Archives quotidiennes : 3 janvier 2012

La grande déception

Hier soir, alors que je je luttais contre la stupeur alcoolique qui me prend en général vers 4 heure de l’après-midi, j’ai décidé de me promener sur des blogs rigolos ce qui est dans cet état ce qu’on peut faire de plus amusant tout en gardant son pantalon. Cela m’a permis de tomber sur ce genre de choses, qui me font toujours penser à la "grande déception" des Millerites. Si vous ne connaissez pas, il s’agissait d’une secte chrétienne, comme les USA semblent en faire éclore par vergers entiers, qui croyait vraiment que le Christ reviendrait entre le 21 mars 1843 et le 21 mars 1844 (mais en fait non), puis le 18 avril 1844 (mais en fait non plus), puis finalement, selon le bon vieux principe qui veut que quand rien d’autre ne fonctionne, un refus total et opiniâtre de regarder les choses en face est le seul moyen de s’en sortir, le 22 octobre 1884 (mais en fait toujours pas). Pour se préparer, les adeptes avaient vendu tous leurs biens et donc se retrouvèrent fort dépourvus quand la bise, contrairement au Christ donc, fut venue. En plus de ça, comme ils avaient un peu inquiété la population générale, qui globalement avait trouvé cette prophétie aussi marrante qu’un pet dans un sac de couchage, celle-ci caillassa allègrement ceux-là dans le bonheur du soulagement. Freud y aurait sans doute vu un besoin impérieux de se répandre après une si grande tension.

Je ne sais pas comment certains peuvent annoncer de telles choses avec autant d’assurance… Que font-ils quand rien ne se passe? Est-ce qu’ils rampent dans un trou sombre pour se faire oublier? Se font-il seppuku? Ou continuent-ils à vivre benoîtement en jouant à se faire peur avec ceux qui veulent bien prendre leurs échafaudages complotistes pour autre chose qu’une construction de Duplo réalisée par un enfant dont le manque de dextérité commence à vaguement inquiéter ses parents?

Enfin bon… Il faut bien des divertissements pour tous les goûts.

Mon conseil est le suivant, repérez quelqu’un de bien préparé à l’apocalypse, et si jamais elle arrive piquez lui son stock et son abri et catapultez le au loin car a priori ce ne sera pas un compagnon plaisant et partageur.