Cherche soudeur pour le noyer dans le blé

Bonne nouvelle! L’industrie qui m’emploie propose plein de postes, indécemment bien rémunérés. Mauvaise nouvelle, il s’agit d’emplois de soudeurs qualifiés et donc un diplôme en histoire de l’art ne sert à rien.

Cette petite anecdote est fort instructive du niveau de compétence de nos chers dirigeants. Le travail manuel est considéré comme étant aussi répugnant qu’un satyre à noeud coulant par nos zélites kleptocrates et népotiques. Donc elles ont fait en sorte que tout le monde ait le bac, si possible général, même les demi-singes, même les passionnés de carburateurs, même ceux que la vue d’un livre fait vomir partout sur les chaussures de la vieille bibliothécaire, même ceux qui n’en veulent pas. Ils n’ont absolument pas pris en compte les éventuels futurs besoins des industries. Pour eux l’horizon indépassable c’est en gros d’être prof. Mais tout le monde ne peut pas être prof, c’est une grande misère mais c’est comme ça.

Résultat, d’un côté on a une génération de crétins au chômedu pensant avoir droit à un travail, comme la serveuse sémillante avait droit à sa tape su’l cul en des temps pas si anciens, pasqu’ils ont un « bacplussink ». Vous noterez qu’ils ne précisent que rarement en quoi ils l’ont obtenu leur « bacplussink »… Et de l’autre une industrie cherchant désespérément des soudeurs.

C’est fou comme ils arrivent à faire en sorte que le monde soit mal fait.

Publicités

36 réponses à “Cherche soudeur pour le noyer dans le blé

  1. Le rêve d’un monde sans plombiers aboutit à un univers de bachoteurs sans idées, normal, non ?

  2. Amiral, compte tenu du niveau d’un nombre certain de profs, tout le monde peut être prof… C’est la place qui manque, mais heureusement Hollande va nous changer tout ça !!

    Dites moi, c’est payé combien soudeur ?

  3. Très juste Skandal, bientôt un soudeur en connaîtra plus sur Platon qu’un prof en critique de l’actu et des médias, pardon en philosophie. Sinon Amiral, ça me rappelle une remarque de Valéry à propos des journalistes, philosophes, littérateurs, etc, il les qualifie de professions délirantes. Il ne les désavoue pas, il les met en garde. Dans le domaine technique ou scientifique, ce n’est pas que le nombre de crétins ou de délirants est moindre mais on ne peut se permettre d’appliquer leurs méthodes et laïus sans compromettre l’efficacité (immédiate ou comprise dans un horizon temporel limité) du dispositif. Un Airbus A 380 dont les ailes sont endommagées doit être réparé, un professeur dont le degré d’incompétence ou de délire idéologique est extrême est considéré comme un moindre mal.

    Finalement, ma conclusion est un peu différente de la vôtre : ce ne sont pas les professions dites manuelles qui sont méprisées, c’est le domaine du savoir au profit du charlatanisme échevelé et des sectes appuyées ou non sur l’Etat. Si l’homme était aussi vigilant pour sa tuyauterie que pour son esprit, il aurait changé la donne mais visiblement, il préfère ne pas.

  4. Le talent ne paie plus Amiral…
    Ils veulent pas m’embaucher en stage en alternance?
    Vos lecteurs sont admirables.

  5. Un bac plus cinq quoi, d’abord ? Cinq koalas ? Cinq catapultes ? Cinq bouteilles de Sancerre ?

  6. Bac plus cinq ans à glander sur les bancs de la fac de sociologie. Pas tout à fait cinq ans en fait puisqu’une partie de l’année est occupé à manifester et à empêcher les étudiants d’économie et de droit d’aller en cours et cela sous le falacieux prétexte de les « défendre ».

    (Si ça sent le vécu, c’est normal…).

