Femen et Civitas: Hadouken!

Donc des mochetés à oilou des Femen ont cherché la merde pendant la manif du 18 novembre organisée par Civitas et elles l’ont trouvée.

Dans l’absolu je m’en tamponne vraiment le coquillard avec des fanes de radis, cependant je dois bien reconnaitre que je suis atterré par la finesse du cuir et le manque de formation des gens de Civitas. Quand on veut faire passer un message et, au passage, démontrer qu’on n’est pas la caricature que l’on fait de nous, ça ne peut pas être une bonne idée de savater des gonzesses, même vilaines, devant les caméras de tout le pays. Sauf si c’est pour des raisons esthétiques, mais je ne crois pas que ce soit le cas en l’occurrence.

Il faut arrêter de se vexer comme des grosses dindes à la moindre occasion, il faut apprendre à recevoir des coups avec le sourire de celui qui sait ce qui vient, ne pas leur laisser la moindre chose à laquelle s’accrocher pour les faire tomber dans le vide absolu auquel elles appartiennent de toute façon.

Alors oui je sais, ce sont elles les méchantes, et la presse ben elle n’est pas gentille non plus. Raison de plus pour ne pas chier dans la colle à la moindre occasion et ne pas se comporter comme le premier musulman venu à qui on annonce que Paris Hilton vient d’ouvrir un magasin à la Mecque.

Publicités

29 réponses à “Femen et Civitas: Hadouken!

  1. Va falloir mettre les bouchées doubles à l’entrainement, parce que c’est loin d’être convaincant les « filles »… http://www.youtube.com/watch?v=Z0fDSgEmYus

  2. Il m’a semblé voir des enfants au début du cortège. Se diriger de façon aussi agressive, extincteurs en mains dans la direction de familles qui défilent tranquillement… C’était une provocation physique… Mauvaise pioche.
    Elle ne pensait pas mais nous n’aimons pas cette façon de « contre manifester » en pénétrant dans un cortège dans lequel il y avait de nombreuses familles.
    Dans ces conditions, botter un ou deux cul de vache femen ne me parait pas si grave pour la caricature qui de toute façon aurait été faite des manifestants.

  3. J’étais dans la manif de Dimanche et pour autant, je partage completement le point de vue de L’Amiral. Il avait d’ailleurs déjà évoqué un point de vue similaire en regrettant que les manifs contre les pièces de théatre christianophobes il y a quelques mois manquaient réellement d’humour et ouvraient des boulevards à nos opposants toujours prêts à nous caricaturer.
    Il y a aussi quelques culs à botter du coté de notre service d’ordre et nous pourrions par exemple nous inspirer de ce qui a été fait par quelques jeunes identitaires il y a quelques semaines à Poitiers: un buzz efficace et sans violence. Sans ‘nocence’ comme dirait M. Goux. Celà montre que nos jeunes à l’épiderme sensible peuvent également bien faire …

  4. Je suis une force du Passé,
    A la tradition seule va mon amour.
    Je viens des ruines, des églises
    des retables, des bourgs
    abandonnés sur les Apennins ou les Préalpes,
    là où ont vécu mes frères.

    Pier Paolo Pasolini, Poésie en forme de rose, 1964. (Extrait)

  5. Hallebardier : l’idéal aurait été que ces mêmes familles avec gamins aspergés de gaz se précipitent déposer une main courante dans le premier commissariat venu : il faut être aussi emmerdant et pointilleux que ces… dames. Quitte à être martyrs, autant l’être jusqu’au bout dans le témoignage et ses suites!

  6. Nous voulons un Paradis difficile, dressé, implacable. Un Paradis où l’on ne se repose jamais et qui ait dans l’embrasure des portes des anges avec des épées.

    José Antonio Primo De Rivera, 19 mai 1935.

