C’est quoi être français?

Apparemment c’est une question à la mode… Du moins c’est ce que je crois comprendre du calamiteux débat sur l’identité nationale, termes assez minables (je suis d’accord avec le Conservateur) pour poser une question. Si on veur savoir ce que c’est que l’identité nationale, on prend un bouquin d’histoire qui commence avec Clovis et on lit tout jusqu’à nos jours et voila, on l’a l’identité nationale.

C’est bien plus interessant de savoir ce que c’est que d’être français, même si c’est comme pour de savoir si on est coule ou non. Si on se pose la question, il ya de forte chance pour qu’on ne le soit pas… Ce qui d’ailleurs expliquerait très bien pourquoi nos chers politiques se demandent ce que c’est que d’être français et estime un débat sur la question necessaire.

Alors être français ce n’est pas bien compliqué. C’est se reconnaitre comme étant non l’héritier mais le passeur d’une histoire et d’une culture qu’on considère comme étant supérieure et à part de par sa richesse et son ancienneté.

C’est aussi avoir un certain esprit tourné vers la gaudriole. Prendre au sérieux les frivolités et prendre légèrement les choses graves (ce qui a uine facheuse tendance à se perdre…) même si c’est un lieu commun. Les grosses têtes de Bouvard sont mille fois plus français que les poseurs moralistes qui envahissent ma télé. Un gout du panache, du geste inutile, de la cause perdue à laquelle on s’attele juste pour le principe. Cyrano quoi.

C’est aimer le vin, la bonne chère, les disputes et les réconciliations.

Je sais bien que tout cela sonne très plat et pourtant c’est vrai. Si vous voulez savoir ce qu’est un français le meilleur moyen est encore de le demander aux étrangers. Les a priori sont clairement les meilleures définitions de la francitude.

Donc bon voila. Ce débat ne mérite pas l’attention nationale, juste une dizaine de lignes. Le reste est imbécile, inutile et contreproductif.

Et puis tout cela est purement théorique car on sait bien qui en France est français et qui ne l’est pas.

21 réponses à “C’est quoi être français?

  1. Dites, vous z’auriez pas un peu picolé, avant de l’écrire, çui-là ? Non, pârce que, d’habitude, vous maniez mieux la langue. Là, on dirait moi après trois pastis…

    (Bon, smiley quand même, hein !)

  2. Finalement c’est beaucoup plus facile ne posant la question inverse : qu’est ce qui n’est pas français ?

    Pour rester dans l’actualité et dans la provoc (encore que…), les minarets ne sont pas français.

  3. Hier soir sur RTL :

    Hondelatte : “c’est une question qui vous intéresse, vous venez d’en discuter avec François Fillon. Alors, c’est quoi l’identité nationale française ?”

    Louis Schweitzer : “un français est toute personne reconnue citoyen français par les lois de la République”

    Hondelatte : “alors l’identité française est purement administrative ?”

    Schweitzer : “Oui”.

    Cash.
    J’ai failli en avoir en accident de la route.

    • @ Didier, non même pas… mais je dois avouer que je n’étais pas très content de moi à la fin. Manque d’inspiration devant l’évidence j’imagine (en tous cas c’est ce que je me dis pour me rassurer).
      @ Skandal, tout à fait.
      @ NightEye, effectivement, il y a de quoi avoir envie de foutre le feu…

  4.  » moi, je dis que tout débat qui cherche à sanctifier une identité veut exclure »

    Daniel Cohn Bendit.

    « c’est quoi être français ? c’est ne pas être d’ailleurs »

    Coach Berny.

    Ben, avec des penseurs de ce niveau on n’est pas sorti de l’auberge !

  5. Et bien en voila un billet pas trop mal troussé sur l identité et ce malgré cette présence pénible de Johnnie Walker travesti.

  6. @Corto: vous soulevez un lièvre intéressant: pourquoi la réacosphère a-t-elle choisi Johnnie Walker (certes déguisé) comme mascotte? (et pourquoi pas le petit bonhomme au pouce levé des cafetières Bialetti, ou le Bibendum Michelin, ou que sais-je)?

  7. pourquoi la réacosphère a-t-elle choisi Johnnie Walker

    Peut-être parce que la littérature réactionnaire est anxiogène, dans la mesure où les réacs pensent que le monde va mal. Dans cette hypothèse, Johnnie Walker est un antidote à leur vision pessimiste des choses. Chacun sait que l’alcool est un antianxiolitique.

