Poitrine de porc croustillante

Le gras c’est la vie, merci Karadoc. Et c’est encore plus la vie quand ce gras fondant est caché sous une couche de bonheur croustillant.

Voici une recette un peu longue et difficile mais ô combien savoureuse!

Prenez un gros morceau de poitrine d’un porc qui vécut heureux et ne sera pas mort pour rien si vous réussissez cette recette.

Sèchez (ce n’est que le début) la peau de la poitrine avec du sopalin. Avec un couteau bien aiguisé, pratiquez des entailles dans la peau de manière verticale tous les centimètre et demi environ. Faut aller assez profond mais s’arrêter avant la viande.

Frottez du gros sel contre la poitrine comme si vous donniez un massage exfoliant à une femme ayant besoin de préliminaires longs et fermes pour se mettre en condition. Puis, séchez la peau avec un sèche cheveux. Oui, vous avez bien lu. Séchez et séchez encore jusqu’à ce que la peau soit aussi sèche que… la femme sus-mentionnée si vous ne lui accordez pas les préliminaires suffisants.

Une fois bien sèche donc, enroulez votre poitrine, enfin celle du cochon, dans de la gaze qui absorbera le reste d’humidité tout en laissant respirer la bidoche. Et hop! Au frigo pour la nuit.

Le jour de le cuire est enfin arrivé! Sortez la poitrine, désenveloppez la et frottez la de nouveau avec du sel en vous assurant qu’il pénètre bien dans les entailles pratiquées et le gras.

Garnissez le fond d’un lèchefrite (ou autre plat en métal) d’un lit d’oignon et posez le cochon dessus, peau vers le haut.

Faites fondre un gros morceau de saindoux ou de gras de canard ou d’oie. Une fois très chaud, le versé sur le sur le suidé. Puis enfournez à four très chaud (donc préchauffé depuis un certain temps pour atteindre les 220 degrés).

15 minutes plus tard baissez la température à 180 degré et laissez ça comme ça 15 autres minutes. A ce moment mettez votre four sur grill pour 10 minutes. Sortez cet animal héroïque et laissez le reposer 10 minutes.

Et voilà! Comme disent les angliches. Vous vous sentez sans doute un peu sale, entre le nécro-zoophile et le physiothérapeuthe pour animaux, mais glissez un de ces morceaux dans votre bouche, savourez le croustillant et l’explosion en bouche et osez me dire que ce n’est pas incroyable.

Si vous vous sentez encore sale, prenez une douche et laissez la viande à ceux qui l’apprécient.

Publicités

7 réponses à “Poitrine de porc croustillante

  1. Magnifique… Toutes les recettes devraient etre ecrites comme ca…

    A quand l’emission culinaire? C’est la mode en ce moment…

  2. Un surpassement dans tout domaine pouvant aller jusqu’à la limite de l’épuisement, méfiez-vous monsieur l’amiral, vous touchez au sublime.

    • @ Blizz, merci, j’ai décidé de réécrire les recettes plutôt que de simplement les copier-coller. C’est plus plaisant pour tout le monde.
      @ Coach, quel compliment! J’en rougis… Merci.

  3. Amiral, pourquoi vous ne me faites pas des trucs comme ça quand je viens diner ???

  4. A un moment j’ai cru lire que le jour de cuite était arrivé. Une larme zémue me troublait le regard au moment où vous envoyâtes le cochon à la cuisson.
    Belle recette en tout cas, et si bien dite que l’eau en vient à la bouche.

  5. Le porc est le meilleur ami de l’homme.
    Non, c’est le cheval, mais j’en mange pas. Ou le chien, mais j’en mange pas non plus.
    Non, décidément, c’est le cochon.
    Merci pour la somptueuse recette.

  6. Bon ben, les prochaines recettes seront expliquées comme ça aussi.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s