Archives quotidiennes : 20 juillet 2011

Petite reine

Dutch Rabo rider Laurens ten Dam is covered with blood after he crashed descending from the Col d'Agnes mountain pass on July 16, 2011 during the 14th stage of the Tour de France cycling race from Saint-Gaudens to Plateau de Beille

Non, ce titre n’a rien à voir avec une histoire de défilé de drag queens, ni avec une souveraine pygmée mais bien avec le vélo en général et le Tour de France en particulier.

Pour commencer, force est de constater que le vélo c’est très chiant à pratiquer et à regarder. Or, c’est quand même supposé être un spectacle divertissant, mais depuis qu’ils font semblant d’être propres et qu’ils utilisent des oreillettes, toute forme d’exploit, d’échappées incroyables, de retournement de situations ont disparus. Alors oui, les organisateurs ont eu quelques bonnes idées cette année en ajoutant quelques difficultés comme le fait de renverser les coureurs à l’aide d’une voiture bélier, de fouetter un cycliste avec du fil de fer barbelé ou encore de créer des carambolages où les uns et les autres se brisèrent quelques os mais c’est insuffisant.

Le sport moderne n’est rien d’autre que des jeux du cirque supposés nous détourner de nos petites misères quotidiennes. Pour cela voici 10 propositions pour améliorer le quotient de regardabilité du Tour de France:

– Ne pas limiter le nombre de coureurs à 200 où je ne sais pas combien, mais en faire participer 10 fois plus, et allonger aussi la durée de l’épreuve de 3 semaines à 3 mois.
– Remplacer toutes les routes goudronnées par des routes pavées.
– Retirer les selles.
– Arrêter de faire rouler des professionnels et utiliser des gens sélectionnés au hasard parmi une population donnée (chômeurs, prisonniers, CPF, députés, intermittents du spectacle… ça peut se débattre et ça dépend de vos goûts, éventuellement organiser une votation citoyenne sur ce point).
– Supprimer les oreillettes pour que les participants recommencent à se comporter comme des poulets sans tête.
– Attacher les cyclistes à leur vélo au niveau des pieds.
– Autoriser le dopage et l’administrer officiellement comme un jeux de hasard. Le coureur aurait le choix entre 3 seringues, une de flotte, une de bon pot belge et une qui lui ferait pisser le sang par tous les orifices après un temps variable d’efforts. Coupler ça à des produits déclenchant des diarrhées explosives saupoudrés de manière aléatoire dans la bectance des coureurs.
– Multiplier les obstacles du genre de voiture roulant à contre-courant, clous sur la route, verglas dans les descentes vertigineuses encadrées de ravins à pic, catapultes cachées dans la route et se déclenchant après le passage d’un certain nombre de concurrents.
– Organiser une loterie dont le vainqueur aurait le droit de tirer un certains nombre de coups de feu dans le peloton.
– Armer les coureurs et leur faire croire que le vainqueur du Tour gagne un truc extraordinaire pour qu’ils se mettent bien sur la gueule, mais en fait les tromper grâce à un jeu de mots d’une grande finesse (ex: "- Bravo vous avez gagné! – je ne suis plus que douleurs. – Certes mais maintenant vous avez démontré les qualités requises pour être mis au sommet de l’état! – Chouette, quand est-ce que je rentre à l’Elysée? – Apparemment il y a eu mésentente… Vous allez être mis au sommet de l’état. – Vous voulez dire à la tête d’une organisation secrète genre Bilderberg? – Hum… Non. Vous allez être hélitreuillé sur le toit de l’Elysée ou vous serez gangbangé par un ancien directeur du FMI et quelques amis qu’il a rencontré lors d’une visite de prison. Bref, vous allez être mis au sommet de l’état…").

Voilà qui ferait de la bonne télé, donc du bon divertissement et puis au passage cela permettra de récolter des organes frais pour les malades. Bref, du positif sur toute la ligne.