Génocidez, génocidez, il en restera toujours quelque chose

Ce billet de Didier Goux et les diverses réactions qu’il a suscitées jusque là à fait naître en mon esprit fertile une question relativement angoissante que je vous soumets.

Le génocide ne serait-il pas en fait quelque chose de "normal"? En effet, l’histoire de l’humanité est émaillée de génocides ou du moins de "tentatives de" et "d’aspirations au". N’est-il pas parfaitement naturel une fois un ennemi mortel désigné, à tort ou à raison là n’est pas du tout la question, de vouloir l’annihiler et de mettre en place les outils pour cela?

Si on me disait qu’une race de martiens humanoïdes s’étaient installés sur la planète avec le but de nous asservir, de violer nos koalas et de buter nos femmes ou l’inverse je ne serais sans doute pas le seul à prendre les armes et à tenter de les éliminer un à un jusqu’au dernier dussé-je le finir à la main et l’emmener en enfer moi-même.

Dans ce cas notre horreur face à ces méthodes et ces actes, horreur à géométrie variable d’ailleurs il faut bien le reconnaître, serait le résultat moderne d’une sensibilité tout à fait nouvelle dans l’histoire de l’humanité. Il est évident que la valeur de la vie n’a jamais été aussi importante en Occident (mais, vous pouvez me croire, pas ailleurs…). Ce serait aussi un voile pudique posé sur la violence inhérente à notre espèce qui, comme tout voile, ne la rendrait que plus dangereuse. On se défend mieux contre un danger connu que contre les menaces de l’ombre. Après tout, nous avons la tentation de l’extermination a minima de nos rivaux tous les jours en plantant nos coudes dans un voisin de métro gênant par exemple, ou en n’accordant pas un regard au clodo tendant sa sébile et ainsi de suite, les exemples sont infinis.

Je ne sais pas. La seule chose dont je suis certain c’est que le "plus jamais ça" est de la pure pensée magique et que les salauds nous servent surtout à avoir bonne conscience.

Publicités

11 réponses à “Génocidez, génocidez, il en restera toujours quelque chose

  1. L’histoire de la race de martiens humanoïdes envahissant la planète en butant nos femmes au passage me rappelle le divertissant (et unique) roman de Pierre Desproges, ‘Des Femmes qui Tombent’.

  2. Toute guerre a des buts génocidaires. Le but n’est-il pas de tuer les gens d’en face par tous les moyens?
    La guerre est une saloperie? J’étais au courant.

  3. Mais d’où vous vient cette soudaine passion pour les koalas, au juste ? Votre truc, c’était pas les bébés phoques, au départ ?

  4. Nous protestons ! Entre les catapultes, les tournantes et les braconniers, ça va finir par être le premier génocide réussi !
    (communiqué du conseil représentatif des Koalas en colère)

    http://www.cnngo.com/sydney/visit/threatened-and-endangered-species-australia-390436?page=0,1

  5. En même temps le génocide, même s’il est la tentation naturelle face à un ennemi vraiment très très vilain (ou désigné comme tel) est voué la plupart du temps à l’échec. Toujours cette vilaine histoire de cout marginal. Au début on tue par centaines, sans trop d’effort. Mais plus ça va plus ne restent que des teigneux bien entraînés à la survie… et plus la menace qu’ils représentent globalement diminue. Donc on a moins envie de les buter et ils sont plus durs à butter.
    Sans organisation méthodique on s’arrête en fait très vite. Même avec de la méthode républicaine, on cale assez rapidement. Si on rajoute l’efficacité germanique et l’hystérie nazie, ça améliore un peu, idem pour l’exaltation slavo-soviétique ou khmère. Mais a la fin, c’est toujours « Caramba, encre raté!! ». De toutes façon pour que ça puisse marcher un peu il faut un État fort, centralisateur et des gens que cet État parvient à détourner de leur désirs naturels (qui cessent souvent encore plus vite d’être l’extermination des martiens pour devenir la mise sur le trottoir de leurs femmes -c’est plus rentable et moins fatiguant- et la traite des koalas).

