Traquenard polonais à Rio

Donc je suis bien rentré du Brésil, joie ineffable! Avant d’y retourner d’ici quelques semaines, mais pourquoi! Pourquoi!

Je n’ai pas grand-chose à ajouter sur cet endroit grotesque où les hommes font plus attention à leurs physiques que les femmes, ce qui est toujours le signe d’une anormalité culturelle profonde et perverse comme le dindon de la Cicciolina après le passage du poney. En plus ils sont globalement tous moches comme des poux tatoués et victimes récentes d’un effroyable accident de voiture ce qui est en fait une publicité assez contre-productive contre le métissage comme horizon indépassable du genre humain.

Cependant il m’est arrivé une aventure plaisante pendant ce séjour que je vais vous nawwez en collant au plus pwès de la wéalité pwésentement comme on dit en Wépublique Démocwatique du Congo.

A peine arrivé à Rio, j’ai reçu un e-mail d’un lecteur polonais, Szczepan, vivant en Amérique du Sud (ils sont partout!) qui me quémandait une brève audience afin de pouvoir baiser mes pieds et me faire des offrandes. Malgré mon humilité naturelle, j’ai accepté son invitation et lui ai donné rendez-vous dans le quartier le plus foutrement gai de Rio. Pour le soutenir dans son excitation
tremblotante, il demanda à un autre ami polonais, Zdzisław, qui lui me lisait du temps du désert, de l’accompagner.

Au début ils furent d’une grande timidité, n’osant pas me regarder dans les yeux et demandant à rester debout à côté de ma table, puis porté par les traits caractéristiques de leur race et environ 10 caïpirinhas chacun la conversation prit un tour des plus plaisants sur l’optimisme, la reproduction avec les sauvages locales, les amis degauches qu’on aime bien quand même, la paranoïa des bloggueurs et ainsi de suite. Ils hurlaient tout deux au serveur, dans un rare patois de Podlachie, qu’ils crameraient son bar si jamais ils devaient pisser la première avant de s’être fait servir la seconde et ainsi de suite. Toutefois, si Szczepan devenait de plus en plus volubile au fur et à mesure que la cachaça emplissait sa gorge et son cerveau comme l’impression de dégout de lui-même envahi quelqu’un qui réalise que ses oreilles ne saignent plus à l’écoute de Zaz, l’inverse exact se produisit chez Zdzisław qui finit par éructer qu’il était 9h30, qu’il en avait marre de dépenser de l’énergie à discuter avec nous alors qu’il pouvait la concentrer sur le fait de se ruiner les derniers neurones qui l’empêchaient de jouir de la vie comme un socialiste. Ce furent ses derniers mots vaguement cohérent de la soirée.

Szczepan et Zdzisław étant tout deux des fonctionnaires
internationaux, je me vis bien entendu obligé de leur rappeler un certain nombre de fois et de manière très discrète que comme ils ne payaient pas d’impôts, et que donc ils vivaient effectivement avec mes sous, il était de leur devoir de régler la note. Szczepan insista sur le fait que non, je le nourrissais intellectuellement et il désirait ardemment que pour la symbolique je le nourrisse aussi tout court. Zdzisław lui se contentait de me regarder d’un œil torve en bavant doucement entre ses pectoraux rendus luisant, véritable invitation à se faire tasser le caca dans le quartier où nous étions. Ce qui devait arriver arriva, quelques minutes plus tard nous repoussions la communauté LGBT dans son ensemble à l’aide de nos chaises comme des dompteurs face à des lions affamés. C’est à ce moment que Zdzisław craqua et qu’il se mit nu et en quête d’une plage pour éteindre dans la mer ce brasier qui s’était allumé en lui. Je ne sais pas s’il réussit à l’atteindre ou pas… Mais il n’avait pas l’air très bien parti. Contrairement à une idée très répandue, les gays sont bien plus rapide que les zombis classiques. Pendant ce temps Szczepan ayant abandonné le combat comme les politiciens d’en avoir quelque chose à foutre de la dette, essayait de persuader une très jeune fille que, si, elle voulait avoir sa langue à lui dans sa gorge à elle. J’étais seul face à cette horde aux instincts cannibaliques. Je me suis donc réfugié à l’intérieur du bar que je barricadais. Puis je n’eus qu’à vider le stock en attendant le jour puisqu’il est connu que les gays fondent au soleil (ou peut-être les vampires, je ne sais plus).

Enfin je m’en suis tiré sain et sauf et je tiens malgré tout à remercier Szczepan et Zdzisław grâce à qui la routine infernale de ma mission fut un peu atténuée. Je les assure ici de ma profonde reconnaissance malgré tout et leur confirme qu’ils n’ont pas à être bourrelés de remords pour leurs actions aussi infâme fussent-elles.

