Ode à la voiture

images?q=tbn:ANd9GcTh40HTz1ubiqJRCjPn9ShrZ5i8Ia7ApixMXgb0hE_-bz7-1z9ax_RY5Qu5OA

Puisque l’un de mes billets précédents a déclenché un débat sur la bagnole, j’en profite pour rappeler brièvement ma position sur la question de ce moyen de transport que j’ai déjà énoncé sur ce blog mais je ne sais plus où et quand.

La voiture est le symbole de la liberté des individus et donc le cauchemar des gouvernements. Grâce à elle, la liberté de mouvement à un sens, n’importe qui peut aller n’importe où quand il le souhaite sans avoir à demander l’autorisation à qui que ce soit et par les chemins et au rythme qu’il veut. Les ennemis de la liberté la détestent justement pour ça puisqu’elle les empêche d’exercer le contrôle névrotique qu’ils aiment tant sur nos personnes.

Ensuite la voiture permet de se déplacer non seulement quand on veut mais en plus avec qui on veut, ce qui en fait donc un objet de discrimination fort sympathique. Moi par exemple, je n’admets que les gens qui sentent bon et qui ont des choses intelligentes à dire dans mon habitacle.

En plus en voiture on est beaucoup moins à la merci des malfaisants, grévistes ou racailles.

Pour ces raisons, la voiture représente ce que la civilisation à de meilleur et ses opposants ne font que montrer leurs hideuses faces de petits tyrans de pissotières.

Publicités

59 réponses à “Ode à la voiture

  1. J’aime bien cette 3-Wheeler de Morgan…

    Sinon je ne suis on ne peut plus d’accord avec Amiral…

    SI en plus l’habitacle de la voiture est tendu de cuir, les enceintes laissant doucement s’écouler « Confortably numb » des Pink Floyd et les portes goblet rafraichissant empêchant la biere triple de moines trappistes de se réchauffée…

  2. Pfff… des porte-gobelets dans une bagnole… c’est des trucs de plouc américain, ça.

    A la rigueur, un coffret-bar avec verres en cristal à l’arrière de la Rolls, d’accord.

    Mais sinon c’est plus une voiture, c’est un McDonald sur roues !

  3. Sinon, en effet, la rage anti-voitures de ceux qui veulent nous forcer à prendre les transports en commun, c’est aussi, c’est surtout pour nous forcer à subir leurs grèves, et pour nous forcer à subir la cohabitation avec les immigrés violents, sales, bruyants, laids et haineux qu’ils aiment tant, et dont ils veulent nous imposer la présence.

    Les socialistes sont vraiment une sale race.

  4. Ca dépend de quel genre de porte gobelet on parle…

    Quand au Rolls, je ne suis pas fan du tout, c’est devenue beaucoup trop « nouveau riche » ou « chanteur de rap »….

  5. Aaaaah, mais il ne s’agit pas de prendre une Rolls neuve… c’est hideux, une Rolls d’aujourd’hui… Je parle d’une vraie Rolls, une qui a, je ne sais pas, moi, entre trente et cinquante ans, par là…

    Je regardais l’autre jour, de profil, une voiture dans la rue, une voiture plutôt discrète, pas tape-à-l’oeil pour un sou, mais d’une élégance folle, d’une harmonie de lignes extraordinaire et tranquille par rapport à toutes les caisses à savon à 50 000 euros qui l’entouraient… et au bout d’une seconde et demie, je me suis rendu à la réalité.

    C’était une Rolls.

  6. Amiral, vous parlez d’or!
    Personnellement les voitures ne m’intéressent pas particulièrement, conduire m’ennuie, j’aime l’air pur et le chant des p’tits zoziaux, mais si j’avais les moyens je m’achèterais une voiture supplémentaire tous les ans, rien que pour contrarier les plans des socialécolos qui nous gouvernent.
    Il est temps de lutter contre les discriminations qui accablent les automobilistes.
    Touche pas à ma bagnole, mon pote!

  7. « Le symbole de la liberté », très drole….ou est la liberté dans un moyen de transport dépendant de carburant qui en plus s’achète

    Je ne suis pas contre, mais franchement elle n’a pas sa place en ville, il y’a a paris pour 1000 habitants 300 voitures empiètent sur la liberté des autres qui sont majoritaires.

    La liberté c’est dans votre interet, sinon c’est pas interessant.

