Archives mensuelles : décembre 2011

Se défendre accroît les tensions

L’autre jour j’ai eu la chance et la joie d’entendre un débat sur l’opportunité d’armer (avec des bâtons et des gazeuses hein, pas avec des vraies armes quand même) les types chargés d’assumer la sécurité dans les HLM.

La conclusion dudit débat était que si une telle chose était autorisée, cela ne ferait qu’aggraver les tensions avec les sauvages metteurs de bordel. Après tout, la tension c’est bénéfique quand il s’agit de la peau des tams-tams, mais c’est très néfaste pour le vivrensemb’.

On ne fait pas plus absurde.

Si un type risque de se faire tabasser et qu’on ne lui accorde pas les moyens de se défendre il est évident que sa tension à lui va frôler la rupture d’anévrisme à chaque fois qu’il se sentira, même vaguement, en danger. Il en arrivera à laisser tomber ou à prendre les choses en mains façon inspecteur Harry.

C’est d’autant plus injuste que ce sont toujours les plus faibles qui en prennent plein les dents comme une adepte de bukkake.

La tension existe quand ce ne sont pas les bonnes personnes qui ont peur. Ceux qui devraient faire dans leurs frocs comme un nonagénaire à 30 mètres des gogues, ce sont les malfaisants, pas les honnêtes citoyens qui ne demandent qu’à vaquer en paix. Seulement, les gens de bien ont été dépouillés minutieusement de tous les moyens de défense possibles et imaginables par l’état qui les laisse comme des limaces salées se tortillant sous les yeux d’oiseaux affamés.

Dans ces conditions, autant être franc, abandonnons les endroits où les barbares pullulent, donnons leur leur indépendance et basta. Ou sinon, on passe le tout au lance-flamme et on utilise la police et l’armée pour ce pour quoi elles existent, c’est à dire assurer la sécurité des gens en écrabouillant d’un juste talon la vipère violente et non harceler les gens normaux avec des millions de tracasseries ineptes.

Sinon on finira avec de vraies milices. Remarquez, maintenant que je l’écris… Pourquoi pas?

Publicités

Brèves du jeudi 22

– J’ai eu une illumination en torchant le petit Mousse alors qu’il se débattait comme un diable, faisant voler ses excréments dans toutes les directions. Toutes les théories sur l’état, degauches ou dedroites, se rejoignent sur le fait que les sujets consentent à se dépouiller de certaines de leurs libertés au profit de l’état. Dans l’état de pourrissement avancé qui est le notre (badam ptinigue), les gouvernants semblent avoir oublier la partie sur le consentement… Désormais, ils font notre bien malgré nous, comme moi avec le petit Mousse. A part que nous n’avons pas tous 14 mois… Ca mériterait sans doute un vrai billet un de ces jours.
– Suis-je le seul à avoir envie d’écrabouiller les cordes vocales de ceux qui expliquent que Noël c’est le partage, la joie, la famille et que sais-je d’autre encore sans une seule fois rappelé que toutes ces choses là ne sont que les conséquences de la célébration de la venue du Christ?
– Avec la loi sur le génocide arménien, certains disent enfin que les lois mémorielles ne sont peut-être pas une si bonne idée… Mais je n’ai toujours pas entendu ou lu un seul mot sur la suppression de la liberté d’expression qui continue sont bonhomme de chemin.

– J’ai lu quelque part que, selon une statistique de l’ONU, plus de livres ont été traduit en espagnol en 2002 qu’en arabe au cours des 1000 dernières années. Est-ce que ça rappelle quelque chose à quelqu’un? Si c’est vrai, ceci explique peut-être cela.

Dernière colère avant Noël

J’ai décidé de m’autoriser une dernière grosse colère avant de me mettre en condition pour accueillir notre Seigneur Jésus-Christ.

Je me suis fait à l’idée que notre prochain président sera de toutes façons un minable.

