La Suède, tête de proue de la modernité

Moi avant, quand je pensais à la Suède, j’avais des images de jeunes femmes blondes aux seins poitant sous l’effet des rigueurs climatiques et aux touffes vaporeuses comme la brume qui enveloppe Stockholm les matins de printemps plein la tête. Tout ces fantasmes de réchauffement des corps par le moyen du peau à peau pour passer les longues nuits d’hiver sont en train de s’évanouir au profit d’images plus politiques et c’est dommage.

Tout d’abord parce que des « parents » ont décidés de rendre réelle une utopie qui fait que le dindons des chiennes de garde fait ventouse depuis des lustres. Ils ne révèleront pas le sexe de leur petit Pop. Ben oui, parce que si on sait si c’est un garçon ou une fille on agira pas de la même façon avec lui et donc il pourrait être contaminé dans sa tête et reproduire les infâmes stéréotypes des générations du monde d’avant quand les différences existaient. Et ce serait mal…

Ensuite parce que là-bas on peut désormais avorter en fonction du sexe du bébé. Y’a pas à dire, c’est beau le progrès. Enfin, qu’ils en profitent, leur démographie ne joue pas vraiment en faveur de ces joyeusetés…

136 réponses à “La Suède, tête de proue de la modernité

  1. c’est vrai que s’il on élève toujours les filles dans le but d’en faire des mères au foyer, on les canalises dans ce sens.Je pense que rien ne doit les empêcher d’espérer autre chose.
    Je ne dit pas que mère au foyer est mauvaise situation, mais qu’il ne faut pas restreindre les genres a ce que nous croyons être des mœurs établies.
    Ce n’est pas un combat contre les différences, mais contre les préjugés

  2. Préjugés : une femme faite pour donner la vie, c’est un horrible préjugé, en effet.
    Et le conard qui donne une bite aux petits garçons est un ignoble emplie de préjugés… Lynchons-le !

  3. Ouais. Et à sa majorité, Pop pourra choisir. Et on l’opérera au besoin, psychothérapie en prime si nécessaire. Aux frais du contribuable?

    @Amiral: notez par ailleurs que la Suède est aussi un pays qui a des prélèvements salariaux énormes. D’un autre côté, les Suédois roulent tous en Volvo – sans qu’ils soient réputés pour avoir un pouvoir d’achat particulièrement colossal. Si vous avez une explication à ce paradoxe…

  4. Ah – et Pop est un prénom peu pratique, tant pour un garçon que pour une fille…

  5. pfff jm’en doutais qu’il y allait avoir une remarque dans ce genre.
    je parle de la place dans la société……..le fait qu’une femme soit faite pour porter un enfant, ne justifie pas que elles voient leur existence se restreindre à la vie de femme au foyer.
    On s’éloigne de plus en plus du monde ou les hommes font les taches physiquement éprouvantes, et les femmes l’élevage de marmots.
    Donc malgré les différences, et les prédispositions, il est temps de quitter ses habitudes vielles et plus dutout adaptées à notre mode de fonctionnement.
    Et vous etes mal placés pour juger cette évolution en la définissant comme négative.

  6. @Daniel Fattore, même si les prélèvement sociaux son énorme, la pression fiscale (c’est à dire l’ensemble de la fiscalité) est nettement moindre en Suède qu’en France (la France est n°1 mondiale de la pression fiscale).

    Concernant le reste, les suédoises sont froides comme des glaçons, et ce peuple dérive lentement vers une pseudo-modernité démagogique qui conduira les filles à vouloir être des garçons et vice-versa et au final ce pays sombrera dans le néant…

  7. Merde à la Suède, vive l’Estonie !!!!

  8. On ne change pas une équipe qui gagne ;)

    Meme si on dit qu’il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis, les gens changent peu finalement.

    Vous voyez de qu(o)i je parle, n’est ce pas.

  9. L’indien, vous avez l’impression de gagner?

  10. On s’éloigne de plus en plus du monde où les hommes font les tâches physiquement éprouvantes et les femmes l’élevage des marmots.
    A merveille ! Désormais, les femmes feront les travaux de force et les hommes mettront au monde les bébés.
    Ah non, ils ne peuvent pas. C’est pas grave, alors ils se doreront au soleil pendant que les femmes feront tout le boulot. Je pense qu’ils s’en accommoderont très bien. Jusqu’au jour de la révolte féminine prévisible. Nous sommes bien gentilles, mais quand même.

  11. @ Barbara
    Oui, c’est exactement comme ça que ça se passe dans les pays au sud de la méditerranée…Les hommes se dorent au soleil (ou tchatchent à l’ombre du palmier) pendant que les fatmas se cognent tout le boulot.
    En fait, ils sont pas si cons que ça ces muzz!

  12. @popeye. Oui evidement. Ca vous etone.?vous croyez quoi, que vos arguments sont infaillibles?qu on ne peut que s’ incliner face a tant d intelligence? Vous doutez vraiment de rien!

  13. @Skandal: vrai, faux? Je sais que la pression fiscale est forte en France; en Suisse, où je vis, c’est encore différent…

    Et un élément qui devrait mettre tout le monde d’accord par ici: en Suède, l’alcool est difficile à trouver (uniquement dans des bistros et des magasins de monopole nommés Systembolaget) et hors de prix. Et le monopole est bien défendu là-bas, à telle enseigne qu’il est même problématique de se commander par Internet, depuis Stockholm, une belle caisse de Bordeaux.

  14. > c’est vrai que s’il on élève toujours les filles dans le but d’en faire des mères au foyer, on les canalises dans ce sens.Je pense que rien ne doit les empêcher d’espérer autre chose.

    pfff … sur quelle planète vivez vous ? aujourd’hui les jeunes filles sont conditionnées pour faire carrière, et « singer » le comportement des hommes. une nana qui laisse tomber après son premier enfant ou à la sortie de ses études est montrée du doigt par ses copines (exemples réels que je connais).

    en effet vive la liberté, mais la liberté c’est de choisir le travail, ou les enfants, librement et pleinement. rien à voir avec la « liberté moderne » …

  15. (j’ai oublié @ l’indien …)

  16. Pour abonder dans le même sens que le Conservateur, je me permets de poster ce lien vers une vidéo épatante et instructive. On y apprend entre autres qu’être féministe aujourd’hui, c’est « vouloir être virile ». Ce qui prouve au moins une chose : on devrait faire plus de latin aux femmes, ça leur éviterait de dire des conneries.