  8. « dépendant de carburant qui en plus s’achète », comme le foin pour le cheval ou le sandwich qui permet de trouver l’énergie pour pédaler sur son vélib.

  9. « Archos et Bouygues lancent la tablette à 0,66 euro par jour. »

    Au lieu de 1 euro pour l’offre fièrement annoncée par le gouvernement.

    Autrement dit : le secteur privé, les doigts dans le nez et sans se forcer, est tout de suite 34 % moins cher que la solution « de service public », « impulsée par l’Etat stratège », « régulée par le politique afin de défendre l’intérêt général contre la rapacité des égoïsmes capitalistes »…

    Socialistes, voleurs, menteurs, salopards.

  10. « Dépendant de carburant qui en plus s’achète… »

    Tandis que les subventions de la SNCF ou de la RATP, elles ne s’achètent pas, elles : elles se volent dans la poche des citoyens.

    Le socialiste n’achète pas, il vole.

  11. le problème la c’est que le carburant vous le renvoyez dans le nez et les oreilles des autres, et de vous meme d’ailleurs mais ça c’est votre problème.
    La voiture nous offre la liberté d’avoir des problèmes de santé.

  12. « La voiture nous offre la liberté d’avoir des problèmes de santé. »

    D’abord c’est faux. L’air au dessus des grandes métropoles occidentales n’a probablement jamais été aussi peu pollué depuis des siècles – et ce alors même qu’il y a aujourd’hui des voitures partout.
    Et d’autre part la voiture (et d’une manière générale tous les véhicules utilisant le moteur à explosion) vous permet aussi d’aller beaucoup plus rapidement à l’hôpital, ou au médecin de venir jusqu’à vous.
    Si on faisait le bilan je suis persuadé que l’on trouverait que la voiture a contribué à l’augmentation de notre espérance de vie – même en prenant en compte les accidents de la circulation.

  13. @aristide
    on s’en fout comment l’air était pollué avant.
    Vous défendez l’indéfendable, l’air est irrespirable en ville, c’est tout, n’allez pas chercher je ne sais quels arguments foireux.
    la voiture a 2, 3 ou 4 pour aller voir la mer je comprends, mais pour faire 1 kilomètre tout seul derrière son volant pour aller bosser, c’est un luxe qui n’a pas lieu d’etre dans les endroits comme la ville.
    La société s’est embourgeoisée dans un luxe qui fout le bordel.
    Dans beaucoup de façons de consommer on est allé trop loin.

  14. L’Indien commence à faire son petit kapo.

  15. Le problème de la voiture, c’est les places de parking. Il n’y en a jamais assez. Et comme les centre-ville sont étroits, on est obligé de les construire à la périphérie. Ensuite les gens sont invités à prendre des transports en commun, à utiliser un Vélib’ ou à marcher à pied. L’avenir est à la complémentarité entre les différents moyens de transports. Le tout voiture appartient au passé.

  16. « Le tout voiture appartient au passé. »

    Encore un de ces slogans idiots. Il n’y a jamais eu de tout-voiture, de tout-pétrole, de tout-chose…

    On commence par construire un ennemi imaginaire, puis on entreprend de lui taper sur la tête. Il y en a que ça occupe toute leur vie.

  17. Dans les années 1970, les urbanistes projetaient de couvrir le canal du midi par une autoroute (à Toulouse), pour régler le problème des embouteillages. Vous pouvez vérifier. Ensuite, on prête à Georges Pompidou cette formule : « Il faut adapter la ville à l’automobile ». J’appelle ça le tout-voiture. Cette époque n’est pas imaginaire, il me semble.

  18. Ce qui est inquiétant aussi, c’est le manque de place dans les ports de plaisance, savez-vous qu’il est de plus en plus difficile d’amarrer son yacht de nos jours ?

  19. « Dans les années 1970, les urbanistes projetaient de couvrir le canal du midi par une autoroute (à Toulouse). »

    Ils projetaient. Donc, ils ne l’ont pas fait. Le Corbusier projetait aussi de raser le centre de Paris. Il ne l’a pas fait.

    « On prête à Georges Pompidou cette formule : « Il faut adapter la ville à l’automobile ». »

    Pompidou est mort. Hitler aussi.

    Adapter la ville à l’automobile est parfaitement raisonnable. Merci d’expliquer en quoi cela serait absurde ou nocif.