D’un côté, c’est comme si un homme un jour avait mis la main sur une machine à cloner au rabais, qu’il avait décider de procéder à 1 million de clonages, chacun fait à partir du clone précédant et donnant un résultat à chaque fois plus corrompu et grotesque et que la fournée ultime de clones débiles se présentent devant nous pour quémander nos suffrages s’ils tiennent assez longtemps sans mourir étouffé par leur propre caseum.

De l’autre, la folie de l’égalité nous a fait rechercher des dirigeants nous ressemblant toujours plus jusqu’à ce que la seule différence encore notable entre un gouvernant et n’importe quel tâcheron ne se retrouve plus qu’éventuellement dans la qualité du tissu de son costard.

Et au milieu il y a nous, asticots graciles sans la moindre capacité à se tenir debout et sur le point de se faire broyer entre la sottise abyssale et le commun mortifère. Apparemment nous sommes tous des victimes de Naegleria fowleri, la fameuse amibe dévoreuse de cerveau. Si ce n’est pas le cas nous n’avons aucune circonstance atténuante.

Nous ne pourrons nous en sortir que si nous nous faisons pousser une colonne vertébrale et que nous acceptons tous les inconvénients qui vont avec.

Alors mettons le feu partout, tout le temps. Ou du moins essayons. Cette guerre est avant tout culturelle et peut-être gagnée si nous nous décidons à passer les robinets d’eau tiède au chalumeau, si nous rejetons toutes formes de consensus mou par delà les fortifications de notre pensée à l’aide de très grandes catapultes, si nous ouvrons les bras à l’inconfort provoqué par le fait d’être désagréable quand c’est nécessaire.

Calfeutrez votre esprit pour le rendre capable de tenir la mer et en avant. Si nous ne gagnons pas, nous pourrons a moins nous regarder dans la glace, ce qui est bien plus que ce que le monde moderne nous offre.

Vous voyez, même mes colères sont teintées d’optimisme…

Sagesse applicable

Je ne sais pas si cette citation est vraie ou si elle à été inventée, mais elle me plaît pas mal.

Un survivant d’Auschwitz à qui on demandait ce qu’il avait apprit au cours de son internement (à part la fabrication de savon et d’abat jour bien entendu) répondit: "Lorsque quelqu’un dit qu’il compte vous tuer, croyez le."

Il serait temps que certains se mettent à écouter et à croire.

Salauds de pauvres et autres réflexions profondes comme certaines gorges

– Apparemment c’est très mal de penser, et encore plus de dire que les pauvres sont des profiteurs du système. Cependant, par définition si quelqu’un reçoit plus qu’il ne donne c’est bien qu’il fait un profit. Donc quelqu’un qui perçoit plus d’allocations et autres qu’il ne paye d’impôts et de taxes est objectivement un profiteur. Je ne vois pas où est le problème. Les mots ont (encore) un sens.
– Dans le même ordre d’idée, un joueur de foot semble être très en colère parce qu’un arbitre lui aurait dit "dégage l’arabe". Vu que le joueur de foot en question semble être arabe, je ne vois pas où est l’insulte raciste.
– Selon Didier Goux et Robert Marchenoir, j’écris à la tronçonneuse. L’idée me plaît bien, mais il faut quand même être très adroit pour y arriver sans se blesser.
– Attention, l’UE veut votre épanouissement! M. Van Rompuy a envoyé à tous les chefs de l’Europe pour Noël le "livre mondial du bonheur" qui compile les travaux de 100 chercheurs de la joie de partout dans le monde. Il demande aussi à ce que le bonheur et le bien-être des gens soient la priorité politique des gouvernants pour 2012. Rien ne pourrait me faire plus sentir l’étreinte glacée de la peur panique que ce genre de chose. Comme disait Reagan, les mots les plus terrifiants sont "nous sommes du gouvernement fédéral et nous sommes là pour vous aider". Ca va encore finir en camps cette histoire là. En tous cas c’est sur les bons rails pour ça (huhuhu).
– En parlant de camps, Kim Jong Il est tout mort. Joie! Ben Laden, Kadhafi, Kim Jong Il… 2011 n’aura pas été une si mauvaise année. Pour 2012, je souhaite la même chose à Fidel, Chavez et pourquoi pas Jacob Zuma. Et si je peux choisir, j’aimerais qu’on leur inocule une bonne petite fasciite nécrosante.
– J’aime beaucoup les dessins de Voutch. Cette dérision noire n’est pas loin d’être mon genre d’humour préféré, surtout quand elle porte sur la modernité.
VOUTCH-ET-LE-MARKETING.jpg

