En sport comme en politique, les supporters croient toujours que leur champion est moins bien traité que l’adversaire

Bruno Roger-Petit présente cet avantage indéniable d’être un degauche moderne chimiquement pur. Son dernier article dans le nouvel obs en est une magnifique illustration. Il chouigne parce que les gens du Petit Journal auraient commis une trahison en étant plus gentil avec Sarkozy qu’avec Hollande ce qui représente pour lui une inversion des valeurs « normales » digne d’une poule qui ne serait plus capable de le battre aux échecs. Au passage on notera que ce qu’il veut dire en creux est qu’un bon journaliste se doit d’être pro-Hollande et qu’il faut bâillonner les autres en leur enfonçant dans la gorge n’importe quelle vieille charogne récupérée sur l’autoroute.

Cet article de Bruno Roger-Petit m’a remis en mémoire quelque chose que j’ai écrit il y a juste plus d’un an. On peut élargir mon propos au fait qu’il est totalement inepte de pleurnicher parce que les média sont de gauches et qu’ils nous traitent mal. Oui ils le sont et c’est de notre faute. Nous avons abandonné cette guerre culturelle. Où est notre Fox News à nous ? Où est notre presse écrite ? Quelles radios nous soutiennent ? Nous n’avons rien ou presque parce que nous n’avons pas sorti nos doigts du koala vivant que nous utilisons pour nos spectacles de ventriloques que plus personne ne vient voir. Nous n’avons pas construit nos catapultes pour résister à ce que nous considérons comme une atteinte à l’intelligence. Oui nous sommes très clairement fautifs.

Il est normal qu’une presse majoritairement à gauche d’après ses propres confessions ne nous traite pas bien et il est insensé de demander le contraire. Le scorpion pique la grenouille parce que c’est dans sa nature.

A nous de nous prendre en main. Alors prenez un mouchoir, essuyez-vous le nez, redressez-vous et faites quelque chose au lieu de suffoquer en vous regardant le nombril et en miaulant à l’injustice comme n’importe quel autre de vos contemporains déjà morts.

Publicités

7 réponses à “En sport comme en politique, les supporters croient toujours que leur champion est moins bien traité que l’adversaire

  1. Bruno Roger-petit est un âne, comme la plupart des journalistes depuis que la culture et l’intelligence ne sont plus des critères pour écrire et se dire « journaliste »…

    Quand à Fox News, leurs positions sont aussi caricaturales que celles de notre presse de gauche.

    Ce qui est insupportable ce n’est pas que les journalistes soient de gauche, c’est qu’ils sont incultes…

  2. Il est normal qu’une presse majoritairement à gauche d’après ses propres confessions ne nous traite pas bien et il est insensé de demander le contraire.

    Certes. En même temps ce qui énerve un peu c’est d’entendre les mêmes nous vanter le devoir d’objectivité qui serait le leur, se gargariser de ce qu’ils rapporteraient simplement les « faits », etc.
    Se faire mettre comme un trav’ brésilien au coin du bois, passe encore, mais devoir en plus subir une leçon de morale aussi faisandée qu’un pâté de koala resté trois semaines au soleil, vous m’excuserez, mais ça a du mal à passer.
    (Je crois que vous déteignez sur moi, Amiral)

  3. Robert Marchenoir

    Vous êtes gentil, Aristide, j’aimerais bien pouvoir déguster tranquillement mon pâté de lapin sans avoir la nausée.

    Ou alors je vais être obligé de faire des analyses ADN sur les bêtes qui traînent dans mon frigo.

  4. Vous savez amiral que ce qui manque le plus à la « droite non gouvernementale » ce sont des leaders ayant la stature d’homme d’État. En fait nous nous conduisons un peu comme un canard sans tête.

  5. Il y a des jours comme cela où on regrette la disparition du Gaulois, et pourtant son fondateur aurait fait peur à bien des #zintegristes.

  6. Ce qui est gênant ce n’est pas que la presse soit degôche… mais qu’elle le soit financée par des fonds publics, donc tirés de la poche de tous, y compris les réacos-libéraux. Qui étrangement, doivent en fait être bien plus nombreux chez les « vils payeurs d’impôts » que chez les gentils « vivent de la charité publique »…

    Ca ne me gêne pas de me faire insulter par mes ennemis. Au contraire, c’est un plaisir de fin gourmet. Mais financer les idiots incultes qui le font me dérange un poil. D’autant que je ne lis jamais leurs papiers que par accident… Ou par votre faute, Amiral, quand vous linkez un articulet particulièrement faisandé…

  7. Bref, notre stade reste à construire, en sport, nous avons la chance parfois de jouer à domicile.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s