Archives mensuelles : août 2010

10 cms de plus ou moins, ça compte oui, mais que dans le pantalon!

Voila un certain temps que les réchauffistes de tous poils nous prédisent l’apocalypse par noyade généralisée. Selon eux, le Goracle en tête, ils nous faudra tous courir vers les collines alors que des vagues démentes déferleront sur toutes les villes plus ou moins proches d’un littoral quelconque. Au nom du Grand Bain qui nous attend tous, nos gouvernants dépense des milliards de nos sous durement gagnés.

Malheureusement, les faits sont têtus: http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/5067351/Rise-of-sea-levels-is-the-greatest-lie-ever-told.html

En résumé, le niveau de la mer ne monte plus depuis 50 piges, le GIEC truque ses données et le niveau des océans n’évoluera pas de plus de 10 cms au XXIème siècle. Ce n’est pas moi qui le dit mais un garçon qui a 2-3 notions de comment fonctionne la grande bleue, j’ai nommé le Dr Morner.

Une fois encore nous avons donc la preuve que notre bel argent serait mieux dépensé dans un élevage de licorne chiant des paillettes que dans les petites mains avides et grassouillettes de notre état obèse.

Je ne vois plus d’autres choix que de faire sécession!

Gratuité des musée et nausée

Je ne vais que peu dans les musées. Ma tendance naturelle ne me pousse à fréquenter mes soit-disant semblables que pour boire des canons et manger un bout. Sinon, je préfère globalement rester chez moi. Cependant, je suis passé au musée Carnavalet dimanche. Surprise c’était gratuit, je reconnais par ailleurs que je me tiens assez peu au courant de l’actualité cuculturelle. Toutefois, il faut quand même noter que le principe de gratuité est assez spécial vu que ça veut juste dire qu’on ne me demande pas de repayer une seconde fois après avoir prélever une part non négligeable de mon salaire…

Donc j’arrive là-bas et les employés commencent par m’expliquer que la moitié du musée est fermée. Je me dis que c’est parce que c’est dimanche donc ils ne doivent pas avoir assez de gens pour assurer l’ouverture du musée. En fait il y à là quasiment autant de fonctionnaires que de visiteurs. Fonctionnaires assis sur des chaises et semblant trouver le temps long… Ils s’amusent en criant après les touristes étrangers, leur expliquant qu’ils doivent porter leur sacs sur le ventre pour ne pas bousculer les objets tout ça… Je me promène et note que c’est un fouilli pas possible, que les notices explicatives sont minables et uniquement rédigées en français. Bref je commence à bouillir mais je mets ça sur mon mauvais esprit. Puis, je surprend une conversation entre les employés municipaux qui se demandent s’il faut ouvrir plus de salles parce qu’ils est 14h30. Certains disent que oui, d’autres affirment que non, qu’ils sont bien sur leurs chaises à regarder le vide, qu’ils ont mal aux pieds et ainsi de suite.

A ce moment précis, j’ai été pris d’une terrible envie de vomir. Je ne voyais que 2 moyens de faire passer cette envie, soit me barrer au plus vite, soit attraper une des enseignes en exposition et de me lancer dans une expédition punitive à l’égard des ces représentants de la cuculture. J’ai choisi de me retirer après avoir jeter un coup d’oeil au livre d’or qui comportait essentiellement des critiques assez vives de l’état et de la gestion des lieux…

Tout ça pour dire que tout ce qui est gratuit n’a aucune valeur, que ce serait mieux de payer 2 ou 3 euros à l’entrée pour avoir un musée digne de ce nom relatant l’histoire de Paris et que les fonctionnaires ne sont plus ce qu’ils étaient…

Sinon j’ai aussi lu "l’homme à cheval" de Drieu la Rochelle cet été, mais ça ne m’a pas plu plus que ça.

Je confirme que je refuse de disparaitre

Que ce soit bien clair, à l’heure où l’ubermensh Obama veut qu’en gros on plante une mosquée sur les tombes encore fumantes de ses concitoyens, où l’ONU condamne la France parce que Sarko ose dire qu’il doit encore pouvoir choisir quels étrangers ont vocation à devenir français et à quelles conditions ils peuvent le rester, où toutes les institutions veulent nous imposer la mondialisation, donc l’indifférenciation généralisée, et où les derniers arrivés expliquent à ceux qui sont là depuis toujours qu’ils doivent se faire le plus petit possible, se faire oublier et avoir le bon goût de disparaitre, et ben moi je dis non.

Je suis là pour transmettre, je suis là pour perdurer, je crois en La France et en L’Occident et à leurs valeurs. Je refuse d’évoluer. Je refuse de m’adapter. Je refuse la modernité telle qu’elle nous est imposée à longueur d’ondes et d’éditos. Je reconnais que ma pensée n’est pas rafinnée et je m’en cogne, ma vie n’est pas une dissertation, mon héritage n’est pas négociable. Et à ceux qui disent « mais comment peux-tu savoir que tu as raison? » Je réponds que j’ai raison parce que je veux survivre, que j’ai raison parce que je sais d’où je viens et d’où viennent les élites qui veulent nous dissoudre à l’acide, que j’ai raison parce que je ne courberais pas l’échine et que je ne m’agenouille uniquement devant le Seigneur. J’ai raison parce que je veux vivre selon un mode de vie qui a fait ses preuves.

Donc, bon voilà. Les choses sont claires.

Sinon, il faut absolument lire « le pavillon des cancéreux » de Soljenitsyne que j’ai acheté par hasard en promenant dans une librairie, ou en tous cas au moins le dialogue entre Kostoglotov et Chouloubine pour ceux que les romans russes et les 92 noms par personnages saoulent. Ca a été pour moi un grand coup de poing dans le bide.