  17. Du Latin?!… Aux femmes! Vous n’y pensez pas…
    Elles sont tout juste bonnes à apprendre la broderie et la cuisine…

  18. Haaaa ayant du sang italien et corse, je suis quand meme dépassé par certains propos qui me paraissent très machos, franchement méprisant.
    Bon je met ça sur le compte de l’humour, mais il n’y a rien qui le laisse entendre.
    @conservateur, évidement que je ne suis pas pour mettre tout a l’envers, mais si les femmes veulent se comporter comme des hommes, c’est qu’elles laissent sortir une chose qui était auparavant attachée, par trop de mépris vis a vis d’elles.
    Pourquoi toujours cette phobie du changement?
    Les femmes resterons toujours des femmes….

  19. @ L’indien
    Ce qui est vraiment « très macho » c’est d’avoir une conception suffisamment réduite de la femme pour ne pas être capable de s’en contenter et vouloir devenir un homme…

  20. > @conservateur, mais si les femmes veulent se comporter comme des hommes, c’est qu’elles laissent sortir une chose qui était auparavant attachée, par trop de mépris vis a vis d’elles.

    toujours le délire Dominant/Dominé. faut se faire soigner

  21. Oulala, vous dites que les femmes doivent se contenter de l’image que nous avons d’elles, cette définition qui a été crée par une histoire ou elle a été très mal considérée, parfois meme comme une simple pondeuse.
    Ce n’est pas vouloir en faire des hommes, c’est simplement reconsidérer la place de la femme dans la société…et maintenant il est clair qu’elles ne doivent plus êtres limitées a la position de mère au foyer.
    Cela ne doit pas dire qu’une femme au foyer est honteuse…
    il n’est pas question d’inverser les rôles.

  22. il y a toujours un dominant, et un dominé, c’est pas vous et votre haine des principes d’égalité qui va me dire le contraire.
    Autant il est difficile maintenant de dire qui domine qui, il est pourtant clair que par le passé, la femme subissait.par sa faiblesse physique.

  23. Je n’ai pas dit qu’elle devait se contenter de l’image que les hommes ont d’elles mais de ce qu’elles sont…
    Et c’est largement suffisant!

    Et notre « haine des principes d’égalité » vous dit qu’elle considère que l’absence d’égalité n’inclue pas forcément de domination…

    « il est pourtant clair que par le passé, la femme subissait.par sa faiblesse physique »
    Subissait quoi?

  24. A elle seule, la vidéo de Fikmonskov vaut tous les traités anti-hystérocrates sortis cette dernière décennie.

    Le discours on ne peut plus consternant et ubuesque de l’invitée illustre à merveille l’impasse totale où se trouve la femme moderne totalement paumée.

  25. «  » » »Et notre “haine des principes d’égalité” vous dit qu’elle considère que l’absence d’égalité n’inclue pas forcément de domination… » » »

    Alors là….je suis entièrement d’accord…
    mais on peut quand meme parler de domination dans le sens ou les femmes étaient enfermée dans les roles de mère, cuisinière, ménagère…
    Relisez les manuels scolaire des années 60….voici donc ce qu’elle subissait.

    Cliquer pour accéder à 1702730951.pdf

    Si vous n’appelez pas cela de la soumission, j’aimerai connaitre le mot exact.

    Si vous voulez restreindre les femmes a ce genre d’activités, nous ne sommes pas d’accord, si vous voulez quelles soient libres d’évoluer et si vous etes contre la création de nouveau préjugés qui les mépriseraient si elles choisissent d’etre mère au foyer, alors on est d’accord.

  26. Si votre seule source d’information c’estc et énorme fake qui traine sur internet depuis des mois (sans que jamais personne n’est idée de s’interroger sur le fait qu’il n’y a pas la moindre référence…)

    Et vous ne vous êtes jamais insurgé contre l’injustice vis à vis des hommes, enfermés dans le rôle de celui qui doit ramener chez lui de quoi faire vivre le ménage…

  27. C’est peut etre un fake, (meme si je pense que c’est votre anti féminisme qui vous fait penser que c’est un complot qui a fabriqué ce document.)mais on sait quand meme que les femmes ont été enfermées dans un role très restreint, arrêtez de le nier.

    Et oui l’homme doit aussi s’ouvrir a des domaines qui étaient jusque là mal vus. Comme s’occuper des enfants, nettoyer la maison, faire la bouffe.
    Les mœurs changes et c’est très bien, je ne voit pas pourquoi vous y voyez de mauvais présages.

  28. Ne vous en faites pas… Aucun fantasme de complot : je pense surtout que c’est une plaisanterie (et comme telle elle m’a bien fait rire la première fois que je l’ai lu) mais que certains prennent à tort au sérieux.

    « mais on sait quand meme que les femmes ont été enfermées dans un role très restreint, arrêtez de le nier. » Si je le nie. Ce n’est en rien un enfermement dans un rôle restreint de considérer que par sa nature la femme est plus à même que l’homme de s’occuper de sa famille et qu’en contrepartie l’homme lui en apporte les moyens… Si l’un des deux est esclave dans cette histoire ça devrait plus être l’homme.
    Après si vraiment vous tenez à ce que la femme ait la possibilité d’être caissière à Mammouth pour être épanouie c’est que vous avez vraiment une idée très restreinte de la femme.
    Ce n’est pas nous qui la méprisons, c’est vous!

  29. La femme n’est pas plus à meme de s’occuper de sa famille….
    Votre affirmation montre bien que vous etes enfermés dans un préjugé qui n’a aucune autre explication que l’expérience historique ou le travail était a 90% du temps physique et par conséquent la femme était à la maison.
    Maintenant les choses ont changé.
    Vous refusez d’admettre que les choses changent.
    Vous essayez de me la mettre a l’envers, mais cette méthode ne marche pas avec moi, car je l’utilise aussi, alors je pourrais dire aussi que quand vous dites que nous sommes esclaves, vous méprisez le travail.
    Je ne croit pas que vous revez de vous occuper de la maison et de la famille, et que dans votre extreme altruisme vous préférez garder le sale boulot pour vous…oui sale car vous dites que nous en sommes esclaves.
    Je réitère ma question, en quoi est ce un mauvais présage que les moeurs changent, et que hommes et femmes puissent désormais partager les taches, voir inverser de temps a autres les roles.?

  30. L’Indien : « les femmes étaient enfermée dans les roles de mère, cuisinière, ménagère…
    Relisez les manuels scolaire des années 60….voici donc ce qu’elle subissait.

    Cliquer pour accéder à 1702730951.pdf

    Si vous n’appelez pas cela de la soumission, j’aimerai connaitre le mot exact. »

    Mouai, disons plutôt que cette conception victorienne de la femme fut la réalité de la bourgeoisie Française entre la fin du 19e et la premiere moitié du 20e siècle. Si vous réduisez toute l’histoire à cette courte période et à cette seule classe sociale c’est sûr que…

  31. La situation des femmes n’était surement pas meilleure avant cette période.
    Si des manuels comme ça sont sortis, c’est que les hommes de l’époque ont bien senti que le vent allait tourner.
    Mais logiquement je ne voit pas pourquoi la femme d’avant 1900 aurait été moins cloitrée dans un role de ménagère.

