Chose du diab’!

Rions un peu aujourd’hui avec la nation de l’islam.

Ces gens fort sympathiques croient que la race blanche a été crée il y a 6000 ans par un scientifique à la Mecque nommé Yakub.

Déjà, ça permet de bien rigoler le matin.

Mais ça ne s’arrête pas là. Selon cette théorie les blancs sont des démons devant dominer le monde pour 6000 ans et cette domination a commencé à prendre fin en 1914. Il va sans dire que les juifs sont aussi une race artificielle de trucages et de mensonges. Maintenant c’est au tour des noirs de reprendre la main. Nous allons donc bientôt tous vivre dans des huttes en bouse. Remarquez… dit comme ça et vu l’imagerie des clips de rap ou des gros noirs dominent des jolies petites blanches, ça ne parait pas aussi aberrant que je pensais.

Malcolm X, souvent présenté sous les traits d’un héros, y croyait dur comme fer et je ne serais pas surpris d’apprendre que l’influence de la nation de l’islam est assez importante un peu partout. Ca expliquerait quand même la condamnation systématique du blanc à l’expiation de tous les maux du monde sans procès. En même temps, si vous êtes noir, que vous vivez dans une citée que vous avez consciencieusement délabrée sans vous sentir responsable et qu’on vous propose le choix entre les frères musulmans et la nation de l’islam, le choix n’est sans doute pas difficile.

Enfin… Il est bon de voir que la haine est un sentiment universel et transcendant les races. On devrait peut-être proposer ça comme programme politique, la solidarité et la fraternité de la haine, la seule chose que vous ayez en commun!

Publicités

43 réponses à “Chose du diab’!

  1. A noté qu’a la fin de sa vie, Malcolm X s’est éloigné de la nation de l’islam, les a même critiqué, ils l’ont assassiné pour cela…

  2. Sa vision c’était avant que momo interdise l’ alcool de datte ou après, dans les deux cas, il est atteint grave.

  3. Robert Marchenoir

    On ne se rend pas compte à quel point les Noirs sont arriérés.

    Les Blancs, qui ont un bon naturel, ont tendance à leur prêter leurs qualités. Mais c’est une erreur : 70 de Q.I. en moyenne en Afrique (et 85 aux Etats-Unis), c’est très faible. La superstition, la magie et l’irrationnel sont au centre de la pensée noire.

  4. Pas d’accord du tout.

    Arriérés selon nos critères moderniste peut être, mais l’intelligence ce n’est pas seulement savoir compté. Quand on vit an Afrique, l’intelligence c’est aussi savoir survivre dans la jungle par exemple.

    Le Q.I n’est qu’une unité de mesure faites selon nos critères, ce n’est pas une échelle absolue.

    • D’accord avec Skandal. Le blanc moyen est tout aussi attardé, sinon il ne supporterait pas toute la merde qu’il avale goulument.

  5. J’ai longtemps pensé comme Skandal et l’Amiral, et puis j’ai quelque peu changé d’avis après pas mal de lectures et de réflexion. Aujourd’hui j’aurais tendance à penser que les tests de QI révèlent assez bien ce que l’on appelle communément l’intelligence, à savoir la rapidité d’esprit, la capacité de percevoir les liens entres les concepts, les ressemblances et les différences, etc. Et j’ai aussi tendance à penser que les noirs sont en moyenne assez déficients de ce côté là. Bien sûr on parle de moyennes, et donc sur un grand nombre d’invidus cela signifie que même avec une moyenne basse il y a un certain nombre de gens intelligents ou très intelligents. Par ailleurs l’arriération est une notion relative. Aux USA le QI moyen pour un blanc est de 100, mais un QI de 100 ne fait pas de vous quelqu’un de spécialement intelligent, loin de là. Les gens dont nous disons spontanément qu’ils sont intelligent ont le plus souvent des QI qui avoisinent les 130 et au delà. Mais donner un QI en valeur absolue n’est pas forcément très parlant, il vaudrait mieux parler en termes de déviation standard par rapport à la moyenne, mais ce serait une trop longue histoire.

  6. La Duflot doit posséder un Q.I élevé pourtant elle place le Japon dans l’ hémisphère Sud, je n’ose l’imaginer dans la jungle. Même les gorilles n’en voudraient pas, je suis certains que ceux ci deviendraient PD.