– Non seulement Christian Bale est un bon acteur, mais en plus il a assez de baloches pour défendre un opposant chinois en Chine. Ca suffit à lui valoir tout mon respect, ce qui est assez loin d’être donné à tout le monde. Comme me le disait mon frère l’autre jour: "les conversations avec toi seraient beaucoup plus courtes si tu te contentais de parler des gens que tu ne méprises pas absolument. Maintenant pose ce couteau à steack doucement et descend de la table!"
– Je viens de finir "Las Vegas Parano" de Hunter S. Thompson. Je me souviens avoir vu le film qui a dû glisser sur moi comme un pet sur une toile cirée vu que pas une seule de ses images n’est resté dans ma tête. Le livre au contraire est particulièrement réjouissant et marquant. Cette grande virée paranoïaque sous psychotropes puissants et abondants à la poursuite du rêve américain est réellement à lire. Quitte à écrire n’importe quelles débilités, les journaux seraient sans doute moins proches de la faillite s’ils s’inspiraient plus de Thompson que de l’immonde.
– A-t-on encore le droit d’exprimer à quel point la vraie place de Nicolas Canteloup est au fond d’un théâtre auto-géré de province avec 3 spectateurs attardés mentaux et incapables de ne pas se tirer frénétiquement sur une nouille maintenue molle par les anxyolitiques plutôt qu’à une heure de grande écoute sur une "grande" chaîne nationale? Ou est-il définitivement passé au rang d’icône intouchable dont le statut s’auto-alimente désormais?

La recette du dimanche un lundi: l’omelette au pastis

Je n’ai pas eu le temps de partager des recettes avec vous ces derniers dimanches donc je me rattrape aujourd’hui avec l’omelette au pastis.

Pour ça il vous faut 12 oeufs, une bouteille de pastis, une bonne dose de sucre (à mon avis environ 120 grs), une pincée de sel et une noix de saindoux.

Bien entendu, vous commencez par vous servir un bon gros flan, que vous descendrez à la santé du colonel tout particulièrement. Puis trouvez une espèce de récipient quelque part dans votre cuisne et cassez-y les oeufs. Faites les blanchir (insérer ici des blagues nauséabondes) avec les 3/4 du sucre et le sel. Versez une bonne rasade de pastis dans le mélange et rebattez moi ça comme l’enfant rouquin que votre femme à eu avec son premier mari.

Laissez reposer à température ambiante le temps de vous en enquiller un second.

Faites chauffer une poêle et y déposer la noix de saindoux, avec éventuellement un peu de sucre pour faire caraméliser l’omelette. Quand c’est bien chaud, baissez le feu et versez la préparation dedans. Visez bien. C’est maintenant que ça se corse. Le but du jeu est de plier l’omelette autant de fois que possible temps qu’elle n’est pas prise, un peu comme pour faire un feuilleté. Quand c’est tout pris, retournez l’omelette.

Finissez en faisant flamber le tout au pastis, puis versez le reste du sucre dessus.

Et voilà!

Obama serait de droite en France

L’idée selon laquelle les démocrates américains seraient plus à droite que la droite française fait partie de ces poncifs éculés jusqu’à la trame et répétés jusqu’à saignements gingivaux par des gens qui croient sincèrement "savoir". D’ailleurs en général c’est dit avec le sourire en coin et la petite malice dans l’oeil qu’on retrouve chez les membres de clubs peu recommendables.

