Archives quotidiennes : 10 mai 2012

Au moins une des deux a fini légitime

Je suis très fier de ce jeux de mots qui vient d’éclore dans mon esprit:

"Avec Trierweiler, le changement c’est Maintenon."

Définissons la guerre culturelle

Suite à mon billet un peu grandiloquent d’hier qui avait pour but d’attirer l’attention et de remobiliser un peu les troupes qui me semblent être un peu toutes nues dans leurs serviettes qui leur servent de pagnes avec le rouge au front et le savon à la main, je pense qu’il est temps de définir les termes de la guerre culturelle.

Donc voici quelques notes sur le sujet, toutes les contributions sont les bienvenues.

D’abord, ranafout’ de Hollande, et ranafout’ des muzzs. Ils ne sont que des symptômes, pas des causes. Ne nous trompons pas de cible. Les véritables malfaisants sont les media, le cinéma, les éditeurs, les détourneurs d’attention au moyen d’objets brillants, les pourrisseurs de mémoire rétribués par l’éduc nat, les présentateurs télé à la légitimité auto-proclamée parce qu’ils passent dans la boite alors que leurs analyses sont le preuve quotidienne que leurs cerveaux sont moins productifs qu’une algue verte en voie de putréfaction sur une plage bretonne et tous ceux qui nous servent du prêt-à-penser comme il faut, déjà mâché et digéré. Oui, ils nous gavent à la merde avec une batte de cricket enroulée dans des ronces à peu près littéralement donc ce n’est pas surprenant que vu la valeur nutritive de la dite matière certains voient leur capacité cognitives considérablement diminuées.

Tous ces gens font semblant de nous câliner mais en fait ils nous maintiennent dans une prise de grizzli qui nous empêche de bouger tout en nous étouffant plus ou moins doucement dans le confort soyeux et tiède de leurs poils.

Dans ces conditions, toute résistance est futile et doit être bannie de notre vocabulaire. La résistance c’est bon pour les cours de physique de 4ème ou pour les hymens de petites filles en pays exotiques. La résistance je vous la laisse mais je vais vous prendre une double dose d’agression pure et non-édulcorée par les bonnes manières.

Ensuite, personne ne peut être un expert universel mais tout le monde peut demander « pourquoi ». Cette simple question doit devenir l’arme la plus mortelle de votre arsenal. N’hésitez jamais à l’utiliser jusqu’à obtenir une réponse cohérente ou un moderne sanglotant en position fœtale.

Enfin, nous sommes vivants, et c’est la seule chose qui compte et dont il faut se souvenir. Après tout, quand rien d’autre ne fonctionne seul un refus de tête de cochon de regarder les faits en face, l’optimisme, nous permettra de traverser tout ça.