @ Coach, La Valette est mort vieux certes, mais plus ou moins par miracle, avec l’aide de Dieu sans doute.
      @ Mon cardiologue, je ne suis pas tout à fait sur de comprendre mais je ne suis jamais contre le maniement de la batte. Pour ce qui est de lacher les bouquins, je veux bien, mais ça va faire monter ma tension dans le métro.

  3. @ Coach
    « être et durer » est la devise du 3ème RPIMa, donné à ce régiment par le Marcel « Bruno » Bigeard. Je ne pense pas que ce soit une association de taffioles hypocondriaques qui ne souhaitent que mourir dans un lit et de vieillesse. L’être s’entretient dans la durée par le travail, le drill. En un mot, l’entraînement monsieur le coach. La sueur épargne le sang, tout ça, tout ça…

  4. Mais je suis d’accord 100% avec vous monsieur Popeye, j’ai été soldé 38 années pour le savoir, et ce n’est pas parce que je suis tristement pensionné et reconverti dans le coaching (bénévole) que j’ai tout oublié.
    Être et durer pour un soldat, signifie pour moi le professionnalisme mais pas l’héroïsme, à mon humble avis un héros vivant est un contresens.

  5. Monsieur le Coach,
    Le héros, ce serait donc pour vous le pro qui, totalement conscient du danger, accepte néanmoins de sortir de la tranchée, et malgré tout le soin apporté pour le faire, le fait « au mauvais endroit au mauvais moment ». ça me convient.
    Je serai exigeant avec vous monsieur le Coach : je vous autorise éventuellement un « nostalgiquement pensionné » mais certainement pas un « tristement ». Un coach triste, ça fait un peu héros vivant.
    PS : j’ai pour ma part été soldé 10 ans. Au paquet la Colo!

  6. Coach, faudra nous raconter la carrière, voir si on peut compter sur un cyber-ami héroïque !

  7. Holà ! messieurs, point de confusion, il n’est pas écrit Coach Rambo (quoique pour le physique, hum ! Rambo 5 alors)
    Et ne vous méprenez pas sur le « tristement pensionné » cela signifie simplement qu’en observant le chiffre en bas à droite de mon bulletin de pension, il n’y a pas de quoi se fendre la gueule…( je m’en sors bien là ? )

  8. Vous l’avez lu en français ?

  9. « En gros, ça se déroule pendant le siège de Malte en 1565 quand les chevaliers de l’ordre hospitalier de Saint-Jean ont décidé de se battrent à 1 contre 10 contre les hordes de Soliman qui étaient lancées pour conquérir l’Europe. »

    Et Noël Mamère était dans quel camp? Et Soral ? Et Talonnette 1er? Et BHL, hein? Vous le dites pas, ça.

  10. Coach, mieux vaut être un héros vivant qu’un anonyme mort…

  11. « mieux vaut être un héros vivant qu’un anonyme mort »

    Etrange. Je dirais exactement le contraire.

  12. D’autant plus qu’un anonyme mort peut encore subir quelques déboires : « Un militaire a été interpellé samedi après avoir tenté d’éteindre par son urine la flamme du soldat inconnu, sous l’Arc de triomphe.  »
    Bon d’accord c’était en 2002 et c’est le Libération de l’époque qui le rapporte.

  13. « Je dis que Monsieur le grand maître Parisot de la Valette a été un très grand capitaine, il en avait toutes les qualités. Outre sa vaillance et capacité, il était grand et de belle apparence et belle façon, point ému, parlant très bien plusieurs langues »

    Brantôme dans la Vie des hommes illustres

  14. hello ,
    si vous voulez connaitre l’histoire ( vraie ) d’un héros/rambo moderne lisez celle de Martin Luttrell et de ses compagnons (  » Survivant  » )

    Woland , je suis en train de lire « Les chevaliers de Dieu » de Desmond Seward et j’ai été frappé comme toi par le culte de l’héroïsme qui caractérisait ces ordres hospitaliers .

