Sois sage, ô ma haine

Parfois des lecteurs et néanmoins amis me disent que ma haine va finir par me consumer. Je leur réponds que d’abord elle me tient chaud, mais ça c’est juste pour les énerver, et qu’ensuite je ne me sens pas du tout rempli de haine. J’ai simplement l’impression de décrire une réalité poisseuse dans laquelle nous sommes en train de crever comme une mouche prise dans une Nepenthes mixta. Seulement, le cuir de nos contemporains modernes est devenu tellement fin que pour eux, tout est au bord du racisme haineux. L’esprit du temps est fait du plastique le plus fragile et opaque.

Croyez bien que je préfèrerais mille fois parler de recettes de cuisine qui ont pour effet que Dukan se roule en position fœtale et sanglote doucement en attendant la mort, ou de pinard comme cet excellent Côtes du Jura « les Varrons » que je me suis envoyé hier soir, ou encore de bouquins américains obscurs. Oui mais voilà, je me sens contraint de manifester la répugnance que j’ai à disparaitre au profit de gens qui veulent importer dans ma maison des pratiques ignobles consistant à pisser dans la cheminé, à se torcher en se frottant le cul contre les lambris et à se chauffer en faisant cramer le mobilier Napoléon III au milieu du salon.

On me demande d’être bien gentil et de m’adapter, comme s’il était possible de s’adapter à un bras couvert d’un gant d’orties enfoncé jusqu’à l’épaule dans le troufignon. Moi encore, je risque de trouver ça simplement inconfortable mais au moins j’aurais connu des petits morceaux de monde d’avant et ça me soulagera. Le petit mousse quant à lui risque simplement d’être transformé en marionnette à gaine, ce que je refuse purement et simplement. Je l’ai déjà dit, mais je le répète, je ne tolère pas que le Petit Mousse reçoive en héritage un pays où il serait un étranger de par sa nature même d’héritier de ce dit pays. Le simple fait d’être un petit blanc catholique ne devrait pas le transformer en cible humaine vers laquelle seraient lancées un million de fléchettes faites de merde de chameau.

Je n’ai pas de haine, juste un très fort instinct de protection, une batterie de catapulte et un optimisme permanent. Nous ne sommes pas encore morts et il nous appartient de rester en vie.

Advertisements

9 réponses à “Sois sage, ô ma haine

  1. Si on m’apprenait que je suis dans l’obligation de céder ma maison, construite par mes ancêtres, à des personnes provenant de l’autre bout du monde, qui, non seulement ne feront rien pour l’entretenir, mais la réduiront en ruine après m’en avoir chassé, oui, alors oui, moi j’aurais la haine.

    Et le pire, c’est que l’on me le reprocherait.

    Quant à nos enfants et petits-enfants, eux, ils nous haïront pour notre inaction et notre lâcheté.

    La haine sera au rendez-vous, quoi qu’il arrive.

  2. Même en étant optimiste, on persiste à penser que ça va être très dur pour le petit mousse qui ne pourra même pas compter sur ses copains acquis à la diversophilie (syndrome de Stockholm ou esprit de Munich?)

  3.  » Il nous appartient de rester en vie « … Pour combien de temps ?

  4. Ouais, l’ambiance est morose.

  5. Texte parfait.
    Oui, c est pour les petits mousses qu il faut se battre…. mais j ai peur que ce soient eux qui se battent – avec des armes – dans qq années.

  6. j’adhère. Le problème c’est que pour en dire plus, soit il faut être divers, soit écrire à l’encre sympathique. Divers n’en parlons même pas mes parents m’ont fait blanc et l’encre invisible, sur internet, ce n’est pas commode.
    Au passage un grand merci à MM Gayssot, le bien nommé, Fabius et une andouille de gaulliste des années 60 dont le nom m’échappe.

  7. Vous avez mille fois raison mais, à part rouspéter, il faut bien reconnaître que nous ne faisons rien.
    Remarquez, rouspéter c’est déja mieux que rien, seulement l’ennemi
    s’en fout comme de l’an quarante avant le Prophète.

  8. Je me reconnais totalement dans votre billet , moi cette haine me détruira ,à coup sûr, sauf qu’ à mon âge, ce ne sera pas une perte ! Mon mousse, lui , est quadra, chef de famille,l vit et travaille à l’étranger; Mais ça ne veut pas dire que les petits-mousses seront sauvés pour autant… C’est pourquoi , moi aussi, je ne veux être ni gentil ,ni m’adapter . Donc, vive la haine !

  9. oui, enfin, bon le Napoléon III, c’est moche, donc c’est pas grave. C’est trop bourgeois, s’tu veux.
    (mode bobo off)

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s