  7. soyons cruels
    bac plus cinq de moyenne
    avec partiels repassé en septembre mais grève pour valider quand même
    le président d’université ferme les yeux, il veut pas d’emmerdes , et de toutes façons si sa fac ne fabrique pas tant de diplômés ses crédits seront coupés

  8. Les serveuses étaient alors sémillantes et accortes, j’aime bien ce mot « accortes ». Sinon, c’est comme à la fin de la monarchie avec ses bourgeois richissimes et ses nobliaux sans le sous.

  9. Soudeur, ça manque un peu de « dimension fantasmée ».
    Plombier en revanche… semble plus gratifiant.

  10. Trois frères, Dunkerquois, trentenaires, titulaires, le premier, d’un DEUG de sociologie, le second d’une licence en anthropologie sociale, le troisième d’une maîtrise aussi en anthropologie sociale.

    Aucun n’a de boulot, le plus jeune (29 ans) vit encore chez ses parents.

    Ils font de la musique et ils s’indignent.

    http://dunkerque.blog.lemonde.fr/2012/01/25/rage-against-le-systeme/

    Est-ce moi ou bien… ? Je n’arrive pas à les haïr.

  11. Désopilant.

    « Après nous avoir payé des études, notre mère trouvait incroyable qu’on se retrouve à galérer. »

    Etudes = Deug de sociologie et diplôme d’anthropologie sociale.

    « Danielle, leur mère, retraitée de la sécurité sociale. »

    Ah, OK, tout s’explique.

    « Payer des études » : je ne savais pas que les facs de socio et d’anthropologie sociale étaient payantes.

    « Si on avait fait une licence pro, on aurait sans doute du boulot aujourd’hui. »

    Ah oui, t’as remarqué, aussi.

    « Idéalement, il se satisferait bien d’un boulot à mi-temps. ‘Tout le monde devrait faire ça. Ce serait le partage du travail.’ « 

    Attends, attends… tu te plains d’avoir trop de travail, ou pas assez ?

    Les types sont socialistes, et ils se plaignent de ne pas trouver de travail. La contradiction ne les étouffe pas.

  12. Moi je suis en route pour le « bacplusuite », et je peux vous garantir que des gens soutenant leur thèse ne savent toujours pas écrire correctement en français, n’ont aucune idée de qui est Ingre, Roosevelt et encore moins Taleyrand, et se demandent s’il faut voter Poutou ou Mélenchon « pask’il y a trop de misère dans le monde, tu voiiisss » ….

    et avec un peu de chance, ça finira directeur de recherche CNRS ou professeur des universités.

  13. ho putain la crise !
    de rire
    on a jamais dû lui dire qu’avec les dreads locks personne n’aurait envie de le cotoyer
    seul le cadet a l’air d’être moins con que les deux autres , faut continuer mon garçû
    ceci dit ils font de la zicmu , c’est l’essentiel

  14. « Moi je suis en route pour le “bacplusuite”, et je peux vous garantir que des gens soutenant leur thèse ne savent toujours pas écrire correctement en français, n’ont aucune idée de qui est Ingre, Roosevelt et encore moins Taleyrand. »

    En effet…

  15. Quelles genres de soudures ?
    Acier, cuivre, galva ?
    Chalumeau ou à l’arc ?

  16. Un licencié de Sea France :

    Bien sûr, il connaissait les difficultés de son employeur « mais l’issue, on ne pouvait pas la deviner. On n’a jamais cru qu’on pourrait finir comme ça ».

    Bah, non. Les types tapent dans la caisse pendant vingt-cinq ans, se font des « salaires » de 20 000 € par mois sur le dos de l’entreprise, et il n’a jamais cru que ça pourrait finir comme ça.

    Il incrimine pêle-mêle, la crise, la hausse des carburants, la conversion euro-livre, ou la « concurrence déloyale » de compagnies qui baissent leurs coûts en embauchant des marins lituaniens ou portugais.

    Tout, sauf les mecs qui tapaient dans la caisse et faisaient régner la terreur dans la ville.

    « On savait qu’on était en déficit… »

    Ah, tout de même.