    « Réjouissez vous , courageux guerriers , si vous survivez à votre victoire dans le Seigneur , mais que votre joie et votre allégresse soient doubles si votre mort vous unit à lui ;
    (…) car s’il est vrai que ceux qui meurent dans le Seigneur sont bienheureux , combien plus heureux sont encore ceux qui meurent pour le Seigneur  »
    Bernard de Clairvaux

  15. « le pacifisme débilitant qui sévit sous nos latitudes nous fait croire que mourir de vieillesse est une fin en soi »

    Je ne comprend pas pourquoi le pacifisme vous déprime………..mais je suis d’accord pour la suite de la phrase, vaut mieux bien vivre pendant 50 ans que de vivre mal pendant 90 ans…..meme si je pense que ce que vous appelez vivre mal, peut s’appeler vivre bien pour la personne visée, le gars qui mange du tofu, ne boit pas et s’enfile des olives tous les jours pour se désintoxiquer de sa fumette passive.
    On est tous fiers de notre façon de vivre.

  16. … vous êtes encore là, Amiral?

  17. Il y a quelqu’un?

  18. Bonjour,

    Je viens de découvrir votre blog (à moins que je sois victime d’un trou de mémoire), et j’ai eu l’honnêteté de survoler vos archives avant de porter un jugement :

    Vous êtes très bon monsieur l’amiral, mais comment dire…pas assez présent ?

  19. Monsieur le Coach,
    Vous n’êtes pas mauvais vous non plus!

    Amiral,
    Il est vrai que vos matelots se sentent un brin délaissés…
    Je sais bien que les frimas relatifs de la fin du mois de mai par rapport aux chaleurs du désert peuvent expliquer une part de votre léthargie.
    Néanmoins, pour reprendre une expression que le Coach a certainement employée dans son autre vie, « faudrait p’têt voir à arrêter de se laisser mourir!! »…
    « Réveil! Debout! En avant » marche aussi.

  20. Un abandon de poste?
    Une mutinerie?

  21. Moi jle trouve agréable ce silence.
    Mais attention au calme avant la tempête.

  22. Depuis que l’amiral a retrouvé deux caisses de vieux rhum dans un recoin de la cale, il ne donne plus signe de vie …

  23. silence radio avec les deux caisses de rhum également. Un lien de cause à effet?

    • Oui, oui, oui, je sais… En meme temps en ce moment je bosse beaucoup, je cherche du boulot et je prépare mon mariage. Alors bon voila.

  24. Vient d’arriver le volume (en anglois, langue que je lis parfois) dans ma malle-poste, je me mets à la lecture, merci le marché d’occasion amazonien. Et merci l’amiral, pour ses recommandations. Bonne préparation de mariage (le « vrai » mariage, comme disent mes enfants, car, si je compris bien, Madame est déjà Madame Woland à la ville)

  25. Salut Amiral,

    J’espère que vous avez trouvé du boulot, que si vous vous êtes marié récemment ce fut la journée mémorable et magique que vous attendiez, ou si c’est pour samedi détendez vous, tout ne peut que bien se passer !

    Une de ces périodes où l’on a rien envie de lire de ce qui nous tombe sous la main, j’ai suivi votre conseil et j’ai acheté La Religion, que je viens de finir.

    Un beau pavé qui m’a captivé autant que les Piliers de la Terre il y’a quelques années. L’écriture est assez étrange, sans être désagréable. Peut être est-ce le fait de la traduction. L’histoire est passionnante, et les personnage riches et très attachants.

    Rien de manque : jusqu’à la caricature du méchant, pourtant parfaitement crédible.

    Toutefois l’auteur ne fait pas toujours la distinction entre le courage et la folie. Au travers de Tannhauser, il nous montre que toutes les religions se valent dans la folie destructrice. Tous sont finalement de bons vieux tarés suicidaires, et parmi cette foule se détache quelques rares individus d’exception.

    la Vallette est merveilleux, et il faut reconnaître que globalement les Chevaliers de St Jean sont presque des demi Dieu…

    On savait dire merde à l’époque !

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s