A part ça, reprise du blogging quotidien lundi prochain théoriquement.

Publicités

14 réponses à “Traquenard polonais à Rio

  1. Hé bé !… Que d’aventures Amiral ;)

  2. Il n’est pas de bon ton de refuser les offrandes d’un polonais bien né, surtout quand l’offrande fait au minimum 50° (seuil minimal de respectabilité entre convives qui partagent une même culture, voire une même civilisation, sans vouloir fâcher les gosiers délicats qui fréquentent ce blog).

  3. Tout cela n’est pas très clair.

    Peut-on reprendre dès le début ?

    Vous avez reçu un email… et… ?

  4. Il suffit de vous envoyer un courriel aimable pour se faire verser de la caiprinha jusqu’à plus soif. C’est intéressant comme nouvelle.

  5. Je trouve honteux de profiter de ce qu’on est chez les sauvages pour pousser d’innocents Polonais dans la boisson !

    Je vais vous dénoncer à ma précédente épouse.

  6. Le Pinson, et encore, j’ai laissé de côté ce qui pouvait choquer les plus jeunes.
    NeverMore, mais je n’ai rien refusé du tout!
    Cretinus Alpestris, et après tout s’est embrouillé…
    Naif, en gros, oui.
    Didier, fallait bien que je les détende. Surtout vu ce qui leur est arrivé au cours de la soirée. Etre tendu peut dans ce cas être la cause de blessures très invalidantes.

  7. « Enfin je m’en suis tiré sain et sauf »
    Je suis bien content pour vous monsieur l’amiral, se faire plomber par un plombier Polonais fonctionnaire, c’est pas le pied ! Na zdrowie !

  8. Amiral, vous devriez avoir honte!
    J’imagine déjà la tête de ces deux pauvres hêres, tâchant de retrouver dans l’accumulation de caipirinhas l’arrière-goût que laisse dans le gosier la mère vodka, et ne trouvant qu’une mélancolie sucrée aux relents de Samba… Heureusement, vous voir en personne c’était pour eux, j’en suis sûr, comme toucher le saint suaire et j’imagine qu’ils ne se laveront plus jamais et quitteront les organisations internationales parasiteuses pour appliquer leur grâce nouvellement acquise à la sanation des gauchistes par application des mains.
    En somme, Amiral, à donner un peu de vous-même vous contribuez à répandre la bonne parole dans toutes les directions tout en donnant du bonheur et de la chaleur humaine, comme un pet dans un sac de couchage. Merci.

  9. Coach, vous me connaissez, toujours le dernier homme debout!
    Olivdub, je fais ce que je peux pour apporter la lumière même aux cas les plus désepérés… D’ailleurs je vous trouve un drôle d’accent à vous.

  10. L’Amiral est aux soirées arrosées ce que le Cambodge est à la jambe de bois: une terre promise. Je dois admettre que le déroulement de cette soirée est parfaitement retrancrit, même s’il omet par pudeur certains détails qui lui sont flatteurs… Qui eut pu penser qu’un homme aussi remonté avait une telle descente?

  11. Nie, nie ! Amiral, menteur: pas polski trakenard, mais trakenard français ! Moi venir pour discussion amicale, et schlup ! obligacja de boire alcool du diable. Amiral très dangereux, bon camarade de verre ! Salutations à lui !

  12. Content de voir que vous avez tous les 2 survécus! Bravo!

  13. « que je vais vous nawwez en collant au plus pwès de la wéalité pwésentement comme on dit en Wépublique Démocwatique du Congo. »
    Oué, mais eux, ils écrivent « que je vé vous nawwer ». Tssss, sont trop forts, on est foutus.

  14. « quelqu’un qui réalise que ses oreilles ne saignent plus à l’écoute de Zaz, »
    Je sens que ça va être dépassé en horreur, s’il faut en croire les annonces de l’émission daube qui commence samedi, vous savez l’émission crochet où un jury juge sans le physique. Ce qu’on nous montre pour nous allécher s’avère un puissant répulsif: une voix complètement cassée, comme un chanteur italien des années 60, mais femelle. Mes oreilles saignent, dites donc. Comment avez-vous deviné ?

    Szczepan et Zdzisław: ce sont leurs vrais noms ? Sûrement,ç a ne s’invente pas, même vous. Une telle accumulation de consonnes aurait dû vous inciter à la méfiance.

    « de manière très discrète »: on vous fait confiance.
    Et finalement, c’est qui qu’ya payé, à part Zdzisław de sa personne ? Personne ?

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s