    La question n’est pas s’ils faut adapter la ville à l’auto. Evidemment qu’il faut le faire, comme il faut adapter la ville à l’eau courante, à l’éclairage électrique, à Internet, au froid, à la pluie, aux crottes de chien, aux magasins, aux cafés… On adapte bien les villes aux manifestations gauchistes. J’ailmerais bien qu’on m’explique pourquoi il ne faudrait pas les adapter à la voiture, qui est quand même mille fois plus utile.

    La question est ce qu’il convient de faire pour adapter la ville à l’automobile. Cela, c’est un vrai débat.

    Mais dire : rhâââ Pompidou il voulait adapter la ville à l’automobile c’est un méchant, c’est idiot.

    Et « tout-voiture », c’est idiot aussi. Il n ‘y a pas de « tout-voiture ». Les gens n’ont pas tous des voitures, ceux qui en ont ne passent pas toute leur vie dedans, ceux qui prennent la voiture prennent aussi les transports en commun ou leurs pieds, etc, etc.

    Le » tout-voiture » est un slogan stupide qui évite d’avoir à réfléchir.

  20. « Vous défendez l’indéfendable, l’air est irrespirable en ville, c’est tout »

    Ce que vous semblez ne pas comprendre, l’indien, c’est que l’air au-dessus des villes est toujours pollué, toujours. Dès qu’il y a concentration humaine il y a pollution.
    Donc la seule question qui vaille c’est : l’air est-il plus pollué aujourd’hui que lorsqu’il y avait peu ou pas de voitures dans nos villes? Si la réponse est non – et la réponse est non – c’est votre argument sur la voiture-qui-rend-malade qui tombe.
    Mais bon, on s’en fout, puisque de toutes façons on « sait » que la voiture c’est mal et qu’elle est « indéfendable », pas vrai ? C’est d’ailleurs pour ça que tant de gens préfèrent l’utiliser plutôt que les merveilleux transports en commun : les gens sont stupides, ils ne comprennent pas ce qui est bon pour eux. Mais heureusement les socialécolos sont là pour faire leur bonheur à leur place, à tous ces gens stupides.

  21. Adapter la ville à l’automobile est parfaitement raisonnable. Merci d’expliquer en quoi cela serait absurde ou nocif.

    A cause de l’étalement urbain (en anglais urban sprawl). En France, nous manquons d’espace, contrairement aux Etats-Unis. Il faut lutter contre l’extension indéfinie des surfaces urbaines, parce que c’est moche et anti-écologique (pardon pour le gros mot). Je n’ai pas envie que mon pays ressemble de plus en plus aux Etats-Unis. J’ai envie qu’il garde son identité. Je ne veux pas voir ça :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89talement_urbain

    (photo à droite)

    Or l’automobile est grandement responsable de ce phénomène.

    En outre, les projets des urbanistes peuvent être choquants, même s’ils ne sont pas réalisés, à cause à des résistances des populations concernées.

  22. Légens soncon.

    Il va bien falloir les éduquer.

    Que vous le vouliez ou non.

    Entendu une émission « scientifique » sur France-Cul, où il s’agissait d’éduquer les gensses pour les obliger à accepter la « théorie du genre » (expression aussi idiote que « la version officielle du 11-Septembre »), et son inscription dans les manuels scolaires. Une heure de bavardages sans queue ni tête, totalement étrangers à la raison, n’ayant strictement aucun sens en français.

    Chirstine Boutin y était accusée d’avoir tenu des propos « scandaleux », pour avoir rappelé qu’il y avait des hommes et des femmes.

    Il y avait là une espèce de sociologue lesbienne (je suppose), incapable de finir une phrase, d’articuler une pensée logique quelle qu’elle soit. Juxtaposition de segments de phrases décousus, des euh…, des on va dire que… Son argument le plus solide : un tel a dit que. (Un tel étant, non pas un scientifique, mais un olibrius quelconque occupant un poste universitaire grâce à la « théorie du genre »). A l’écouter, il suffisait de « dire » pour avoir fait avancer la science.

    Et parmi les intervenants, il y avait des gens censés être de vrais savants, de la science dure, qui écoutaient toutes ces salades d’une oreille complaisante, en y ajoutant leur voix.

    Je ne vous dis pas les contorsions intellectuelles pour faire admettre qu’il ne fallait plus parler d’hommes et de femmes, mais qu’il y avait quand même des hommes et des femmes, ou du masculin et du féminin, ou quelque chose comme ça.