  32. @ L’indien
    Si la femme est plus à même de s’occuper de la famille. Parce qu’elle a souvent plus de psychologie pour régler les conflits, parce qu’il y a chez elle plus que chez l’homme la douceur dont les enfants ont besoin, parce qu’elle est capable de faire plusieurs choses à la fois ce qui est indispensable quand on essaye de tenir une maison et ce qu’aucun homme ne sait faire…

    Oui je méprise le travail qui n’est pour moi qu’un moyen de gagner sa vie rien de plus.

    « Je réitère ma question, en quoi est ce un mauvais présage que les moeurs changent, et que hommes et femmes puissent désormais partager les taches, voir inverser de temps a autres les roles.? »
    Je ne l’avais pas encore dit mais en effet je le pense : parce qu’à force que personne n’est de rôle défini, les choses sont mal faites. L’été dernier un homme a laissé mourir de disidratation sa fille qu’il avait oublié dans sa voiture sur le parking en allant bosser après différents trajets pour poser ses enfants à droite à gauche. Ce n’était pas la première fois que ce genre de drame arrive et c’est toujours un homme. Tout simplement parce que les hommes et les femmes quoiqu’on fasse ne sont pas pareil; et jamais une femme ne sera trop préoccupée par son boulot pour en arriver à oublier ses enfants!
    Alors, oui, je pense que c’est une bonne chose que la mère s’occupe de sa famille et que le père lui en donne les moyens… Et il n’y a pas une des deux taches plus nobles que l’autre. Elles sont toutes deux indispensables et complémentaires.

  33. Pourquoi selon vous les femmes ont les qualités pour bien s’ occuper des enfants?
    Parce qu’elles l’on toujours fait.
    Les hommes ne sont pas habitués a ce genre de taches, c’est pour cela que nous sommes parfois maladroits.
    La société évolue, et les hommes finiront aussi par être bicéphales, et adaptés a la gestion d’enfants….
    Tout n’est pas figé selon moi…
    Bon allez bonne soirée, bon week end.

  34. Je ne savais pas que c’était transmissible.
    Chaque femme commence avec la

  35. Je ne savais pas que c’était transmissible.
    Chaque femme commence avec la même expérience que n’importe quel homme…
    Seulement on est pas pareil. C’est un fait! Si ça vous fait plaisir de le nier grand bien vous fasse!

  36. Et pourquoi on est pas pareils?
    Parce qu’on a pas la même expérience génétique…
    Des milliers d’année consacrées a l’occupation des enfants, effectivement ça forme des prédispositions.
    Mais elles ne veulent plus, elles veulent être libres d’évoluer différemment ou pas.

    Alors il va bien falloir changer.
    Mais dans quelques années ou siècles peut etre, les hommes seront aussi aptes que les femmes a élever les enfants.

  37. Mon pauvre Indien !
    On devrait t’envoyer en stage scientifique chez les frères Van Dammof !
    Passons les préjugés sexistes,
    Intéressante théorie de l’évolution qui bouleverse le darwinisme.
    La société ferait évoluer la cellule porteuse du chromosone Y chez les Homo Sapiens,
    Au point de leur faire pousser une deuxième tête ?!!
    Dont une des deux bloquerait en son entrée la testostérone pour ne conserver que les hormones féminines, adaptée qu’elle serait notre nouvelle tronche à la gestion – Oh, le vilain mot – d’enfants ?!!

    Ne pensez-vous pas cher professeur à peau rouge,
    Qu’à force de croire les conneries sorties d’écrans de télés ou d’ordinateurs,
    Notre évolution serait de devenir bien plutôt hydrocéphales et inadaptés à quoi que ce soit ?

  38. L’etre humain s’adapte a son environnement naturel, mais aussi a son environnement social.
    Les femmes ont évidement développé les capacités de « l’élevage » par le fait que les hommes et leur capacité physiques devaient chasser pour la survie du groupe.

    Je ne croit pas tout ce qu’on me dit a la télé, mais je ne l’occulte pas subversivement comme vous le faites.

    Votre attitude extremiste, ne désir rien voir bouger, mais la nature est formelle rien ne stagne.
    Continuez de vous borner, et vous finirez par disparaitre faute de n’avoir su s’adapter.

    Bon week end.

  39. Accordons à l’indien une certaine dose de génétique. Il est sûr que par le passé, si une femme ne savait pas s’occuper correctement de ses enfants, ils mouraient plus facilement en bas-âge et ne transmettaient pas leur gènes. C’est valable également pour les hommes qui avaient choisi ce genre de femme pour épouse. Leurs gènes ne se transmettaient pas. Peut-être y a-t-il certains gènes qui prédisposent à mieux s’occuper des enfants. Je préfère malgré tout penser que c’est l »exemple qui est le plus marquant. L’enfant a tendance à reproduire les gestes qu’il voit faire par les adultes.
    Pour ce qui est de la liberté, laissez-moi rire. La femme est maintenant libre de faire double journée. Ma fille est libre d’aller travailler, parce que si elle ne le fait pas, il ne rentrera pas assez d’argent dans le foyer. Elle est libre de confier ses enfants à une nounou au lieu de les élever elle même. Plus grands, ils traîneront peut-être avec de mauvaises fréquentations parce que leur mère sera au travail quand finit l’école. Elle leur fera réciter les leçons à la va-vite (ou pas du tout parce qu’elle sera trop fatiguée). Elle sera de mauvaise humeur parce que fatiguée, toujours stressée, mais c’est le bonheur quoi, et tellement mieux que les générations précédentes, quand les hommes tenanient la porte aux femmes, et leur cédaient leur place dans l’autobus, en reconnaissance de tout le travail dont elles étaient chargées, et dont leur famille et la société toute entière profitaient.
    Nous, femmes, avons échangé certains inconvénients contre d’autres. Et je ne suis vraiment pas sûre que nous ayons gagné au change.

  40. « Votre attitude extremiste, ne désir rien voir bouger, mais la nature est formelle rien ne stagne. »

    Non, je ne désire en effet pas voir bouger les choses quand j’estime que le changement est négatif…
    En revanche je n’ai rien contre les changements du moins bien vers le mieux…
    Il ne vous reste donc plus qu’à me démontrer en quoi est ce un mieux que les femmes aient la possibilité d’être secrétaire plutôt que de s’occuper des enfants qu’elles ont mis au monde (et quelle y soient poussées par la pression psychologique de la société dans laquelle nous vivons).

