Le parti de la méduse

Alors que je suis dans la dernière ligne droite de mon séjour texan et que je cours après le temps et les gens qui veulent m’éviter à tous prix, je m’arrête un instant pour noter ici une idée qui m’a traversée l’esprit, comme une flèche traverse la route quand c’est vert pour les piétons, et que je ne veux pas perdre:

L’UMPS, a fait de très grands efforts au cours des dernières décennies pour être vu comme un parti « pragmatique » parce que c’est bien d’être pragmatique, ça fait dépassionné voir même presque scientifique, ça inspire confiance chez le chaland toujours prêt à acheter du remède miracle ou de la poudre de perlimpinpin pourvu qu’ils soient vendu par un trou de balle en blouse blanche (alors que si la blouse blanche ne fait pas le scientifique, elle fait clairement le tâcheron à poches surnuméraires).

Cette course au pragmatisme autodéclaré a eu pour résultat le plus éclatant de créer une espèce de parti de la méduse sans réelle opinion politique à part qu’il aimerait assez qu’on vote pour lui.

Et ce n’est pas une bonne chose.

Et tant que vous êtes là, allez lire ça ou je vous fais pendre au grand mât!

2 réponses à “Le parti de la méduse

  1. Oui… Grands efforts pour « paraître » pragmatiques…
    Si seulement ils l’étaient, ils sauraient que leurs relances keynésiennes ne marchent jamais, que leurs mesures anti-discrimination sont un pipeau visant à détourner l’attention (tout le monde DOIT discriminer, selon la race, la religion, la fortune etc. sinon, on s’engueulerait toujours avec ses amis, les divorces seraient encore plus fréquents, etc. Il faut juste que l’État, quand il intervient -ce qui devrait être le plus rare possible- s’abstienne de traiter les gens différemment en fonction de critères qui relèvent de l’arbitraire privé. Ce que bien évidement il ne fait pas, cf les concours -discriminent suivant le travail/l’intelligence-, les impôts progressifs -discriminent selon la fortune-, la politique culturelle et de la ville -discriminent selon la religion- etc. etc. ).

    S’ils étaient pragmatiques ils auraient des économètres et des vrais statisticiens qui jugeraient leurs politiques et s’en glorifieraient. S’ils étaient pragmatiques, on ne trouverait surement pas des koalas égorgés cruellement à tous les coins de rue.

    Le problème c’est qu’ils ne sont pas pragmatiques, mais ne croient pas pour autant en grand chose. Donc c’est la dictature de l’opinion majoritaire (ou qui se prétend majoritaire… facile à faire quand on sait le peu de vrais contacts que nozelites ont avec les « vrais gens » ), du qu’en dira-t-on, de l’à peu près racoleur, et de la bonne conscience à deux balles (de lire italienne ou de zloty, hein, les deux balles… )

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s