    « …Mais on voyait aussi que ça tournait, que les bateaux étaient pleins. C’est ça qu’on n’arrive pas à comprendre. »

    Bah oui, un communiste peut pas comprendre que quand on n’est pas rentable, plus a de clients et plus on s’enfonce… Ca sait pas compter, un communiste. Ca vole l’argent de l’Etat, donc il s’en fout, c’est pas son problème.

    Quand les ferrys ont été immobilisés le 16 novembre, « ça a été fait de façon sournoise.

    Tandis que voler des palettes entières de cigarettes et de bouteilles d’alcool, c’est pas sournois, ça : c’est un zakissocio.

    « Tout avait été prévu, il y avait les CRS et même le GIGN. Ils nous ont fait passer pour des voyous prêts à faire couler leurs bateaux. »

    Mais vous êtes des voyous. D’ailleurs vous avez fait la preuve que êtiez prêts à faire couler, non pas seulement des bateaux, mais votre collègue qui vérifiait la comptabilité. Et qui a fini sa vérification « suicidé » au fond de la mer.

    Depuis la mise en liquidation judiciaire, « on vit sur les nerfs, c’est très stressant »

    C’est sûr que par rapport à avant (20 000 € par mois pour certains et une place garantie à vie), ça doit être stressant.

    Vincent Pluym a accepté, lundi 23 janvier, le reclassement proposé par la SNCF et va partir à Lyon travailler dans la police ferroviaire. Il pourra prétendre à différentes primes liées à son nouvel emploi (port d’arme, etc…)

    C’est encore pire que ce que je disais. Un type qui appartient à une mafia de voyous, coupable de vol, menaces, violences, incendies volontaires, assassinat devient policier avec un port d’arme !

    Alors évidemment on ne peut pas être certain que ce monsieur en a croqué personnellement, mais au moins dénonce-t-il vigoureusement ces pratiques et réclame-t-il le châtiment des coupables ? Pensez-vous :

    « La présomption d’innocence n’est pas respectée. C’est à la justice de faire son travail. » Quant à la procédure d’exclusion du syndicat entamée par la CFDT au niveau national, il juge que c’est « n’importe quoi. Ils auraient dû attendre que ça soit jugé. »

    Donc, il n’y a eu aucune irrégularité, vraiment ? Il n’était au courant de rien ?

    « Sur les accusations de pratiques frauduleuses commises par des salariés de SeaFrance, il reconnaît que des cas ont existé et que des gens ont été licenciés pour cela. »

    Ah oui, tout de même. Mais il « ne comprend pas » toujours pourquoi la boîte a fait faillite. Il ne voit pas le rapport.

    http://dunkerque.blog.lemonde.fr/2012/01/20/seafrance-on-na-jamais-cru-quon-pourrait-finir-comme-ca/

  17. Bol en plastique,

    ça va être mesquin, ce que je vais dire, mais avant de vous foutre de la gueule de vos confrères universitaires, relisez-vous.
    C’est IngreS et TalLeyrand.

    Dommage.

  18. A propos des pertes de Sea France, le commentaire de Robert Marchenoir me rappelle une petite blague :

     » – Chef, on est en perte !
    – Pas grave, on se rattrapera sur les quantités… « 

  19. D’abord, je suis pour l’essentiel d’accord avec vous. Mais ne dénigrez pas TOUS les bacs + 5. Deux de mes enfants ont suivi la filière master pro, ils ont trouvé du boulot dés la fin de leurs études ( l’un en informatique, l’autre en chimie ). Le problème, c’est que la plupart des profs sont totalement déconnectés du monde du travail et que la société elle-même méprise le travail manuel. Nos gamins baignent là dedans ( 8 heures par jour à l’école…). On envoie en formation professionnelle les mauvais élèves ( mon pauvre, t’es pas capable d’autre chose …), où est le choix ?Et pourtant, on aura toujours besoin de bons boulangers, plombiers ou électriciens qui du coup gagneront très bien leur vie et n’auront pas à rougir de leur place dans la société.
    Bonne journée !!!

