Archives mensuelles : août 2012

Les limaces pour l’Europe!

Non ce n’est pas un billet inspiré par Mélenchon.

Respirons et détendons nous.

La criiiiiiiiiiiiiiiiiise bat son plein avec son lot de bataillons de gros chômeurs et de catastrophes sociales, l’Europe déborde de gentils zimmigris qui se reproduisent avec la rapidité entêtée d’une mycose plantaire virulente, la sharia s’impose de fait dans des grandes parties du territoire, l’essstrême drouate reprend du poil de la bête dont le ventre immonde est toujours fécond et ainsi de suite.

Mais rassurez-vous, l’Union Européenne veille au grain… de café ! Sachez donc que si vous utilisez des grains de café pour vous débarrasser de vos limaces surnuméraires, vous pourrez être poursuivi pour infraction aux régulations sur les pesticides.

Alors, content que votre argent soit bien dépensé ? Tant mieux, ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Désolé, mais je n’ai pas mieux pour aujourd’hui.

Publicités

Puisque vous me posez la question

Si vous avez un peu de curiosité envers la psychologie ce nouveau blog à l’air fort prometteur!

Google Groups

Suite à une discussion chez Aristide, j’ai décidé de créer le Google Group "Réacosphère" qui servira à organiser des rencontres entre nous afin de créer la phalange qui pénétrera le ventre de la bête et ainsi de suite sans allez plus loin que nécessaire dans la zoophilie.

Vous pouvez garder l’os dans le nez, mais enlevez le missionnaire de la marmite

Mon cerveau a besoin d’amorces pour fonctionner. S’il est laissé à lui-même sa tendance naturelle est de s’abîmer dans une contemplation molle. Je remercie donc Jacques Etienne dont les réflexions sur le multiculturalisme m’ont fait avoir une de ces fulgurances qui me sont familières et qui s’imposent à moi comme le sol s’impose au condamné à la fin de son vol par catapulte: « en fait, nozélites pensent que le multiculturalisme c’est simplement le costard cravate avec un os dans nez ». En d’autres termes, ils croient que parce qu’on a réussi à civiliser les bretons tout en gardant la galette ou à décrétiniser les savoyards tout en profitant des pistes de ski, et ben il va être facile et naturel de faire pareil avec les anthropophages et autres exciseurs de petites filles. Selon eux, ils vont prendre nos bons côtés et cesser leurs sauvageries tout en nous apportant de la richesse comme un peu de piment pour relever la blanquette.
Ca c’est leur théorie.

Mais il se trouve que la réalité est toute autre et ne se soucie finalement que peu des inepties qui germent dans leurs cerveaux comme les lentilles sur un coton humide parce que profondément enfoncé dans la gorge d’un socialiste auquel on aurait enfin trouvé une utilité.

D’abord parce que pour mettre au pas nos propres sauvages, il en a fallu du temps depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts. Du temps et puis de l’utilisation de méthodes qui seraient regardées aujourd’hui comme digne des HLPSDNH voire même encore un peu plus sombre que ça et en tous cas pas du tout humanistes et donc pas tolérables en 2012 toussa.

Ensuite, parce que nos sauvages à nous avaient quand même à peu près tous le même socle mental sur lequel s’appuyer, ce qui facilite quand même beaucoup la conversation.

Enfin, parce qu’il ne s’agissait pas d’une confrontation pour l’hégémonie culturelle comme c’est le cas désormais mais de l’imposition d’une volonté à une population. C’est quand même pas la même limonade.

Soif d’exil

Qu’on ne se trompe pas. Je ne fais pas partie de ceux qui éructaient que si Normal et son orchestre gagnaient la présidentielle je me lancerais sur les routes de l’exil dès le 7 mai. Seulement, je fais partie de ceux qui aiment la vie d’expatriés pendant un temps, puis qui aiment revenir en France pendant un temps et ainsi de suite. C’est comme ça.

Cet été j’eus une conversation avec une de mes connaissances héros de guerre, fils de héros de guerre, petit-fils de héros de guerre et ainsi de suite. Je dis bien connaissance car si ses médailles forcent mon respect, on ne peut pas dire que notre amour l’un pour l’autre soit de ceux qui soulève des montagnes sur lesquelles se trouvent des cowboys amoureux qui partagent des secrets. Disons que nous ne nous comprenons pas du tout. Nous avons bien des valeurs en commun mais au final pour lui c’est « la Patrie » et pour moi c’est « ma famille ».