  7. Robert Marchenoir

    « Quand on vit an Afrique, l’intelligence c’est aussi savoir survivre dans la jungle par exemple. »

    Non. Ca c’est une vision blanco-centrée. L’intelligence, c’est de savoir sortir de la jungle.

    Quant à survivre dans la jungle, en quoi le fait de couper la quéquette des petits garçons vivants pour la piler au mortier avec des herbes, puis de s’en servir comme médicament, aide à survivre dans la jungle ?

    Moi y’en a pas comprendre.

    La roue, ça aide pas à survivre dans la jungle ? L’écriture, ça aide pas à survivre dans la jungle ? Les Africains n’ont inventé ni l’une ni l’autre.

    L’éternel cliché du Q.I. qui serait « relatif », qui serait « européano-centré », c’est juste une façon de refuser de voir en face la réalité nauséabonde.

    Les mêmes qui ne feront aucune difficulté pour faire l’éloge de la science, des scientifiques, des universités, de l’école, des examnes, des concours, de la sélection, paniquent à l’idée de devoir reconnaître la validité du Q.I. — validité qui ne posait aucun problème il y a quelque temps.

    Si on remet en cause le thermomètre Q.I. aujourd’hui, c’est uniquement parce qu’il donne des résultats pas Korrects quand on le plante dans le cul de la réalité ethnique.

    Donc, donner des notes aux élèves, faire passer des examens aux étudiants, attribuer des diplômes aux meilleurs serait parfaitement légitime, mais évaluer le Q.I. serait pabien ?

    Ce n’est pourtant qu’une variante de la même démarche.

    Y aurait-il une gravité blanche et une gravité africaine ?

  8. « La Duflot doit posséder un Q.I élevé  »
    ça, on n’en sait rien: l’art de la pirouette verbale et de la fluidité des copier-coller réthoriques relève d’automatismes plus que de la pensée.
    D’autre part, le fait de raisonner statistiquement, c’est à dire sur des grands nombres conduit à une erreur fondamentale: les découvreurs exceptionnels relèvent précisément de la rareté, d’un faible nombre de « mutants » surdoués ( il en est de même d’ailleurs sur le plan purement physique: c’est bien parceque quelques rares primates de la horde quadrupède ont bénéficié d’une somme de mutations les menant à la bipédie que nous sommes là).

  9. « Quand on vit an Afrique, l’intelligence c’est aussi savoir survivre dans la jungle par exemple. »

    Et ils ont fait quoi, les Cro-Magnon, qui sont nos ancêtre directs, il y a 50 000 ans ? En plus, ils se farcissaient les saisons, les 3 mois d’hiver, les près de 6 mois sans végétation utilisable…
    C’est parce qu’ils étaient plus intelligents, bien plus intelligents que les Noirs, qu’ils ont réussi à vivre dans ces conditions, à s’organiser, à inventer plein de trucs, et ont fini par sortir de là.
    Les Noirs y sont restés. Quand on a exploré l’Afrique, il y a 150 ans, on les a découverts tout nus, avec des sagaies et dans des huttes en paille et en bouse de vache. Les seuls qui étaient sortis de ce schéma lamentable, dominant au Congo ou en Angola, par exemple, étaient ceux qui avaient été dominés par les muzz, du Soudan au Mali, avec par exemple des notions d’élevage, et des constructions en brique crue. Livrés à eux-mêmes, strictement à eux-mêmes, les Noirs n’ont jamais rien créé, inventé, organisé.
    Par ailleurs, je ne sache pas que les Noirs des US, et ceux qui vivent en terrain blanc d’une manière générale (Antilles, Brésil, etc.) soient plus capables qu’un Blanc de se démerder dans la jungle. Ils ont 85 de QI, point barre : ils ne comprennent pas. Et leurs potes de Namibie ou du Congo encore moins, avec leur QI de 70 en moyenne (voire moins).
    Il n’y a pas un Noir africain sur 100 000 dont le QI dépasse 130. En France, c’est 2,5% de la population (européenne), soit 250 fois plus. Ca permet à une société de fonctionner.