    Bref si l’on a des génocides et apparentés réels et qui font peur que depuis peu de temps, c’est que l’État obèse n’est là que d’assez fraiche date. Et effectivement aussi que nous sommes devenus des grands sensibles (dans certains cas seulement, hein, il y a de bonnes victimes et de bons bourreaux)

  6. Sur l’annihilation de l’ennemi il faut se reporter aux bouquins de Victor Davis Hanson : « Le modèle occidental de la guerre » et surtout l’excellent « Carnage et culture ». Depuis l’antiquité jusqu’au XVIIIème siècle l’Occident a toujours recherché la bataille décisive qui permettrait de détruire le plus complètement possible l’armée adverse.

    Avec la révolution est apparu le concept de nation et par voie de conséquence le concept de guerre totale, logique en somme puisqu’on ne se bat plus contre l’armée d’un pays adverse mais contre une autre nation, un peuple donc. Quoi de plus naturel dans ces conditions que de chercher à annihiler non plus la seule armée ennemie mais également le peuple qui va avec ?

    Quand on y regarde de plus près, les bombardements alliés sur l’Allemagne et le Japon, s’ils n’avaient pas de visée génocidaire étaient néanmoins pensés et revendiqués comme des opérations destinées à faire payer les peuples ennemis pour ce que certaines unités avaient pu faire. Mais ils n’ont jamais été inquiétés car ils étaient du bon côté du manche, celui des vainqueurs, comme l’URSS de Staline qui s’y est également entendue en termes de saloperies contre les civils allemands de tous âges et de tous sexes.

    Quant aux salauds qui se donnent bonne conscience, juste un petit rappel :
    http://cambodge.blogs.liberation.fr/.a/6a01156f6d3fca970c0120a63f97a7970c-pi
    http://cambodge.blogs.liberation.fr/.a/6a01156f6d3fca970c0120a5e92da4970b-pi
    – Jacques Ducournoy, « Le Monde » du 16 avril 1975 : « Une société nouvelle sera créée ; elle sera débarrassée de toutes les tares qui empêchent un rapide épanouissement : suppression des moeurs dépravantes, de la corruption, des trafics de toutes sortes, des contrebandes, des moyens d’exploitation inhumaine du peuple »(…). Le Cambodge sera démocratique, toutes les libertés seront respectées, le bouddhisme restera religion d’Etat, l’économie sera indépendante, l’usage de la langue nationale sera généralisé dans les services publics ».
    http://www.fonjallaz.net/Communisme/Cambodge/GC-ONU/doc/Pourquoi-fuir.jpg

    Eux ont toujours soutenu les génocideurs, et lorsque la véritable nature de ces hommes ne pouvaient plus être cachée, soit ils se turent, soit ils bougonnèrent qu’ils avaient été trahis mais que les intentions avaient été bonnes parce que de gauche, donc nécessairement humanistes.

  7. Mat, les koalas c’est plus vendeur.

  8. Koltchak,

    non, la « nation France », ça commence dès le moyen-âge, par exemple.
    Voir Colette Beaune, Naissance de la nation France.

  9. Certes le mot « nation » était utilisé dès le moyen-âge, mais il n’avait pas le sens qui est devenu le sien à partir des lumières et surtout de la révolution. Sous l’Ancien régime ce mot avait trait à l’ethnie, au groupe ethno-culturel. On parlait de nation auvergnate, bretonne, picarde, etc.

  10. Koltchak,
    pas tout à fait, les médiévistes montrent que l’idée d’une patrie commune (à défendre dans le cas de la période de Jeanne d’Arc) soudée en particulier autour de son roi est bien présente dès le XVe siècle, après un long processus qui commence au début du XIIIe siècle, sous Philippe Auguste, en gros.
    Et je peux vous assurer que des discours sur les « bons Français » (face aux sales étrangers qui font rien qu’à nous envahir) on en trouve plein par exemple au XVIIe siècle au temps de la guerre de Trente ans. D’ailleurs, c’est marrant comme tout.

  11. Bonjour je suis ravie de vous lire ainsi et j’ espère revenir plus souvent sur votre site. je suis agréablement surprise également de constater votre belle connaissance de l’ Histoire,
    Lumna venue UNE fois seulement encore, pour exposer mes difficultés avec la Gauche ( violence organisée )
    Félicitations pour votre objectivité de tous bords sur les exactions politiques de l’ Histoire
    grandes Bises et saluts enfin à ceux qui ont bien voulu me répondre et me lire ce jour là et dont je sens présent l’ émotion…..

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s