    Exactement comme les clowns « antiracistes » prétendent que les races n’existent pas, mais sont obsédés par la race.

    Les débiles mentaux sont au pouvoir.

  23. « A cause de l’étalement urbain (en anglais urban sprawl). En France, nous manquons d’espace, contrairement aux Etats-Unis. Il faut lutter contre l’extension indéfinie des surfaces urbaines. »

    Encore un cliché gauchiste.

    L’étalement urbain, c’est très bien, au contraire. L’étalement urbain, c’est ce que les hommes ont fait de toute éternité. C’est le mode d’organisation spontané de l’humanité. Les hommes se mettent ensemble pour se défendre, pour s’organiser. Une maison, deux maisons, dix maisons… Et quand il n’y a plus assez de maisons pour ce groupe d’hommes, des membres s’en détachent pour construire d’autres maisons, un peu plus loin, mais tout de même à côté des autres, car les hommes ont besoin les uns des autres pour vivre.

    Hélas, ce système est naturel, spontané. Et c’est ce dont les socialistes ont horreur ! Hors de question que les gens décident d’eux-mêmes où ils vont s’installer. Il faut un Architecte, un Urbaniste, un Sociologue, un Grand Service Public du Non-étalement Urbain.

    Bref, un Chef, un Führer.

    Le Corbusier était copain avec Mussolini, l’ancien rédacteur en chef d’un journal marxiste. Il voulait entasser les gens dans d’immenses immeubles. Tout comme les gentils socialos et les mignons verdasses d’aujourd’hui. Pour mieux les contrôler. Pour mieux les administrer. Pour justifier les millions de postes de fonctionnaires nécessaires à la micro-régulation et à l’emmerdement maximum des citoyens.

    Vous remarquerez que les mêmes gauchistes sont contre « l’étalement urbain » mais contre le « bétonnage », pour la densification des villes mais contre les horribles grands ensembles où l’on oblige les pauvres Arabes et les pauvres Noirs à habiter — et c’est pour cela qu’ils brûlent des voitures et vendent de la drogue, les pauvres, il faut les comprendre.

    La France ne manque pas d’espace. C’est totalement faux. Prenez un avion et survolez le pays : vous verrez essentiellement des espaces vides.

    Les chiffres existent. On connaît précisément la superficie occupée par les villes et villages, la superficie inconstructible parce qu’occupée par des routes ou de hautes montagnes, la superficie nécessaire aux terres agricoles et aux usines.

    Ces chiffres montrent exactement le contraire de ce que vous dites : la France est essentiellement vide. Il y a toute la place pour construire autant qu’on veut, en s’étalant tout du long.

    C’est précisément à cause de cette croyance quasi-religieuse que « l’étalement urbain » serait une mauvaise chose que le logement est aussi cher en France. A causse de cela, et de la quasi-interdiction (en pratique) de construire où que ce soit.

    Résultat : le terrain constructible est hors de prix puisque très rare, et donc le logement est très cher.

    Les gauchistes hurlent contre « l’étalement urbain », mais se plaignent, après, que les « spéculateurs » rendent le logement hors de prix ! Il faut savoir ce qu’on veut. Le socialisme est un infantilisme.

    Consultez les études de Vincent Bénard à ce sujet. Elles sont irréfutables.

  24. C’est la nouvelle Morgan, vous avez du gout cher Amiral mais si vous des sous, ceci est beaucoup mieux:

    http://www.bristolcars.co.uk/

    Vavavoum

    • Granpas, pour tout vous dire je ne suis pas du tout un fan de bagnoles. Je me fous de ce dans quoi je roule tant que ça roule, mais la petite Morgan là… elle me fait de l’effet quand même.

  25. La petite Morgan est une automobile cul-de-jatte. Quel horrible spectacle !

  26. « La liberté c’est dans votre interet, sinon c’est pas interessant. »

    Justification de tous les totalitaires.

  27. Le portulan te ment

    Il ne faudrait pas confondre la liberté d’épater, certes avec un design au chic fou, ceux qui n’ont pas les moyens de se le payer et la liberté de circuler quasiment où l’on veut avec une vieille Willys-Brandt, par exemple.
    Et puis il y aussi un certain chic à se jouer des embarras de Paris en Husqvarna 450 http://www.ktm.com/fr/enduro/450-exc-eu/benefit//highlights/Product.html?tx_ktmproduct_pi1%5Bproduct%5D=&cHash=c6290c7d7d48d82437b651727b1fd8eb , pour aller boire un drink au bar du Ritz, même avec assise derrière en amazone la dernière princesse à la mode depuis Audrey Hepburn.
    Enfin je dis ça, on peut être un urban warrior en richelieu Old England bourrés de sable ramené de ses Bajas.

