Définissons la guerre culturelle

Suite à mon billet un peu grandiloquent d’hier qui avait pour but d’attirer l’attention et de remobiliser un peu les troupes qui me semblent être un peu toutes nues dans leurs serviettes qui leur servent de pagnes avec le rouge au front et le savon à la main, je pense qu’il est temps de définir les termes de la guerre culturelle.

Donc voici quelques notes sur le sujet, toutes les contributions sont les bienvenues.

D’abord, ranafout’ de Hollande, et ranafout’ des muzzs. Ils ne sont que des symptômes, pas des causes. Ne nous trompons pas de cible. Les véritables malfaisants sont les media, le cinéma, les éditeurs, les détourneurs d’attention au moyen d’objets brillants, les pourrisseurs de mémoire rétribués par l’éduc nat, les présentateurs télé à la légitimité auto-proclamée parce qu’ils passent dans la boite alors que leurs analyses sont le preuve quotidienne que leurs cerveaux sont moins productifs qu’une algue verte en voie de putréfaction sur une plage bretonne et tous ceux qui nous servent du prêt-à-penser comme il faut, déjà mâché et digéré. Oui, ils nous gavent à la merde avec une batte de cricket enroulée dans des ronces à peu près littéralement donc ce n’est pas surprenant que vu la valeur nutritive de la dite matière certains voient leur capacité cognitives considérablement diminuées.

Tous ces gens font semblant de nous câliner mais en fait ils nous maintiennent dans une prise de grizzli qui nous empêche de bouger tout en nous étouffant plus ou moins doucement dans le confort soyeux et tiède de leurs poils.

Dans ces conditions, toute résistance est futile et doit être bannie de notre vocabulaire. La résistance c’est bon pour les cours de physique de 4ème ou pour les hymens de petites filles en pays exotiques. La résistance je vous la laisse mais je vais vous prendre une double dose d’agression pure et non-édulcorée par les bonnes manières.

Ensuite, personne ne peut être un expert universel mais tout le monde peut demander « pourquoi ». Cette simple question doit devenir l’arme la plus mortelle de votre arsenal. N’hésitez jamais à l’utiliser jusqu’à obtenir une réponse cohérente ou un moderne sanglotant en position fœtale.

Enfin, nous sommes vivants, et c’est la seule chose qui compte et dont il faut se souvenir. Après tout, quand rien d’autre ne fonctionne seul un refus de tête de cochon de regarder les faits en face, l’optimisme, nous permettra de traverser tout ça.

Publicités

27 réponses à “Définissons la guerre culturelle

  1. Totalement en accord avec vous. Je donne d’ailleurs ce matin dans mon blog un exemple frappant (et frapadingue!) de ce bourrage de crâne par des « experts » qui font passer leurs délires pour des analyses. Seulement comment pourrions-nous sortir de notre ghetto réacosphérique ? Les médias sont tenus par des derviches tourneurs gauchistes (qui passent de l’un à l’autre quand ils ne travaillent pas pour tous à la fois) et ne laissent aucune place à toute pensée étrangère à leur catéchisme….

  2. « D’abord, ranafout’ de Hollande, et ranafout’ des muzzs. Ils ne sont que des symptômes, pas des causes.  »

    Ho !!! comme je suis d’accord !!!

    D’ailleurs, le fait que le trajet d’Hollande en jet privé n’est soulevé aucune indignation alors que le Fouquet’s de Sarko avait fait couler beaucoup d’encre, est bien la preuve de l’incohérence intellectuelle des médias…

  3. Quand les médias étaient dans l’opposition à Sarkozy, ils nous en ont sorti de belles. Maintenant qu’ils sont dans la majorité hollandiste, on va pouvoir constater qu’ils en avaient gardé en réserve de plus belles encore.
    On peut s’attendre à rigoler.

  4. D’abord, ranafout’ de Hollande, et ranafout’ des muzzs. Ils ne sont que des symptômes, pas des causes.

    Hum, le problème c’est qu’au bout d’un certain temps les effets finissent eux-mêmes par devenir des causes et par aggraver la maladie dont ils n’étaient initialement que des symptômes, mais bon…

    Moi ce qui me frappe plutôt c’est le peu d’efficacité – ou disons la perte d’efficacité – des médias classiques tenus par la gauche. En dépit du matraquage quotidien de la RSC, des chaînes-de-service-public-de-gauche, des journaux, etc. 18% de la population a mal voté et on sent bien que la « lépénisation des esprits » progresse.
    Internet a eu une effet extraordinaire de ce point de vue.
    Non, à mon avis la vraie forteresse de la pensée degoche c’est l’université, et l’éduc naze en général, car c’est là que sont élaborées les idées dont les journaleux, et le peuple degoche en général, finissent par se nourrir.
    Mais là je ne sais pas comment faire.

