Archives quotidiennes : 29 novembre 2011

Le goût des mélanges

Vous avez remarqué? Quand on mélange un goût très fort avec quelque chose d’autre, le goût fort domine l’autre. C’est le cas de la truffe qu’on peut mettre dans la purée, ou du rhum dans le cuba libre. Ainsi, alors que je n’ai jamais essayé, je suis à peu près certain que si on mélange de la glace à la vanille, même de l’excellente avec des morceaux de noix de pécan et tout, avec de la crotte de chien, on obtiendra une mixture qui aura plus le goût de cette dernière que de celui de la vanille.

En tous cas, c’est un fait avéré avec les institutions politiques internationales. Prenez des pays civilisés comme la France, l’Angleterre ou les USA, mélangez les avec des pays nettement moins civilisés dans l’ONU ou autre et vous vous retrouverez systématiquement avec un mélange qui tend vers l’immonde pour les papilles et vers le toxique pour la santé. C’est comme ça que l’UNESCO finit par reconnaître la Palestine par exemple. Ou que la commission des droits de l’homme de l’ONU dirigée par la Libye se permet de donner des leçons de sharia au monde parce que les droits de l’homme sont incompatibles avec elle.

C’est aussi vrai avec les alliances électorales. Hollande, qui me fait de plus en plus penser au sénateur Robert Kelly post-mutation (alarme! alarme!, référence geek!) et qui fera sans doute environ la même politique molle que Sarko à un ou deux détails près (ce n’est pas de la glace à la vanille hein, mais c’est quand même moins à dégobiller partout que Mélenchon et Placé), ferait bien de faire attention à ceux qui veulent sauter dans le mixer avec lui, le résultat pourrait être fort peu ragoûtant à part bien entendu pour les coprophiles enthousiastes et autre amateurs de feuille de rose peu portés sur l’hygiène.

Allégement du budget de l’état

Pour une fois je vais essayer d’être constructif et d’aider nos chers dirigeants à établir un budget fortement réduit et relançant la croissance. C’est libre de droit pour les candidats à la présidentielle.

Tout d’abord sur la réduction de la dépense, je recommande
– de supprimer le ministère de la culture purement et simplement. C’est un truc d’état totalitaire et qui ne sert en rien la production artistique.
– Ensuite, on oublie les primes de Noël pour les chômeurs. Sans déconner… des primes de Noël pour des gens qui ne bossent pas? Et pourquoi pas des primes de vacances pour eux aussi… Ca existe déjà?
– Au passage on supprime la ligne "solidarité, insertion et égalité des chances" dont l’inefficacité est démontrée par les faits.
– On privatise les retraites.
– On libéralise l’enseignement dont le rapport qualité-prix ne pourrait pas être pire à part en doublant le salaire des profs tout en leur demandant de frapper les enfants dans la face à coups de planches en bois dès qu’ils y soupçonnent, même vaguement, une lueur d’intérêt. Et encore…
– On met à la poubelle la recherche qui ne trouve rien.
– On stoppe le racket de l’écologie et du développement durable.
– On arrête de dépenser pour l’immigration, l’asile et l’intégration, à la place on construit des catapultes.
– Et surtout on cesse les plans de relance de l’économie qui reviennent à faire un gros tas de billets au fond du jardin et à le cramer en dansant autour pour invoquer les forces obscures démarchés.

A la louche, je viens d’économiser 70 milliards.

Sur l’augmentation des recettes:
– On supprime tous les impôts à part la TVA qu’on fait passer à 25%. La TVA est la taxe qui rapporte le plus, la plus facile à prélever (ce qui permet de limiter les fonctionnaires préposés à sa collecte), la plus "indolore" et la plus juste car ce sont les plus riches qui consomment le plus (on peut imaginer quelques ajustements style carte famille nombreuse pour des familles correspondant à certains critères).

Et on accorde une dépense de plus:
– Suppression de l’avortement et mise en place de véritable système d’accueil pour les enfants dont les parents ne peuvent assumer la garde car le meilleur des investissements est de mettre du lait dedans des enfants comme le disait le grand Churchill.

Et voila. budget équilibré et état revenant dans les limites maximales de ce qu’il devrait être autorisé à faire.

Je dois être un magicien.