Archives quotidiennes : 25 juillet 2011

Détente grâce au number ouane

En ces temps de troubles il est bon de se relaxer (sans aller jusqu’à l’hymne gay de Mika, véritable ode à la sodomie, dans lequel il braille « relaxe, prends la faciiiiile… »).
Je suis donc allé sur le blog de Nicolas, a.k.a. « number ouane », a.k.a. « mon wikio est plus gros que le tien », a.k.a. « je partage mon avis mais je ne veux pas du votre », où j’ai pu lire ce délicieux billet dans lequel se trouvait, entre autre cette phrase magnifique: « J’ai horreur de cette domination absolue : les bons cyclistes ont une carrière foutue en l’air tout simplement parce qu’il y a plus fort qu’eux. »

Je ne relève pas le passage sur la bonne qui fleure tellement bon le racisme de classe que moi-même je ne le renierai pas et je me concentre sur cette petite pépite.

Donc on fait quoi pour éviter l’exaspération du Nicolas? On nomme un panel d’experts qui sera chargé de choisir et récompenser les « bons cyclistes » sans même leur demander de pédaler pour éviter que leur carrière soit bousillée par des meilleurs? On colle un handicap au « plus fort » en lui cassant les genoux, en lui mettant un godemiché de 30cms dans le rectum ou en lui bandant les yeux avec un bandeau relié à une batterie de voiture? On leur donne un avantage en leur greffant des mollets de lézard Jésus-Christ? On organise une tombola pour choisir le vainqueur de manière égalitaire, ou encore mieux, on dit que tous les participants ont gagné pour éviter qu’ils ne sombrent dans l’aigreur et finalement dans la violence abjecte qui pourrait les pousser à écraser les pâtés de sable des enfants sur les plages de notre jeunesse ou à ouvrir le feu sur de jeunes socialistes réunis sur une île?

C’est quand même fabuleux de nier à ce point que certains sont supérieurs aux autres…

Je vous propose donc un petit jeu de détente: inventer la phrase la plus idiote en utilisant cette formule.

Je commence.

« J’ai horreur de cette domination absolue: les bonnes catapultes ont une carrière foutue en l’air tout simplement parce qu’il y’a plus efficace qu’elles. »
« J’ai horreur de cette domination absolue: les bonnes ont une carrière foutue en l’air tout simplement parce qu’il y’a plus avide de sexe qu’elles. »

« J’ai horreur de cette domination absolue: les bons cadres ont une carrière foutue en l’air tout simplement parce qu’il y’a plus fort qu’eux. »
« J’ai horreur de cette domination absolue: les bons animaux ont une carrière foutue en l’air tout simplement parce qu’il y’a plus fort qu’eux. »
« J’ai horreur de cette domination absolue: le bon minitel a une carrière foutue en l’air tout simplement parce que internet est plus fort que lui. »

Et ainsi de suite. C’est déclinable à l’infini pour toutes les situations où tous les participants ne sont pas égaux… La vie quoi…

Emporté dans le maëlstom

Plus je me renseigne, et moins je comprend ce qu’il s’est passé en Norvège le vendredi 22 juillet 2011.

Si Anders Behring Breivik, qui est très photogénique, n’est pas simplement perdu dans son délire, alors il faut bien reconnaître que ça va secouer d’ici peu. Imaginez un garçon aussi organisé se rendant bien calmement et gentiment rue Myrha un vendredi, y faisant exploser un camion gavé ras la gueule d’explosifs, puis abattant les survivants comme un T-800. Ou bien reproduisant la même chose que le norvégien aux universités d’été de la Rochelle… Il serait aisé de jouer au cynique, au blasé, au dandy à l’humour noir, mais il faut admettre que les implications seraient vertigineuses.

D’un autre côté, s’il s’agit simplement d’un délire paranoïaque, comment un type aussi méticuleux, inséré dans la société et apparemment intelligent mais aussi instable qu’une boite de grenouilles et aussi lancé que de la merde de chauve-souris a-t-il pu passer au travers de la vigilance de tout le monde? Apparemment il n’avait pas du tout envie de mourir dans un orage de grêle de 9mm, mais son "manifeste" va forcément nuire à son but. Est-ce que la police norvégienne est totalement inconséquente ou est-ce qu’il était indétectable?

Toute cette affaire est aussi contradictoire que les élucubrations d’Al Gore lancées du fond de sa maison à la consommation électrique équivalente à celle d’un petit pays africain.

Gageons que son procès sera intéressant vu qu’il va sûrement se présenter comme un prisonnier de guerre et exposer les méandres de sa folie solitaire ou au contraire l’apocalypse qui vient…