  28. @Aristide
    « L’air au dessus des grandes métropoles occidentales n’a probablement jamais été aussi peu pollué depuis des siècles »

    « Des siècles », ça nous fait remonter quand? Avant la révolution industrielle, à une époque où la popultation était trois fois moins nombreuse qu’aujourd’hui, où aucune industrie polluante n’existait? Non parce que la pollution par la simple présence humaine (« Dès qu’il y a concentration humaine il y a pollution », c’est vous qui le dites), je croyais qu’il n’y avait que quelques abrutis parmis les écologistes extrémistes pour y croire.

    Et les mesures de la pollution, il y a « des siècles », elles existaient? Première nouvelle. Maintenant si vous avez des mesures de pollution qui remontent à avant la démocratisation de la voiture, c’est à dire ne serait-ce qu’au début du XX° siècle, ça m’intéresse. Sans déconner, ça m’intéresse vraiment. Quand on sort des énormités comme celles que vous sortez sur cette page, il faut des sources.

  29. L’indien, c’est comme les bandes de dealers chassées d’un quartier par les flics et qui s’installent dans un autre. Il squatte de blog en blog.

  30. … pour nous vendre sa came de très, très mauvaise qualité.

  31. « La liberté c’est dans votre interet, sinon c’est pas interessant. »

    C’est l’indien qu’a dit ça, hein, hein ? Ce type est fabuleux, c’est une synthèse, comme dirait l’autre.

  32. Mais oui, Chrys, vous m’avez l’air très intéressé par une discussion sérieuse. C’est sans doute pour ça que vous commencez par me traiter d’abruti qui dit des énormités, avant d’exiger que je vous donne des sources, et plus vite que ça !
    C’était sans doute aussi pour engager la conversation que vous êtes intervenus dans la discussion sur le hallal en disant à Dixdiag qu’elle racontait n’importe quoi. Ah, ah ! une étude du FBI, trop mort de LOL !

    Bin oui, faut vraiment être con pour croire que là où il y a concentration humaine il y a pollution. C’est bien connu, les hommes ne rejettent aucune déjection, ils ne produisent aucun déchet. Et puis avant la révolution industrielle les gens allaient tout nus, ils vivaient dans des grottes où il mangeaient de la viande crue découpée avec des instruments en silex.
    Y avait évidemment pas d’industrie polluante. Tout ça, c’est apparu d’un seul coup d’un seul au 19ème siècle. Ah, ah ! Mekilékon çui-là !

    Si vous preniez la peine de lire, vous auriez vu que j’ai écris « probablement », précisément parce qu’il n’existe pas de mesure systématique de la pollution atmosphérique avant le 20ème siècle.
    Il n’y a pas de statistiques mais il y a bien d’autres moyens d’estimer cette pollution, par exemple à partir de ce que nous savons de la consommation annuelle en charbon d’une ville comme Londres, ou bien en mesurant la concentration en plomb dans les strates géologiques sous les grandes métropoles occidentales. Il y a aussi les chroniques anciennes, qui nous permettent de reconstituer les conditions de vie dans les siècles passés. Il y a les documents officiels, qui nous renseignent sur les mesures prises par les gouvernants pour lutter contre la pollution, etc.
    Bref il existe une quantité de données et de documents qui permettent d’affirmer que, très vraisemblablement, les grandes métropoles occidentales étaient plus polluées il y a trois ou quatre siècles qu’elles ne le sont aujourd’hui.

    Mais évidemment pour savoir ça il faut se renseigner, lire, réfléchir, bref être capable de faire autre chose que d’insulter des inconnus planqué derrière un écran d’ordinateur.
    Alors pour ce qui concerne mes sources, vous les chercherez par vous-mêmes si vraiment ça vous intéresse, ce dont je doute fort.
    Vous verrez, le travail et la réflexion ça peut être très gratifiant.

  33. « Vous verrez, le travail et la réflexion ça peut être très gratifiant. »
    Bien sûr Aristide, mais reconnaissez tout de même que c’est crevant.

