Archives quotidiennes : 2 septembre 2009

Il est beau, il est frais mon raciste!

Il y a des jours comme ça où il vaut mieux passer la journée à être mort de rire plutôt que de se laisser aller à l’atteration tendance mélancolique qui vous pousse à boire et, éventuellement, au mieux à foutre le toaster dans l’aquarium pour faire frire ses salopards de poissons rouges (attention, je vais maintenant placer une référence hautement culturelle, le premier qui trouve gagne une pinte au bombardier) et maman croira qu’ils se sont battus, au pire à savater la dite maman qui a laissé le monde devenir l’immonde tas purulant qu’il est devenu.

Aujourd’hui la grande esclafferie porte sur le racisme.

Les autorités canadiennes, pourtant à la pointe de la veulerie anti-occidentale comme le prouve ses infâmes tribunaux de la pensée (où les droits les plus élémentaires de la défense sont allégrement bafoués) se font accuser de racisme pour avoir oser accordé le statut de réfugié politique à un Sud-Africain blanc. Ben oui on le sait bien, seul les blancs peuvent êtres racistes. C’est comme ça. D’ailleurs quand Mugabe du Zimbabwe vire les fermiers blancs, c’est un juste retour des choses. Quand les noirs d’Afrique du Sud foutent le feu à des noirs du Mozambique c’est juste pour rigoler, c’est social tout ça…

Donc que ce soit clair pour tout le monde, les blancs ne peuvent pas êtres victimes du racisme, c’est comme une poule qui parle, c’est pas possible.

D’ailleurs le blanc est toujours suspect de racisme. Aux USA, si vous osez critiquer l’Obamessie, ce n’est pas parce que vous êtes peut-être hostile au socialisme, mais forcément parce que vous avez dans votre armoire un draps blanc et un chapeau pointu. En France, Villiers n’est que modérément en faveur de l’immigration de masse et de la subsitution de population et Sopo se dépèche de noter qu’il y a de quoi s’inquiéter que l’UMP autorise son rapprochement. Je reconnais que c’est dégoutant mais sans doute pour d’autres raisons.

Donc tenez le vous pour dit petits blancs, vous êtes la bête immonde dont le ventre est toujours fécond. Votre seul salut est dans l’immolation, la pendaison et la noyade simultanée, pas facile à faire mais on a rien sans rien, c’est comme ça.

En même temps, je me demande si au bout d’un moment, le petit blanc ne va pas tomber dans le fameux concept psychologisant qui veut qu’on finit toujours par s conformer à l’image que les gens ont de vous…

Allez savoir.

Dans ces conditions, je retourne jouer à clodogame.