Archives mensuelles : septembre 2012

Tarte au jambon fumé et à l’ail

Aujourd’hui une recette facile d’un grand chef français expatrié chez les bouilleurs de viande, j’ai nommé Pierre Kaufmann. En plus, on peut dire que c’est bon pour la santé parce que c’est plein d’ail ce qui permet d’avoir l’air plus mince parce que les gens vous regardent de plus loin.

Pour 4 malingres ou 2 hommes normaux.

Ingrédients pour la tarte:

3 têtes d’ail
50g de gras de canard
150g de jambon fumé tranché très finement (choisissez celui que vous voulez, mais comme d’habitude, plus les ingrédients sont bons, plus le résultat est bon aussi)
1 cuillère à soupe de persil haché
200ml de lait
2 jaunes (d’œufs, pas d’anisette)
2 tranches de pain de mie rassis et émietté
250g de pâte à flan salé (voir ci-dessous)

Comment faire:

Préchauffer le four à 200. Découper 3 carrés de 10cm de papier alu. Mettre une tête d’ail et un quart du gras de canard au milieu de chaque carré et refermer les papiers d’alu en serrant bien. Mettre le tout dans un plat et enfourner le tout pendant environ 25 minutes pour que ça devienne mou comme le cerveau d’un membre du gouvernement.

Chauffer le reste du gras dans une poêle et frire le jambon environ 10 secondes de chaque côté en ajoutant le persil tout à la fin.

Pour faire l’appareil, mélanger le lait, les jaunes d’œufs et les miettes de pain et assaisonné avec un peu de poivre.

Réserver au frigo.

Étaler la pâte pour obtenir environ 20 cm de diamètre et la placer dans un moule à flan. Enfourner pendant 10 minutes pour précuire la pate.

Après, récupérer votre ail et peler le. Mettre l’ail et le jambon sur la pâte, verser l’appareil à flan et cuire pendant 25 minutes.

Ingrédients pour 500g de pâte à flan salé (oui je sais que vous n’avez besoin que de 250g, ben vous ferez autre chose avec le reste).

250g de farine tamisé
200g de beurre pommade
Une pincée de sel
2 jaunes d’œufs (oui ça vous laisse 4 blancs ostracisés, vous n’avez qu’à faire de la meringue ou une énième lettre à la halde dénonçant cet infâme racisme anti-blanc dont personne ne parle jamais gnagnagna).

Comment faire :

Placer la farine sur le plan de travail et y faire un puits au milieu.

Y mettre tous les autres ingrédients avec 50ml de flotte et mélanger avec vos petits doigts courts et boudinés (si possible avec une seule main, ce qui permet d’en garder une de libre pour répondre au téléphone ou gifler subrepticement un enfant qui passe par là). Une fois que ça a pris de la consistance, malaxer la pâte avec vos poings pour qu’elle devienne bien homogène. Faire une boule, la mettre dans un film plastique et laisser reposer 30 minutes au frigo avant de l’utiliser.

Et voilà !

La stratégie est toujours la même

« Les idées sont plus puissantes que les armes. Nous ne laisserions pas nos ennemis avoir des armes, pourquoi les laisserions nous avoir des idées ? »

Staline

Parlons d’Alexandre Astier mais pas trop

Me voici donc de retour ces longs jours passés au sein de la chaleur moite d’un désert aracrottedebique (applaudissements).

Je suis donc content et comme je suis content je voudrais écrire aujourd’hui de manière positive. Ce qui n’est pas forcément évident puisqu’il toujours plus aisé de trouver de l’inspiration dans les haines recuites que dans les joies simples. Si qualifier ses ennemis n’était pas plus facile que d’écrire des lettres d’amour, bien des antiracistes auraient fait des choix de carrière différents.

Donc du positif… Il faut d’abord trouver un sujet.

Cela pourrait être la joie de retrouver ma femme et mon fils, mais ça n’intéresse personne et Brèves 3.0 n’est pas non plus un blog de gonzesse.

Cela pourrait être l’optimisme absolu qui, vaille que vaille, ne me quitte jamais parce que je sais que rien n’est jamais foutu puisque rien n’est jamais gagné. Nous naviguons toujours entre quart de victoires et semi défaites mais rien n’est irrémédiable et pour le moment les bases tiennent encore bon. En plus, vu que les progressistes de tous poils parquent de plus en plus de gens dans la catégorie « ignoble raciste », on peut les croire et légitimement penser que la société française est sur de bons rails. Mais ça me demanderait plus d’énergie que ne m’en ont laissé mes quelques heures de sommeil induit par une consommation frénétique de produits éthyliques en atmosphère raréfiée.