  34. Woland, il faut mettre du pschitt-pschitt sur vos lunettes. Depuis quand les avions de chasse de la Seconde guerre mondiale ont-ils des grosses roues à rayons devant ?

    Non, non, je ne nie pas que certaines voitures anglaises de conception anciennes puissent être belles, mais celle-là, vraiment, c’est une handicapée ! Et puis l’angle de la photo n’arrange rien : on dirait vraiment que quelqu’un a pris une scie géante et lui a coupé le cul.

    D’ailleurs, quelqu’un a-t-il expérimenté la tenue de route d’une voiture puissante à trois roues ? Hmmm ? Ca doit être une savonnette, en plus.

  35. Et surtout, évitez de vous gausser monsieur Marchenoir. http://www.morgan3wheeler.co.uk/news.php?id=28

  36. Monsieur Marchenoir,

    Je ne voudrais pas être méchant mais si vous regardez le Fiat CR42 Falco , c’est un biplan avec train d’ atterrissage fixe:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fiat_CR.42_Falco.

    Le moteur n’est plus un V2 Guzzi mais un Harley.

  37. Ca n’a rien à voir, Grandpas ! Votre avion, il a de toutes petites roues en dessous d’un fuselage qui est absolument prépondérant. Tandis que l’angle entre le fuselage et le support du train d’aterrissage est plaisant à l’oeil. C’est beaucoup plus harmonieux.

    Et puis vous remarquerez que sur les Morgan d’origine, la roue arrière était visible, ce qui d’un point de vue du design se tenait beaucoup plus.

    Dans le dernier modèle, non seulement la voiture se rétrécit vers l’arrière, non seulement l’arrière est avorté et comme absent, mais en plus, la troisième roue est invisible.

    En sorte qu’on a l’impression que la voiture roule sur rien à l’arrière. C’est tout à fait déséquilibré et tout à fait inharmonieux.

    Il ne suffit pas de faire une voiture différente des autres et utilisant des codes visuels anciens pour qu’elle soit belle. Il faut aussi que la forme exprime la fonction. Ici, la forme nie la fonction. C’est pourquoi cette voiture est laide.

  38. Chrys,

    Sur la pollution, il est évident qu’elle n’est pas nouvelle. Ainsi, prenons les villes à partir du XVIème siècle. L’art décoratif a recours de plus en plus souvent à la dorure. A cette époque la feuille d’or est peu utilisée car elle est extrêmement complexe à produire et donc très chère. On préfère la dorure à la poudre d’or, technique plus simple mais extrêmement polluante. En effet, on prépare une pâte de poudre d’or mélangée à du mercure que l’on étale sur le bronze à dorer, puis on la passe au four. Le mercure s’évapore avec les effets que l’on peut imaginer sur l’organisme, seul restant l’or.
    On produit également de grandes quantités de cuirs de qualités diverses et les bains de tannage sont balancés dans les cours d’eau, où en aval certains iront puiser de l’eau, sans parler de l’imprégnation des sols, des nappes phréatiques.
    Le cheval est la force motrice nécessaire à tout déplacement. Or, ses déjections en séchant s’effritent et la poudre est soulevée au moindre souffle de vent, et pénètre dans les voies respiratoires. Mon arrière grand-mère qui a connu Paris à l’époque de la traction hippique me parlait de l’accueil favorable réservé à l’automobile car on entrevoyait enfin la ville débarrassée de cette pollution.
    On pourrait ainsi évoquer n’importe quelle activité humaine de production et citer les pollutions qu’elle suscitait et on serait surpris de constater que nombre étaient dangereuses pour la santé humaine.
    Bien sûr, notre époque n’est pas parfaite mais elle a su susciter d’énormes progrès en termes de filtrage des rejets atmosphériques, de rejets de fluides, etc.

  39. Londres, du temps du charbon triomphant, était un enfer de pollution. Sauf erreur de ma part, le smog a disparu. A une époque, il était inséparable de la ville.

  40. Le billet parle de voiture, c’est donc BIEN EVIDEMMENT à la pollution atmosphérique que je pensais, mais continuez à parler de déjections et autres déchets ménagers, vous êtes pile poil dans le sujet.

