Tout s’explique, en fait vous voulez perdre.

Mon billet d’hier sur les Femen et Civitas a, semble-t-il, fortement déplut. Au-delà des commentaires négatifs de gens fort estimables, c’est surtout grâce au système de notation (les petites étoiles sous le titre des billets) que je m’en suis aperçu. Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu autant de mauvaises notes depuis l’époque où je ne travaillais que pour mes examens de septembre quand je pensais que 10 mois de vacances pour 2 mois de boulot est un excellent ratio.

Alors d’une, pour que ce soit bien clair, je n’en ai vraiment rien à foutre (oui je sais que c’est ironique de dire qu’on en a rien à foutre quand on n’en a rien à foutre mais parfois il faut quand même dire les choses clairement), l’internet est vaste et vous pouvez donc très facilement allez vous faire voir ailleurs si le cœur vous en dit. Accessoirement, la bataille de la famille a été perdue quand les bâtards ont obtenu les mêmes droits que les enfants légitimes, mais ça mérite un billet à part entière.

De deux, ceux qui pensent que Civitas applique les bonnes méthodes ne sont pas autre chose que des adolescents attardés qui aiment à se tripatouiller la nouille en rêvant du jour où il pourront coincer la pornstar pop du moment sans pour autant prendre la peine de laver leurs cheveux gras et de soigner leurs vilaines peaux.

Quand on veut que des gens vous rejoignent, la première des choses à faire est de ne pas se comporter comme le taré du fond de la classe qui semble toujours prêt à fondre les plombs et qui, selon la rumeur, collectionne des crânes de chats.

Alors oui, cela demande certains compromis avec la réalité. On ne peut pas vivre que dans le monde merveilleux de notre tête. Il faut un peu se salir, un peu descendre de son fier cheval blanc pour réussir à convaincre les gens. Ca suppose de comprendre comment notre société fonctionne, quels sont ses symboles et comment les utiliser.

Cela demande de nous départir de notre vision ultra-romantique du combat politique qui, bien qu’esthétiquement réjouissants, nous mène de défaites en reculs depuis des décennies.

Tant que nous ne saurons pas faire ça et surtout que nous ne voudrons pas le faire, nous serons condamnés à la défaite. Et ce sera de notre faute.

Advertisements

41 réponses à “Tout s’explique, en fait vous voulez perdre.

  1. « la bataille de la famille a été perdue quand les bâtards ont obtenus les mêmes droits que les enfants légitimes, « 

  2. Oui c’est vrai… Il n’en demeure pas moins, comme le disait un des commentateurs sur le « billet du délit », que voir des femmes à poils charger avec des gazeuses, même remplies de fumigènes et gazer des femmes, des enfants et des vieux c’est limite, très limite… Pour avoir fait des sécu dans des trucs beaucoup plus tordus, je comprends parfaitement la réaction des gars de Civitas!! Médiatiquement ça pue mais dans les faits on ne peut rien leur reprocher! principe de précaution! :p

  3. comment avez vous su pour mes crânes de chat ?

  4. Je n’ai pas lu l’article précédent mais puisque vous semblez très sensible aux notes j’ai mis un cinq étoiles à celui-ci.
    en espérant vous avoir fait plaisir.

  5. Je plussoie à tout, et j’ai voté pour que ce billet ait plein de petites étoiles (Il n’y aurait pas moyen de remplacer les étoiles par des catapultes ou des koalas?).

  6. Je ne l’aurais pas écrit comme ça (osez dire « bâtard » au dessus d’un berceau, maintenant ) mais c’est vrai.
    Cette fameuse présomption de paternité pour les enfants nés d’un couple, portant le nom de leur père et de tous leurs aïeux mâles, a pris du plomb dans l’aile quand on a pu dire avec certitude, grâce aux analyses de sang, qu’un enfant ne pouvait pas être celui du mari de sa mère. Puis il y a eu le succès des recherches ADN.
    Alors, ce statut l’enfant illégitime, bâtard, adultérin, enfant du péché… devait-il perdurer ? Non, évidemment. Enfin, pas évidemment pour tous. Si on se penche sur le sort des bâtards à travers nos siècles de chrétienté, il y a de quoi avoir la chair de poule. Saint-Vincent de Paul, à sa façon, a donné un coup fatal à une certaine façon de voir les choses : sont bénis l’union et les fruits d’un homme et d’une femme arrivant vierges au mariage, procréant sans faille pour la gloire de Dieu, et maudits ou déconsidérés* les incarnations dégoûtantes du péché, nés d’une fille et d’un homme en proie au démon de la chair. Il est le fondateur de l’aide sociale à l’enfance.
    Dès qu’on a légiféré sur le droit à la reconnaissance par la pension alimentaire et le droit à l’héritage pour les enfants nés hors mariage, en mettant tous les enfants à égalité, on a bien plus esquinté le mariage que tous les pacs et mariages d’homosexuels pourront le faire. Dommage ? Mon avis est que non, si on se place du point de vue du bâtard, qui n’a pas, plus que les autres, demandé à naître.