  10. Pardon, c’est 2500 fois plus, pas 250…

  11. @ pakounta
    Il n’est pas impossible que l’adaptation à des contrées en pleine glaciation
    (que les zones équatoriales n’ont jamais subie) ait selectionné d’une part des sujets les plus résistants physiquement ( les néandertals, dont la morphologie « trapue » est bien adaptée au froid) d’autre part des sujets d’intelligence supérieure ( les cro magnons) s’adaptant par la fabrication de stratégies rationnelles ( sinon couic!) et de techniques et outils de survie bien « ajustés » à des situations climatiques ( donc alimentaires) très stressantes.
    L’européen descend donc de cro magnons à la peau blanche ( la sélection de la couleur de peau est déterminée par des nécessités physiologiques: synthèse de vitamine D et maintient d’une synthèse d’acide folique, sous le contrôle des UV…bref)
    Il me semble- à vérifier- que des généticiens ont décrit un » rétrécissemnt génétique » ( diminution de la variabilité) chez des populations européennes , datable ( en fonction de l’horloge des taux de mutation) de la dernière glaciation.

  12. « rétrécissemnt génétique » ( diminution de la variabilité) chez des populations européennes , datable ( en fonction de l’horloge des taux de mutation) de la dernière glaciation »

    Je crois que le rétrécissement génétique (limitant les Eurasiatiques aux macrohaplogroupes mitochondriaux M et N, qu’on ne trouve d’ailleurs pas chez les Africains) date de la glaciation précédente, celle d’il y a 70 000 ans. La dernière (-35000 ans) a été moins meurtrière parce que les gens avaient suffisamment évolué (génétiquement et technologiquement) pour bien résister à cette catastrophe climatique, ce qui n’était pas encore le cas lors de la première.
    Cette appartenance des EUrasiatiques à ces macrohaplogroupes très anciens, et n’existant pas en Afrique, est l’une des preuves qui démontrent que la théorie Out of Africa est une ânerie et que les Eurasiatiques ne descendent absolument pas des Africains : leurs groupes mitochondriaux étaient présents en Eurasie longtemps avant la date de la prétendue migration africaine (-65 000 ans).

  13. Réponses, comme les rubriques, à brac.

    Tout d’abord, je suis aussi ouvert qu’un autre à la détestation de l’Autre. Mais pourquoi vouloir revêtir cette bonne et saine haine des oripeaux de la science alors que ça ne tient pas la route 2 secondes?
    A la question qu’est-ce que l’intelligence, Binet lui-même répondait « c’est ce que mesure mon test ». Donc la validité des tests de QI portera toujours à caution de par leur nature. Je peux d’autant plus le dire que mes résultats me permettraient de rentrer chez Menza les doigts dans le nez. Ensuite, pour ce qui est des thèses de Lynne, elles n’ont pas de valeurs scientifiques car faites sur un échantillon insuffisant dans les pays avec un os dans le nez. J’ajouterais que si on y accorde le moindre crédit, on reconnait la supériorité des jaunes et je refuse de laisser les clefs de la boutiques à des mecs qui nagent dans des capotes taille XXL. J’ajouterais encore que dire que les noirs sont dans le magique est peut-être vrai, mais que dire des blancs, dont la majorité sont superstitieux, qui croient au réchauffement climatique et qui lisent leurs horoscopes tous les jours? Ils sont pas dans le magique? Quand ils votent encore pour les enflures qui sont la cuase de tous nos maux, ils ne sont pas complètement arriérés? Quand leurs icônes sont Zidane, Noah, Zaz et autres ils ne sont pas absolument et totalement demeurés?
    Le débat scientifique est contre-productif. Vous voulez seulement donner bonne conscience à votre abhorration. Vous voulez les éxecrer? Pourquoi les faits ne vous suffisent-ils pas? Le type qui lapide sa femme, excise sa fille, découpe un albinos pour en faire des gri-gris et ainsi de suite n’a pas besoin de passer un test de QI pour être nettement inférieur.

