Archives quotidiennes : 28 septembre 2012

28 septembre 1962

J’ai découvert Roger Nimier tardivement et par hasard. J’ai été élevé dans une famille de droite « raisonnable » et Nimier ne faisait pas partie des références de mes parents, alors que mon père ne peut citer « Adios » de Kléber Haedens sans avoir la larme à l’œil… allez comprendre.

C’est « Baroque et fatigué » qui fut mon premier contact avec Nimier. A l’époque, je me momifiais doucement dans le désert et je m’occupais en lisant des blogs et en bousillant scrupuleusement mes neurones à grand renfort de vodka frelatée. Comme je ne comprenais pas ce que voulais dire cette formulation, que je trouvais très heureuse au demeurant, je me suis renseigné. C’est là que j’appris l’existence de Nimier ainsi que celle de la blague des hussards.

Alors j’ai lu Nimier. Je ne peux pas dire que j’ai tout aimé, mais force est de reconnaitre que le bougre écrivait sacrément bien et qu’il était d’une intelligence vraiment rare. Et puis le personnage me plait. Ce goût pour le luxe, les jolies filles, la désinvolture et les mauvaises fréquentations en font tout naturellement l’un de nos pères spirituels.

Il est mort le 28 septembre 1962. C’était notre James Dean à nous, moins le fétichisme d’être pris pour un cendrier humain.

Tout cela me file un peu le bourdon donc je m’arrête là et vous laisse avec la citation par laquelle j’ai été happé dans son œuvre.

« Quand les habitants de la planète seront un peu plus difficiles, je me ferai naturaliser humain. En attendant, je préfère rester fasciste, bien que ce soit baroque et fatigant. »