    *j’ai vu en Bretagne des registres de baptême où l’on inscrivait le nom des enfants illégitimes à la fin du livret qu’on avait retourné à l’envers.

  7. Je me suis fait étriller sur FB pour avoir osé tenu les mêmes propos que vous. Il y a quand même pas mal de tordus incapables de piger qu’il s’agit d’une bataille d’image avant tout et qu’avoir raison ne suffit plus à l’heure médiatique. Bien sûr il s’agit de pures salopes, mais ce sont des femmes qui se sont faites tabasser par quelques débiles en bombers et nuque rase. Pire, des types bien comme il faut s’y sont joints. Sans parler des slogans qui ne peuvent que braquer la majorité, même s’ils sont contre le mariage gay.

  8. Dans l’art héraldique , la barre dit bâtardise existait :La barre est une piéce assez rare, considérée comme de « second ordre » par certains auteurs. Son emploi en brisure est le plus fréquent, souvent comme signe de bâtardise.

    Mais c’était autant des gens de noblesse.

    Morale, mettre des capotes car avec la capote Nestor, t’es pas né,t’ es pas mort.

  9. Dommage ? Mon avis est que non, si on se place du point de vue du bâtard, qui n’a pas, plus que les autres, demandé à naître.

    C’est bien ça le problème. Le point de vue de la compassion n’est pas celui du bien commun.
    On peut légitimement avoir pitié des enfants qui sont condamnés à porter la faute de leurs parents, mais en modifiant leur condition on modifie de fait la condition de tous les enfants et de toutes les familles.
    Pour améliorer le sort des bâtards, on dégrade celui d’innombrables enfants et on crée (ou on contribue à créer) les conditions d’une catastrophe sociale épouvantable.
    La compassion ne devrait jamais, jamais l’emporter sur la raison.

  10. Je ne me crois pas plus malin qu’un autre : l’aréopage des sages de la réacosphère s’étant prononcé en votre faveur, je reconnais volontiers que vous aviez raison et moi tort. Et je n’en ai vraiment plus rien à battre. Le moment est venu pour moi de prendre, vis à vis de la réacosphère, des sujets de société, de la politique et du net en général, de très méritées, très nécessaires, très longues et peut-être éternelles vacances. N’étant ni amiral ni même capitaine, c’est sans honte aucune que j’abandonne un navire qui n’a jamais eu besoin de moi de toute façon.

    • Allons Desdi, vous avez eu un mouvement d’humeur, c’est tout, et tout le monde l’a bien compris.
      Tout cela ne tire absolument pas à conséquence.

    • Oh Desdi !! ça me fait de la peine de vous voir aussi malheureux.
      On comprend que les actions ridicules, laides, stupides, méchantes des semi-nudistes blasphématrices vous aient heurté.

      Mais je pense que si vous avez bien entendu le droit d’être personnellement blessé par ces atteintes à ce que vous considérez comme sacré, vous devriez néanmoins considérer deux choses.
      La première est qu’il semble définitivement admis que le catholicisme ne pourra plus jamais obtenir d’être respecté par tous, car il n’y aura pas de marche arrière. En quelque sorte la messe est dite, mais j’imagine mal que ce « respect » soit la seule chose que vous cherchiez à travers la religion.
      La seconde, plus importante, est qu’on imagine bien que le Christ n’aurait jamais personnellement pu être affecté par des moqueries aussi ridicules.
      Pouvez vous vous le représenter malheureux à cause de choses aussi minables ?
      C’est tout de même une des supériorités du catholicisme si on le compare, au hasard…à l’islam.
      La religion musulmane étant ridicule en elle même, et la vie de son prophète une succession d’actes honteux ou malfaisants, il est logique qu’ils compensent en interdisant toute provocation.
      La religion catholique est au dessus de ça et peut se permettre de ricaner en laissant les blasphémateurs se ridiculiser tous seuls.
      La réponse de dimanche qui a été faite aux provocateur est un véritable cadeau qui leur a été fait.
      Ne jamais faire de cadeau aux ennemis, telle devrait être la première règle.