Tout ça pour donner un peu de contexte à la conversation qui suit.

«Amiral Woland – C’est devenu dingue, tous les mariages auxquels nous sommes allés cet été avait comme sujet de conversation principal « quand est-ce qu’on se barre de France et où est-ce qu’on va ». Héros de Guerre – Et vous voulez partir vous ?
AW – Bien entendu, et le contexte y est très favorable en plus. HG – Non mais dis-le que si tu veux te barrer de France c’est que pour des histoires de pognon, c’est minable.
AW – Ben non, justement, le pognon joue un rôle aggravant mais ce n’est pas la cause principale. Tu reconnais toi-même qu’on est en phase terminale, trop atteint pour avoir un sursaut salvateur. HG – Pffff, c’est pas mieux ailleurs de toutes façons.
AW – Ben d’abord si, il existe encore des endroits où ce n’est pas encore perdu et ensuite, au moins c’est ailleurs. Je n’ai pas vocation à être un héros. Le seul devoir que je me reconnais est celui de donner à mon fils les même chances que celles que j’ai eues, et il me sera plus facile de les lui offrir dans un pays qui existe encore que dans un pays qui est en train de s’engloutir sans se débattre dans ce qu’il a combattu depuis toujours.
HG – Et ben alors, tu fais quoi pour que ça change toi ?
AW – J’ai fait. J’ai été président de la branche d’un syndicat étudiant de droite dans la plus grande université de France. Ca m’a écœuré et m’a fait me rendre compte que la nouvelle génération ne valait pas mieux que l’ancienne. Ils ont tous des mentalités de statolâtres kleptocrates. Et vu que je n’ai pas une vocation de purificateur politique et que de toutes façons la machette c’est fatiguant et salissant, ben je vais me barrer.
HG – Mais dis-le que c’est pour des raisons de pognon !
AW – Oui mais pas seulement. »

Et ainsi de suite. En fait, lui pense comme Cabrel et ses « murs de poussière » qu’on ne peut pas trouver mieux que « son lopin de terre avec son vieil arbre tordu au milieu », et moi je sais qu’on peut trouver mieux, surtout quand le lopin de terre a été salopé par des tas d’indésirables et que le vieil arbre tordu au milieu a été coupé pour faire du bois de chauffage parce que le gouvernement nous a pris tous le reste, en tous cas pour un temps. Après tout « Les Amériques, c’est chouette pour prendre du carbure, on peut y vivre aussi à la rigueur, mais question de laisser ses os, y’a que la France. »

Aguiche

« – Non mais dis-le que si tu veux te barrer de France c’est que pour des histoires de pognon, c’est minable.

– Ben non, justement, le pognon joue un rôle aggravant mais ce n’est pas la cause principale. Tu reconnais toi-même qu’on est en phase terminale, trop atteint pour avoir un sursaut salvateur.

– Pffff, c’est pas mieux ailleurs de toutes façons. »

Brèves du mardi 28

– Globalement, la victoire des socialistes, c’est comme le monstre de Caerbannog ou la robe à fleurs de Cécile Duflot. Au début ça fait très peur, puis quand on réalise ce que c’est en fait, on se dit que c’est tout mignon, inoffensif et un peu grotesque et finalement on réalise que c’est un piège un peu mortel.

– J’ai décidé d’arrêter de fumer. Pas parce que ce serait mauvais pour la santé ou quelque chose comme ça, je suis immortel, mais parce que je paye déjà assez d’impôts.

– Certains sur le oueb se demandent à quel point c’est-y qu’ils sont multiculs, par exemple ici ou . Je ne vais pas tellement m’attarder sur la question, mais ayant un peu vécu à l’étranger (plus de 10 années sur les 31 que compte ma vie) et voyageant un petit peu (environ 50% de mon temps à la louche) depuis quelques années dans des pays à fort potentiel dépaysant je peux affirmer que tous les stéréotypes nationaux sont vrais. Même s’il est rare qu’un individu les regroupe tous, vous reconnaitrez toujours un allemand, un français, un nigérian et ainsi de suite. Le multicul, c’est de la pignole pour clampins de pays riches qui ne sont jamais sortis de chez eux autrement que pour une dizaine de jours de tourisme. D’ailleurs, comme le disent les expats, la différence entre un touriste et un raciste, c’est environ 15 jours.

