Réponse à une question fondamentale

Je crois que j’ai enfin réussi à percer à jour un débat vieux comme l’information. Les degauches passent leur temps à se rouler par terre en pleurnichant que la presse est de droite alors que les dedroites écument comme un cheval qu’on est en train de crever dès qu’ils sont en contact avec de la presse.

Donc il y a comme un désaccord sur ce sujet.

On pourrait croire que c’est lié au fait que les degauches sont clairvoyants et les dedroites débiles légers et inversement, mais la réalité est un peu plus subtile que ça. Même si les degauches sont bien évidemment bêtes à manger du foin sur lequel des renards auraient abondamment pissé attrapant par la même une échinococcose cérébrale aggravant encore leur gauchisme.

D’un côté, il est indéniable que les journalistes sont très
majoritairement de gauche car non seulement ils le reconnaissent mais en plus ils s’en vantent comme des bonobos dans un bar comparant leurs vies sexuelles avec celles des concombres de mer.

De l’autre côté, comme le disait à peu près la baronne Thatcher avant de se mettre un entonnoir sur la tête et de tenter de combattre ses fauteuil avec une lampe à pied en hurlant à un siège du syndicalisme, les faits de la vie sont réactionnaires. En d’autres termes, et pour reprendre des idées déjà présentées un peu partout, les comportements ont des conséquences, la vie n’est pas juste, le sens commun est indispensable, il n’y a pas de déjeuner gratuit, la nature humaine est imparfaite etc…

Et c’est là qu’est le problème. Les journalistes, à moins de faire dans la plus pure fiction comme ça leur arrive quand même
régulièrement, n’ont pas d’autre choix que de présenter des faits dedroites, malgré tous les efforts qu’ils font pour les choisir soigneusement, avec des interprétations degauches. D’où le malentendu global qui permet aux 2 bords d’être dans une colère noire comme l’âme d’un insuffisamment tolérant.

Je ne suis pas mécontent d’avoir tiré ça au clair, moi.

Publicités

14 réponses à “Réponse à une question fondamentale

  1. « ils s’en vantent comme des bonobos dans un bar comparant leurs vies sexuelles avec celles des concombres de mer. »
    De telles comparaisons me réjouissent. Quoiqu’il se puisse que le concombre de mer s’avère un redoutable luron.

  2. C’était donc ça, le truc.

  3. La comparaison avec le concombre de mer est aussi belle que celle de la naine pornographique ici bas : https://amiralwoland.wordpress.com/2012/03/21/bagatelles-pour-3-massacres/
    D’autre part, merci d’avoir éclairci ma lanterne sur le point évoqué ci-dessus. Je transmettrai à ma progéniture quand j’en aurai une.

  4. Donc si Flamby est élu, que vont ils faire les journaleux, fouiller les poubelles de l’histoire mais çà c’est déjà fait.

  5. Mais bon sang mais c’est bien sur! tout s’éclaire!

  6. « Les journalistes sont de gauche mais les faits sont de droite  » !
    Magnifique !
    Je place celle là dans ma liste des phrases cultes et je savoure d’avance le moment où je vais l’utiliser pour emmerder quelques unes de mes connaissances. Merci Amiral.

  7. « Les degauches passent leur temps à se rouler par terre en pleurnichant que la presse est de droite  »

    Ha bon ?????

    Je les ai surtout entendu et vu se rouler par terre, en crachant du vomi et en suant du sang, dès qu’un fait (de droite comme vous l’avez justement dit) va à l’encontre de l’idéologie socialo-communiste-tout-le-monde-il-est-beau-tout-le-monde-il-est-gentil…. Ce qui arrive souvent ces derniers temps..

  8. « les dedroites écument comme un cheval qu’on est en train de crever dès qu’ils sont en contact avec de la presse. »

    Et le journaliste affute son glaive et nettoie son pilori avant de recevoir un droitard, permettant de développer allègrement le marché des instruments de torture idéologiques.

  9. Pourquoi n’y a t-il pas de jolie photo aujourd’hui ?

  10. Robert Marchenoir

    Coach : chuuut…

  11. Le journaliste est de gauche avec des faits de droite… ce qui lui permet de lutter vaillamment contre la bête immonde de la réalité pour lui faire rendre gorge et un peu de son quatre heures volé aux pauvres. Le journaliste est donc bien un rebelle, un résistant. D’ailleurs, ça se voit. On l’a vu avec Lapisse ou un nom dans le genre face à Le Pen. On le voit aussi avec ces nouveaux journalistes (comme il y a eu des nouveaux philosophes) que sont les humoristes genre Guillonlol, Bedoslol Jr, Aramlol, etc.

  12. Et les faits sont têtus, ce qui explique le désespoir des journalistes.

  13. Ygor, c’est tout à fait ça!
    Sacré Amiral, ce ne sont pas des articles qu’il pond, mais bien des anthologies de phrases culte!

  14. Cretinus Alpestris

    Les fait sont têtus.

    Les chiffres sont têtus.

    La réalité, elle, est cruelle.

    Et les journalistes sont de gauches.

    La vie est vraiment mal faite.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s