  41. Xénophon était un fan de voitures anciennes ?

  42. Ah, j’ignorais. Le Bauhaus ou Raymond Loewy n’ont donc fait que reprendre Xénophon…

  43. J’ai d’autre exemple comme celui ci,

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gloster_Gladiator

    mais vous chipoter Bob

  44. Non Grandpas, c’est vous qui chipotez. Vous vous attachez à la lettre (y’a des roues…) et non à l’esprit.

    Relisez ce que j’ai écrit. Vous pouvez ne pas être d’accord avec mon opinion, vous pouvez même dire : moi j’aime cette voiture et je n’en connais pas les raisons, mais vous ne pouvez pas dire : j’ai lu vos raisons de ne pas aimer cette voiture, et elles sont fausses parce qu’il y a des roues à l’avant d’avions anciens.

    Cela n’a rien à voir.

  45. Chrys, relisez donc mon dernier commentaire, je parle aussi de pollution atmosphérique.

  46. Robert Marchenoir,

    Je pinaille pas et pour vous prouver ma bonne volonté voici une liste non exhaustive d’ avions ayant une roue à l’ avant afin d’éviter que ces derniers ne se mettent en pylône.

    Ago C.II, Breguet Br.M5 , R.A.F. R.E.5, Short Bomber,Voisin 5 B.2,Voisin 8 LB.P équipé d’un canon Hotchkiss de 37 ou 47 mm en place avant (1916).

    Vous remarquerez aussi qu’une majorité sont des bi-poutres, sur d’autres aéroplanes, la petite roue avant était remplacée par un long patin.

    Maintenant, je ne vois pas ce que voulez dire donc montrez un avion avec des roues en avant du moteur.

  47. « Vous vous attachez à la lettre (y’a des roues…) et non à l’esprit. »

    Là c’est curieux, ce que vous dites Marchenoir… car quand Woland a parlé d’avion de chasse de la WWII (bien que ça fasse aussi – plus – penser à un biplan de la WWI ou des années 30), je crois que tout le monde a compris : forme de fuselage, sièges, échappement de côté, petit pare-brises, chromes etc. Bref, l’esprit. Et c’est vous qui avez lancé le truc sur les roues. Alors bien sûr, ce ne sont pas des roues d’avion, et pis la caisse n’a pas d’ailes : la lettre.

    Et pour revenir aux roues : il est vrai que les deux grandes roues avant et la petite de derrière font penser aussi à un avion de chasse ancien, que celui-ci ait les roues principales sous les ailes ou devant comme le Gladiator. Dans l’esprit, cette dispo est celle d’un avion de chasse, ça semble évident.

    Ce qui n’empêche qu’on peut trouver moche cette voiture, oui. Oh la la quelle histoire !

  48. « Xénophon était un fan de voitures anciennes ? »

    Xénophon (Xénophane ?) roulait même en Morgan 3 roues. Et c’est ainsi qu’il fut le seul à survivre dèntre les 10.000, échappant de par la puissance de son bolide à la furie et aux hordes du Grand Roi des Perses, pour regagner intact la douceur de sa terre grecque. Moïse aussi roulait en Morgan 3 roues, et c’est ainsi qu’il échappa à la furie et aux hordes de Pharaon qui roulait en char à deux roues, le con !, pour regagner intact la douceur de sa terre de Canaan, Cannan, Canahan, bref, la Terre Promise.

    Ça en dit long sur la splendeur de cette caisse.

    Et c’est ainsi qu’Allah est grand.

  49. Avion de chasse :

    Juste à cause des peintures ? Peignez les mêmes sur une Twingo, et on verra si elle ressemble à un avion de chasse… non, c’est la forme du bouzin qui appelle ces peintures.

    Quant à la thèse forme=fonction, elle est discutable. Mais de toute façon, si le but, la « fonction » était de faire un bolide agressif lancé vers l’avant, « tout avant », cacher la roue arrière était un coup de génie. Évidemment, si on pense à une voiture normale, celle-ci a l’air cul-de-jatte, comme dit Marchenoir. Mais Marchenoir doit s’ouvrir, abandonner ses préjugés et découvrir d’autres formes de conscience et de perception. Oui-oui-oui.

    Et oui, j’ai que ça à faire. Misère.

  50. Oui, Gil. J’ai lancé le truc sur les roues, parce que deux grosses roues à rayons aussi hautes que la caisse font que la Morgan ne ressemble absolument pas à un avion, contrairement à ce que dit Woland.

    Après, Grandpas nous fait un dégagement sur la présence de petites roues non rétractables sur les avions anciens. Il aurait aussi bien pu dire qu’un avion a des feux de position, un bateau aussi, donc qu’un avion ressemble à un bateau.

