Il faut savoir laisser mourir les amitiés

Les réseaux sociaux ont ceci de détestables qu’ils maintiennent en vie artificiellement des amitiés qui auraient dû se terrer dans un endroit sombre pour mourir des années auparavant.

Il n’y a rien de plus insupportable que de se promener sur fessebouque ou autres pour voir que Marcel va au marché, que tout compte fait il aime à se faire masser la prostate à l’aide d’une courgette ou que tout est trop LOL, ce qui réveille en nous le souvenir de l’existence de Marcel dont on a plus rien à branler depuis bien longtemps déjà, et accessoirement nous donne envie de nous plonger dans un coma prolongé pour échapper à de telles inanités. Mais c’est plus fort que nous, pendant quelques instants on se dit qu’on devrait prendre de ses nouvelles, lui envoyer un petit message ou quelque chose au nom du passé… Alors que si on n’a plus de nouvelles de lui c’est bien parce que d’un commun accord tacite les deux parties ont accepté la fin de leur histoire commune.

Et c’est là qu’on réalise que la nature même des réseaux sociaux est maléfique et contre nature. Si on a pas le temps ou le goût de faire l’effort nécessaire au maintien de relations, alors c’est qu’elle n’ont plus de raison d’être et qu’elles doivent être remplacées par de nouvelles… Et que donc il faut se sortir les doigt du trou de balle ou de celui du voisin pour aller vers l’autre, boire des canons et finalement vivre. Quelque soit votre nombre d’amis virtuels, seul une poignée de ceux avec qui vous passez du vrai temps seront là quand vous plongerez dans une diarrhée infernale, encore moins vous couvriront quand il faudra se ruer de derrière les barricades, et presque aucun ne vous tiendront la main au moment du passage par lequel nous sommes tous condamné à passer (la mort pour les boeufs qui ne comprennent pas tout). Toutes ces imbécillités ne font que nous ramollir encore un peu plus dans la contemplation béate et crétinisante d’un écran quand nous devrions vivre au grand air et nous entrainer au self-défense tout en buvant moult breuvages fortement alcoolisés pour tisser des liens solides avec de bons camarades.

Par conséquent, je vais supprimer ces comptes sur lesquels je vais une fois par mois et qui m’empêchent de faire acte d’une réelle amitié pendant ces quelques instants purement et simplement gâchés.

Publicités

Une réponse à “Il faut savoir laisser mourir les amitiés

  1. non , par pitié , ne me supprimez pas !
    je suis seul au monde !

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s