Archives quotidiennes : 17 mars 2011

Tremblement terre massif en Californie samedi?

C’est en tous cas ce que pense Jim Berkland, connu pour avoir vu venir d’autre gros séismes (notamment en 89, je sais ça date…). Selon lui, les morts massives de poissons qui ont eu lieu il y a peu de temps sont dues au fait que les champs magnétiques seraient tout chamboulé à cause du tremblement de terre à venir. A cela s’ajoute la position de la lune et autres très grande marée.

Je ne suis pas un spécialiste cet je suis incapable de dire si ce type est un charlatan ou pas, mais il faut reconnaître que ça fout un chouilla les jetons si c’est vrai. Et si on en a quelque chose à foutre… Ce qui fait quand même pas mal de si…

En tous cas, cette théorie de fin du monde va me servir à justifier la cuite à venir de ce soir: "mais chérie, c’est pas grave que je sois bourré! De toutes façons on va quand même pas crever à jeun?" Il ne faut jamais laisser passer une bonne excuse facile et scientifique de se mettre une caisse.

Pensées du jeudi 17

– Si je crois les journalistes français et nos hommes politiques, nous sommes tous d’ignobles racistes arriérés et très vilain. Quand je regarde les divertissements qui nous sont proposés qui racontent en très grande majorité des histoires moderno-gauchiste, je me demande si c’est gens ont vraiment un bon sens du marketing… Remarquez, c’est peut-être la seule vraie raison du succès du camp des saints, c’est un divertissement pour réacs…
– Ils veulent rendre le congé paternité obligatoire… Au delà du fait que tout ce qui est obligatoire me donne une vague nausée, on peut légitimement se demander si ce n’est pas fait pour favoriser les paydays.
– Les gens qui s’offusquent du fait que l’écart entre les riches et les pauvres s’accroît seraient donc plus heureux si l’écart était moins grand, même si les pauvres étaient bien plus pauvres. C’est beau et intelligent le socialisme.
– Nos enfants reçoivent environ une vingtaine d’années d’éducation tous frais payés. Après de si longues études on pourrait espérer qu’ils soient des maîtres du kung fu, parlent couramment 6 ou 7 langues et aient une culture générale digne de Pic de la Mirandole. à la place de ça 40% ne savent ni lire ni écrire. C’est argent est-il vraiment bien employé?
– C’est la Saint Patrick aujourd’hui, pour fêter ça je vais jeter des pommes de terre à des rouquins, YAY!

Qui veut ma voix?

Vu que je répugne à ne pas donner mon avis les rares fois où on me le demande, il est très difficile pour moi de ne pas voter. C’est une pure question de principes car je ne suis pas dupe quand à ce que je peux en espérer.

Donc ma voix pour les prochaines élections est à prendre. Je laisse une chance à tous les candidats, ou leur chargés de com’, ou leur militants ou peu importe, de me présenter personnellement pourquoi je devrais voter pour eux. Je vais même jusqu’à leur proposer de retranscrire ces entretiens ici même pour que tout le monde en profite et qu’ils puissent toucher un maximum de gens. Ceci est un appel sérieux et sincère, je reste malgré tout un optimiste forcené.

Voila, on peut dire que maintenant je suis rerentré dans le "champ républicain"? … ? … ? C’est moi où on se fait un peu chier là?

Fétichisme de la défaite

Il y a comme un découragement qui plane dans l’air, apparemment porté par l’idée que certains se font de ce que tout le monde devrait penser du bouquin de Raspail. On tombe des nues en réalisant qu’untel qu’on croyait être un frère d’armes à nos côté est en fait un peu divergeant. On s’agace dé réaliser qu’en fait, même quand on lit les billets rédigés par des bloggueurs avec qui on pensait tout partager, il faut utiliser notre sens critique en permanence ce qui est épuisant. Le petit château de carte mental qu’on s’était monté et qui voyait l’étendard de la réacosphère comme s’imposant à tous s’écroule lamentablement dans ces moments là.

Comment, on ne tirerait pas tous exactement dans le même sens? Krieg gross malheur, katastrof, toussa!

Et bien, je ne vais sans doute pas vous remonter le moral ce matin. La différence des natures, soulignée par XP un peu partout sur la toile ces derniers jours, s’impose comme étant naturellement supérieure à la concordance d’opinions. Oui, soit on est fait pour faire partie d’une meute, soit on est fait pour être solitaire. Soit on est fait pour le combat pied à pied, soit on est fait pour des sphères disons… différentes. Et non, le simple fait d’écrire des articles d’opinions sur le web ne fait pas de vous un militant de facto. Il existe des dizaines d’autres raisons de le faire, cracher son mépris du monde à sa face n’étant pas la moindre. Supporter la compagnie de ses semblables est une épreuve qui peut se révéler tout à fait répugnante, mais dans mon cas elle est absolument nécessaire pour réaliser mes objectifs. Si vous faites tomber votre alliance dans les égouts, vous serez obligés de patauger dans la merde pour la récupérer et si vous y arrivez, vous finirez par aimer ces étrons flottants sur lesquels naviguent de charmants gros rats aventureux.

Cependant, ILYS, comme d’autres font partie non d’un mouvement mais d’une réaction. Chacun, dans notre coin ou en essayant de nous grouper, alimentons de minuscules braises, nous pensons être les prêtres du feu sacré. 2012 ne sera pas notre avènement, si vous placez le moindre espoir en Marine, vous serez cocufiés. Si vous envisagez que Sarko soit l’homme de la situation, vous prenez de la drogue et je vous demande de partager! Je suis engagé dans un combat de très longue haleine. Ceci n’est pas une petite bataille qui se gagne en 6 mois et 3 posts. Nous sommes dans une guerre culturelle totale. Nos premiers ennemis ne sont pas les CPF mais ceux qui refusent la différence. C’est sur ce terrain que nous ne devons rien abandonner. C’est là que nous devons tirer un trait dans le sable et refuser de céder ne serait-ce que d’un pouce. Mon modèle est William F. Buckley à qui il a fallu 30 piges pour porter une partie de ses idées au pouvoir. Oui, je fais partie de ceux qui veulent la victoire, je fais partie de ceux qui veulent qu’on s’organise, mais je remercie ceux qui préfèrent rester à l’écart et nous servent d’aiguillons intellectuels. Je ne peux pas leur reprocher d’être ce qu’ils sont, et je ne peux pas leur demander de se plier à ce que je crois être notre seul chance de continuer à vivre et à jouir de ce qui a été bâti pour nous.

Je leur demanderais juste de ne pas nous se mettre dans nos pattes quand nous déploierons les catapultes.

Alors arrêter de chouiner à la moindre déconvenue car nous ne sommes pas prêt de sortir des tranchées. Il faut continuer à travailler, à se répéter sans relâche afin de créer une ambiance qui nous soit favorable. Une fois cet environnement en place, nous pourrons convaincre des gens. Après ça, les courants politiques ont des flux exponentiels. Nous sommes à la genèse, ce n’est pas le moment de baisser les bras.