  14. A cela, en vrac, deux bouts de réponse :
    – d’abord, pour lapider-exciser-découper dans la vie courante, hors situation de crise extrême, il faut être vraiment très con, et ça recoupe bien les tests ;
    – ensuite, le problème est statistique, et il est lié au « tail effect », l’effet de queue, la proportion de gens qui sont à droite de la distribution, vers les QI élevés ; ce sont ces gens qui font tourner une société, qui inventent, qui découvrent, qui organisent, qui créent. Il y en a plein, parmi les Blancs. Il n’y en a pas, parmi les Noirs.
    Alors, bien sûr, il y a parmi les Blancs une énorme masse de gens pas malins, superstitieux, prêts à gober n’importe quoi. Mais de cette masse sortent, depuis toujours, des gens plus malins, plus futés, plus aiguisés. Et l’ensemble ethnique fonctionne. Avec ses élites et ses cons.
    Chez les Noirs, et chez toute population de QI schématiquement inférieur à 85, ces « élites » sont rarissimes, et les sociétés correspondantes ne décollent pas. En nous imposant le mélange, et le métissage, on rend inéluctable la disparition de la « queue » qui fait les grands esprits. Et on retourne à l’état africain : le néant civilisationnel.
    C’est pas des oripeaux. Lisez (en anglais seulement, hélas) un type comme La Griffe du Lion, un scientifique de haut niveau qui démontre des tas de choses recoupant parfaitement la réalité observable et observée, simplement à partir des paramètres statistiques de QI.

  15. Permettez-moi de plussoyer amiral.

    Le QI n’est qu’une mesure qui ne traduit pas la connaissance ou le jargon. Une ignorante comme Duflot peut avoir un remarquable QI (même s’il y a des doutes dans ce cas particulier). L’utilisation du jargon et le bagou ne sont aussi souvent que des masques de la bêtise.

    Pour les thèses de Lynne, je serais moins affirmatif dans la mesure où ce qui compte c’est l’écart-type et la Kurtosis qui traduisent la tendance à avoir des valeurs éloignées de la moyenne et des valeurs extrêmes. Sur ces points les stats de Lynne semblent plutôt cohérentes avec des choses comme les répartitions de Prix Nobel, médailles Fields ou classements aux olympiades scientifiques variées.

    Remarquez au passage que les résultats en athlétisme peuvent traduire d’autres inégalités statistiques.

    • A l’époque des colonies on a sorti plein de noirs de très haut niveau, Boigny en est un exemple. Des noirs brillants il y en a partout. Suffit de les extraire de leur culture inférieure. Les white trash qui vivent dans des caravanes aux states n’ont sans doute pas 100 de QI de moyenne. Accessoirement des Fabius et autres Juppé doivent cartonner aux tests de QI et pourtant ils ont apporté quoi à la société? Alors je suis d’accord pour dire que ce qui compte ce sont les quelques génies qui font basculer le monde, mais pour pouvoir le faire ils ont besoin de naitre dans des cultures ou on ne les écharpera pas parce qu’ils savent faire du feu.

  16. Les blancs ont peut être un plus fort QI, mais compte tenu de ce qu’ils regardent à la télé (que je n’ai pas…) je doute de plus en plus qu’il y ai une corrélation évidente en QI et intelligence.

    Cela n’empêche pas que pour exciser des femmes, il faut être franchement dérangé. Mais être fous n’empêche pas d’être intelligent.

    Je dirais même que le blanc moyen est encore plus débile que l’africain moyen compte tenu que ce dernier n’est peut être pas intelligent, mais il a des circonstances atténuantes lui, il n’a pas internet, pas de bibliothèque, pas d’école etc…

  17. Robert Marchenoir

    C’est rigolo, votre défense, Skandal, mais c’est elle qui ne tient pas la route.

    OK. Admettons que ce test spécifique qui s’appelle le QI soit de la merde en tube, de la daube en boîte.

    Vous n’êtes pas en train de nier qu’il existe des différences de capacité mentale entre les individus, tout de même ? Vous n’êtes pas en train de nous dire qu’il n’y a pas des intelligents et des abrutis, des génies et des débiles légers, des types qui en savent long et des ignorants complets, des gens qui pourraient vous démonter et vous remonter le Rafale les yeux fermés, et d’autres qui ne savent pas faire la différence entre le devant et le cul d’un âne ?

    Vous n’êtes pas en train de nous dire que tout le monde il est pareil et que tout le monde a drouâ à un poste de PDG du CAC 40, ou de chercheur en pataphysique nucléaire, ou de chirurgien de la tête ?

    Si vous étiez directeur d’hôpital, vous essayeriez de recruter le meilleur chirurgien de la tête, n’est-ce pas ? Si vous habitiez à côté d’une centrale nucléaire, vous préféreriez qu’elle soit conçue par le cador mondial du centralisme nucléaire, plutôt que par un clodo qui traîne dans la rue auquel on aurait collé un fer à souder dans les mains ?