    Il est évident que sur un plan esthétique (car c’est cela qui est en discussion), cela n’a rien à voir. Le train d’atterrissage de ces avions ne ressemble absolument pas, en aucune manière, aux roues avant de la Morgan :

    – Les roues de ces avions sont beaucoup plus petites par rapport au corps principal de l’engin.
    – Elles sont placées bien plus bas, alors que les roues de la Morgan encadrent la caisse et la cachent partiellement.

    Si, par ailleurs, il y a quelques éléments sur cette voiture qui rappellent les avions anciens, il faut souligner que ce à quoi elle ressemble le plus — et c’est son origine, d’après son constructeur même, c’est à un vélo. Un vélo motorisé. Autrement dit, une moto. Une grosse moto à trois roues.

    Et c’est une raison de plus de fustiger la décision de dissimuler la roue arrière. Une moto sans roue arrière, ce n’est plus une moto.

    Si le dessinateur avait voulu faire ressembler cette voiture à un avion, il aurait dissimulé aussi les roues avant.

    D’ailleurs, il existe des voitures contemporaines qui ressemblent à des avions, pour des raisons fonctionnelles : elles ne circulent pas sur les routes, et sont uniquement destinées à remporter des records de vitesse dans le désert américain.

    Regardez ces voitures : toutes leurs roues sont invisibles. Leur carrosserie ressemble effectivement à un fuselage d’avion.

    Je maintiens que la Morgan actuelle est une faute de design. Les modèles anciens pouvaient avoir du sens. Le modèle actuel est un chef-d’oeuvre de mauvais goût.

    L’identité visuelle d’un objet dépend de sa structure, de ses élements prépondérants.

    L’élément prépondérant, la caractéristique la plus frappante de la Morgan, ce sont ses deux énormes roues à rayons qui encadrent la caisse, et qui la rendent si différente des voitures contemporaines.

    L’élément prépondérant d’un avion (ancien ou moderne), ce sont ses ailes, qui sont fixées à angle droit sur son fuselage (et certainement pas son train d’atterrissage, rétractable ou non).

    L’identité visuelle de la Morgan, ce sont ses roues. Elle n’a pas d’ailes. Les détails que vous mentionnez (l’échappement, etc) ne sont que cela : des détails. Sur un plan graphique, ils n’ont aucun poids par rapport à des éléments aussi importants que les roues ou des ailes.

    Après, que le fait de conduire une voiture sans pare-brise, avec le vent dans les cheveux et le corps près de l’habitacle, donne à de grands garçons de 45 ans l’impression d’être des pilotes d’avion des années trente, c’est possible.

    Mais c’est un fait distinct de la ligne visuelle de ces engins.

  51. « Marchenoir doit s’ouvrir, abandonner ses préjugés… »

    Vous êtes devenu gauchiste, Gil ?

  52. Non, juste bourré.

  53. Attendez, Marchenoir, de quoi parle-t-on quand on parle de « ressemblance » ? Comment une voiture conçue pour le plaisir et non pour battre des records pourrait-elle ressembler à un avion, au sens où elle aurait de petites roues, des ailes, une hélice etc ? Elle y ressemble autant que faire se peut, quoi.

    Et puis, dire que l’identité visuelle de la Morgan, ce sont ses roues, non : c’est ce qui la distingue des voitures habituelles, comme vous le dites d’ailleurs. Si on pense aux voitures normales, on va d’abord voir ça, OK. Mais si l’on oublie ces bagnoles (ouverture d’esprit, on écarte bien ses petites fesses, pensée gauchiste etc), que voit-on ? Juste les roues ? Ma no : une forme fuselée avec un gros moteur visible devant, « penchée » vers l’arrière, des roues en triangle etc bref une forme générale = avion de chasse années 30.

    Évidemment, on peut trouver ça quand même puéril et de mauvais goût. Sais pas, faudrait que je la vois en vrai.

  54. Bob blackmarket,

    C’est le fait que les roues soient non protégées qui vous gêne, mais avez vous remarquez que le moteur aussi est à l’air libre. Allez comme vous êtes un gras sympathique, voici:

    http://www.cyclecar.eu/

    Ces véhicules ne sont pas des moyens de transport mais de la posési automobile.

  55. Allez pour enfoncer le clou et mon amour immodéré de l’automobile.,

    Yes!

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s