  20. « la plupart des profs sont totalement déconnectés du monde du travail ».

    Bah oui. Forcément. Mais que voulez-vous, à l’école, on instruit vos mioches. C’est pour ça qu’on fait de l’histoire, de la géographie, du latin, de l’arithmétique… Si vous craignez tant que vos gosses soient déconnectés du monde du travail, vous pouvez toujours vous installer dans un pays où les mioches travaillent dès leur plus jeune âge, y’en a encore où ça se fait couramment.

    Et tenez, citez-moi aussi une société, une époque, où le travail manuel est ou a pu être considéré comme supérieur au travail « intellectuel ».

  21. Robert, j’aime de plus en plus vos commentaires !!! Vous avez tellement raison que c’en est inquiétant.

    Merci pour ce moment de bonheur !!

  22. Il est presque de bon ton de se moquer des trois frères dunkerquois, mais ils sont victimes aussi d’un système qui pousse aux études des jeunes qui traînent bon an mal an pendant des années dans les facs pour y décrocher avec peine un diplôme qui ne leur servira jamais. Quand on pousse aux études des jeunes qui ne sont pas fait pour ça, ils choisissent évidemment les filières sociales ou littéraires : choix par défaut. Je connais des licenciés en psychologie qui avouent n’avoir aucune compétence, et qui émargent au chômedu avant de tomber sur l’aide sociale. Ce sont toutes des femmes, ceci dit, et elles ont trouvé dans l’intervalle le moyen de se faire faire un moutard, ce qui est toujours une excellente excuse pour ne pas se bouger le cul.

    On ne peut pas sérieusement demander à un diplômé universitaire de passer ensuite, s’il ne trouve rien dans sa branche, un CAP de soudeur ou de plombier. Personne ne ferait ça.

    On fabrique trop d’intellos (de faux intellos).

    Le travail manuel n’est pas valorisé et les disciplines littéraires sont méprisées (un choix de filles ou de tapettes) et sous-valorisées. On semble n’avoir besoin que de techniciens. Est-ce là le monde qu’on veut ?

  23. @Artémise, par exemple :

  24. Mais tout le monde ne peut pas être prof, c’est une grande misère mais c’est comme ça.

    C’est une terrible injustice sociale que vous nous révélez là.

    Ne pourrait-on pas voter une loi afin d’y remédier rapidement ?

    Non ?

    Ce n’est pas ce qu’on fait d’habitude ?

  25. Tout est une question d’argent. Si les travaux manuels souvent pénibles étaient payés plus cher, on trouverait plus facilement des gens pour les pratiquer. L’argent n’est-il pas devenu un élément nécessaire du statut social?
    La preuve? Mon plombier (pas donné!) a obtenu en deux jours un rendez-vous chez mon ophtalmo (pour moi, c’est dans huit mois). »Comment avez-vous fait, », lui ai-je demandé. « Je joue au golf avec lui ». Authentique!

  26. C’est certain qu’un s d’oublié décrédibilise totalement une réalité flagrante. Dites, ne seriez-vous pas socialiste, Mr Marchenoir ?

  27. —Vincent Pluym a accepté, lundi 23 janvier, le reclassement proposé par la SNCF et va partir à Lyon travailler dans la police ferroviaire. Il pourra prétendre à différentes primes liées à son nouvel emploi (port d’arme, etc…)—

    o_O

    Vu ce qui vient, c’est pas le métier de soudeur qui va être en vogue, mais celui de dessoudeur.

