La vérité n’est plus une défense

Traditionnellement, on pouvait dire à peu près ce qu’on voulait du moment que c’était corroboré par les faits. Par exemple, quand je disais que machin n’était qu’un suceur de grosses pines de poney shetland et qu’il m’attaquait en diffamation, je pouvais me défendre en sortant la vidéo de machin s’amusant avec Prince du Tiroir (c’est pas de ma faute si les chevaux on toujours des noms crétins).

Aujourd’hui, et ce partout dans le monde, ce n’est plus le cas. Comme le prouve le procès intenté à Zemmour pour des faits vérifiables instantanément, comme le prouve le procès intenté à Mark Steyn au Canada, comme le prouve fait à Geert Wilders pour des faits dont la vérité n’a pas d’importance car seule compte la légalité des propos tenus, comme le prouve le fait que la parole est censurée partout afin de préserver la sensibilité de certains de nos amis que nous n’avons pas le droit de citer sous peine d’être attaqué pour diffamation.

Dans ces conditions, quand la vérité n’est plus une défense, on peut dire légitimement que nous sommes poussé à la folie. Quand la vérité devient de par sa nature même illégale, on est par définition forcé de vivre dans le mensonge. Et quand le cerveau ne peut plus être d’accord avec les yeux et les oreilles on sombre dans une débilité mentale profonde et anxiogène. Exactement ce qu’il faut pour que les hommes et les femmes se retrouve prostrés en position foetale dans la peur de mal faire ou de mal dire. L’étape d’après consiste soit en la mort, soit en la colère de type Dieu de l’ancien testament. On ne peut qu’espérer qu’il nous reste assez de force vitale pour la deuxième option.

N’oublions pas que d’après les écritures "la vérité vous rendra libre".

Publicités

13 réponses à “La vérité n’est plus une défense

  1. « La vérité est ailleurs »
    The X-Files

  2. Machin a une grande bouche !

  3. La vérité rend libre et le travail aussi

  4. Sinon superbe démo…

  5. j’ignorais que l’on ne pouvait pas se défendre en arguant de la vérité vraie en cas de procès pour diffamation.
    Effectivement c’est une belle avancée du Droit .
    En fait vos exemples sont mal choisis. Dire que X est un suceur de pines de poney Shetland est toujours une diffamation dès lors qu’il s’agit de la vie privée de X et du Shetland. On ne peut jamais prouver la véracité des faits et encore moins en présentant une vidéo, ce qui constituerait une seconde infraction. Sauf si X ait été conscient qu’on le filmait et qu’il n’a pas réagi.
    Concernant les propos que l’on prête à Éric Zemmour, ils ne sont pas vérifiables puisqu’il est légalement interdit de les vérifier. On ne peut pas produire de statistiques faisant apparaitre de manière visible origine , sexe, opinions politiques, mœurs, ethnie etc (cf art.225-1 du code pénal), surtout si elles sont négatives. Si elles existent elles sont illégales donc irrecevables. Lorsqu’il s’agit de démontrer que c’est une chance pour la France, le ministère public est beaucoup plus coulant, pourtant stricto sensu, cela reste une discrimination.
    Le système est bien verrouillé.

    Quand est-ce qu’on crée une amicale des poseurs de bombe pour répondre au précepte « Aide-toi et Dieu t’aidera » ?

  6. En fait, la vérité n’a jamais été une excuse en matière de diffamation, et c’est bien ce qui rend ce genre de poursuites dangereuses.

    Le fait d’ête capable de prouver que les faits allégués sont vrais peut amener le tribunal à l’indulgence, mais ce n’est nullement automatique ; il y a pas mal de restrictions (que je n’ai pas en tête). De plus, je me demande si cette voie de défense n’est pas réservée aux journalistes.

    En fait, sur le papier, cette loi interdit de dire du mal de quiconque, puisque n’importe quelle allégation vraie peut être considérée comme attentatoire à l’honneur.

    C’est la roulette russe.

  7. non seulement de dire du mal mais dans l’absolu de dire du bien même, naturellement dans ce cas ce n’est pas appliqué. On se plaint rarement que l’on dise du bien de soi.
    « Est puni […] le fait […] volontairement porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui […]  » art. 226-1 code pénal

    • @ Paul-Emic et Marchenoir, navré, mais en l’espèce, et une fois n’est pas coutume, vous êtes tous les 2 à côté de la plaque. Je parle de quelqu’un pratiquant la zoophilie, ce qui est encore considéré, malgré notre modernité, comme un mauvais traitement envers un animal. C’est un délit puni de 2 ans de taule et 30000 euros d’amende. Par conséquent si je dénonce quelqu’un comme étant un zoophile et que je peux en apporter la preuve, ce ne sera plus une diffamation, donc je ne pourrais plus être poursuivi. C’est comme si je traite quelqu’un de pédophile et que j’en apporte la preuve. Sauf si ce quelqu’un se trouve être le prophète de quelques autres très sensible. Alors la vérité n’aura plus de poids. Donc bon voila.

  8. L’amiral vous faites une erreur, vous confondez dénonciation d’un crime ou d’un délit avec la diffamation. Ce que je dis plus haut ne s’applique naturellement pas aux crimes et délits.

  9. Justement non Paul-Emic, si je dis quelque chose sur quelqu’un, et que c’est quelque chose de répréhensible pénalement et que je ne peux pas en apporter la preuve, il peut porter plainte pour diffamation. Si je peux apporter la preuve de ce que je dis, alors la plainte pour diffamation ne tiendra pas. Je ne confonds rien, c’est juste un simple cas pratique.

  10. mais ça ne vaut que dans le cas d’un délit, d’un crime, voire d’une infraction.
    si on sort de ce cadre, on ne peut pas apporter de preuve.
    Exemple, vous savez que votre voisin est pédophile vous en faites part publiquement ou non, vous pourrez toujours produire des preuves.
    Vous savez que votre voisin trompe sa femme et vous le dites, avec preuve ou non cela reste de la diffamation parce l’adultère n’est plus un délit et que s’applique l’article 226-1 déjà cité.
    Le cas de Zemmour, je l’ai déjà détaillé, les seules preuves dont il pourrait faire état sont des preuves dont il est interdit de faire état car issues de données qu’il est interdit de compiler : sexe race religion etc…

  11. Content de voir que vous êtes finalement d’accord avec moi puisque dans mon exemple je cite un délit.
    Je prenais Zemmour comme un exemple parmi d’autres. D’ailleurs il a été condamné pour ses propos sur la discrimination, pas sur les délinquants.

  12. j’avais interprété le shetland comme une parabole.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s