Archives quotidiennes : 18 janvier 2012

Fin de route pour la kleptocratie

Voilà des dizaines d’années que la démocratie occidentale a été remplacée dans la plupart des pays européen par une kleptocratie qui a pour principe d’accaparer tous les revenus afin de les « redistribuer ». Seulement, au lieu de donner d’une main à peu près la même chose que ce qu’elle prend de l’autre, elle s’est mise à donner beaucoup plus que ce qu’il était possible de prélever sans provoquer l’écroulement de la société en un genre de paradis communiste. Elle s’est donc mis à voler les revenus et les biens des futurs français. Pour maintenir cette politique d’état totalitaire et maternisant, la kleptocratie a dû fournir toujours plus au plus grand nombre, détruisant ainsi l’esprit d’entreprenariat, le goût du risque et tout ce qui fait une société saine chez un grand nombre de ses administrés.

Puis soudain, la kleptocratie s’est rendue compte que pour continuer à imposer ses sévices, elle avait besoin d’une nouvelle population. Elle a par conséquent commencé à importer des esclaves à bas coût par paquebots entiers. Malheureusement, ces esclaves sont aussi devenus des clients de la kleptocratie. Et la dette a explosé.

Aujourd’hui les membres de la caste kleptocrate sont nerveux comme des nonnes naines dans un stand de tir au pingouins. La note de nombreux pays européens a été dégradée comme une jeune amatrice dans un tournage de gangbang zoophile, et une portion de plus en plus importante des gens se rendent compte que ses promesses étaient aussi fausses que le minou d’un trav. Toutefois, la kleptocratie ne connaît qu’un seul mode: vendre toujours plus d’état protecteur. C’est ce qu’illustrent les propositions de tous les candidats à la présidentielle de 2012 en France. Or, dans la situation actuelle, quiconque vous souhaite le bonheur béat et ouaté de l’utérus gouvernemental mérite moins d’être écouté que la morve que vous venez d’expulser dans votre mouchoir en ce matin hivernal. Ce sont des vendeurs d’huile de serpent, de poudre de perlinpinpin et de viagra de contrebande (huhuhu).

La kleptocratie a cru pouvoir balancer la dette comme une boîte de conserve qu’on envoie au loin dans la rue d’un coup de pied, sans se rendre compte qu’en devenant toujours plus obèse et gravement atteinte de fibrodysplasie ossifiante progressive, la distance à laquelle elle propulsait la boîte était de moins en moins grande.

C’est fini, la boîte n’ira pas plus loin.

Tant pis pour eux et pour nous.

Espérons que nous serons moins débiles dans le monde à venir et amusons nous tant que les ongles de celui-ci lui permettent de s’accrocher à la falaise.