    Et vous admettez que tout le monde pense à peu près pareil sur ce point ? Vous admettez qu’en gros, on arrive à faire la différence entre le cador mondial du centralisme nucléaire et le gros con qui vous refait Tchernobyl au café des amis ? Vous admettez qu’il y a des techniques connues, des trucs à la fiabilité prouvée, pour discriminer les bons des très bons, les médiocres des mauvais, les génies des abrutis complets ?

    Que ça s’appelle examen, notes à l’école, concours, diplôme, entretien d’embauche, réalisations passées, réputation, conversation de bistrot ou prix Nobel, vous reconnaissez tout de même qu’en gros, il est rare de donner le prix Nobel de physique à un gogol léger, ou d’embaucher comme chirurgien du cerveau le cador mondial du débouchage de chiottes ?

    Et vous reconnaissez aussi que comme par hasard, tous ces autres procédés validés par l’expérience donnent à peu près les mêmes résultats que les tests de QI, quand il s’agit de faire des classifications ethniques ?

    Bon ? Alors ? Vous pouvez enlever l’échelle (les tests de QI), on se raccrochera au pinceau (tout ce dont je viens de vous faire la liste), et ça tiendra !…

    On n’a pas besoin des tests de Q.I., pour faire la démonstration qui est en jeu…

  18. Robert Marchenoir

    D’ailleurs, ma remarque s’adresse aussi à Woland, et plus généralement à tous les mecs qui ont un torchon sur la tête sur leur avatar. Je remarque à l’instant cette saisissante similitude, qui veut sûrement dire quelque chose, mais quoi ?

    • Je vous sens très colère Robert… Personne ne nie les différences. Seulement vous pensez que c’est génétique et moi que c’est culturel. Un blanc élevé dans un village de nègres se comportera comme eux et globalement inversement. De plus, selon votre théorie, nous devrions vivre dans le meilleur des mondes puisque nous somme dirigés par des énarques qui sont les plus forts des plus forts en termes de diplôme et autres… Et pourtant malgré leur diplômes et gros QI, ils sont tout aussid dégénérés que des chefs de villages lointains. Et puis vous ne répondez pas du tout à mes objections… La science peut toujours être débattue, les faits non. Je déteste de toutes mes tripes celui qui veut changer mon mode de vie, c’est valable pour les barbus, les énarques, les zoulous et ainsi de suite.

  19. S’il y a des noirs brillants, il y a aussi des noirs mats.

    Les cas que vous citez sont toutefois liés à des disciplines pour lesquelles le niveau est peu corrélé au QI (littérature et sciences molles). Dans les disciplines dures , on trouve nombre d’asiatiques mais presque pas d’africains, et cela est corrélé aux statistiques universitaires US.

  20. Robert Marchenoir

    « Je vous sens très colère Robert… »

    Non non pas du tout… Je suis de très bonne humeur au contraire…

    • Et pour ce qui est du torchon, cette photo est un souvenir d’une tempête de sable qui eu lieu à l’époque ou je vivais au milieu du désert. Si vous êtes sages, un jour je vous donnerais mon explication de pourquoi ils sont si cons ceux-là…

  21. Robert Marchenoir

    « Seulement vous pensez que c’est génétique et moi que c’est culturel. »

    Ah, d’accord. Eh ben je vais vous faire la même réponse que précédemment, en contournant élégamment l’obstacle.

    1. Onsanfou.
    2. Cépareil.

    Vous avez vu ? Joli, non ?

    Je m’essplique.

    On est en train d’avoir une discussion politique. En gros : que faire ? On n’est pas en train d’avoir une discussion entre préparateurs de doctorats ou académiciens des sciences morales et politiques. (Ou alors, que les personnes concernées lèvent le doigt.)

    Donc, si nous sommes menacés d’invasion par des abrutis culturels ou par des abrutis génétiques (ou un peu des deux), eh ben, en gros et Allah Louche, c’est pareil. Si un type fracasse votre porte d’entrée avec un flingue dans une main et un bidon d’essence dans l’autre, vous allez commencer par lui demander si c’est génétique ou culturel ? Moi pas.