Alors je vais faire dans la facilité. Je vais dire du bien d’un mec connu. Comme ça, ça pourra s’écharper dans les commentaires ce qui est toujours distrayant quand on arrive de toute façon pas à se concentrer.

Donc j’aime beaucoup Alexandre Astier, ou en tous cas le personnage public Alexandre Astier. Je trouve que ce type ne cède pas à la facilité, suffit de voir son dernier spectacle sur Bach. Il fait des efforts, il essaie de tirer vers le haut au lieu de chercher le plus petit dénominateur commun. Alors oui, il est sans doute un peu de gauche, mais je veux bien le lui pardonner parce qu’il n’est pas médiocre et que c’est déjà énorme.

Voilà, je retourne à mon semi-coma en attendant de pouvoir aller récupérer mon fils et de retrouver ma femme, ce qui est en fait le seul truc que j’ai envie de faire là tout de suite.

Lettre ouverte à un être innommable

Gigantesque connasse,

Oui c’est bien à toi que je parle, je sais que tu te reconnais. Tu pleurniches partout parce que tu nous trouves violent. Je peux t’assurer que tu n’avais encore rien vu.

Tu n’es pas foutu de lire un texte simple et par conséquent tu as cru que je m’installais à Abu Dhabi alors que je n’y suis que pour un voyage d’affaires.

Tu n’as pas la moindre culture et par conséquent tu crois qu’une citation de Churchill est un appel à la violence alors que c’est une simple constatation de notre dénuement.

Alors tu te concoctes des petits fantasmes de délation, te prenant pour une espèce de Serge Klarsfeld en burqa alors que tu ne sais rien de rien.

En fait, tu es tellement débile que je suis surpris que tu sois encore en vie. Normalement les gens comme toi meurent en essayant d’ouvrir une boite de conserve ou un autre truc du même style.

Heureusement, sale charogne, tu es plus répugnante que réellement dangereuse. Tu es comme un morceau de Hákarl en encore plus
dégueulasse, comme une Julie Andrews nazie mais en très très moche et nettement plus nunuche.

Quand j’ai été averti de tes manigances, ma première réaction a été de vouloir te tomber dessus tellement fort qu’il aurait fallu des inspecteurs de crash aérien pour retrouver tous tes morceaux. Une juste punition selon moi aurait été de trouver l’équivalent virtuel de t’envoyer te faire tasser du sel dans le trou de balle avec un gros mortier, de te proposer de t’arracher la tête et de te chier dans le cou ou, encore mieux, de t’arracher la peau, de l’enfiler et d’aller à l’anniversaire de ta mère pour frotter ta raie contre sa jambe tout en sifflotant le putain de Horst-Wessel-Lied.

Comme tu peux le voir, petit tas de merde insignifiant, j’étais un peu en colère.

Mais j’ai préféré me laisser un peu de temps.

Et j’ai réalisé qu’en fait, pour moi, tu te situes entre les peaux mortes humaines qui composent la majeure partie de la poussière dans les maisons et les saletés qui se coincent entre les touches d’un clavier d’ordinateur.

Tu es comme un rat particulièrement immonde qu’on aurait mis dans un labyrinthe après lui avoir touillé le cortex moteur avec un crayon à papier, toute perdue.

Alors va chier. Retourne donc jouer avec ton thé à la menthe, tes loukoums et tes bites de poney, lubrifiées ou pas. C’est ton problème.

Je lâche un vent dans ta direction générale et je te pisse à la raie truie moisie.

Bien entendu, je ne te salue pas hein, sac à diarrhée.

La réaction de la rue arabe est-elle un rêve mouillé de statolâtre?

Quand je vois la mollesse de la réaction des gouvernants occidentaux à ce qui est une agression caractérisée contre la liberté d’expression alors que c’est un des principes fondamentaux de nos sociétés, je me dis qu’en fait ça doit leur plaire.