Mais aujourd’hui cette idée est totalement dépassée et n’a plus aucun sens.

Dans tout l’Occident civilisé, les grands partis se rejoignent sur une ligne étatisto-keynesienne depuis au moins le début des années 90. Il existe bien de légères différences à la marge, mais ils sont quand même tous là pour nous protéger de nous mêmes en dépensant toujours plus de nos sous si durement gagnés. Big Mamma est en route et elle vous enfoncera dans le gosier ce qu’elle pense être bon pour vous et en vous débattant vous risquez juste de vous faire trouer le cou comme un pauvre canard gavé par une machine mal réglée.

Bukowski disait que la seule différence entre une démocratie et une dictature c’est qu’en démocratie on vote avant d’obéir aux ordres. On peut dorénavant ajouter qu’on ne vote plus sur la nature des ordres mais seulement sur celui qui les donnera.

Donc penser qu’Obama serait de droite en France revient à penser que dans notre contexte il serait un étatiste kleptocrate qui aurait entendu parler de responsabilité et de liberté individuelles une fois ou deux dans sa vie. Pas vraiment ce qu’on appelait traditionnellement être de droite en France en fait.

Je le martèle, le seul débat qu’il faut accepter est celui sur la taille et le rôle de l’état. Tous les autres se résument aujourd’hui à demander à un serveur dégoulinant de morgue quelle genre de merdes sont au menu et à quels goûts elles sont aromatisées.

Déjeuner mouvementé

Je rentre de déjeuner avec Didier Goux et Robert Marchenoir qui pris place dans une antre forcément sombre et nauséabonde où les seuls plats servis comportent au moins deux livres de porc même pas hallal et où ils vous attachent une perfusion de vin exclusivement blanc dès l’entrée (dans l’établissement, l’entrée elle-même n’arrivant que 4 heures plus tard).

Nous avons discuté de 1001 une choses, de pourquoi les vieux virent à droite au mauvais bons films et bons mauvais films en passant par la lassitude qui naît avec le blogage et la malheureuse disparition du Grand Charles (on dit qu’il passe dorénavant son temps à amélioré son kenjutsu en prévision d’une imminente attaque de zombis).

Bien entendu, ils commandèrent tous les deux des oeufs du ventre de la bête toujours féconde accompagnés de 2 livres de bacon, et moi du saumon et ses gencives de cochonnets (un seul ne suffirait pas).

Puis Didier a disparu dans les toilettes avec une grande diverse et une batte de baseball et il en est ressorti une heure et demi plus tard sans l’une ni l’autre. Pendant ce temps là, Bob expliquait au patron qu’il était rien qu’un infâme fonctionnaire parce que certains de ses clients étaient eux-mêmes payés (même indirectement) par le gouvernement et que donc il était indiscutablement subventionné par l’état obèse. Juste après il m’a mis sa lame de couteau à beurre sous la gorge en me demandant pourquoi je n’avais pas encore mis de koala en bannière et pourquoi j’étais si mal rasé, ce à quoi je répondis en gardant un calme souverain, que c’était parce que je n’en avais pas encore trouvé un avec un couteau entre les dents (si vous savez où en dénicher un, même photoshoppé, je suis preneur) et que je tentais de ressusciter le concept de pilosité faciale non religieuse.

Ce fut très plaisant, mais je me demande comment Didier va faire pour rentrer vu l’enthousiasme avec lequel il commandait sournoisement de nouvelles perfusions dès que les nôtres étaient à moitié vides. Je réussi pour ma part à m’extraire de ce lieu de perdition qui commençait à me rappeler les heures les plus sombres tout ça alors que Didier et Robert menaçaient de catapulter les cuisiniers tamouls, et peut être même pas suffisamment catholiques, en me demandant comment les gens font pour que leurs écritures (comme leurs voix d’ailleurs) soient si différentes de leurs physiques…

Que ferait Palmerston?

