Archives quotidiennes : 19 janvier 2012

Déjeuner avec des maîtres et autres bienfaits du monde moderne

Malgré ma détestation globale du monde moderne, mea culpa, je dois reconnaître que certaines choses ne me laisse pas sur les papilles qu’un goût de koala, à l’haleine de vomi froid de la veille, m’ayant fait un bouche à bouche.

Alors dans le monde moderne j’aime bien:

– Les vignerons fous qui nous sortent des vins venus d’ailleurs de coteaux parfaitement improbables. Ces gens là sont comme des alchimistes qui auraient véritablement réussi à transformer le plomb en or… Ou ce que vous voulez d’ignoble en un truc gouleyant.
– Cette chose du diab’ qu’est l’internet qui me permet d’être un croisement entre un Jean Pic de la Mirandole de poche pour la connaissance et d’un Massimo Gargia jeune et dopé au viagra pour le réseau internétique. Ce savoir absolu à portée de la main est une drogue dure pour moi. Le fait de rencontrer des gens n’est pas toujours déplaisant non plus. Par exemple j’ai passé le déjeuner d’aujourd’hui avec Didier Goux, maître obscur de la réacosphère telle que rêvée par les degauches, ainsi qu’avec Noumebeure Ouane, sorte de Vlad Tepes de la gauchosphère telle que rêvée par les dedroites, au staccato digne de Françoise Sagan, ce qui est leur seul point commun (mis à part gauchisme et tabagisme, ok donc ce n’est pas le seul point commun) vu qu’il ne ferait sans doute que modérément bon effet dans une petite robe noire, et dont la non moindre des qualités est cependant d’être fort taiseux.
– Le fait que mon cancer et mon AVC soient lancés dans une magnifique course contre les nanotechnologies. Allez les petits robots!
– Les voitures qui permettent globalement d’aller où on veut quand on le veut.
– Ses femmes minces bien sûr.
.
.
.

Mais quand même, il est probable que je serais plus à l’aise au milieux d’un champ de bataille, c’est à dire sérieusement aviné et maniant une catapulte d’une main après avoir occis moult envahisseurs de l’autre que je laisserais être dégradés comme la note grecque par mon fidèle koala en chaleur.