    Deuxièmement. Si vous tenez vraiment, vraiment à embêter les mouches, vous observerez que le culturel et le génétique, ça se transmet de la même manière : dans un plumard. (Je sais : les socialistes pensent que le culturel, ça se transmet à l’école ; mais c’est justement pour ça qu’il y a une différence entre les ordures staliniennes et les gens de bon sens.)

    Vous remarquerez aussi que le génétique engendre le culturel et vice-versa. Si un groupe d’hommes est génétiquement un peu, hum, en situation cognitive défavorisée, eh ben la culture qu’il va transmettre culturellement à ses enfants sera un peu, hum, une culture d’abrutis.

    De même, si un groupe d’hommes transmet habituellement à ses enfants, euh, une culture de psychopathes (au hasard et sans vouloir stigmatiser personne : les musulmans), les psychopathes vont se reproduire entre eux et favoriser la sélection prioritaire des gènes de l’abruti grave.

    Remarquez que ça fonctionne aussi si vous pensez (à rebours de toute vraisemblance, de toute expérience quotidienne et de toute science) que les qualités mentales ne sont dûes en rien à la biologie, et que le cerveau est le seul organe du corps humain à être rigoureusement semblable chez tous les hommes et dans toutes les races.

    La culture se transmet quand même au plumard.

    Troisièmement, si vous voulez vraiment participer au championnat du monde des enculeurs de mouches, là, oui, évidemment, il est très intéressant de discuter des apports relatifs de la génétique et de la culture aux cracatéristiques mentales de l’individu. Je suis sûr qu’on peut y passer une vie entière, que certains l’ont fait et que c’est passionnant.

    Mais je ne vois pas le rapport avec la choucroute.

  22. @ Robert, sur le premier point, rien à dire, je suis d’accord.
    Sur le deuxième, oui mais non. On a tous des tas d’exemple d’intelligents engendrant des débiles et inversement. Donc ce n’est malheureusement pas seulement une question de passage de gène. Il faut aussi une volonté d’éduquer les marmots comme il faut.
    Sur le troisième, oui j’ai régulièrement ce débat avec ma chère et tendre qui fait dans les maladies de la tête. Inné ou acquis? Mais en fait quand on y réfléchit, les 2 sont tellement liés l’un à l’autre qu’ils sont indissociables. Ce qui, je le réalise va dans le sens de votre second point…

    Mais effectivement, on s’éloigne du sujet du billet.

  23. Amiral, il me semble que les critiques que vous adressez aux tests de QI sont aussi anciennes que ces tests, qu’elles ont été abondamment discutées, et pour la plupart réfutées. Oui les tests de QI mesurent bien quelque chose de réel, et qui correspond grosso modo à la rapidité d’esprit et à la capacité à comprendre des choses complexes, bref ce qu’on désigne ordinairement par « intelligence ». Oui le QI semble bien avoir un fondement essentiellement naturel (génétique si vous voulez) et non pas culturel.
    Mais bien entendu le QI n’est pas la somme de toutes les qualités humaines et l’on peut très bien être à la fois très intelligent et très vicieux ou très nuisible. En fait Pakounta a raison de dire que c’est le petit nombre de gens très intelligents qui est décisif pour l’avenir d’une société très complexe comme la notre, pas seulement parce que ce sont eux qui la font tourner mais aussi parce que ce sont eux qui sont le plus susceptible de la détruire dès lors qu’ils s’entichent de certaines opinions néfastes. Etre intelligent n’est pas du tout identique à être sage ou être clairvoyant. Il me semble que c’est exactement ce qui est en train de nous arriver : le poisson pourrit par la tête. Ce qui me place donc partiellement en contradiction avec Robert Marchenoir (je sais je risque gros) : peut-être que pour les moins intelligents la culture se transmet essentiellement au plumard, parce qu’ils sont peu réceptifs à ce que l’école peut leur transmettre, mais pour les plus intelligents ce qu’on leur apprend à l’école et à l’université est absolument capital. Comme disent les informaticiens : garbage in, garbage out.
    Enfin il ne me semble pas que s’interroger sur l’origine naturel ou culturel du QI revienne à sodomiser les diptères. Il y a précisément de grosses implications politiques derrière cette discussion. Mais comme il est tard et que ce commentaire est déjà bien trop long, puis-je juste me permettre de recommander une lecture intéressante sur toutes ces questions : The bell curve, par Murray et Herrnstein. Evidemment pour les anglicistes seulement, mais ça se lit facilement.

