Tu vas consentir oui?

Moi j’aime pas bien quand un gouvernement fait semblant de me « demander » un effort.

Ca me donne vraiment l’impression d’être pris pour un gros débile. En effet, le gouvernement ne me demande rien du tout, il m’ordonne, il exige que je lui donne ma bourse ou ma vie. Quand quelqu’un me « demande » quelque chose, en particulier des brouzoufs, j’ai normalement le droit de l’envoyer se déchirer le scrotum sur un lit de roses. Quand l’Etat me « demande » mes sous, c’est avec l’appui de menottes, de bâtons, de flingues et de menaces très réelles et sérieuses de prison.

Le « consentement à l’impôt » est une vaste blague et un bel exemple de détournement de la langue dont les zélites sont si coutumières au moins depuis les « évènements d’Algérie ». Cette répugnance à appeler un chat un chat est tout à fait symptomatique d’une grande confusion mentale ou du fait qu’ils nous prennent vraiment pour des gigantesques crétins. Une fois encore, je pense que c’est essentiellement dû au fait que nos gouvernants sont à 3km de leurs pompes et qu’ils n’ont plus le moindre contact avec la réalité.

Ils fonctionnent en vase clos et ont érigé le népotisme comme l’alpha et l’omega de leur caste pour bien se préserver de ne jamais avoir à rencontrer un de ces gros ploucs qu’ils doivent gérer comme du bétail qui ne sait évidemment pas ce qui est bon pour lui et les rendent dyspeptiques. C’est un niveau de pistonnage atteint uniquement par certains travelos engagés dans des gang-bangs carcéraux particulièrement vicieux et brutaux.

Face à ça, le bon peuple se révolte ou il crève comme les poules qui sont tellement habituées à leur bouillie industrielle qu’elles ne savent plus manger de grains (d’ailleurs si cette anecdote dit quelque chose à quelqu’un, je veux bien qu’il m’en cite l’origine qui m’échappe présentement comme on dit au 20h de Télé Gabon).

Publicités

12 réponses à “Tu vas consentir oui?

  1. Vous n’aimez pas bien ?
    Bin moi, je vais être radicale et je vais dire que je n’aime pas du tout. Mais pas du tout alors.

  2. Au Gabon je ne sais pas, mais au Bénin on dit que le gwain de maïs a toujouws towt devant la poule. Il n’y a pas de wappowt bien sûw mais comme j’ai vu écwit gwains, maïs et poule, il m’est wemonté des wéminiscence.

  3. « Quand l’Etat me « demande » mes sous, c’est avec l’appui de menottes, de bâtons, de flingues… » – si encore l’État était une belle jeune femme réac à fort poitrine et à cheveux bruns coupés court, et qu’en plus de vos sous elle vous demandait de lui faire des choses pas très nettes !… ça me fait d’ailleurs penser que si tout ça a lieu, c’est que la majorité du populo voit encore dans l’Etat une espèce de belle nana qui en échange de son « consentement » va lui apporter plein de plaisir… quand il n’y voit pas sa maman. Si encore c’était du masochisme… mais même pas, les gens croient que leur fric sera mieux utilisé par l’Etat que par eux. Bande de glands.

    • Bah oui, Bastiat l’avait déjà repéré, l’Etat est une fiction (couteuse, très couteuse, et liberticide en rab’) à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde.
      Au moins 90% des électeurs du fromage périmé (et bien 80%, au bas mot des votants pour les autres clowns statolâtres de la dernière comédie électorale) sont convaincus d’être bénéficiaires nets du système. Alors qu’une part bien plus faible (bien moins de la moitié de la population) que ça était réellement bénéficiaire et que ça ne marchait que grâce à la dette, ce gros Ponzi permettant de refourguer au descendants qu’on n’a pas assez la charge de financer notre décadence.
      Ils se font voler comme au coin du bois, mais ils y consentent, et en veulent toujours plus, parcequ’ils croient que les autres (les méchants, les riches) se font plus voler encore. Ils acceptent de prendre quelque coups de cravache sur les roubignoles dans cette grande boite SM par les dominatrix de Bercy, parce qu’ils croient que ça fait bisquer mémé (alors qu’elle est dans le backroom d’à coté, stupid !)

  4. A force de trop consentir, on va se sentir con.

    Moi j’dis.

  5. Pingback: Amiral, au rapport | No One Is Innocent…

  6. Oui, enfin ces histoires de disques durs suisses c’est amusant, mais il y a plus grave : 35 % des joueurs de curling en ignorent les règles.

    http://www.legorafi.fr/2012/10/05/35-des-pratiquants-de-curling-disent-en-ignorer-les-regles-3/

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s