Archives quotidiennes : 12 novembre 2011

Filet de koala façon viande séchée

Voici une recette parfaite en cas de rhume vu que le régime alimentaire du koala lui donne des propriétés qui débouchent le nez.

Pour commencer, il vous faut un koala. Pour en trouver un, choisissez l’eucalyptus le plus majestueux possible. Abattez le. Son feuillage devrait contenir 4 ou 5 koalas. Prélevez le plus mûr, ce sera celui avec les oreilles les plus touffues et soyeuses. Si vous avez du mal à repérer les koalas et pour vous éviter de trop fourrager dans les branches de l’arbre, on n’est pas des singes, incendiez l’arbre au sol, les koalas devraient sortir d’eux-même. Veillez à ce que l’incendie soit lent, car le koala n’est pas un rapide et vous risqueriez de finir avec une toute autre recette. Puis, comme le koala est-une espèce protégée, assommez le un peu et prélevez un de ses filets. faites lui quelques points de sutures, enroulez le dans de la gaze pour qu’il cicatrise et catapultez le dans un autre eucalyptus.

Vous voila devenu agriculteur raisonné.

Maintenant il faut saler la viande.

Dans un récipient alimentaire, donc pas la cuvette des toilettes, mettez votre pièce de koala que vous aurez préalablement massée avec des herbes et aromates de votre choix avec de la musique douce, des bougies et tout ce qu’il faut pour la détendre avant de la faire passer à la proverbiale casserole. Je recommande le houblon, l’orge, le malt, le genièvre, l’anis ou même la patate. Une fois le morceau de viande bien imprégné des épices, vous pouvez le frotter au sel que vous aurez préalablement subtilisé de manière plus ou moins violente à un paludier grabataire. Tout le morceau doit avoir été frotté et il doit rester une fine couche sur tout le filet. Après quelques jours, la pièce rend son jus et baigne ainsi dans une saumure de type bio et naturelle. Le morceau de koala va rester au frigo entre 5 jours à 5 semaines …  Il faut qu’il ait commencé à réduire.

Après cette période de salage, il est temps de rincer la viande. Passez la sous l’eau froide, pour enlever le plus gros du sel et mettez la à tremper environ 24 heures dans de l’eau claire que vous changerez toutes les 8 heures. Puis remettez la viande au frigo 24 heures pour qu’elle s’égoutte. 

Une fois la viande égouttée, l’emballer dans un torchon, en la serrant bien. On peut aussi utiliser de la gaze qui vous reste après l’opération du début sur la bestiole. On va mettre notre torchon à sécher de 5 à 20 semaines dans un endroit frais, aéré, sec et à l’abri de la lumière. Le grenier de votre chalet de Courchevel devrait faire l’affaire. Régulièrement, on pressera la viande. Pour lui donner la forme que vous voulez d’une part mais aussi et surtout afin de mieux répartir l’eau et de faciliter ainsi le séchage. Au final, le morceau de viande aura perdu de 45 à 55% de son poids de départ.

Une fois le poids désiré atteint, et que vous considérez la viande comme assez ferme (j’aime ma viande séchée ferme comme le cul d’un garçon de 8 ans élevé au grand air) vous y êtes presque. Si tout s’est bien passé, une couche de « moisissure noble » s’est déposée sur la viande. C’est normal et cela contribue au goût ! Il faut donc nettoyer la viande et … la goûter en fines tranches sur du pain grillé tartiné de saindoux! 

Ca marche aussi avec le boeuf mais je ne sais pas sur quels arbres il pousse.

Et voilà!