Déjeuner mouvementé

Je rentre de déjeuner avec Didier Goux et Robert Marchenoir qui pris place dans une antre forcément sombre et nauséabonde où les seuls plats servis comportent au moins deux livres de porc même pas hallal et où ils vous attachent une perfusion de vin exclusivement blanc dès l’entrée (dans l’établissement, l’entrée elle-même n’arrivant que 4 heures plus tard).

Nous avons discuté de 1001 une choses, de pourquoi les vieux virent à droite au mauvais bons films et bons mauvais films en passant par la lassitude qui naît avec le blogage et la malheureuse disparition du Grand Charles (on dit qu’il passe dorénavant son temps à amélioré son kenjutsu en prévision d’une imminente attaque de zombis).

Bien entendu, ils commandèrent tous les deux des oeufs du ventre de la bête toujours féconde accompagnés de 2 livres de bacon, et moi du saumon et ses gencives de cochonnets (un seul ne suffirait pas).

Puis Didier a disparu dans les toilettes avec une grande diverse et une batte de baseball et il en est ressorti une heure et demi plus tard sans l’une ni l’autre. Pendant ce temps là, Bob expliquait au patron qu’il était rien qu’un infâme fonctionnaire parce que certains de ses clients étaient eux-mêmes payés (même indirectement) par le gouvernement et que donc il était indiscutablement subventionné par l’état obèse. Juste après il m’a mis sa lame de couteau à beurre sous la gorge en me demandant pourquoi je n’avais pas encore mis de koala en bannière et pourquoi j’étais si mal rasé, ce à quoi je répondis en gardant un calme souverain, que c’était parce que je n’en avais pas encore trouvé un avec un couteau entre les dents (si vous savez où en dénicher un, même photoshoppé, je suis preneur) et que je tentais de ressusciter le concept de pilosité faciale non religieuse.

Ce fut très plaisant, mais je me demande comment Didier va faire pour rentrer vu l’enthousiasme avec lequel il commandait sournoisement de nouvelles perfusions dès que les nôtres étaient à moitié vides. Je réussi pour ma part à m’extraire de ce lieu de perdition qui commençait à me rappeler les heures les plus sombres tout ça alors que Didier et Robert menaçaient de catapulter les cuisiniers tamouls, et peut être même pas suffisamment catholiques, en me demandant comment les gens font pour que leurs écritures (comme leurs voix d’ailleurs) soient si différentes de leurs physiques…

Publicités

45 réponses à “Déjeuner mouvementé

  1. Vous avez fini par un jeu de la biscotte?

  2. On s’emmerde pas à Palaiseau, on se fend la gueule à Fontainebleau !

  3. Pour le koala j’ai la solution : laissez-vous pousser la barbe et les cheveux jusqu’au stade hirsute, plongez la tête dans un baquet de cendres, prenez un couteau entre vos dents, faites vous photographier de loin dans un coin sombre avec un mauvais polaroïd, et tadada : vous avez votre koala avec son couteau entre les dents!
    Merci qui?

  4. Vous avez une voix fluette, amiral ?

  5. Ygor, et à Paris je ne vous en parle pas!
    Aristide, mouais… je suis déjà fort hirsute.
    Memento, une vraie voix de pucelle tremblante!

  6. Je veux bien jouer au jeu de la biscotte si je la frotte sur tamoul, et seulement sur tamoul.

  7. Je suis très bien rentré (à 90 km/h et après avoir bossé comme un crétin), et je suis en vacances pour deux semaines, et j’emmerde les jeunes qui bossent !

    D’abord.

  8. C’est maman Koala qui dit soudain à sa voisine :
    – Pourquoi te grattes-tu ainsi ?
    Et la voisine lui répond :
    – Si tu crois que c’est facile d’élever un enfant qui n’aime que les biscottes.

  9. Antre sombre et nauséabonde,
    Diverse en esclavage maltraitée à coups de batte,
    Mercenaires à l’air farouche de guerriers tamouls,

    Didier vous aurait-il emmené « au sergent de Waterloo » à Montfermeil?

  10. Naïf : on n’est pas des Thénardier, bordel !

  11. Je ne vous soupçonne pas d’être un Thénardier, juste d’en fréquenter.
    Pour les auberges, vous devriez préférer le style La Varende au genre Hugo.

