Que ferait Palmerston?

Au Panthéon de mes héros, Palmerston figure à une place d’honneur. Il fut plus ou moins l’inventeur de la diplomatie de la canonnière, symbole d’une époque où les occidentaux ne se laissaient pas marcher sur les pieds et protégeaient les leurs.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je m’en vais vous relater en deux coups les gros l’affaire Don Pacifico, cas typique de ce que je mentionnais plus haut et chouette histoire pour les repas de Noël si vous voulez les "ambiancer".

Donc Pacifico était un juif portugais de Gibraltar (oui je sais, les apatrides tout ça, mais ce n’est pas le thème…) donc sujet de sa très gracieuse majesté. Ce brave homme vivait à Athènes où ses biens furent détruits à la suite d’émeutes antisémites modérément gentille. La police locale se garda d’intervenir et le gouvernement grec refusa de l’indemniser. Par conséquent, Palmerston organisa le blocus naval du port du Pirée avec ses canonnières et menaça de bombarder l’Acropole. Les grecs finirent par revenir à la raison.

Palmerston, déjà critiqué à l’époque par toutes les bonnes âmes, justifia sa méthode ainsi:

"Le Romain, dans l’Antiquité, était assuré d’échapper à toute atteinte, parce qu’il pouvait dire : Civis Romanus Sum. Comme lui, le sujet britannique, dans quelque pays qu’il se trouve, doit pouvoir savoir que l’œil vigilant et le bras armé de l’Angleterre le protégeront de toute injustice et de tout tort"

Désormais, nous ressentons le besoin de justifier en permanence la protection de nos intérêts face à des sauvages de la pire espèce. Alors on dit qu’on fait tomber des tyrans, qu’on construit de la démocratie, qu’on apporte des licornes et des arcs-en-ciel pour tout le monde et autres carabistouilles, mais c’est parfaitement inepte. Un état doit protéger ses ressortissants par tous les moyens et puis c’est tout.

J’aimerais bien que de temps en temps, nozélites se demandent "que ferait Palmerston" au lieu de se demander comment leurs actions vont être perçues par des gens qui de toutes façons nous jalousent et nous détestent.

Publicités

17 réponses à “Que ferait Palmerston?

  1. Un sacré bonhomme ce Lord Palmerston que vous m’avez fait découvrir et dont je viens de lire la biographie ! Que voulez-vous, Amiral, il appartenait à une époque où l’Europe était conquérante et ne passait pas sa vie à se regarder le nombril à la recherche d’éventuelles nouvelles raisons de s’excuser de ses fautes passées et présentes… Le temps n’est plus aux Palmerston… Autant demander à des eunuques de se demander ce qu’aurait fait Casanova.

    • Jacques Etienne, ce n’est pas tout à fait exact. Il a été énormément critiqué pour ses actions. Seulement il avait la chance d’avoir une colonne vertébrale.
      E de Lannuguy de Tromelin, sans doute.
      Le Plouc-émissaire, pas forcément d’accord. Un citoyen français, même complètement con, reste sous la protection de la nation.

  2. Moi je pense qu’aujourd’hui Lord Palmerston doit être en train de faire le ventilateur dans sa tombe….

  3. Oui ! Palmerston ! On veut des Palmerston !!

    Le problème, c’est qu’avec les connards d’aujourd’hui, OK pour raser le Balouchistan et récupérer Guékièrétaponié (pour le principe) mais à condition de les fourrer au trou à l’arrivée… Mais des Florence Cassez, c’est pas notre problème !

    Dur avec tous nos geignards…

  4. Depuis 1815, la France et l’Angleterre (et je soustrais l’épisode bouffon de Fachoda) ont toujours été alliées et encore aujourd’hui 15 millions de britanniques visitent notre pays annuellement. Aussi, vous avez Churchill qui se souvenait encore de deux grandes statues bâchées de noir dans Paris symbolisant les deux provinces annexées par les allemands. Son père lui avait alors évoqué l’Alsace et la Lorraine et le young Churchill de marmonner, « un jour ils les reprendront », ou le témoignage d’Anthony Eden, en français, lors de son entretien avec Marcel Ophuls, qui survolant la France de juin 1940, était presque en pleurs en se disant qu’il ne reverrait peut être, plus jamais, la terre de France. Un jour de novembre 1956, les américains et les soviétiques, main dans la main, ont appuyé l’acte de rapine de Nasser sur le canal de Suez et ont enterré le droit sous prétexte d’anticolonialisme. La France et l’Angleterre se sont séparées, ça donne le couple franco-allemand, la machine à effacer l’Histoire. Dernièrement, Cameron s’est encore rappelé qu’il était anglais, Sarkozy n’a jamais du savoir ce que c’était que d’être français autrement que sur une tribune ou en beuglant Gabrielle de Johnny

  5. Si on commençait à trier ceux qui peuvent bénéficier du soutien de la France, on ne ferait plus rien. On ne fait déjà pas grand chose. On n’a plus de cannonières, d’ailleurs. Preuve qu’on n’a pas l’intention de faire quoi que ce soit.

  6. Les Anglais sont nos vrais ennemis intimes « de toda la vida », pas les boches ! Et nous sommes les leurs. C’est pour ça qu’on ne peut pas se passer d’eux et eux de nous… y a qu’à voir l’Amiral quand nos petits rencontrent les rugbymen angliches… y veut entendre les os anglais craquer… mais c’est de l’amour ! C’est pour ça aussi que les vrais francophiles ne se trouvent qu’en UK, et les vrais anglomanes qu’en France.

  7. Yes!!
    Tocqueville, qui n’était pourtant pas la moitié d’un patriote, disait des Anglais qu’ils étaient le peuple le plus civilisé du monde. Et pour lui c’était un compliment, croyez le bien.
    For he’s a jolly good fellow, for he’s a jolly good fellow
    For he’s a jolly good fellow (pause), and so say all of us!

  8. Vi. Et encore, Tocq’, il avait rien contre le commerce… mais faut voir aussi le pas commode Léon Daudet, natio, catho, AF, comme il parle de Londres, de Dickens et des Anglois en général dans ses Mémoires… de l’amûûûûr, tout simplement.

  9. Juif portugais et britannique. C’est déjà tout un programme.

  10. Il y a eu aussi ce gouverneur des Indes britanniques qui déclarait aux indiens qui voulaient continuer à pratiquer leur guillerette coutume de l’incinération vive des veuves sur le bûcher funéraire de leur défunt : « le sutee est votre coutume, chez nous la coutume veut que nous exécutions les meurtriers. A chaque fois que vous pratiquerez votre coutume, nous pratiquerons la notre ».
    Allez dire ça aujourd’hui dans les banlieues !

  11. Il n’aurait pas inventé le « And so what? »
    Sinon il y a Bismarck et ses
    « par le fer et par le sang. »
    ou
    « la paix dans les Balkans ne vaut pas la vie d’un grenadier poméranien. »
    Toute une époque!

  12. Koltchak, j’ai fait un billet sur Napier je ne sais plus quand mais il ne doit pas être bien loin.

  13. Pingback: Cassez, Sarkozy, Hollande et Palmerston | Brèves 3.0

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s