Au Panthéon de mes héros, Palmerston figure à une place d’honneur. Il fut plus ou moins l’inventeur de la diplomatie de la canonnière, symbole d’une époque où les occidentaux ne se laissaient pas marcher sur les pieds et protégeaient les leurs.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je m’en vais vous relater en deux coups les gros l’affaire Don Pacifico, cas typique de ce que je mentionnais plus haut et chouette histoire pour les repas de Noël si vous voulez les "ambiancer".

Donc Pacifico était un juif portugais de Gibraltar (oui je sais, les apatrides tout ça, mais ce n’est pas le thème…) donc sujet de sa très gracieuse majesté. Ce brave homme vivait à Athènes où ses biens furent détruits à la suite d’émeutes antisémites modérément gentille. La police locale se garda d’intervenir et le gouvernement grec refusa de l’indemniser. Par conséquent, Palmerston organisa le blocus naval du port du Pirée avec ses canonnières et menaça de bombarder l’Acropole. Les grecs finirent par revenir à la raison.

Palmerston, déjà critiqué à l’époque par toutes les bonnes âmes, justifia sa méthode ainsi:

"Le Romain, dans l’Antiquité, était assuré d’échapper à toute atteinte, parce qu’il pouvait dire : Civis Romanus Sum. Comme lui, le sujet britannique, dans quelque pays qu’il se trouve, doit pouvoir savoir que l’œil vigilant et le bras armé de l’Angleterre le protégeront de toute injustice et de tout tort"

Désormais, nous ressentons le besoin de justifier en permanence la protection de nos intérêts face à des sauvages de la pire espèce. Alors on dit qu’on fait tomber des tyrans, qu’on construit de la démocratie, qu’on apporte des licornes et des arcs-en-ciel pour tout le monde et autres carabistouilles, mais c’est parfaitement inepte. Un état doit protéger ses ressortissants par tous les moyens et puis c’est tout.

J’aimerais bien que de temps en temps, nozélites se demandent "que ferait Palmerston" au lieu de se demander comment leurs actions vont être perçues par des gens qui de toutes façons nous jalousent et nous détestent.

Interdit aux chiens et aux femmes

Certains voient vraiment de la discrimination partout (les passage en non italique sont de moi).

« IslamenFrance – Cela s’est produit samedi soir à la ville de Martigues dans le sud de la France. Un restaurant qui s’appelle ” AU BUREAU “, qui nous a interdit l’accès sous prétexte que l’établissement refuse les ” COUVRES CHEF ” en l’occurrence nous étions 5 dont une jeune femme avec le hijab dont le visage était claire et totalement dégagé.

A part pour ce qu’elle portait sur la tête bien sur.

Le vigile nous a dit que le restaurant était complet et quelque minute plus tard, une femme travaillant dans ce restaurant, est venu soit disant s’excuser car on ne comprenait pas pourquoi d’autres personnes rentraient après nous…

Elles sont restées combien de temps à vérifier que des gens rentraient ou pas? Sinon pour ce qui est de ne pas comprendre… J’ai bien une théorie mais…

Et puis elle nous a clairement dit que le restaurant n’acceptait pas les voilés car c’est comme un couvre chef. On a été choqué et déstabilisé, on ne s’attendait pas à cette excuse. On avait remarqué que ce genre de videur à la porte du restaurant avait un comportement suspect. IL nous a donné l’excuse que le resto était plein alors que des gens rentrés.

Donc le restaurant n’accepte pas les gens qui porte un truc sur la tête? Ca me semble être digne d’un établissement de bonne tenue. Et si c’est pour tout le monde pareil, ce n’est pas de la discrimination.

On espère faire passer l’information de cette énorme discrimination qui a été la conséquence de tout ce matraquage médiatique. Un jour c’était une sœur qu’on a interdit l’entrée d’un gite, une autre lors de son mariage, une autre une banque lui a interdit l’entrée, et maintenant un restaurant.