    Et rien à ajouter à ce que dit Barbara…

  41. @Barbara: « les hommes tenanient la porte aux femmes, et leur cédaient leur place dans l’autobus »: autrefois, ça s’appelait de la galanterie; aujourd’hui, on appelle ça du sexisme bienveillant, paraît-il…

    Tout cela pose quand même quelques questions. L’Indien affirme que l’homme, s’il se charge davantage de s’occuper du ménage, va développer, génération après génération, les qualités requises (si j’ai bien compris). Corollaire: les femmes qui effectuent un travail salarié ne vont-elles pas développer, quant à elles, développer les travers qu’on prête aux hommes qui ont une activité professionnelle? Esprit de compétition, comportements brutaux, non-communication tactique, consommation accrue d’alcool et de tabac pour décompresser, etc.? Cela mériterait une étude sérieuse.

    La féminisation de certaines professions pose également des questions. Je prends l’exemple de l’enseignement: un garçon fils de divorcés, gardé par sa mère, peut très bien se retrouver sans modèle masculin jusqu’à l’adolescence, parce que l’enseignement primaire est actuellement surtout assuré par des femmes. Quelle incidence sur sa construction de lui-même? Evidemment, la question est totalement occultée pour le pauvre Pop, puisque quand même, c’est de lui qu’il s’agit dans ce post. Sera-t-il formé par des androgynes quand il ira à l’école?

    En conclusion, je mentionne l’ouvrage de Michel Schneider, « Big Mother », au risque de me répéter, j’ai déjà dû le citer. Mais il a le mérite d’aborder certaines questions de ce genre.

  42. @Daniel Fattore
    Je ne sais pas ce qu’il en est dans son pays, mais chez nous, Pop devraitrapidement décider de son sexe. En France, dès l’école primaire, filles et garçons ont des toilettes séparées.
    Et là-bas, quand on déclare l’enfant à l’Etat Civil, on ne doit pas indiquer son sexe ?
    Sinon ,les femmes développent effectivement des défauts masculins : pour certaines langage vulgaire, voire carrément ordurier, tabagisme et alcoolisation massive. Mais est-ce un signe de leur adaptation croissante (???) aux nouvelles tâches que la société leur commande ou simplement une statégie d’imitation pour mieux se fondre dans un milieu où les hommes sont encore bien présents ?

  43. @Barbara: excellentes questions! J’imagine que le petit Pop sera invité à aller dans les toilettes des filles et des garçons, à tour de rôle, afin de brouiller les pistes. Et ses parents exigeront qu’il puisse se changer dans un local séparé pour les leçons de sport.

    Je suppose aussi que l’Etat-Civil est au courant… mais j’ignore s’il est habilité à divulguer l’information – à un journaliste avide de scoops, par exemple.

    Ah – et, pour plus tard, qu’en est-il du service militaire en Suède? Obligatoire? Pour qui?

    Et pour conclure, vous posez à nouveau de bonnes questions… je n’ai pas de réponse rapide, là comme ça sur le gaz, mais juste un jugement: si les femmes deviennent comme des hommes au contact du monde du travail, que ce soit par stratégie d’imitation ou d’adaptation, ce n’est pas vraiment un progrès, à mon humble avis…

  44. L’Indien : « mais on peut quand meme parler de domination dans le sens ou les femmes étaient enfermée dans les roles de mère, cuisinière, ménagère… »

    Et les hommes, enfermés dans le rôle de pourvoyeur d’argent, obligés de subir toute la journée un travail dont ils se foutent pour rapporter à la maison des thunes qui seront claquées par madame en bijoux et en robes, pourquoi vous n’en parlez pas ?

    Franchement, entre travailler à l’usine, pour fabriquer un produit dont on n’a pas la moindre idée puisqu’on en visse toujours le même écrou, et qu’on n’aura jamais les moyens de se payer, et de l’autre côté rester chez soi pour faire grandir ses enfants, qui égaient notre âge mûr et nous soutiendront une fois la vieillesse arrivée, le choix est vite vu…

  45. Flute, ça avait déjà été plus ou moins dit par DJM. Tant pis, ça m’apprendra à ne pas avoir le courage de tout lire après plusieurs jours d’absence…

  46. Mon cher Fik
    L’indien a déjà manifiquement répondu à cette objection…

    « Vous essayez de me la mettre a l’envers, mais cette méthode ne marche pas avec moi, car je l’utilise aussi, alors je pourrais dire aussi que quand vous dites que nous sommes esclaves, vous méprisez le travail.
    Je ne croit pas que vous revez de vous occuper de la maison et de la famille, et que dans votre extreme altruisme vous préférez garder le sale boulot pour vous…oui sale car vous dites que nous en sommes esclaves. »

  47. Euh, vous avez oublié des mots, dans votre copier/coller ? Parce que je comprends rien, là…

  48. Notez quand même que dans les sociétés rurales d’autrefois (et qui ont persisté jusqu’au vingtième siècle dans certaines régions), TOUT LE MONDE était au boulot, aux champs ou à l’étable. Les enfants aussi.

  49. Vous avez parfaitement raison pour la société rurale. Mais il ne faut pas croire que la femme des villes ne travaillait pas, même si elle restait chez elle. Le ménage (sans aspirateur, il faut sortir et battre les tapis). La lessive (quand il n’y avait pour cela que la force des bras). La couture et les reprises des accrocs, le rafistolage des poches et chaussettes trouées, le tricotage de pulls, bonnets, écharpes et chaussettes. La préparation des repas (pas d’armoire frigorifique pour stocker, les courses au jour le jour de denrées de base, pas de plat tout prêt surgelé). Assez souvent un bout de jardin, au moins pour les herbes aromatiques. La fabrication de confitures, voire de conserves. L’éducation minutieuse des enfants. Le suivi des devoirs et des leçons. Assez souvent le soutien d’un proche malade ou âgé (parent, oncle ou tante) : courses, ménage, cuisine.
    Si avec tout cela les femmes ne travaillaient pas ! Ce n’était pas un travail salarié, et il ne donnait pas lieu à retenues entrant dans la caisse de l’Etat, mais je pense qu’il était utile à la société dans son ensemble.

  50. @ Fik,
    malheureusement il ne manque pas de mot dans le copié-collé, comme vous pourrez vous en assurer en remontant les commentaires. Je tente un essai de traduction, ayant été institutrice.
    N’essayer pas de me mettre la tête à l’envers, c’est une technique que je connais pour l’employer avec mes contradicteurs (NDT : méthode de débat très fair-play, embrouiller l’esprit de l’adversaire). Vous prétendez que votre travail d’homme est un esclavage et que ce ne serait pas un bonheur pour la femme de l’avoir. Je prétends moi que c’est faux car si c’était le cas, vous ne seriez pas altruiste au point de vous sacrifier en conservant pour vous le sale boulot (NDT : et pourquoi pas ne serait-il pas altruiste, le doute doit bénéficier à l’accusé jusquà preuve établie du contraire).

