Archives quotidiennes : 7 novembre 2012

Brèves rabiques et phobiques du mercredi 7

– J’aimerais me remonter le moral de manière vraiment ignoble. Mon idée nécessite 2 clochards, 12 pitbulls, des chaînes de motos, une matraque en caoutchouc, un placard et de la cocaïne.

– Si je branche un koala sur le secteur est-ce que ça suffit pour avoir un koala électrique ou est-ce que c’est plus compliqué que ça ?

– « Vous avez l’air fatigué. Vous devriez prendre le train ». C’est fou comme on oublie tout ce que la SNCF doit à l’oncle Adolf en termes de slogan publicitaire.

– En parlant de l’oncle Adolf d’ailleurs, ça m’amuse beaucoup en ce moment de dire au Petit Mousse « tu sens mauvais, hop ! A la douche ! »

– Entendu à la radio l’autre jour : « l’islamophobie n’est pas une opinion mais un délit ». Ça mérite un billet complet mais en attendant est-ce que quelqu’un pourrait me dire si ça englobe la pogonophobie et la vestiophobie ? En tous cas ce qui est sûr ce que l’optophobie doit donc être récompensée par les pouvoirs publics.

– Mon but dans la vie est de rendre tous ces traîtres ignobles et visqueux catapultophobes. Qu’ils fassent liquide dans leurs futals rien qu’en entendant les roues de ma machine grincer, voilà un but moral et sain.

Réélection de l’Obamessie

Donc Obama a gagné. C’est très triste. Cela signifie que les américains ont décidé de jeter par-dessus bord ce qui les rendait exceptionnel en échange de trucs gratuits.

La majorité des électeurs américains ne veulent plus être vu, ni se voir, comme des blancs riches. Ils préfèrent être des métisses appauvrissant leurs arrière-arrière-petits-enfants.

Je ne sais pas ce qu’aurait fait Romney, mais je sais que le seul plan d’Obama est de continuer à dépenser toujours plus quitte à faire tomber les Etats-Unis et le monde de la falaise fiscale.

La cité sur la colline ne sera bientôt plus qu’une hutte en bouse sur un monticule.

Le monde su Petit Mousse sera, c’est de plus en plus certain, fort différent du mien.

Et puis surtout, surtout, il va falloir supporter les faces de fruits confits des abrutis qui vont célébrer ça comme une grande victoire du monde d’après les races toussa.

Je ne m’attendais pas à ça, je pensais être suffisamment détaché, mais je dois avouer que j’ai comme un petit coup de mou ce matin.