  24. Dire qu’une faculté est innée ne signifie pas forcément qu’elle est déterminée strictement par les facultés des deux parents. Sinon tous les enfants d’un même couple seraient pareils. Cela signifie simplement qu’à partir de la conception un individu a certaines facultés qui pourront être cultivées.

    Les études intéressantes sur ce sujet concernent les vrais jumeaux séparés dans leur jeune âge ou les enfants adoptés. Ces deux catégories fournissent un support intéressant pour les analyses sur ces questions. Il me semble d’ailleurs qu’Outre Atlantique les chercheurs répugnent beaucoup moins que chez nous à ce genre de travaux.

  25. Je n ‘ai rien à dire ( les propos d ‘Aristide reflètent parfaitement ce que je pense) si ce n ‘est de faire remarquer que très souvent , quand un homme intelligent a des enfants stupides…c’est qu ‘ il les a fabriqués avec une idiote.
    Le contraire est plus rare, ah ah ah.

  26. Robert, dans les salles d’opération (en France en tous cas) on met quelques chose sur ses cheveux et devant sa bouche afin d’éviter de contaminé le type qui est entrain de se faire trépaner…

    Je ne suis pas contre les tests ou les notes, bien au contraire, je pense simplement que la simple mesure du QI ne définit pas forcément l’intelligence ou la supériorité intellectuel de quelqu’un.

    Les exemples de L’Amiral me semble assez explicites.

    Juppé a peut être un QI énorme, mais il a autant apporté à la France que le type qui me vend des carottes à la supérette du coin.

    Avoir un QI de 130 n’empêche pas d’être une sombre merde et, à l’inverse, un QI de 32 (ouai, bon, c’est quand même faible…) n’interdit pas d’être autre chose qu’une bête féroce qui plie les genoux 5 fois par jour pour prier….

  27. Putain, mais je suis bourrer au quoi ? c’est quoi cet orthographe de merde….

    Ce doit être mon QI de 63….

  28. Encore….. mais c’est pas possible….. j’arrête de Genepi….

  29. Robert Marchenoir

    Quoi, Skandal ? Vous les trépanez pas à la perceuse Castorama, avec un keffieh vintage de mai 68 ? Qu’est-ce que c’est que cette chirurgie de tarlouzes ?

  30. @Pakounta
    Merci de ces précisions; je vais me pencher sur cette question (ou plutôt demander à un de mes fistons qui est un champion des ADN viraux mitochondriaux et tutti quanti)

    A tous, je voudrais rappeler des faits vérifiables:
    A la fin du 17 siècle fut véritablement « accouché » le paradigme de la science moderne, occidentale, par un certain Issac Newton, qui publia la théorie de la moderne de la mécanique dans son livre : « Philosophiae Naturalis Principia Mathematica », qui fut traduit en français quelques décennies plus tard, à l’instigation de Voltaire, par une très correcte mathématicienne, madame du Châtelet, sous le titre « Principes Mathématiques de la Philosophie Naturelle »( cette dénomination, à elle seule, traduit à mon avis un aspect profond et spécifique de la pensée occidentale)
    Il se trouve que toutes les démonstrations de Newton ( rappelons qu’il s’agit d’un bouquin de Physique) sont directement tirées de la géométrie grecque ( 2000 ans environs auparavant: Euclide Archimède Erathostène etc..): ce fait est inconstestable puisque les textes existent, et qu’avec les maths il n’est pas possible de tricher.
    En d’autres termes, aucune civilisation ne disposant pas des mathématiques grecques ne pouvait inventer la théorie moderne du mouvement, c’est à dire la mère de toute la science moderne.
    Je pense qu’il ne faut pas se laisser « fasciner » par le caratère « brillant » de certaines civilisation ( Chine, Inde etc..) qui avaient développé de parfois très efficaces observations, savoirs et empirismes, mais en aucun cas ce que l’on appelle une « Science »: tout simplement car les « grilles de lecture mathématiques » dans ces cultures, si l’on exclut de triviales « recettes de scribe », toutes astucieuses qu’elles soient ( ce qui peut largement s’adapter à des test de QI, d’ailleurs) , ignoraient la démonstration purement rationnelle de type « euclidien » , exclusivité grecque.
    Les grecs ne furent jamais un peuple nombreux; j’ignorent s’ils présentaient des caratères génétiques favorisant la logique; mais il est par contre certain que des géants de l’esprit , peu nombreux d’ailleurs, y trouvèrent une ambiance et une liberté qui leur permirent de créer cet édifice intellectuel que l’on ne trouve nulle part ailleurs à cette époque ( à noter que la théorie des nombres,l’algèbre, la trigonométrie sont des inventions grecques, citons Diophante d’Alexandrie pour l’Algèbre et probablement Hipparque pour la Trigo).
    Pour « rendre à césar… » j’ajouterais qu’en toute justice, les mathématiciens grecs n’eurent pour seuls élèves que quelques érudits arabes, plusieurs siècles après ( mis à part quelques petits maîtres byzantins); mais ceux-ci, contrairement aux maîtres grecs, ne participaient que très peu à la formation des élites gouvernantes, ce qui peut expliquer que celles-ci préfèrèrent des alliances de type sabre+ goupillon aux efforts que requièrent les bases d’une civilisation.