      • Vous avez sans aucun doute raison, mais moi je ne peux plus encaisser ça. Je n’ai plus la force. Et pour être clair, ce qui m’écoeure le plus, ce ne sont pas les Femens. Ce sont les cathos mainstream. Ils ont intentionnellement brûlé la politesse à Civitas en planifiant leur manif le jour d’avant, alors que celle de Civitas était prévue depuis plus longtemps. Et maintenant, ils sont tous à prendre des airs supérieurs, genre « nous, nous sommes des gens intelligents et raisonnables, pas comme ces nigauds de tradis ». J’en ai vraiment ma claque d’avoir des ordures pour alliés. Le catholicisme mainstream, c’est vraiment la religion la plus dégueulasse et la plus moche qui soit, putain ! Toujours à faire montre d’une compassion infinie pour leurs ennemis, et d’une hostilité infinie envers les défenseurs de l’Eglise. Toujours le même numéro, depuis l’excommunication des membres de l’Action Française en passant par celle de Mgr Lefebvre et jusqu’à aujourd’hui. Parce que l’excommunication, bien sûr, c’est une arme que l’Eglise brandit contre ceux qui ont en quelque chose à foutre, c’est à dire contre ses fidèles. Contre ceux qui égorge des chrétiens de par le monde, l’Eglise se contente de hochements de têtes diplomatiques et de réprobations polies.

        Alors oui, amiral, je préfère perdre que de vous voir gagner.

      • Rehaha. Donc je suis un catho modéré maintenant. Bon… Votre colère vous aveugle un peu. Je veux justement que Civitas gagne et pour ça il va falloir qu’ils fassent autrement. Reposez vous bien, vous semblez en avoir vraiment besoin.

  11. Le temps s’est un peu rafraîchi ces derniers jours… vous ne trouvez pas ?

  12. Aristide: « La compassion ne devrait jamais, jamais l’emporter sur la raison. »
    Mais de quelle « raison » parlez vous ? C’est raisonnable de demander la virginité aux filles pour garantir la pureté de la filiation ? De considérer les enfants nés hors mariage comme des êtres inférieurs en droit ? Vous avez la nostalgie du temps où l’on virait la fille enceinte, où l’on abandonnait les enfants aux portes des églises ?

    • C’est très simple Suzanne.
      En mettant sur le même plan juridique les enfants légitimes et les enfants naturels, on affaiblit inévitablement le mariage, car voir ses enfants reconnus par la loi a toujours été une puissante incitation à ne pas concevoir d’enfants en dehors du mariage.
      En mettant sur le même plan juridique les enfants légitimes et les enfants naturels on encourage de facto les naissances hors mariage, l’adultère, le divorce, bref on favorise la désintégration de la cellule familiale.
      Or les naissances hors mariage, les divorces, les familles recomposées, etc. ont des conséquences désastreuses, d’abord sur les enfants et ensuite sur la société tout entière.
      Par conséquent, pour améliorer la situation des bâtards, ont dégrade la situation de tous les autres enfants.
      Je suis capable autant qu’aucun autre de comprendre l’hypocrisie qui peut s’attacher aux conventions du mariage, je suis capable autant qu’aucun autre d’avoir pitié de la situation des filles-mères ou des enfants adultérins.
      Personnellement j’ai plutôt bénéficié de l’actuelle liberté des mœurs et je n’ai la nostalgie de rien du tout car la perfection n’est pas de ce monde.
      Mais je dis que lorsqu’on légifère on ne devrait jamais laisser les détresses individuelles nous cacher les conséquences à long terme de nos actes.
      Cette compassion à courte vue est en réalité une grande cruauté.
      Si l’on ne comprend pas qu’il est certaines souffrances qu’il ne faut PAS chercher à soulager, on ne devrait jamais se mêler de politique.

