Archives quotidiennes : 19 avril 2012

Chiffres

Je suis en train de me faire scandaleusement plaisir en lisant « After America » de Mark Steyn. Enfin, vu le futur qu’il décrit je ne sais pas si c’est vraiment me faire plaisir… Mais quand même, retrouver sous la plume d’un autre exactement ce que l’on pense en mieux formulé et avec un travail de recherche digne d’un Champollion suintant les amphèts par les oreilles, le tout enrobé dans un humour qui me fait glousser comme un dindon à l’heure de la branlette a quelque chose de vraiment très plaisant.

Je viens de lire un passage en arrivant au bureau que je vais vous résumer à ma sauce car je ne peux pas ne pas le partager avec vous.

Selon la Banque Mondiale, si les pays riches voulaient bien être un peu plus raisonnable et importer dans des jolies petites caisses avec des trous sur le dessus et de la paille sur le fond 14 millions de loquedus en provenance de pays à grosse marge de développement, pour rester dans le politiquement correct et ne pas parler de pays de bouffeurs de boue hein, entre 2001 et 2025 et ben le monde s’en retrouverait 356 milliards plus riche. Joie délirante ! Ces 356 milliards seraient répartis comme ça : 162 pour les gentils zimmigris travailleurs, 143 pour les gentils divers restés chez eux en Pauvrie et 139 pour les gentils pays riches et ouverts comme une fracture tibia-péroné suite à laquelle on se crève un œil avec le morceau d’os pointu à l’air libre.

Après une nouvelle pareil, il faudrait vraiment être un gros taré bien velu des oreilles pour ne pas avoir envie de suçoter doucement du d’origine culturelle enrichissante pour le remercier, voir même plus si véritable entente des corps et ne pas reconnaitre qu’ils sont littéralement des CPF.
Seulement, y’a comme un léger hic. Même en admettant que les chiffres susmentionnés ne soient pas issus de l’imagination fertile d’un stagiaire rêvant de nuits moites et caraïbesques ou du chapeau où Garcimore gardait 3 colombes et 5 lapereaux morts, et bien selon le FMI l’économie des pays considérés comme riches représente à la louche 40 000 milliards (si j’ai bien tout compris). Donc ce que propose la banque mondiale est un gain royal de… 0, 0035 pour l’économie globale de ces pays.

Hé ouais.

Dans ces conditions, est-ce qu’on peut se mettre d’accord sur le fait que le but recherché est de remplacer la population et non de partager la prospérité ?