  5. Assez d’accord avec Aristide (comme souvent, d’ailleurs). Les symptômes d’une maladie ne doivent pas se traiter seuls, mais ils peuvent, seuls, très bien nous tuer… Pensez à la fièvre! Nos zimmigris inaptes sont là parce qu’on est anti-racistes, socialistes, suicidaires, et que les allocs tombent même pour les clandos… mais leur présence contribue à la destruction des capacités de résistance, contribue à la multiplication des lois à la c*n etc. etc.
    Par ailleurs, la main mise de la gauche sur la pensée des français s’estompe. Internet, la « parole raciste qui est libérée », la « lepénisation des esprits »… et surtout le fait qu’on peut mentir mille fois à une personne, une fois à mille personnes, mais pas mille fois à mille personnes… Trop c’est trop et les villages Potemkine commencent à laisser paraître la morbide réalité.

  6. ils nous gavent à la merde avec une batte de cricket enroulée dans des ronces à peu près littéralement.

    Vous devriez la proposer au canard celle-là. Une affaire de tri-latérale peut-être pour la malheureuse crickette victime de la batte.

  7. @ skandal : Essayez d’aller de Tulle à Paris rapidement autrement qu’en jet privé (dont la location a dû coûter 3 – 4000 euros, peut-être moins si c’et dans un package de campagne)
    Si on veut taper sur la vermine rose, il faut taper où ça fait mal.
    Parler de Noah qui brait à gauche mais qui gueule quand on veut lui faire payer des impôts (ça a énervé mon beau frère, de gauche)
    Répéter que la sanspapiérophilie est une arme contre les travailleurs, y compris les immigrés en situation régulière
    Mais c’est dur, parfois, j’ai l’impression d’essayer d’expliquer le maniement d’une brosse à dents à une poule.

  8. pourquoi quoi?

  9. avec des idées qui sentent l’ oeuf pourri vous aurez du mal à sauver le capitalisme

    • @Phd.
      Il n’était pas obliger de rester à Tulle… Pour l’ordinaire c’est le voyage en Jet privé, je suis pour !!!

      Et pour infos, on parle plus de 30.000 ou 40.000 euros la location d’un jet pour une dizaine personnes, que 3.000 ou 4.000…

      @Lucifer
      Le capitalisme se nourris des sans-papiers et des smicards. Le probleme ce n’est pas de sauver le capitalisme, le capitalisme n’a pas besoins d’être sauvé, il a déjà prouvé qu’il marchait mieux que le communisme.
      Ce qu’il faut sauver c’est l’économie Française.
      Le capitalisme va très bien, merci pour lui.

  10. j’en rajoute une couche au sujet du titre: pour faire la guerre vos armes ont l’air bien emoussées et vos zélateurs bien peu cultivés.Vouloir faire de la politique en restant à ce niveau ne vous assurera que la défaite!

  11. A skandal :sous la gaine les vergetures

  12. ta réponse est le signe évident de ton inculture

  13. Ou alors c’est que vous vous exprimez mal…

  14. j ‘en rajoute:Jacquesetienne est un con

    • Alors là, Lucifer, permettez moi de vous contredire : je ne suis pas con du tout. Il faudrait même être complètement con pour penser le contraire. C’est dire !

  15. scandale était une marque de gaines et de bas pour femmes il y a quelques années ……….La chiasse verbale que je lis sur ce blog donne à vomir.et si je m’exprime mal je peux le dire autrement

    • @Lucifer
      Donc c’est de l’inculture que ne pas connaitre les marques de bas et de gaines…

      Désolé Lucifer, mais nous n’avons pas la même conception de la culture.
      Ceci dit, le fait que vous confondiez connaissance des marques de lingeries et culture et en dit très très long sur vous…

  16. C’est bien fait pour vous Skandal, mécréant sans Dieu, vous méritez d’avoir le diable au cul ! La digue la digue ♫

  17. Je sais bien Coach, je suis un inculte et un con de ne pas connaitre toutes les marques lingeries féminines…

  18. C’est rattrapable cher Skandal, le roman de gare peut nous aider exemple :
    « A genoux sur elle, il serra les dents et mis ses mains sur les hanches d’Émilie, pour faire glisser sa petite culotte. Il observa l’étiquette et se sentit plus cultivé … »

  19. J’y penserai… Et pour me cultiver plus vite, je vais aller dans un strip-club, les petites culottes sont à l’air libre et on peut entrapercevoir les étiquettes plus facilement…

  20. La lucifer doit être une sorte de clone de la sinistre Rosa elle. Grande gueule et logorrhée hydrocéphale.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s