Archives quotidiennes : 28 septembre 2011

De la qualité du genre « zombie »

A la drill baby drill corp. boîte d’ingénieurs s’il en fut, je passe pour une espèce d’esthète parce que je lis énormément. Un livre est toujours posé sur mon bureau. C’est pour cette raison qu’au cours d’une conversation qui eut lieu lors de ma dernière mission, mes collègues furent fort surpris quand je fis l’apologie de la littérature et de la cinématographie tournant autour des zombies. Ils ne pouvaient pas comprendre l’intérêt que j’y trouvais alors que de leurs propres aveux, ils n’y connaissaient nib. J’eus beau leur expliquer que le fait de mettre des zombies dedans ne change rien à la qualité du divertissement, qu’on reste toujours sur le principe de la situation initiale/évènement extraordinaire/quète ou aventure initiatique/retour à une situation plus ou moins normale, que les zombies peuvent être des allégories de ce qu’on veut, ils se sont braqués comme si je les avais trahi. Comme si, étant incapable d’utiliser un ordinateur je ne pouvais pas partager certains goûts avec des nerds. Leurs regards devinrent vitreux, leurs visages inexpressifs, Ils étaient comme plongés dans une attitude narquoise et se voulant vaguement condescendante. L’observateur extérieur aurait pu les croire en train de sombrer dans l’hébétude pré-accident cérébral tellement leur air bovin s’aggravait.

La bizarrerie et l’outrecuidance des gens ne semblent connaître aucune limite. Il est donc nécessaire des les emmerder le plus possible et de leur faire savoir. Ce que j’ai fait en enfonçant le clou jusqu’à ce qu’ils se tiennent coi, le nez dans leurs bières et reconnaissant dans un souffle leur incompétence la plus totale en matière de littérature puisqu’ils n’en ont pas lu depuis la sortie du lycée. Je les ai donc renvoyé au vissage d’écrou et aux colonnes de chiffres. Par soucis d’anonymat, je ne transporte malheureusement pas de catapulte avec moi.

Donc oui j’aime les histoires de zombies, comme j’aime la tarte aux fraises, quand elles sont bien faites. J’attends d’ailleurs avec impatience la version filmée de "World War Z".

Et je ne crois pas que les zombies puissent survivre au fond de l’océan, ça c’est absurde. Et les vampires c’est pour les tatas, surtout quand ils scintillent.