Déjeuner avec des maîtres et autres bienfaits du monde moderne

Malgré ma détestation globale du monde moderne, mea culpa, je dois reconnaître que certaines choses ne me laisse pas sur les papilles qu’un goût de koala, à l’haleine de vomi froid de la veille, m’ayant fait un bouche à bouche.

Alors dans le monde moderne j’aime bien:

– Les vignerons fous qui nous sortent des vins venus d’ailleurs de coteaux parfaitement improbables. Ces gens là sont comme des alchimistes qui auraient véritablement réussi à transformer le plomb en or… Ou ce que vous voulez d’ignoble en un truc gouleyant.
– Cette chose du diab’ qu’est l’internet qui me permet d’être un croisement entre un Jean Pic de la Mirandole de poche pour la connaissance et d’un Massimo Gargia jeune et dopé au viagra pour le réseau internétique. Ce savoir absolu à portée de la main est une drogue dure pour moi. Le fait de rencontrer des gens n’est pas toujours déplaisant non plus. Par exemple j’ai passé le déjeuner d’aujourd’hui avec Didier Goux, maître obscur de la réacosphère telle que rêvée par les degauches, ainsi qu’avec Noumebeure Ouane, sorte de Vlad Tepes de la gauchosphère telle que rêvée par les dedroites, au staccato digne de Françoise Sagan, ce qui est leur seul point commun (mis à part gauchisme et tabagisme, ok donc ce n’est pas le seul point commun) vu qu’il ne ferait sans doute que modérément bon effet dans une petite robe noire, et dont la non moindre des qualités est cependant d’être fort taiseux.
– Le fait que mon cancer et mon AVC soient lancés dans une magnifique course contre les nanotechnologies. Allez les petits robots!
– Les voitures qui permettent globalement d’aller où on veut quand on le veut.
– Ses femmes minces bien sûr.
.
.
.

Mais quand même, il est probable que je serais plus à l’aise au milieux d’un champ de bataille, c’est à dire sérieusement aviné et maniant une catapulte d’une main après avoir occis moult envahisseurs de l’autre que je laisserais être dégradés comme la note grecque par mon fidèle koala en chaleur.

Publicités

21 réponses à “Déjeuner avec des maîtres et autres bienfaits du monde moderne

  1. Un groupe de hackers (de l’université de Verkhoïansk paraît t’il) ont réussi à pénétrer le site de Coca-Cola.

    Ils ont réussi à obtenir la formule secrète du breuvage. Forts de cet acquis, ils s’apprêteraient à lancer une marque concurrente dénommée « Koka – Koala »

    Pour moi, cà ressemble plus à une marque de vodka, ce dont ils ont d’ailleurs le plus besoin dans leur région. En plus Il y a plusieurs formules ou recettes (une par famille), et aucune n’est secrète. Et « Vodka Koala », cà sonne bien.

  2. Mais vous avez bu ou quoi ?

  3. Je vous méprise tout le monde, bordel !

  4. Et je suppose qu’entre un laquais du capitalisme, un kleptocrate socialiste et un écrivain maudit, il n’y a pas eu de calculs compliqués pour régler l’addition et que vous avez généreusement invité.

  5. Socialiste et plein de pognon ce n’est pas une surprise, mais payer en plus son déjeuner.
    PS: la photo sur votre blog n’est pas celle d’un marin.

  6. Ben dis donc !

    (Lire ce commentaire en trainant un peu sur « ben… », un peu plus sur la finale de « didon… », et, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte. On peut joindre la mimique à la parole.)

  7. Vous me répugnez tout le monde, bordel ! Vous me donnez envie de passer à gauche, pour aimer tout le monde tout en l’enculant (tout le monde). Nazis ! Burp ! Peace and love !

  8. « pour aimer tout le monde tout en l’enculant »
    Excellente définition de la gôche, Gil.

  9. Le fait est qu’on n’aura certainement jamais bu du si bon picrate qu’à notre époque. Comme quoi, quand on dit que la nature fait pousser le remède pas loin du poison, c’est pas de la faribole. Tchirze !

  10. Alors, La Hire ou Xaintrailles ?

  11. Memento, vous m’avez perdu là…

  12. Parce que je croyais avoir assez clairement établit que mon modèle était Simon de Montfort…

  13. « Un matin, la tour se met en branle et arrive bientôt devant les défenses de la ville. Les toulousains l’ajustent avec leurs pierrières et leurs trébuchets. Les pierres pleuvent dru et commencent à démantibuler la tour qui n’a même pas pu décharger son contenu de soldats sur les murs de Toulouse. Simon prête main-forte à l’avance de la tour, quand une pierre lancée de derrière le front toulousain vient soudain éclater son heaume. Simon de Montfort tombe raide-mort. »
    Bien fait milodious ! Allez le stade ! se canto que canto ! Toussa toussa !

  14. Coach, je sens que vous allez vous faire virer.

  15. « Mais quand même, il est probable que je serais plus à l’aise au milieux d’un champ de bataille, c’est à dire sérieusement aviné et maniant une catapulte d’une main après avoir occis moult envahisseurs », tout de suite j’ai pensé aux compagnons gascons de Jeanne d’Arc, Amiral

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s