– Pour la primaire de l’UMP, vu que tous les candidats semble avoir subi une corpectomie complète, je soutiens de la gélatine sur un bâton qui au moins à un genre de colonne vertébrale.

Le progrès: trop robot pour être vrai

Avis aux clandestins qui naviguent à fond de cale.

J’ai décidé d’ouvrir les commentaires à tous, donc plus besoin d’avoir déjà écrit ou de renseigner nom et e-mail pour pouvoir commenter ici (si la manip a été réussie ce qui n’est pas forcément évident vu mon niveau).

N’en profitez pas pour faire n’importe quoi et évitez quand même les commentaires « anonymes » qui sont toujours pénibles, sinon on retournera en arrière ce qui est rarement pour me déplaire vu que le désir s’accroît quand l’effet se recule.

Brèves du lundi 27

– Donc le Hezbollah a utilisé des millions d’euros pour créer un parc d’attractions servant à mettre en valeur la beauté du martyr au nom de l’islam en général et du zigouillage de juuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifs en particulier. Religion de paix toussa… Je me demande quand même quelle est la quantité de subventions européennes, et donc de mon fric, qui a été utilisée pour ça.

– Est-ce que les gens réalisent qu’ils ont le choix entre la liberté et des trucs gratuits mais qu’ils ne peuvent pas avoir les deux ?

– Donc, comme je m’en doutais, les ampoules à économies d’énergie donnent des cancers de la peau. Encore un cas magnifique où la techno-écologie lutte activement contre l’espèce humaine. Le slogan d’EELV devrait être : « Avec nous, offrez-vous à l’immolation par le grand prêtre Koala de Maman Gaïa, ce ne sera presque pas douloureux ».

– Donc Neil Armstrong semble aller beaucoup moins bien et c’est l’occasion pour tous les théoriciens complotistes de nous ressortir le fait qu’il n’était en fait jamais allé sur la lune, on nous ment et ainsi de suite. Ces gens méritent qu’on les étrangle avec des gants enroulés dans du fil de fer barbelé de rasoir trempé dans du vinaigre. Si vous voulez jouer à trouver le plus joli complot, je peux vous répondre avec la même assurance étayée par la même absence quasi-parfaite de faits et de preuves que vous êtes manipulés par le KGB (Les Koalas Gras du Bide ou quelque chose comme ça).

– En parlant d’Armstrong, je peux enfin dire que j’ai gagné autant de Tour de France que lui! Bisous sur le quadriceps fémoral vaste médial!

Didier Goux est contre Rosaelle, tout contre.

La petite blogowar déclarée entre l’éminent Didier Goux et la… heu… quels mots choisir… Disons la médaille d’or de l’ensuquage de lecteurs déjà légèrement déficients m’amuse beaucoup de par son côté symbolique (donc qui ne flotte pas selon un guide qui m’a fait visiter l’Egypte il y a bien longtemps, mais c’est une autre histoire).

D’un côté, nous avons un bon réac qui se contente de relever des absurdités ne nécessitant aucun commentaire ou presque. Il lui suffit de garder les yeux ouverts et de ne pas lutter contre les évidences ce qui est naturellement devenu pénalement répréhensible.

De l’autre nous avons une vraie moderne, sophistiquée et tout , qui fait des efforts malhabiles sous la forme de billets faisant des kilomètres de long pour bien expliquer à tout le monde que la réalité doit être passée au tamis de la pensée convenable et interprétée à la lumière glauque générée par les feux follets qui apparaissent parfois au-dessus du cimetière de son cerveau où les idées se trainent pour mourir. Il lui faut tordre les faits, les marteler pour leur faire prendre la forme qu’elle désire, même s’ils deviennent par conséquent méconnaissables, car ce qui compte n’est pas le monde mais l’image qu’elle s’en fait et qu’elle nous exhorte à nous en faire.

Donc voilà, c’est pas bien lourd mais ça me distrait bien en attendant que les choses reprennent un rythme normal.