  51. @Barbara: juste, et je plussoie: à l’ère de l’industrialisation, sans doute que les femmes étaient tout autant au travail que les hommes, quoique peut-être pas forcément aux mêmes fonctions (p. ex. pas de femme dans les mines, ça porte malheur – à part Sainte Barbe).

    Bref, l’oisiveté domestique la plus pure ne concernait sans doute qu’une poignée d’Emma Bovary dont le mari rapportait suffisamment d’artiche à la maison pour déléguer les travaux que vous mentionnez fort justement – avec l’utilité que vous soulignez.

    Et pour répondre à Fikmonskov, j’imagine qu’il n’y a pas qu’une réponse à l’affirmation du travail salarié comme esclavage… pas pareil, en effet, si on est hôtesse de caisse (donc caissière – un emploi qu’on n’a peut-être pas envie de garder) ou membre (féminin, rare encore, mais dans celui l’entreprise qui m’emploie, il y en a par exemple deux) d’un conseil d’administration (un emploi qu’on n’a peut-être pas envie de perdre).

    Tout cela devient tordu…

  52. @Daniel
    Ce sont quand même les membres du couple suédois objet de l’article de l’Amiral de ces lieux qui sont les plus tordus.
    Yakari l’Indien (merci à Baudricourt d’avoir pensé à ce sobriquet : j’ai bien rigolé) n’est pas mal non plus dans le genre tordu. En tout cas, sa prose l’est.

  53. Waw! Barbara vous êtes bilingue français-indien…
    J’admire!!

  54. Bon, j’arrive sûrement un peu tard mais pour une fois je vais défendre un peu l’Indien.

    En effet, aujourd’hui, le travail n’est plus si physique qu’il a pu l’être pour la grande majorité des travailleurs. On n’est plus à lère industrielle. L’industrie elle-même est furieusement tertiarisée.

    Il n’a donc pas tout à fait tort de souligner le fait que des femmes puissent faire le travail d’un homme.
    Un homme, mis à part enfanter et donner le sein, peut tout à fait faire le boulot d’une femme à la maison. Changer les couches ne demande pas d’avoir fait maths spé ou de posséder une force de docker. Faire la vaisselle tout pareil.

    Bon.

    En outre, je suis bien heureuse de pouvoir, aujourd’hui, avoir la possibilité de passer des concours, d’aller à l’université, de pouvoir choisir une formation intellectuelle qui me plaît et qui sera mon métier. Je me réserve aussi la possibilité de tout laisser tomber si mon Seigneur et Maître rapporte assez de thunes et que finalement, je préfère m’occuper de ma progéniture.

    Du temps que je m’intéressais à l’histoire de l’université et de l’enseignement, j’ai pu tomber sur pas mal de commentaires acerbes sur « les femmes savantes »… Le cliché est ancien, de l’intellectuelle déconnectée, frigide, nullipare et, in fine, frustrée.

    et faut arrêter la déconnade, ma mère n’était pas là pour me chercher à l’école vu qu’elle terminait à 18h, je ne suis pas devenue délinquante pour autant.
    La vraie perte de repères pour les gosses, ce n’est pas les femmes qui bossent, c’est le jemenfoutisme général des parents qui sont restés eux-mêmes à 14 ans d’âge mental.
    Les deux suédoises me semblent assez frappées dans leur genre : on dirait un trip d’ados en train de refaire le monde « et si on n’avait plus de sexe »…

  55. Camille,
    ma fille et mon gendre, comme beaucoup de travailleurs à notre époque, ont un travail posté. Ma fille finit à 21h, mon gendre change d’équipe chaque semaine. Ce n’est pas finir la journée à 18h.

  56. Barbara,

    Je n’ai pas dit le contraire… devinez pourquoi, entre autres, je suis bien décidée à être professeur et à bénéficier de certains avantages…:)
    Ma soeur et mon beau-frère ont des horaires comparables à ceux de vos enfants. Cela dit, ce n’est pas cela qui fait des enfants des enfants à problèmes.
    Pensez aux systèmes d’ancien régime où les enfants ne voyaient finalement que très peu leurs parents (mise en nourrice, envoi au collège ou au couvent, mise en apprentissage…).

    Je maintiens que la présence de la mère au foyer ne fait pas tout, loin s’en faut. Ce qui fait tout, c’est l’autorité parentale. Et pas besoin d’être collé à ses enfants pour les éduquer.

  57. Camille : « Je me réserve aussi la possibilité de tout laisser tomber si mon Seigneur et Maître rapporte assez de thunes et que finalement, je préfère m’occuper de ma progéniture. »

    Vous faîtes bien. Mais malheureusement c’est de plus en plus rare. Et pas seulement pour les raisons exposées par Barbara, mais aussi parce que de nos jours, si on ne bosse pas (entendez : « si on n’a pas un boulot salarié, donc qui rapporte des sous à l’État »), on n’existe pas. La pression sur les épaules féminines est incroyablement forte. Et je ne crois pas que toutes soient capable de la supporter, et d’aller contre l’idée générale qu’une femme, ça bosse, sinon elle n’est rien.

    C’est bien ça le problème du travail de la femme : c’est que ça a commencé par une possibilité – heureuse et bienvenue, je n’ai rien contre que les femmes qui le veulent et qui le peuvent bossent -, ça devient une obligation sociale.

    Un peu comme l’avortement, qu’on a d’abord autorisé dans certains cas. Jusqu’à ce qu’un jour on déclare que garder un enfant handicapé est une absurdité, et qu’il faudrait sucrer les allocs pour les parents qui le font (je ne sais pas si ça s’est fait, ça, finalement, mais on en a beaucoup parlé à une époque). Libération, généralisation, obligation. Le circuit est connu…

  58. Et tant qu’on y est, je mets officiellement ma tête à couper que ce sera la même chose pour l’euthanasie.

  59. > Fik

    Bien entendu. Je vous avoue que moi-même, j’ai souvent la dent dure contre les filles de mon « milieu » qui font vaguement une khâgne ou une licence de lettres modernes médiocre, se fiancent, se marient et se vouent à être mères de familles et point barre.

    Je suis tentée de penser qu’une mère de famille doit aussi avoir une formation culturelle, intellectuelle, professionnelle. Après tout, saint François de Sales ne disait pas autre chose.

    De même que je pense que TOUS les professeurs, même dans le secondaire, devraient faire de la recherche. Cela participe de leur valeur personnelle.

