De l’importance de la stigmatisation

En cette période de réouverture des restos du coeur il me semble qu’il est nécessaire de soulever un point de plus en plus mis de côté par le modernisme: la honte.

La honte est le seul moyen pour une société d’être généreuse et charitable tout en évitant que ceux qui profitent de ces bienfaits ne soient pas poussés à trouver ça normal. S’ils ne ressentent pas de culpabilité et pas de honte ils profiteront à fond du système qui ne sera plus qu’un puit sans fond, n’hésitant pas à racler tout ce qu’ils peuvent de leurs petites mains de mendiants envieux. Ils n’hésiteront pas à élever leurs enfants dans cet état d’esprit la aussi, aggravant toujours plus le problème, érodant toujours plus la responsabilité individuelle ce qui créé une faille dans laquelle l’acès à une aide (toujours plus importante) devient non plus une aumône que l’on demande en baissant les yeux en se jurant de se sortir de ce mauvais pas, mais un droit pour lequel on manifeste pour avoir des primes de Noel venant couronner une belle année à ne rien branler. Au final, on se retrouve avec un état obèse nourissant au sein un quantité industrielle de feignasses.

Alors bien sur, des gens sont dans des situations très triste, et il est de notre devoir de chrétien de les aider, mais cela doit rester de la charité et non une soit-disant solidarité virtuelle qui n’arrange personne.

Ou sinon on peut aussi organiser des combats de clodos dont le vainqueur gagne un gorgeon de rouquin qui tache. C’est rigolo les combats de clodos.

3 réponses à “De l’importance de la stigmatisation

  1. Excellent. De plus en plus, les « assoc » exhibent éfrontément la misère -qui est leur fonds de commerce-, la rendant sinon glorieuse, du moins presque estimable puisqu’irresponsable.
    D’où des revendications de plus en plus arrogantes, notamment de la part de qui vous savez. Je me souviens d’un reportage sur une famille « diverse » qui ne faisait que gémir et se lamenter parce que la peinture de leur appartement était craquelée, la cage d’escalier décrépite, etc.
    Je te leur botterais le cul pour qu’ils prennent un pinceau et un balai-brosse!

  2. Bien… C’est fort juste… Mon devoir de chrétien est de vous rappeler que vous devrez accorder « triste » au pluriel à chaque fois que « des situations » l’exigeront…
    On devrait couper les subventions de ces associations parasites qui entretiennent la misère pour créer des ligues de promotion de l’orthographe et de la grammaire dotées de catapultes qui nous permettront de nous débarrasser des plus réfractaires. Ca nous fera vite de l’air…

  3. J’aimerais autant des combats de bobos femelles (bobottes ?) dans le chocolat fondu, façon « Sweet movie ». Et, après, on leur technicolore la gueule au rouquin.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s