  7. Puisqu’on me demande mon humble avis, il est ici : http://fikmonskov.wordpress.com/2012/11/19/femen-civitas-ce-quon-sait-ce-que-jen-pense/

    Le débat en commentaire est aussi intéressant.

  8. Au point où nous en sommes, dans l’extrême péril racial, biologique, en pleine anarchie, cancérisation fumière, où nous enfonçons à vue d’oeil, stagnants, ce qui demeure, ce qui subsiste de la population française devrait être pour un réel patriote infiniment précieux, intangible, sacré.

    Louis-Ferdinand Céline, L’Ecole des cadavres, 1938.

  9. en même temps, que la mère fourest se prenne une bonne torgnole de temps à autre n’est pas si ennuyeux

  10. « L’idéal aurait été que ces mêmes familles avec gamins aspergés de gaz se précipitent déposer une main courante dans le premier commissariat venu  »

    Ca a été fait, la Crevette. Le PV est en ligne. C’est d’ailleurs l’occasion de se rendre compte de l’orthographe et de la culture désastreuse du gendarme contemporain.

  11. « Ca a été fait, la Crevette. Le PV est en ligne.  » :
    Ah là ça peut devenir intéressant…

  12. Ben vous. Je ne peux plus supporter les gens qui, calés dans leur fauteuil, critiquent ceux qui agissent.

  13. Mais bien sûr. « Agir » est une valeur en soi. Celui qui « agit » est un saint, et il est scandaleux de le critiquer.

    Donc ceux qui critiquent Hitler sont méprisables, ceux qui critiquent Staline sont méprisables, ceux qui critiquent Sarkozy sont méprisables, ceux qui critiquent Breivik sont méprisables, etc.

    D’ailleurs, celui qui critique est par définition « calé dans son fauteuil », et il « n’agit » jamais, lui.

    D’ailleurs, critiquer, ce n’est pas « agir ». C’est différent.

    Tabasser des femmes à poil, ça c’est de l’action.

    • Tout à fait d’accord avec Robert. Si agir c’est passer pour un genre de fasciste homophobe tabasseur de femmes alors non merci, je suis bien mieux dans mon fauteuil à critiquer ceux qui pensent « agir » alors qu’en réalité ils ne font que donner raison à leurs détracteurs.

  14. Bon.

    Le jour où une Femen kamikaze bardée de ceintures de dynamites se précipitera sur des manifestants pour provoquer une monstrueuse boucherie avec jets d’hémoglobine à profusion et chapelets de viscères ad hoc, faudra bien se résoudre à lui loger une balle dans la tête avant qu’elle n’actionne son détonateur.

    Mais nous n’en sommes pas encore là.

    Pour l’instant.

  15. Vous voyez en matière de communication, je crois que nous avons beaucoup à apprendre des muzs. Eux, lorsque quelqu’un les contrarie, ils le tuent. Et ça leur réussit bien. Ils sont devenus intouchables, et nos médias les entourent de tous les respects. ça, c’est de la com.

    Mais j’ai tort. J’ai trop tendance à oublier le fameux précepte de Jeanne d’Arc : « Les hommes d’armes critiqueront et Dieu donnera la victoire. »

  16. Oui, vous avez tort. Vous êtes superstitieux, partisan, vous manquez de discernement.

    Maintenant, si vous pensez avoir tant de leçons à prendre des musulmans, pourquoi ne vous convertissez-vous pas à l’islam ? C’est possible. L’islam n’est pas raciste. L’islam admet tout le monde. La voie vous est ouverte.

    Convertissez-vous, et vous pourrez, vous aussi, intimider, menacer, faire peur, tuer vos adversaires.

    Puisque tel semble être votre idéal.

    Note : tuer ses adversaires, ce n’est pas seulement de la « communication ». Tuer, c’est un meurtre.

  17. « Maintenant, si vous pensez avoir tant de leçons à prendre des musulmans, pourquoi ne vous convertissez-vous pas à l’islam ? C’est possible. L’islam n’est pas raciste. L’islam admet tout le monde. La voie vous est ouverte. »

    J’y réfléchis.