  31. Robert Marchenoir

    The Empty Black Suit

    Joseph Kay, a professor at a prominent university, explores a fascinating and familiar phenomenon that to my knowledge has never before been analyzed at length: the black who through imitation of an intellectual manner is able to create a convincing but false appearance of intellectual ability and build a career on that basis.

    http://www.amnation.com/vfr/archives/011380.html

  32. Robert Marchenoir

    Having worked with black soldiers in the intelligence division of a major U.S. Army unit during Desert Storm, I have known for a long time that the VAST MAJORITY of blacks cannot function effectively as intelligence analysts, try as the Department of Defense may to make thinkers out of them.

    http://www.amnation.com/vfr/archives/018998.html

  33. Robert Marchenoir

    Britain, which was the home of the Industrial Revolution which changed the face of the earth, has suffered a catastrophic drop in intelligence levels over the last thirty years, new figures have revealed.

    Tests carried out in 1980 and again in 2008 show that the IQ score of an average 14-year-old dropped by more than two points over the period.

    None of the researchers have dared to consider the impact of Third World immigration in their reviews.

    http://www.thephora.net/forum/showthread.php?t=51627

  34. J’ai essayé Robert, mais on m’a dit que c’était pas bien, que ça faisait des histoires…. Pourtant mes ciseaux sont super biens affutés, je comprends pas…

  35. Bon; comme preuve de l’acquis dans la bêtise ( l’intelligence, je ne sais pas trop.. ça m’a l’air tout simplement de correspondre à un champ plus ou moins fertile, l’inné, plus ou moins bien cultivé, l’acquis): les scandinaves ( encore plus naves que scandis), blancs, proprets, et tout et tout…
    Ben pourtant, je les trouve …plus c..s tu meurs:

    Collectivistes luthériens, sexuellement indifférenciés ou presque,termites béats et civiques, autocontrôlés à force d’intérioriser la pression sociale, société de type « ikea ».
    Curieusement, dirais je ironiquement, suicides, alcoolisme, toxicomanie, homosexualité choisie par défaut par des hommes ne supportant plus les femmes omnipotentes qui règnent en maîtresses sans limites, sociétés gouvernées par la névrose obsessionnelle

    Si j’avais une race à haïr préférentiellement , ce serait eux.
    En réalité, je constate régulièrement que mon racialisme est une aversion de type « race mentale »

  36. @ Robert, certes. Cependant il peut aussi il y avoir d’autres raisons que l’irruption du tiers monde (même si je ne nie pas que ça joue) pour expliquer cette baisse de niveau: la culture du zapping, la baisse démographique, l’avilissement de la culture…

  37. Robert Marchenoir

    Mathata Tsedu, the black editor of the Sunday Times, South Africa’s largest-circulation weekly, wrote: “It pains me to say this, but my African colleagues who manage large companies or government departments tell me that to get a job done, you usually have to employ a white.”

    http://www.amren.com/mtnews/archives/2011/04/afrikaner_survi.php

  38. Robert Marchenoir

    Few blacks ever pass science and mathematics at school; according to official statistics, a white high-school student is 100 times more likely to pass mathematics at the higher grade required for university study than his black counterpart.

    http://www.amren.com/mtnews/archives/2011/04/afrikaner_survi.php

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s