    Dans les mileux « cathos-scouts » que je fréquente, je suis souvent assez triste de constater que beaucoup de filles délaissent leurs études et se cantonnent à l’intérieur de leur baraque et à leur progéniture. Je connais aussi des filles très bien, qui ont trois enfants, qui bossent, et sont tout aussi épanouies même si cela leur demande un certain sens de l’organisation.

    J’ai aussi souvent remarqué que, parmi les mères des enfants dont je me suis occupée, ce ne sont pas toujours les mères qui bossent qui sont le plus à la ramasse concernant l’éducation de leurs gosses.

    Pour le reste, nous sommes d’accord…
    On peut aussi être une mère au foyer complètement larguée…

  60. Ben, y en a qui feraient mieux de s’occuper de leur blog plutôt que de pondre des tartines sur les droits de la femme, parce qu’à ce rythme la parité n’est pas prête d’être réalisée dans la blogosphère.

    Pour le reste, il me semble que « l’oisivité » féminine est un luxe qui aurait mérité d’être davantage défendu. Et puis cette volonté de croire que les goûts, les talents et les aspirations sont identiquement répartis dans la population indépendamment du sexe et de l’hérédité, c’est quand même poser un axiome qui est loin d’être aussi évident que celui d’Euclide.

  61. Euh, c’est quoi l’axiome d’Euclide?

  62. Naïf,

    Je n’ai pas dit que les goûts, les talents et les aspirations étaient uniforméments distribués : la preuve, je me trouve vachement meilleure que les autres en histoire du XVIIe siècle.

  63. ça n’a pas de sens de dire que seuls les expérimentés peuvent effectuer une tache.
    Comment ont ils fait au tout début, quand aucun personne n’avait d’ expérience.

    Le fait de ne pas avoir de talent dans une discipline n’empêche pas le fait de la pratiquer quand même, sinon on ne progresse jamais.

    Haaa cette manie de vouloir séparer les choses. toujours la spécialisation, plutôt que la polyvalence.

  64. Euh, c’est quoi l’axiome d’Euclide?

    « Par un point pris hors d’une droite, il passe une et une seule parallèle à cette droite. »

    La géométrie qui admet ce postulat est dite géométrie plane ou euclidienne.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Euclide

    Moi, j’aime bien les mathématiques.

  65. Grande opération « Offrons une vie à l’Indien ». Ou une boîte de barbituriques. Au choix.

  66. « ça n’a pas de sens de dire que seuls les expérimentés peuvent effectuer une tache. »

    Eh ben, ça fait rêver. Alors moi, par exemple, qui suis incapable de calculer 2+2, je devrais aller tenter d’améliorer la théorie de la mécanique quantique ?

    On va aller loin, comme ça.

  67. J’aime bien aussi les discussions avec l’indien, c’est toujours la foire d’empoigne.

    Je serais tenté de dire que seuls ceux qui ont le permis peuvent conduire un véhicule. Mais lui il roule sans permis et sans assurance. Il se fiche donc de ce genre d’argument.

  68. C’est sur, mais on ne sait pas vraiment ou l’on va.

  69. @seb
    C’est pas pareil, il ne faut pas passer un permis pour élever un enfant.
    Mise a part le changeage de couches et deux trois points techniques…l’instinct fait le reste.

  70. Quelle tristesse que la disparition de ses universités de jeunes filles ou l’on apprenait a cuisiner, coudre, repasser etc….

  71. « Il ne faut pas passer un permis pour élever un enfant. »
    @L’Indien: figurez-vous que la question fait débat dans certains pays.

  72. @skandal
    Il est caché quoi derrière ton « etc »
    fermer leur gueule, sucer…..hum pardon…

    @daniel
    C’est vrai? ou ça?
    C’est fou quand meme, pour moi il faut avoir des bases évidement pour connaitre les bons gestes, mais il faut laisser aller la part d’instinct que nous avons tous en nous…
    Si on éduque tous nos enfants avec le meme manuel, là ça craint pour la diversité.

  73. C’est une obsession, la diversité, chez vous ?

  74. C’est une obsession, la diversité, chez vous ?
    Il me semble que la nature humaine est déjà assez diversifiée pour qu’on en rajoute une dose. Y’a des recettes qui marchent, d’autres pas…

  75. Je prône la diversité française au milieu de ceux qui réclament une france blanche, et la diversité mondiale chez ceux qui pensent que la france doit laisser tout le monde entrer.
    On ne sait pas si notre recette actuelle marche bien.
    Et puis il n’y a pas que les groupes ethniques qui forment la diversité, il y a les différents religieux et ce qui ne le sont pas….
    Vous avez vu en chine, c’est chaud quand meme.

  76. Je parle de recettes éducatives, puisque c’était le sujet du débat.
    Je serais bien en peine de répondre quoi que ce soit à votre commentaire : j’ai rien compris. Les gens s’accordent pourtant assez souvent à dire que je sais un tout petit peu manier la langue…

  77. @L’Indien, le « etc » cahce tout ce qu’une femme, aimante et attentionné doit savoir faire. A chacun définir ce que cela recoupe….

  78. Ha oui désolé, je me suis trompé de débat.
    mais oui en effet, la diversité actuelle en matière d’éducation.
    Puisque nous élevons nos enfants en fonction de nos instincts qui sont tous plus ou moins uniques.
    Il n’y a pas 30 manière d’enfiler une couche, mais il y a 30 manière différentes de réagir face a un enfant qui fait un caprice.
    En gros je ne suis pas tellement pour les permis pour futurs parents.
    Je n’ai pas envie qu’on me dise quoi dire a mon fils.

  79. @L’Indien: la question a été posée il y a quelques mois en Suisse – mais je n’arrive pas à retrouver mes sources.

    Et puisque vous parlez de manuels, David Abiker brocarde gentiment l’auteur Edwige Antier, best-seller en la matière…

  80. @skandal
    Mwouai et il faudrait donc aussi des écoles pour hommes, pour apprendre……bah quoi puisque les femmes ont déjà dans leurs écoles des cours de cuisine, ménage, couture, repassage……il nous reste quoi…..comment bien tenir la porte a sa dame, bien doser le pastis.???

    @daniel
    merci j’irai voir ce qu’il dit le gars.

  81. Dans la nature, chacun a son rôle, mâle et femelle. Pourquoi en serait il différent chez l’Homme ??

  82. Merci Sébastien.

  83. Oui d’accord, mais en quoi l’activité cuisine par exemple est elle majoritairement féminine?
    Les principales raisons qui ont fait résonner cuisine, coutures et éducation avec femme, ne sont plus d’actualités depuis bien longtemps.