Pas facile hein?

Où va t-on?

Et pourquoi pas dans la confortable cuillère de ma catapulte?

Bientôt, ils vont vouloir interdire à nos sœurs de porter le voile dehors, et les interdire indirectement d’entrer dans n’importe quel lieu. Si on ne fait rien, ils vont trouver cette légitimité pour interdire aux musulmans n’importe quel endroit. Il faut que tout musulman soit concerné et solidaire par apport à tout cette stigmatisation et discrimination contre les musulmans et l’Islam. On nous demande de s’intégrer mais qu’en réalité, ils veulent qu’on soit assimilé.

Ben tu vois que tu comprends quand tu fais un gros effort… Va pas te faire saigner du nez non plus quand même.

Que nos sœurs portent la mini jupe, qu’elles montrent leurs atours aux hommes. LA société a été pollué par une propagande anti-islam indirectement et directement par tous les domaines, médiatiques, commercial, télévisé etc… On doit se réveiller et revenir à Allah afin de ne pas tomber dans ces pièges.

Ok… là c’est moi qui ne comprend plus, mais c’est parce que tu es aussi incohérente qu’une vicitme d’AVC. Tu sais que c’est bien d’être clair quand on veut faire passer un message?

Apprendre notre religion mais aussi nos droits dans ce pays afin de se faire respecter.

Et pourquoi pas éventuellement respecter ce pays et ses traditions?

Maintenant, je demande à Allah un secours et une aide amine, puis je demande à tous les musulmans de diffuser l’information, des invocations, et des conseils ou aides directe ou indirects (procédures judiciaires, connaissance lois du domaine de la restauration..).

Ca, la judiciarisation, c’est un truc que tu as bien intégré et assimilé. Bravo!

On peut par exemple appeler l’établissement afin de les contacter et leur montrer notre mécontentement avec sagesse et efficacité. Si vous pouvez faire relayer ce genre d’actes islamophobe et raciste dans des médias, faites-le.

Une réponse graduée, comme d’habitude. Donc en gros foutre le feu et menacer tout le monde de décollation?

Qu’Allah vous récompense amine ».

Et une petite claque su’l cul au passage aussi.

J’ai trouvé ça sur le site islam et info, j’ai laissé les fautes d’origines et je ne mets pas de lien car j’ai autre chose à faire que de gérer les énervés qui ne manqueraient pas d’embarquer si je le faisais.

En bonus un commentaire pris presque au hasard (ils sont presque tous dans le même style): « Assalamu aleykoum
C est bien mieu comme ça elle n avaient rien a faire dans ce genre d endroit mixitee , alcool, porc et j en passe c’est un bien pour elle Walhamdoulillah !!! »

Il faut quand même leur reconnaître cette appétence pour la victimisation… Ce n’est pas donné à tout le monde une telle sensibilité, et ça doit être pour ça qu’ils crient tout le temps.

Ca me rappelle néanmoins quelques histoires. Quand j’étais petit et que je vivais en banlieue londonienne, il y avait un club de golf à côté de chez moi dont le clubhouse indiquait à l’entrée qu’il était interdit aux chiens et aux femmes (dogs and women not allowed). Plus grand, alors que je demeurais à la Nouvelle-Orléans où de telles interdictions sont illégales, j’ai découvert l’ingéniosité des golfeurs locaux pour se retrouver entre eux. Dans un cas, les bars étaient dans les vestiaires, un pour les hommes et un pour les femmes, dans l’autre il fallait traverser le vestiaire des hommes pour atteindre le bar. Je dois avouer que même si ça me fait rigoler, je n’ai jamais très bien compris le besoin de certains à écarter les femmes à tous prix. Globalement, les femmes ne sont pas plus crétines que les mecs (mais faut admettre que la barre est basse) et souvent plus agréable à regarder. Alors se réunir exclusivement entre couilles, à part pour le jeu de la biscotte, je ne vois pas l’intérêt.