  18. Au fait, pourquoi superstitieux ? Tout le reste, je veux bien mais superstitieux je ne vois pas.

  19. Superstitieux, parce que vous invoquez Jeanne d’Arc.

    J’avoue que je fais une hypothèse assez rapide, en vous assimilant à une frange catholique française qui elle aussi, justifie la violence inutile contre les Femen, divise le monde en amis et en ennemis, et a une conception superstitieuse de la religion catholique (c’est à dire fausse, naïve, sectaire) qui la conduit, par exemple, à un anti-sémitisme rabique.

    Pour être clair : je ne vous accuse pas d’anti-sémitisme, j’assimile simplement le chemin qui mène certains catholiques à l’anti-sémitisme de conviction, de principe, d’explication du monde, à celui qui vous mène de Jeanne d’Arc à la justification du bastonnage des Femen.

  20. « Superstitieux, parce que vous invoquez Jeanne d’Arc. »

    Ah, non ! Ah, non ! Là, ça vaut pas ! Je n’invoque pas Jeanne d’Arc, je la cite. J’ai le droit de citer un personnage historique, quand même. Et en plus, c’est un détournement de citation.

    Mais je ne peux pas débattre avec vous, Marchenoir. Vous êtes trop fort pour moi, et je suis très déprimé. Je vous déclare vainqueur par KO. Maintenant continuez sans moi, laissez-moi mourir ici.

  21. Il me semble que critiquer la « com » du service d’ordre de Civitas est une mauvaise idée, tout simplement parce qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu étant donné des circonstances particulières. Visiblement ils n’avaient pas prévu d’être tant « au contact » avec des femmes à poil et balançant un jet supsect sur des gosses. Médiatiquement, ils ont perdu, mais dans la réalité ils n’avaient pas d’autre choix que d’éjecter les agresseurs. J’ajoute qu’ils auraient perdu médiatiquement de toute façon. Il est fort étrange d’oser dire que le service d’ordre a tabassé des femmes, alors qu’il s’est contenté de repousser un agresseur venu au contact.
    Ce qui est dommage, c’est que Civitas ne retiendra pas la leçon, parce qu’en effet ses troupes et ses leaders ne sont pas très malins, contrairement par exemple à Frigide Barjot. Mais déposer une main courante ne constitue certainement pas une réponse adaptée. Et je le dis une dernière fois : si n’importe qui vient balancer un truc suspect sur l’un de mes gosses, même si c’est une femme de 90 ans en chaise roulante, je lui pète la gueule sans états d’âme, et tant pis s’il y a des caméras.
    (et cela n’a rien à voir avec de la forfanterie, c’est une simple question de réflexe).

  22. Je suis entièrement en accord avec Marco-Polo, je pète la gueule à quiconque agressera mes gosses.

    Pour les musulmans, ils ont compris qu’en égorgeant le premier contrevenant qui manifeste, les suivants fermeront leurs gueules, 1er principe des totalitaires.

    Pour paraphraser Zanini

    Tu veux ou tu veux pas, si tu veux tant mieux , tu vivras si tu veux pas tant pis, tu crèveras.

    Dîtes moi mon cher Bob quel est votre position sur les falaschas , noir et juif.

  23. Pingback: Le grand n’importe quoi « Noix Vomique

  24. Dîtes moi mon cher Bob quel est votre position sur les falaschas, noir et juif.

    Décidément, les nègres vous obsèdent, Grandpas. Un peu nombriliste, peut-être ?

  25. Je me suis fait la même réflexion en voyant les infos. Pas plus loin que le bout de leur nez. Pour l’argument de l’esthétique, il eut été recevable si civitas ou Gus les avaient attrapées, mise ventre sur leurs génois et dûment fessees en public. La ça aurait eu de la gueule.

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s