  84. @L’Indien: ça se trouve dans « Le Musée de l’Homme », de David Abiker, disponible en poche (Folio).

  85. @Skandal: pas faux, mais ce genre d’argument est à double tranchant: certains justifient certains comportements et faits humains controversés (l’homosexualité par exemple) en soutenant qu’ils existent dans la nature (en l’espèce, chez les bonobos)…

  86. C’est exactement ça. Il faut arrêter de croire que nous ne sommes pas des animaux. Nous sommes simplement un peu plus évolués et un peu plus intelligent (et encore ça dépend…)

  87. Je vois pas en quoi l’homosexualité est controversée…

  88. … gné? Effectivement, Skandal, l’homosexualité n’est finalement pas si controversée que ça… mais brisons là: nous nous éloignons du sujet de ce post.

    Et plus sérieusement, va-t-on avoir cent commentaires sur ce billet?

  89. Donc pour en revenir à la recette éducative, Pop devra choisir s’il est garçon ou fille sans influence extérieure. Je suppose donc que chaque jour il sera habillé différemment, de façon à ne pas être enfermé dans un choix de tenues propre à un sexe ou à un style vestimentaire : lundi jupe, mardi short, mercredi pantalon, jeudi salopette, vendredi burka et samedi costume d’Adam et Eve (avec coque préformée dans la feuille de vigne et pourtour adhésif afin que nul ne puisse deviner). Le dimanche, survêtement : c’est un costume unisexe. Et la nuit pyjama, rose une nuit, bleu la suivante.
    A part cela, Daniel Fattore, vous m’avez fait rire avec votre suggestion. J’ai imaginé la pauvre Pop, au cas où elle soit une fille, obligée une fois sur deux d’utiliser un urinoir et arrosant lamentablement ses chaussettes. Mais on peut notablement améliorer les choses en la gardant hiver comme été pieds nus dans des tongs. C’est bien les tongs, c’est unisexe aussi.

  90. encore neuf.
    Non, huit.
    Bon, l’amiral peut zapper celui-là, qui contribue modérèment à l’avancement du schmilblick.
    Blague à part, non les Hommes ne sont pas des animaux un peu plus doués que les animaux. C’est tout autre chose.

  91. @Barbara: en matière vestimentaire, vous oubliez le kilt, pour bien brouiller les pistes…

  92. Au fait, ils portent un slip ou un boxer sous le kilt?

  93. @ Daniel Fattore :  » certains justifient certains comportements et faits humains controversés (l’homosexualité par exemple) en soutenant qu’ils existent dans la nature (en l’espèce, chez les bonobos)…  »

    on peut leur rétorquer que dans la nature existent les comportements les plus déviants, irrationnels, suicidaires ou aberrants de la part d’à peu près toutes les espèces. Mon exemple préféré, accessible au vulgum pecus, c’est le petit chat se tapant un petit lapin ou vice versa que l’on voit parfois dans vidéo gag. difficile à partir de là de tirer le moindre enseignement ….

  94. @Le Conservateur: nous sommes bien d’accord.

    @Marine: un pampers. C’est parfaitement unisexe.

  95. @ Daniel Fattore
    j’avais bien pensé au kilt, mais il n’y a que 7 jours dans la semaine. On peut peut-être alterner selon les semaines, jupe de fille et jupe de garçon (=kilt).
    @ conservateur
    j’ai un exemple encore plus frappant. Il est bien connu que les lions mâles, quand ils prennent la tête d’un groupe, éliminent tous les lionceaux non issus de leur sang. Doit-on en conclure qu’il est légitime qu’un homme se mettant en ménage avec une femme déjà pourvue d’enfants élimine tous ces rejetons d’un premier lit ?

  96. Pas les éliminer !!! Les vendre……..

  97. @Skandal
    Votre mercantilisme vous perdra!
    Encore que la tentation de ne perdre aucun profit puisse se comprendre… y’a pas de petit bénéfice!

  98. Tout ça pour arriver à 100 commentaires……

  99. Dépasser le seuil des 100 était en effet un « petit bénéfice » à ne pas perdre.

  100. Pour en revenir au/à la pauvre Pop. La réaction des parents est ridicule car ce sont les parents qui ont le plus d’influence dans la petite enfance et eux connaissent le sexe de leur enfant. Donc ils vont à chaque fois penser : « zut, il agit comme on s’attend à voir agir un enfant de ce sexe » ou « chic, il agit comme un enfant de l’autre sexe ». L’enfant ressentira la contrariété ou la satisfaction de ses parents et comme un enfant tient à complaire à ses parents, je vous laisse deviner la suite.
    Camille, je suis d’accord avec vous sur un point : il est bon que les femmes soient instruites et qu’elles aient un métier. Il me déplairait fortement que l’une ou l’autre d’entre elles soit obligée de se marier avec le premier homme venu voulant bien d’elle, de peur de ne trouver un autre candidat et d’être réduite à mourir de faim. Bien éduquer ses enfants demande aussi d’avoir de l’instruction. Mais je réclame pour les femmes le droit à mener une carrière professionnelle en pointillés si elles le désirent. Les mères de trois enfants de votre exemple, elles ont probablement un travail de bureau. J’imagine mal une employée de l’ADAR, une employée de supermarché faire face avec autant de brio. Il ne faut pas oublier non plus que certaines femmes font face pendant plusieurs années et tout-à-coup s’effondrent, ayant brûlé leurs réserves.

  101. Popeye, c’est quoi le bénéfice pour un blog qui dépasse 100 commentaires sur un sujet donné ?

  102. @Le Conservateur:

    « Mon exemple préféré, accessible au vulgum pecus, c’est le petit chat se tapant un petit lapin ou vice versa que l’on voit parfois dans vidéo gag. »

    Votre exemple est plus parlant que le mien… bien vu.

  103. @ Barabara
    Aucun à mes yeux, « just for fun ».

    Il faudrait demander à l’Amiral maître de céans s’il y trouve un intérêt.

    Certains hébergeurs de blogs font de la pub et rémunèrent l’auteur. Un des critères de rémunération est souvent le nombre de commentaires.

    • Si je pouvais participer on en serait sans doute au double de commentaires… Malheureusement je suis un peu occupé… Alors je suis la conversation de loin mais j’aime beaucoup!

  104. Pour information,
    Le Kilt est un vêtement masculin.
    Le skirt par contre, est féminin.

    Sinon, oui, y en a marre de se répéter.
    Qu’on le veuille ou non, notre essence est d’ être sexué !
    Ce qui pourrait paraître un désavantage, transmettre la vie à la moitié de nos gènes,
    Offre l’avantage que chaque être vivant d’espèce sexué est UNIQUE.
    Ou que tout les membres de l’espèce sont différent, DIVERS, pour parler à la mode.
    Or cette volonté de nier la sexualité, comme la mort d’ailleurs, de notre monde moderne,
    Et le cas de ces fadas suédois(e) ne semble pas isolé, me trouble beaucoup.
    Quel est donc le but, le dessin, des apôtres du dégenrage (?), à part faire disparaître une population ?

