Archives quotidiennes : 4 avril 2011

Comment gagner la guerre pour trois fois rien sans sortir de chez soi

Dans l’optique de la vision du verre à moitié plein voici une excellente nouvelle en provenance d’Afghanistan: on peut gagner la guerre pour pas un rond, sans que ça nous coûte une vie, et sans sortir de chez nous.

J’explique.

Un sombre inconnu, menant une congrégation de trois tondus et un pelé crâme un coran, se filme se faisant et envoie le tout sur la chose internétique. La réaction est que les afghans deviennent aussi tarés que de la merde de chauve-souris (encore plus que d’habitude je veux dire…) et tuent tout un tas de gens qui ne sont là que pour les aider.

Donc voici la bonne nouvelle qu’on peut tirer de cette situation digne des meilleurs films de zombies: on retire tous les gens normaux de la région, on place des grands écrans un peu partout et on attire les foules avec des trucs brillants tirés par une ficelle. On rapatrie les troupes. Puis on retransmet sur les écrans des grands feux de joie alimentés par des corans. Les locaux, ivres de rage et de frustration sexuelle, n’ayant pas de croisés ou autres suppôts de satan à châtier, deviendront dingues au point de retourner leur haine contre eux-même. Au bout d’une demi heure, ils commenceront à se ronger leurs propres membres, au bout d’une heure et demi ils se frapperont les uns les autres avec les dits membres détachés de leurs troncs par leurs morsures répétées, au bout de trois heures, le pays sera nettoyés de ses éléments les plus psychopathes.

Ca aura coûté un peu de papier et d’encre, quelques allumettes et c’est tout. Et pas une vie humaine. Si ça ce n’est pas une bonne nouvelle, je ne vois pas ce qui peut l’être.

Semaine du positif

Ca commence à devenir chiant comme l’enfant d’un autre de n’être que négatif, de toujours écrire pour dire du mal et de me servir de ce blog comme d’un sac de frappe. Je vais donc tenter une nouvelle approche plus (séro) positive.

Je ne vais pas m’arracher les yeux et les oreilles pour autant, ni abîmer mon cerveau avec encore plus de mauvais alcool que d’habitude, seulement, je vais tenter au cours de cette semaine de voir le côté optimiste des choses sur lesquelles j’écrirai.

Par exemple: l’OTAN a annoncé aux rebelles libyens que s’ils tuaient des civils, ils se feraient autant bombarder la tronche que les troupes de Khadafi. Ce qui va être assez complexe vu que les troupes loyalistes commencent à se saper en civil tout en tuant des civils, tandis que les rebelles vêtus en civil tuent entre autre des militaires déguisés en civils… De toutes façons, on sait bien que dans la guerre moderne, les civils payent le plus cher. Je pourrais maugréer sur la nullité multilatéraliste et relativiste de cette organisation mondiale et transnationale. Ou je pourrais souligner que c’est un signe que l’OTAN cherche juste une bonne excuse pour appliquer mon plan et vitrifier la région… Je pourrais aussi dire qu’en faisant preuve d’une idiotie aussi alambiquée, les états qui pourraient potentiellement s’avérer dangereux se retrouvent à se gratter la tête en se demandant s’ils n’auraient pas louper quelque chose par hasard, ou s’ils ont à faire à une horde de psychopathes imprévisibles. Dans tous les cas, c’est une bonne chose car ça les fera hésiter. C’est ce qu’on appelle la technique de la course du poulet sans tête au rugby.

Donc voyons si ça marche, si j’y arrive et si ça vous plaît de trouver en cet espace internétique un petit rayon de soleil mélanomisant, le sourire d’un enfant jouant avec un coupe-chou et un bisounours retourné à l’état sauvage. Quitte à se ruer dans le mur, autant mettre la musique à fond!