  12. Le nouveau commandant de l’Enterprise John B. Scott, qui succéda au commandant Bitard, ce vieux Français chauve et pervers qui avait explosé les dépenses publiques du vaisseau, conduisant à sa rétrogradation par les agences spatiales d’hyper-notation, était un vieux briscard qui aimait bouffer de la craquette. Ce qui n’alla pas sans lui poser quelques problèmes avec le Pr. Spockouille, qui avait changé de genre dans une autre dimension de l’espace-temps, et s’était fait posé un vul-con aux grandes lèvres de formes pointues, mais exigeait que soit maintenu le traditionnel jeu de la biscotte… ce jeu provoquait cependant des désagréments de taille, surtout pratiqué en hyper-espace… « c’est un troit zacquis », concluait toujours Spockouille, de son curieux accent de vulconnard…

  13. Gil, huhuhu
    Didier, mais que fait la maréchaussée?!? Rrogntudjû!
    Coach, comme c’est mignon comme histoire.
    Naïf, même pas. C’était plutôt dans le style « Oro » si vous voyez ce que je veux dire.

  14. Et encore, Ouolande ne vous a pas parlé du lâcher de gorets grimés en Margaret Thatcher qui ont semé la panique dans la salle, pendant qu’un complice balançait une conférence de Hayek dans la sono du restau.

    (Hein ? Ouolande ? Il y en a deux qui sont candidats avec le même nom ?)

  15. « en me demandant comment les gens font pour que leurs écritures (comme leurs voix d’ailleurs) soient si différentes de leurs physiques… »
    J’aimerais que vous m’expliquiez, Amiral, comment on pourrait avoir une voix et un physique totalement identique à son écriture.

    • Robert, des gorets? Et moi qui croyaient que c’étaient des clones génétiquement modifiés de Meryl Streep…
      Jacques Etienne, en fait je voulais dire que quand on entend quelqu’un ou qu’on le lit, on se fait une idée très souvent erronée de son physique.

  16. Je dois bien reconnaître que l’apéro que j’ai repris en arrivant à la maison se fait lourdement sentir ce matin…

  17. Robert Marchenoir est vétérinaire rural!

  18. Je vais me mettre au cigare, tiens. Et au whisky.

  19. Tiens, vous êtes encore vivant, vous ?

  20. Merde, je vous imaginais en bûcheron canadien doublé d’un homme du monde avec une voix à calmer un grizzli

  21. Non, je voulais dire qu’une lumière avait lui devant mes yeux. Dieu peut-être. Il aime bien jouer à ça parfois. Mais ç’a été tellement rapide que j’ai juste eu le temps d’écrire « lui ».

  22. Il faut savoir remettre l’église au centre du village.
    Qu’avons-nous comme indices vérifiables ?
    L’écriture, la voix, le physique.
    Nous connaissons l’écriture de l’amiral, sa voix, pas son physique.
    Nous connaissons l’écriture de Didier Goux, son physique, pas sa voix.
    Nous connaissons l’écriture de Robert Marchenoir, pas son physique ni sa voix.
    Si je me demande comment les gens font pour que leurs écritures (comme leurs voix d’ailleurs) soient si différentes de leurs physiques…
    Monsieur l’amiral est un gringalet.
    Didier Goux possède un organe de castrat.
    Robert Marchenoir reste un mystère.

  23. pff…
    J’espère que quelqu’un trouvera un koala couteau entre les dents… Au pire je m’y mettrai…

    Si ça peut faire fuir les fonctionnaires et pousser les gauchistes à s’installer dans les cuillers des catapultes, ça sera une belle chose…

  24. Un repas liquide, c’est le genre de libations qui vous tue!

  25. Le patron était bien content d’apprendre qu’il était un infâme fonctionnaire, j’espère.

  26. En cherchant un koala , je crains d’avoir trouver votre mousse.
    Mettez- lui un couteau entre les dents et vous aurez une belle bannière.
    http://www.halloweenexpress.com/tom-arma-koala-p-13194.html

    Et lors de votre prochain passage sur Courtoisie, n’oubliez pas de nous donner les règles du jeu de la biscotte.

  27. L’Amiral n’a pas qu’une voix de pucelle, il en a aussi le physique…

  28. Voix de pucelle, gringalet, se rêve en bûcheron canadien… je suppose qu’il porte aussi soutif et jarretelles, non ? Putain, ça y est, je sais qui c’est !

  29. Et dire que ces ivrognes constituent la nouvelle avant-garde réactionnaire de la révolution nationale qui arrive ! Nous sommes foutus. La prochaine fois je enverrai faire la plonge chez Maurras, moi.

  30. Je vous enverrai ….

  31. Carine:
    « Le patron était bien content d’apprendre qu’il était un infâme fonctionnaire, j’espère. »

    Tiens, la Gauchiste poursuit Robert jusque sur ce blog. Ca ne vous suffit plus, le Pélicastre? Faites une bise à vos copains-de-QI Albathorgal, Griffon77, Sysiphe et quelques autres.

    Elle est dispo. quelque part, votre intervention sur radio Courtoisie?

  32. bien sur, faites en ce que vous voulez.

  33. L’Indien, c’est magnifique !!!

  34. vous aurez remarqué le détail du copié collé des dents du pape sur le koala pour plus de mordant sur la lame, j’espère que j’irai pas en enfer pour ça :)

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s