    Inconsciemment ne s’y cacherait pas pour certain le fantasme de l’immortalité ?
    L’ultime fantasme individualiste, transmettre une nouvelle vie à tous ces gènes, par clonage, nous ouvre des perspectives riantes, même plus besoin de se branler dans un tube.
    Bonjour la gauloiserie de l’an 3000 !
    Mâtiné du fantasme du gestionnaire, corolaire d’une société asexué, l’uniformité.
    Tous en jogging blanc avec mini casquette marronnasse Vouitton inversé sur le crâne, ça va être beau !

  105. Heu, j’ai toujours su que le kilt était un vêtement masculin. C’est pour ça que j’ai dit qu’on pouvait alterner, une semaine une jupe de fille et l’autre semaine un kilt quand revient la journée de la jupe. Mais si vous insistez, on peut n’alterner que le skirt et le kilt. Tant pis pour les jupes à volants. C’est pourtant bien joli mais il est vrai que ça utilise beaucoup de tissu, pas vraiment compatible avec le développement durable.

  106. @Baudricourt: vous me minez le moral, avec vos perspectives de clo(w)nage humain…

  107. Ouch … 111 commentaires je dois dire que ça décoiffe. Si j’arrivais à faire ça sur mon pauvre bleaugue je n’en serais pas réduit à payer des femmes pour avoir de la compagnie !

  108. Tu sais, c’est les femmes qu’on ne paye pas qui coutent le plus chère…

  109. hé hé, voilà une bien grave question qui pourrait relancer la machine vers les 150 commentaires

  110. Si l’Amiral Woland touche un euro par commentaire pondu par nos soins, il va pouvoir nous payer un chouette apéritif…

  111. 1€ par com…
    Je crois qu’en plus de pouvoir vous payer des apéros, vous aurez aussi trouvé la solution pour vous débarrasser de moi.

  112. @skandal
    Cette remarque me paraît frappée au coin du meilleur bon sens, celui que donne l’expérience. Quelle sagesse!
    @Daniel
    Vu la saison, rosé bien frais (voire pastis) et tapenade sur pain de campagne grillé feraient un excellente base apéritive. Encore faut-il que l’amiral se rémunère grassement grâce à nos élucubrations.

  113. @Popeye: si WordPress verse un euro par comm’ à l’Amiral Woland, ça pourrait assez le faire…

  114. L’indien, pourquoi l’amiral se débarasserait-il de vous s’il touche 1 € pour chacun de vos commentaires ? Ca étoffera l’apéritif.
    D’un autre côté,s’il avait voulu se débarasser de vous, il y a longtemps que ce serait fait.

  115. Non mais c’est moi qui ne suis pas pour participer au financement de vos apéritifs.

  116. Mais comment donc l’indien ? Nous finançons de nos demiers, via nos impôts, l’immigration galopante dont vous rêvez. En échage, en raisons des règles du bien-vivre-ensemble, vous nous payez l’apéro, et les petits fours qui vont avec. Rien de plus juste.

  117. @ Daniel : vous trichez, vous avez mis deux fois le même commentaire OO

  118. Mais moi aussi je finance avec mes impôts les frontières et autres quotas d’expulsion des ministres de l’immigration dont vous rêvez….

    Des fois je me dit que je suis vraiment insupportable a avoir réponse a tout comme ça.

    Jvous paye la tournée quand vous voulez.

    Bonne soirée.

  119. @Yakari l’Indien
    On expulse même pas 30 000 personnes par an : à comparer avec ce que nous coûte ceux qui restent et le regroupement familial…
    Alors je vous propose que vous contribuiez à l’apéro à hauteur de ce que nous coûte l’immigration, et nous (i.e. les affreux réac colonialiss’ raciss’ fachiss’) on contribue à hauteur du coût des expulsions. On peut même rajouter le salaire du ministre de l’immigration.
    C’est un bon deal, non?

    PS : en fait, vous n’avez pas vraiment réponse à tout.

  120. @Le Conservateur: c’est la faute du système! Il offre un (demi-)verre gratuit.

  121. Si la brouette est japonaise, les allumettes sont suédoises.

    Heu ! 125ème commentaire.

  122. Après le petit « Pop », je vous invite à découvrir l’Allemand Kim Petras, 16 ans cette année, qui a avoué certaines choses à l’âge de douze ans déjà (ce qui fait de lui/elle/ »es » (pronom neutre allemand) le/la… plus jeune transsexuel/le/… du monde) – et est devenu une pop (!) star depuis:

    http://www.lescopinessenmail.fr/News/kim-petras-16-ans-transsexuelle.aspx

  123. C’est un trouble de construction de l’identité. Il paraît qu’au bout d’un certain nombre d’années, la majorité des transsexuels demande à revenir au sexe d’origine.

  124. « Moi avant, quand je pensais à la Suède, j’avais des images de jeunes femmes blondes aux seins poitant sous l’effet des rigueurs climatiques et aux touffes vaporeuses… »

    Hahaha mon garçon , va falloir penser à décrocher les posters de David Hamilton de ta chambre.

    Aujourd’hui, une Suédoise, ça ressemble à ça :

    http://tundratabloid.blogspot.com/2009/07/breaking-swedish-minister-of.html

  125. Nigra sum sed formosa.

    (129 e commentaire.)

  126. Ah oui, au fait : y’avait déjà « Suédoises nues » dans les tags, j’ai ajouté « David Hamilton » dans mon com. Merci qui ?

    Bon, c’est pas Nyamko Sabuni qui va faire péter le page rank de Google, mais c’est pas moi qui choisis les ministres suédois, hein.

  127. Pas con cette idée Marchenoir…

    Brigitte Lahaie, Tabatha Cash, Paris Hilton, bourgeoises en chaleur, 11 septembre, Palestine, Israël, tournante, Mickael Jackson, Orelsan, Nicolas Sarkozy nu, Bernard Menez.

  128. Plus sérieusement, l’Amiral Woland se fait rare…

  129. Bonjour, nous sommes des nouveaux venus dans la sphère:

    http://biendegagederrierelesoreilles.blogspot.com/

  130. Ouep ça joue les durs au mal mais ça part en vacances en même temps que les profs, psssst honteux, éclatez vous bien quand même Amiral.

  131. Pingback: Conquête, mur des cons, Allemagne et Suède | Brèves 3.0

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s