En effet, nos chères élites sont toujours gênées aux entournures quand la population dit et pense ce qu’elle veut. Par conséquent, la rage ahurissante des islamistes envers tout et n’importe quoi, du packaging de glaces aux caricatures en passant par les ours en peluche est du pain béni pour qui veut empêcher les gens de dire ce qu’ils pensent et les déresponsabiliser au passage. L’état me fait penser à ces crevures qui battent leurs femmes en leur expliquant que c’est pour leur bien, que c’est parce qu’ils les aiments qu’ils sont obligés de faire ça…

Je ne vois aucune autre raison pouvant expliquer pourquoi les gouvernements condamnent tous l’usage de la liberté d’expression quand des trois quarts attardés mentaux se roulent par terre avec la bave aux lèvres en proférant des menaces contre l’Occident tout en s’entretuant.

Enfin si, il existe une autre raison. Peut-être a-t-on oublié de leur fournir une paire de couilles en état de marche.

Pourquoi les chiffres du chômage ne servent à rien

Laissons un peu de côté les menaces immédiates pour nous concentrer sur celles qui auront notre peau à coups sûr d’ici quelques temps, même si elles sont liées comme certaines blessures qui déclenchent des cancers mortels.

Pour une fois, je vais écrire sur l’économie. Ca ne m’arrive pas souvent car ce n’est sans doute pas la matière que je maîtrise le mieux (comme si tu maitrisais quoi que ce soit me souffle le clavier de l’ordinateur) mais justement, ça va me forcer à me renseigner un peu et à apprendre de nouvelles choses. Joie !

Donc mon sujet du jour est le rapport entre la population totale et le ratio de dépendance. Parce que, voyez-vous, les chiffres bruts du chômage ne veulent en fait pas dire grand-chose vu que d’une part ils sont aussi crédibles et réels que l’excitation d’une animatrice de téléphone rose et que, d’autre part, ils ne prennent de toutes façons pas en compte ceux qui ne sont pas dans les fichiers parce qu’ils ont tout simplement abandonné, ou n’ont jamais eu, l’idée de trouver du boulot. Les chiffres du chômage composent un indicateur faussé et qui de toutes façons n’est pas contextualisé donc peut-être instantanément oublié par M. Bitru qui les entend entre la poire et le fromage.

Pour simplifier, nous sommes dans une merde noire. Pour des raisons démographiques, nos aînés n’ont pas assez démoulés de ch’tis nenfants, et politiques, nous faisons rentrer des assistés par paquets comme un KFC qui ouvrent ses porte à des gros un soir de ramadan, notre ratio entre population active et population dépendante ne cesse d’augmenter. En d’autres termes, y’a un gus qui bosse, nourrit sa famille et paye des impôts contre environ 1,5 autre qui se branle dans ses rideaux, tape dans son frigo et lui rapporte sa bagnole avec le réservoir vide après l’avoir empruntée. 1 travailleur soutient 2,5 personnes (en comptant le travailleur dans les 2,5 bien entendu).

Cela va bien entendu s’aggraver si nous continuons sur le même chemin et dans quelques années nous serons à 1 pour 3. C’est prévu. C’est la dure réalité des mathématiques.

Alors forcément, les esclaves qui triment vont finir par en avoir plein le cul et vont baisser les bras ou se barrer vers un endroit où ils seront un chouïa moins spoliés. Ce qui ne va évidemment pas arranger le problème.

Alors quelles solutions à part mettre en marche les catapultes à assistés et liquider, heu pardon ; je voulais dire offrir une mort digne aux vieux ?

Ben c’est là que ça devient technique. En gros, je préconise, pour commencer, de favoriser la reproduction des familles dont l’héritage culturel comprend le fait de bosser pour se payer des trucs, de couper les aides à ceux qui sont en bonne santé et en âge de bosser mais qui restent assis sur leur cul toute la journée à dépenser mon bel argent en produits superfétatoires à leur bonheur, et enfin de bien entendu autorisé les gens à bosser et à être récompensés pour ça.

Qui aurait cru que la dure réalité des maths devait dicter la politique d’un état pour éviter la banqueroute… ?

Et pendant ce temps, les chinois récoltent des organes

Nos amis islamistes sont rigolos et c’est pour ça qu’ils accaparent un peu notre attention, mais de temps en temps il ne faut quand même pas oublier que les communistes sont aussi des ignobles certifiés qui ont en plus l’avantage maléfique d’être bien organisés. En effet, eux ils ne s’entretuent pas de rage à chaque fois que les petites voix dans leurs têtes leurs suggèrent que quelqu’un a regardé de travers la fumée s’élevant d’un tas de purin en formant des arabesques pouvant très vaguement ressembler à quelques mots d’un verset.

