Le mensonge est dans leurs gènes politiques

Quand j’étais petit, mon Papa me répétait souvent qu’on ne pouvait pas faire confiance aux socialo-communistes parce que c’étaient des mythomanes absolus. Il prenait en général un exemple simple et parlant: "tu vois ils mentent tout le temps sur tout, par exemple ils appellent les pauvres pays sous leur joug des républiques démocratiques alors qu’elles sont tout sauf démocratique!" Puis il repartait battre un de nos nombreux gens basanés parce que le vin n’était pas à la bonne température.

Les choses n’ont guère changées.

Si l’on prend le vocabulaire utilisé par les degauches, on se rend aisément compte que les mots qu’ils utilisent ont été méthodiquement vidés de leur sens comme un petit mammifère éviscéré par un psychopathe en devenir.

Exemples qui pourraient être multipliés à l’infini:
– Leur propre nom: ils passent leur temps à expliquer que le communisme et le socialisme n’ont pas été tentés, ou ont été dénaturés alors que la vérité est que tous les pays qui se sont nommés comme tels ont commis les mêmes massacres envers des population innocentes.
– Le dialogue: ils font semblant de vouloir dialoguer alors qu’ils n’ont de cesse que de vouloir criminaliser toute pensée ou parole divergente. Il est impossible de se faire entendre face à eux sous le tintamarre qu’ils font en cognant la tablette de leur chaise haute avec leur cuillère.
– La république: ils ont tellement vidé ce mot de son sens et de ses valeurs que plus personne ne sait ce qu’il veut dire.
– Le progrès: ils nous tartinent les portugaises de ce mot alors qu’ils désirent un retour en arrière au fantasme de l’état de nature où toute morale et toute civilisation seraient effacées. Ils parlent de progrès pour avoir le droit de se rouler dans la fange comme des animaux débiles léger car l’idée du bien et du mal leur est insupportable.
– La solidarité: aucune solidarité n’est possible quand on se déteste soi-même à ce point. Leur solidarité n’est que dirigée vers l’autre, elle va vers les indiens d’amazonie alors que des français crèvent en bas de chez eux.
– L’égalité: ils veulent l’imposer au peuple par un nivellement par le bas tout en s’assurant toujours d’avoir les meilleures places bien au chaud.
– Le racisme: ils ne sont tellement pas racistes qu’ils pensent que les noirs et les arabes ne pourront jamais s’en sortir si on ne les aide pas…

Par conséquent, la seule attitude raisonnable et sure à adopter face à un degauche/modernoeud/socialo-communiste est de se boucher les oreilles à l’aide de saindoux ce qui vous laissera les mains libres (et vous donnera un air de rugbyman qui plaît toujours aux vraies femmes) pour le positionner idéalement dans votre catapulte puis à l’envoyer suffisamment loin pour que sa colique verbale ne puisse pas vous endommager la comprenette.

Publicités

6 réponses à “Le mensonge est dans leurs gènes politiques

  1. Jawhol !
    Ne jamais débattre avec ces fausses-couches, ne jamais accorder le moindre crédit à leur discours, les considérer a priori comme des possédés, des gens incapables par nature de toute sincérité et de toute noblesse. Ceux qui ne mentent pas délibérément le font par compulsion.

  2. L’ennui, c’est qu’ils ont la parole partout, et sur les plus regardées des  » médialopes » audiovisuelles… Exemple récent : l’une de ces chaînes nous balançait récemment un débat au cours duquel on offrait sans vergogne la parole à l’un de ces menteurs , un de ces voyous staliniens toujours
    en fonction dans le torche-balle coco-national ; Enfin, il faut relire Soljenitsyne, Nom de nom !

  3. « Il est impossible de se faire entendre face à eux sous le tintamarre qu’ils font en cognant la tablette de leur chaise haute avec leur cuillère. »

    Excellente image ! Faut faire comme avec les mômes : au lit sans terminer ton assiette de quinoa. Et si t’insistes, une bonne fessée, et en enlevant la couche recyclable, non mais des fois !

  4. Le mensonge c’est comme la respiration , c’est indispensable surtout chez les socialistes qui font croire aux gogos qu’ils sont pour l’ égalité des richesses surtout si les rouges rosées se servent les premiers.

  5. Je suis en total désaccord avec vous. Chez ces gens là, le dialogue n’est pas un mensonge. C’est juste un moyen solidaire et démocratique de repérer l’ennemi de classe à qui il faudra octroyer une purge républicaine pour le remettre dans l’axe du progrès.

  6. quand j’étais gosse , mon père me répétait cette historiette sur les communisses « le communisse , c’est le mec qui se plante sur la place du colonel fabien , à 8 heures du matin , et que répète « il est minuit , il est minuit » , les gens passent à coté , ils se foutent de lui , ils lui donnent parfois la pièce , et le mec répète « il est minuit , il est minuit » , la journée se passe , la soirée aussi , puis ….minuit sonne , mais il n’y a plus personne pour l’écouter , le mec , vu qu’il est minuit et que tout le monde est rentré dans son chez lui »

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s