Brèves du vendredi 26

– Je regrette vraiment de ne pas avoir fait une capture d’écran de la blogroll de Nicolas l’autre jour. On pouvait y voir toute l’originalité et l’indépendance des blogueurs de gauche qui ont à peu près tous émis le même billet à peu près au même moment. C’était d’une grande cocasserie. Surtout quand on sait que le thème de leurs billets était qu’ils ne voulaient plus jouer avec e-buzzing parce que Pierre Chappaz est trop un vilain. Je suis sûr qu’avec un peu d’entrainement on devrait réussir à leur faire faire de jolies chorégraphies comme en Corée du Nord.

– J’aimerais bien que quelqu’un me raconte comment s’est passé le débat entre Copé et Fillon, mais comme personne ne l’a regardé, ce n’est pas facile.

– Je ne me souviens jamais, ce week-end c’est la fête où ils égorgent un mouton dans une baignoire ou celle où ils lui font prendre un bain avant de l’emmener à un dîner aux chandelles en espérant avoir droit à une petite gâterie sur le chemin du retour à la bergerie ?

– Je pense que ça vaudrait le coup de remplacer tous les membres du gouvernement par des singes gâteux pendant une semaine pour voir si c’est mieux ou pire. L’empirisme a souvent donné de bons résultats par le passé.

– Allez lire mon édito chez Médiavox. Je trouve que ça manque d’inspiration, oui je sais je n’ai qu’à rajouter des virgules, mais ça à l’air de plaire. Et puis financez leurs reportages aussi, comme ça ils finiront peut-être par me donner des Sioux et comme ça je pourrais recommencer à jouer aux cow-boys et aux indiens avec de vrais peaux rouges plutôt que de devoir délocaliser cette activité à Madras.

Publicités

13 réponses à “Brèves du vendredi 26

  1. Dans le Parisien, interview d’un sacrificateur, qui travaille dans un abattoir temporaire installé dans un élevage : il égorge 45 moutons à l’heure. Il dit « bismillah » et « allah ouakbar » avant, mais il refuse de prononcer le nom du client qui a réservé le mouton, car cela ferait perdre trop de temps.

    C’est un amateur. Il fait ça pour rendre service aux musulmans. Le reste du temps, il est intérimaire dans une fonderie.

    Les deux employés de l’élevage, qui ont des prénoms français, sont admiratifs : il est le seul à officier pendant l’Aïd, ça demande une grande force physique.

    Sur la photo illustrant l’article, on voit un client venu choisir son mouton, en compagnie de son petit garçon.

  2. Juste un truc, puisque je suis cité : pourquoi parler « d’indépendance des blogs de gauche » ? C’est un truc qui a été décidé collectivement, certes, mais personne n’a été obligé d’y participer, il n’y a même pas la moitié des leftblogs à avoir publier le truc.

    Le but du jeu était de faire du bruit, tant pis si ça rend merdique ma blogroll pendant deux ou trois heures (les autres auraient du faire comme moi et publier un billet cinq minutes après) et tant pis si la seule application à faire de la veille grand public sur les blogs (un des service d’Ebuzzing) a l’air un peu con pendant quelques temps…

  3. Robert, donc c’est la fête où ils les égorgent. Merci.

    Nicolas, je parle d’indépendance parce que j’imagine bien comment certains ont du se monter le bourrichon et d’autres, sans doute la majorité, suivre pour faire partie de la bande.

    • Oui et non. Il y a effectivement des meneurs et des suivistes mais arrêtez de voir le mal partout et d’imaginer des cellules de gauchistes.

      Tout d’abord, à partir du moment où j’ai décidé de partir, quand Pierre Chappaz m’a personnellement mis en cause dans un billet après m’avoir presque accusé d’avoir ordonné aux leftblogs de lui taper dessus dans l’histoire des pigeons, je suis parti… La plupart des autres m’ont suivi par solidarité (ce qui n’est pas réellement du suivisme). La tribune commune n’est qu’annexe et je vous expliquerai pourquoi devant un verre de vin blanc ou une bière, je ne suis pas sectaire.

  4. Rien n’empêche d’égorger le mouton après qu’il vous ait fait un gâterie.
    Pour les femmes il me semble qu’ils pratiquent plutôt la lapidation. Sinon ce serait monotone.

  5. Robert, donc c’est la fête où ils les égorgent.

    C’est plus compliqué que ça, comme dirait un gauchiste. Ils les caressent avant. Enfin, c’est ce que dit le sacrificateur qui est en photo dans le Parisien. Tirez-en les conclusions que vous voulez.

  6. Ah oui, et bien sûr les moutons ne souffrent pas. C’est comme quand vous vous coupez un doigt : la douleur ne vient pas tout de suite. Or, le mouton tombe tout de suite dans le coma, car la lame est très effilée et il saigne beaucoup.

    Voilà ce que vous explique le monsieur interviewé dans le journal.

    Je suppose que c’est ce qu’on appelle la science musulmane.

  7. Le monsieur interviewé dans le journal dit aussi que Brigitte Bardot parle de ce qu’elle ne connaît pas. Il dit qu’elle devrait venir le voir égorger ses bêtes pour se rendre compte.

    Toujours cette propension des musulmans à vouloir faire souffrir les vieillards français. Toujours cette cruauté mentale, ce raffinement dans les tortures que l’on rêve d’infliger. Toujours ce mépris des femmes, cette volonté de les tourmenter de toutes les manières imaginables.

    Inviter une veille dame à voir des moutons se faire égorger en série et à la main à même le sol, à raison de 45 par heure… Il faut vraiment être musulman pour oser imaginer une chose pareille, et encore plus pour avoir le culot de l’énoncer.

    • En plus, qui nous dit que BB ne s’est pas mis à s’intéresser à la physique quantique ou à la poétique léopardienne sur ses vieux jours, et qu’elle a pas que ça à faire que de voir des muzz crasseux en train de torturer des animaux ??? non mais merde c’est vrai quoi. Y font chier à nous tirer vers le bas.

  8. Bah si, moi j’ai regardé d’un neurone distrait le débat Copé-Fillon.

    Je vous résume :

    – « Je suis d’accord avec Jean-François. »
    – « Je suis d’accord avec François. »

    Voilà.

    Ah oui, et pis FOG est toujours très euphorique.

    Je crois que c’est tout.

  9. Oui mais Mediavox, vous vous fendez d’un commentaire et ils vous le sucrent au motif que c’est hors sujet ou dérangeant.
    Alors, moi, je n’y vais plus.
    Désolé.

  10. Grâce à l’Aïd, il y a un cessez-le-feu en Syrie pour permettre aux bons musulmans d’égorger leur mouton tranquillement. Dès demain, ils recommenceront à égorger leurs compatriotes.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s