Les communistes chinois eux sont rationnels et froids comme des lames. C’est sans doute pour ça qu’ils ont mis en place un système rationnalisé de collecte d’organes sur donneurs encore vivants et modérément anesthésiés.

Apparemment, ils ont commencé dans les années 80 avec les condamnés à mort et puis maintenant c’est devenu une opération industrielle. Encore un grand bond en avant. Parce que c’est aussi ça le vrai matérialisme, considérer que les hommes ne sont jamais que des tas de chairs en décompositions et que l’on peut les élever comme du bétail et pour les mêmes fins.

Allez lire ça si vous en avez le courage et surtout n’oubliez pas qu’il y a encore dans ce qu’il reste de la France des gens assez odieux pour se dire communiste et des éclaboussures de vomi capables de voter pour eux.

Interrogations du mardi 18

– Peillon veut résoudre la violence scolaire en rajoutant des « adultes ». Sans même parler du niveau des gens qui vont postuler pour de tels postes, est-il si difficile de comprendre que, même si on rajoute 1000 « adultes » derrière chaque délinquant en puissance, tant qu’ils n’auront aucun pouvoir de sanctions réelles cela ne changera rien à part coûter toujours plus cher à ceux qui payent des impôts ?

– Un avortement est-il autre chose qu’un sacrifice fait sur l’autel que l’on se dédie à soi-même ?

– Avez-vous remarquez qu’il est dans l’air du temps que, quand des membres d’un groupe se comportent comme des gros enfoirés, il se trouve toujours des gens extérieurs à ce groupe pour expliquer que les salopards en question ne font en fait pas partie du groupe ? C’est valable pour les hooligans supporters de foutebale, pour les terroristes musulmans, pour les banquiers pourris, pour les socialistes intelligents etc. C’est pratique car ça évite d’avoir à se poser des questions sur la nature du groupe en question, mais je ne sais pas si cette politique de l’autruche a d’autres effets que celui de pondre de gros œufs pourris.

– On nous serine que nous sommes tous des gros islamophobes dégueulasses et mal coiffés, même si nous ne nous en rendons pas compte, alors que les musulmans ne sont que tolérance soyeuse comme une barbe de nourrisson innocent. Cependant, il n’y a jamais eu autant de musulmans en Europe, et jamais aussi peu de chrétiens au Moyen-Orient. Etonnant non ?

– Est-ce que le koala chie dans l’eucalyptus et se torche le cul avec un perroquet ?

– Quel est le bois le plus approprié à la construction de catapultes ?

– Je suis presque à 900 billets sur ce blog, ne serait-il pas temps de cesser et de me consacrer à ma vraie passion qui est de m’arsouiller sauvagement pour oublier que demain arrive ?

– Vaut-il mieux acheter le kindle fire ou l’ipad ?

Versets sataniques et innocence des musulmans

En 1989 j’avais 7 ans, je vivais à Londres et je me souviens très bien du grand bazar généré par la fatwa lancé par Khomeini (qui d’autre pense systématiquement « j’ai cru voir un gros minet » en entendant ce nom ?) contre Rushdie pour ses fameux « Versets Sataniques ». Je me souviens aussi que Rushdie était un opposant farouche de Thatcher mais que ça n’avait pas empêché celle-ci d’instantanément envoyer l’ayatollah se faire foutre et de faire assurer la protection de Rushdie.

En 2012 j’ai 31 ans et un type aux Etats-Unis fait un film presque aussi mauvais que l’était le bouquin de Rushdie. Obama et les journalistes adoptent la position inverse de celle de Thatcher et regardent s’ils ne pourraient pas un peu envoyer le responsable du film en prison, contre tous leurs principes, pour calmer les amoureux de la paix qui saccagent les ambassades.

Je constate qu’entre ces deux évènements, la position de Thatcher ne semble pas avoir spécialement nui aux intérêts du Royaume-Uni dans cette région du monde où on aime montrer sa tolérance en cramant ce qui ne plait pas.

Je constate qu’Obama nous avait expliqué qu’il réconcilierait les Etats-Unis et le monde musulman en lui faisant plein de bisous et des gentils câlins et que ça a totalement et absolument échoué.

Les temps changent et les joyeuses changent de mains. Personne n’y gagnera.

Qui a besoin de se faire ausculter les boyaux de la tête ?

Un début de réponse ici.

N’hésitez pas à commenter, ça fait toujours plaisir aux blogueurs qui débutent et vous pourriez même apprendre un ou deux trucs au passage.