  28. C’est vrai que la Bacpluscinq ne met personne à l’abri du chômage… Madame de Tromelin et moi même sommes tous deux bacpluscinq et tous deux chercheurs à pôle emploi. J’ai beau avoir un BTS pro, une licence et un titre d’ingénieur, les employeurs sont réticents : trop diplômé, pas assez d’expérience toussa toussa.
    Je crois que sur mes prochains CVs je ne vais pas mentionner mon bacpluscinq et ne laisser que le BTS…
    Et pour madame, je crois que de toutes façons philo-politique ça reste bouché si on ne veux pas rentrer dans les girons politiques UMPS…

  29. A Artémise,
    Quand je dis que « les profs sont déconnectés du monde du travail », je parle de leur perception vu qu’ils n’ont pas connu autre chose que l’école.
    Qu’est-ce-que c’est que cette réponse débile sur le travail des enfants ?
    Vous êtes prof ou quoi, vous vous êtes senti visé ?
    D’autre part, je n’ai jamais dit ou même pensé que le travail manuel était supérieur au travail intellectuel, je souhaite simplement qu’il lui soit égal, il faut de tout pour faire un monde et que ceux qui vont en filière pro le fasse aussi par choix sans être méprisé.

  30. Un des problèmes du travail manuel de qualité est qu’il exige une transmission du savoir-faire aussi longue que l’acquisition d’une solide culture classique. Apprendre à souder demande autant d’ardeur et d’effort qu’apprendre le latin. Le mal aujourd’hui se situe plutôt à ce niveau là que dans un débat entre intellectuel feignant et manuel travailleur.

  31. Vu dans un genre un peu différent que le trio de Dunkerque, lundi soir, dans le bus, un informaticien (selon lui) ex étudiant étranger-les races n’existant pas, je ne pourrais pas vous dire qu’il était probablement originaire du Maghreb- se répandait en récriminations diverses et variées sur la France qui ne lui filait pas de boulot, qui était islamophobe et sur le fait que les Français étaient des racistes, haineux et ingrats envers les magrébins qui ont reconstruit la France, cela va de soi.

  32. Nana,
    Bon, je rigolais, hein – et oui, je suis professeur.
    Ce que je voulais dire, c’est qu’avec ce genre de phrases toutes faites, on a l’impression que c’est sûr, les professeurs n’ont pas de famille, pas de conjoint, pas d’amis autres que professeurs…
    Alors oui, j’avoue que le coup du « trop déconnectés du monde du travail », ça me fait doucement marrer.
    Et en outre, j’estime que l’école, justement, ce n’est pas le monde du travail et ça n’a pas vocation à l’être.

  33. Si « l’école n’est le monde du travail » ( encore une lapalissade…), elle pourrait au moins permettre à nos enfants de s’y préparer…
    Et sans parler de formation professionnelle, sur laquelle je ne reviendrai pas, savoir lire, écrire, compter serait déjà pas mal. Et qui sait, peut-être que si l’école était un véritable lieu de savoir(s) ( au lieu de ce lieu de vie et du tout et n’importe quoi…), on verrait des profs faire leur vrai métier et le niveau grimper.
    Je ne suis pas prof, mais en relation depuis de nombreuses années avec eux, je peux vous dire qu’ils ( pas tous quand même) sont assez loin d’une certaine réalité.
    En attendant, je vous laisse vous « marrer doucement », pour ma part il y a longtemps que ça ne me fait plus rire…

  34. Nana,
    Moi non plus, ça ne me fait pas rire, vous savez, de voir chaque année un programme qui s’alourdit, qui devient de plus en plus ambitieux… et des gosses de plus en plus mal élevés et incultes.
    Faut leur apprendre la diversité des temps de l’histoire. Ils ne savent même pas lire.
    Mais bref. S’pas grave.

  35. « On ne peut pas sérieusement demander à un diplômé universitaire de passer ensuite, s’il ne trouve rien dans sa branche, un CAP de soudeur ou de plombier. Personne ne ferait ça. »

    Bien sûr que si. Les journaux sont pleins de ce genre de cas en ce moment. Et on n’a pas besoin de leur demander. Ils le font tout seuls.

  36. Amiral,

    Vous êtes qualifié 6G+, devenez marquis de la baguette a 30000F mensuel! Ca n’existe plus ce genre de poste! Et je me demande bien quelle compagnie du secteur embauche autre chose que de l’indien à la soudure…

    Un indice?

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s