    En réalité, le whisky n’est qu’un palliatif et il n’y a pas de remède à leur chagrin. Raison de plus pour s’en mettre plein la lampe. « Mangeons et buvons car demain nous mourrons. »

  8. @Anonyme: je comprends votre raisonnement, de bout en bout. Mais n’y aurait-il pas eu, quelque part, quelque captain Beaujol ou Super-Ricard qui fasse plus couleur locale? Je conviens avec vous qu’il n’est pas évident de trouver le candidat idéal…

  9. Désolé, Amiral, d’avoir quelque peu biaisé le fil de votre discours, mais utiliser le logo d’un des meilleurs Whisky, pour identifier la réacosphère me parait insupportable.
    Et qu’il puisse servir de palliatif aux errements des adeptes de la réacosphère m est encore plus pénible.
    Agissez Amiral si vs en avez le pouvoir et faites nous remplacer Johnnie par de la Suze ou de l »Absinthe, bien plus sournoise et dangereuse, elle tue a petit feu parait-il…

  10. De la Suze ou de l’Absinthe ? mais ce sont des médicaments monsieur Corto, nous ne sommes pas malade, nous sommes légèrement anxieux et l’anxiété peut être normale, voire nécessaire à la vie par sa fonction adaptative, ou au contraire pathologique et invalidante. Les limites entre la réaction anxieuse normale qui mobilise le sujet pour affronter une situation difficile et l’anxiété pathologique est floue…très floue d’ailleurs après quelques verres de Johnnie Walker.

  11. et chacu sait que whisky signifie « eau de vie  » en gaëlique. Il n’y a rien de morbide là dedans. Tout au plus une petite mélancolie passagère.
    Quant à apprécier le scotch, c’est normal. Les liens avec l’Ecosse datent de la « auld alliance », XIIIème siècle si je ne m’abuse.
    Comme la France, c’est aussi la patrie de la gastronomie, elle sait ASSIMILER les bons produits. Quelques coquilles Saint-Jacques bretonnes, flambées au whisky…mon Dieu que c’est bon!!
    Largement meilleur que le couscous ou le vin de palme.

  12. @Corto :  » le logo d’un des meilleurs Whisky »
    Retournez vous enduire le corps d’huile et transpirer sur votre stepper du Forest Hill. Johnnie Walker est au Whisky ce que la Grappe Royale est au vin rouge…Tsss. Mais je comprends qu’une silhouette à jacquette suscite votre intéret.

    @aux autres : je crois qu’il ne faut pas aller chercher plus loin que la queue de pie, le haut de forme, la culote saumur, la botte à chaudron et la canne à pommeau… Plus personne ne s’habille comme cela (encore que moi certains samedi…) Cétaimieuhavant quoi…

    Amon

  13. Etre français, c’est poser des questions à la con et en débattre jusqu’à plus soif.

    Et être fier de ne pas l’être.

  14. L’Indien, arrêtez les poncifs à jet continu, Woland ne lance pas une french pride, il dit juste qu’il est l’héritier d’une culture et d’un Etat vénérables et qu’il lui convient de s’incarner en Cyrano

  15. Pour anonyme, une petite précision de vocabulaire.
    Un anxiolytique est un médicament qui lyse (=détruit) l’anxiété. L’alcool est donc un anxiolytique et non un antianxiolytique.

  16. @ Nighteye, à propos de Schweitzer :
    il est d’autant plus facile, pour un cadre supérieur dont l’occupation diurne consistant à « faire » la France provoque de multiples cartes de France nocturnes, de confondre l’identité française avec la carte d’identité française.
    Et nous voilà tous dans de sales draps.

    Autrement, la gaudriole, le Johnny Skywalker et le Frenchlovering sont bien les oriflammes modernes du « peuple national »©.

  17. @ Barbara

    C’est plus complexe.

    « En fait, les patients ont expérimenté, comme chacun, au début de l’alcoolisation, les effets désinhibiteurs, euphorisants et sédatifs de l’alcool. En cas de dépression ou d’anxiété ils peuvent en rechercher les effets, s’automédicant en quelque sorte. Mais les effets pharmacologiques de l’alcool s’inversent lors de l’alcoolisation chronique du fait de l’adaptation progressive du système nerveux central. Ainsi les dépendants primaires développent-ils parfois anxiété et dépression secondaires, et le recours à l’alcool est non seulement inefficace mais il peut aggraver les anxieux ou dépressifs primaires. »

    http://www.alcoweb.com/alcoweb/front/Controller?controller=InterligoController&action=loadPage&codeRubrique=17&codePage=308

  18. @ anonyme
    oui, d’accord. A noter que vous avez un problème similaire avec les médicaments anxiolytiques vendus en pharmacie. En cas de prise prolongée, il faut diminuer les doses d’une façon très progressive, car sinon l’état de manque génère des troubles, dont l’anxiété.

  19. « Etre français, c’est poser des questions à la con et en débattre jusqu’à plus soif.Et être fier de ne pas l’être. »

    Ouais, ben franchement, c’est pas faux.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s