Bref dialogue autour du mariage gay

Extrait d’une conversation qui eut lieu au cours d’une soirée il y a quelques temps.

Amiral Woland : « – Ah ben chiasse, je ne savais pas que c’était une soirée déguisée…

Vieux copain : – Ben non c’est pas déguisé… t’es déjà bourré ? Tu perds vraiment plus de temps dis-donc.

AW : – C’est pas déguisé ? Pourquoi t’es fringué comme ça alors ? T’es à mi-chemin entre l’enfant à l’anté-hypohyse sur-stimulée et l’inverti. On dirait un grand enfant gay… Ou un homo infantile… Il ne te manque que le petit panonceau sur le cul annonçant « garage à louer »… Encore un peu et…

VC : – Ouais bon ça va on a compris. C’est la mode quoi…

AW : – Pfff, être dans le vent est une ambition de feuille morte toussa. C’est à cause de gens comme toi qu’on a perdu la guerre et ainsi de suite. Sinon, vu que tu sembles être au courant, est-ce que tu peux me dire quand les homos se sont mis à ressembler à des bucherons canadiens et les hétéros à des décorateurs d’intérieurs ?

VC : – Tu t’arrêtes vraiment jamais toi… Au fait, tu dois être content que le mariage homo soit sur le point d’être accordé, non ?

AW : – gné ?

VC : – Ben oui, c’est une preuve que l’Occident ne se soumet pas aux diktats de barbares même pas de chez nous qui ne rêvent que de mettre les pédés dans des sacs avec un chat sauvage et de les balancer du haut d’une falaise. On est en mode « on taille notre route et on n’a pas à écouter vos inepties » et ainsi de suite. C’est typiquement le genre de trucs qui te plaisent ça non ?

AW : – T’es vraiment un pervers pour avoir des idées pareilles… Et non, ça ne me plait pas. Ca ne veut pas dire qu’on taille notre route mais que nous sommes perdus au milieu de la jungle avec une machette sans lame et sans manche. Le seul message que ça envoie est « nous n’existons plus, notre corpus idéologique s’est évanoui comme une pré pubère à un concert de Justin Bieber et nous opposerons la même résistance qu’elle en cas d’assaut, venez donc remplir le vaste abîme que nous laissons… ce qui nous ramène d’ailleurs à ta tenue…

VC : – Il te plait vraiment mon petit cul hein. Bon sinon, tu bois quoi ?

AW : – Là tout de suite, je suis au blanc, mais mon verre est plein de vide comme la tête de ceux qui pensent qu’il est urgent de s’occuper d’un sujet dont tout le monde se tape dans le contexte actuel.

VC: – T’es con tu sais…

AW: – Oui je sais, mais au moins moi je n’ai pas été habillé par un pédéraste notoire projetant ses fantasmes, et éventuellement autre chose, sur moi. »

A part ça, tant qu’il nous restera des producteurs de vin blanc de ce calibre, tout ira bien.

Publicités

8 réponses à “Bref dialogue autour du mariage gay

  1. A part ça, tant qu’il nous restera des producteurs de vin blanc de ce calibre, tout ira bien.

    On parle bien du vin, là ? Pas du diamètre de la bouteille ?

  2. Je vous rassure tout de suite : je m’en tiens toujours au sens premier de l’expression « prendre un petit coup de blanc » !

  3. D’ailleurs ce qui est étonnant, c’est à quel point le look tapette est à la mode chez les racailles, qui pourtant, en principe…

    • Tapette, je ne sais pas et pour tout dire je m’en tamponne. En revanche, c’est incroyable le temps qu’ils passent à peaufiner leur look, à la recherche de l’accessoire qui tue, de la paire de Nike vintage, etc. De vraies gonzesses.

  4. Juste histoire de :

    roro,
    Si vous parlez du froc qui arrive sur les genoux, ce ne sont pas les racailles qui s’habille comme des tapettes – pour reprendre le terme-, mais ce sont les tapettes qui s’habillent comme des racailles. Comme quoi mon petit Roro, vous n’en loupez pas une.

    Amiral,
    « AW : – Là tout de suite, je suis au blanc, mais mon verre est plein de vide comme la tête de ceux qui pensent qu’il est urgent de s’occuper d’un sujet dont tout le monde se tape dans le contexte actuel. »

    vous causez comme le gauchiste de base « dans le contexte actuel. » ou la petite phrase magique pour zapper toutes les problématiques sociétales, car dans le contexte…actuel, mon bon monsieur, il est entendu que le pov’con de français, il ne veut que du matériel, qu’il se fout du reste. Vous causez comme un gauchiste donc et vous pensez gauchement, cqfd.

  5. Si vous parlez du froc qui arrive sur les genoux…

    Ben… non.

  6. la machette sans lame ni manche, c’est comme la bite et le couteau mais sans le couteau, non?

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s