      • Oui, Aristide, j’entends bien.
        Cependant, c’est déjà fait.

      • Ce qui a été fait peut être défait. Ou aggravé.

      • Aristide, cela pourrait être défait, maintenant ? Cela me parait invraisemblable.
        Et pas souhaitable du tout, à mon avis, vous l’aurez compris. (mais ils parlent de quoi, les autres, ici, alors qu’on discute de choses sérieuses, hein ?) ?

      • Non Suzanne, je ne crois pas que cela en particulier puisse être défait demain ni après-demain. Mais cela peut être aggravé, par exemple avec le mariage homo. Et à l’inverse on peut toujours espérer faire prendre conscience un jour que le droit de la famille est allé beaucoup trop loin dans le sens de la « libéralisation ».
        Tout dépend de l’horizon temporel que vous vous fixez.

      • Bien sûr que cela peut se défaire… Tout semble si figé aujourd’hui, mais regardons un peu le passé, les lois, les conventions, même le plus « sacrées » ont été renversées à un moment ou un autre de l’histoire.
        Il y a cent ans, même pas, imaginer qu’on puisse un jour penser à marier deux hommes entre eux vous aurait conduit à l’asile.
        Or, contrairement à la gauche dogmatique, nous voyons bien qu’il y a la évolutions dans les idées du temps et que cela n’est pas « progrès » dans le sens où il n’y a pas une « marche en avant continue vers un avenir radieux », et que si l’on a pu dire « vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » on peut toujours dire « vérité incontestable aujourd’hui, erreur hier ou demain » surtout dans le domaine des normes sociales.

        Une monarchie absolue, une économie basée sur le « laissez-faire » le plus complet, avec hiérarchie de castes et des races, et religion d’État imposée à tous est tout à fait possible en France à l’avenir, quoi qu’on puisse en penser en observant les idées du jour. Ou du moins pas moins improbable que ce que notre société laïcarde et islamo bienviellante, socialo-corporatiste, avec une pseudo démocratie, 15% de chomeurs et près de 60% du PIB en dépenses publiques et près de la moitié des enfants « colorés » (mais société contente d’elle même) aurait paru aux yeux de n’importe quel Français de 1950…

      • Ce que vous dîtes est très intéressant, Aristide. Mettez-vous sur le même plan les enfants naturels d’un même couple et les enfants légitimes de ce même couple nés après mariage ? ou faites-vous une différence ?
        sinon je comprends bien pour le cas adultérin. Mais dans ce cas on ferait quoi 50 % pour l’enfant illégitime ? parce qu’il peut avoir l’héritage de son père mais aussi celui de sa mère ?
        Je vous remercie vous et l’Amiral pour cette remarque très stimulante.

        En l’état des faits, tout est bloqué http://fr.wikipedia.org/wiki/Filiation_l%C3%A9gitime mais cela peut bien entendu être défait.

      • On se retient un peu. Je vous promets un billet sur le sujet sous peu.

  13. Ils sont bien ces p’tits gars :

     » Les Tièdes.
    Les cathos ont perdu absolument toutes les batailles depuis 40 ans mais continuent à s’en tenir aussi joyeusement que rigoureusement aux mêmes méthodes et aux mêmes mots d’oredre : « surtout pas de politique ! », « de la nuance et de la mesure ! » » « pas de radicalité ! »
    (…)
    J’aimerais pouvoir dire cela à ce sympathique catholique  » de droite « , sans aspérité et plein de bonne conscience et de volontarisme mou, mais tenant à m’épargner une réponse aussi imbécile que prévisible du type  » Ha oui, parce que c’estpeut-être mieux de péterla gueule à des femmes et de passer pour des fachos ? « , je préfère me borner à le féliciter pour le couragede son annuel acte de résistance, bien convaincu qu’il ne trouvera pas là la moindre trace d’ironie.  »

    Toujours très fin analyste : amoyquechault.over-blog.com

    En plus crâneras, une binouze et une tape derrière la nuque, il devient doux comme un agneau, Serge Ayoub, Troisième Voie, à l’adresse des provocatrices venues du froid :

     » Et oui mesdames, lorsque l’on veut se comporter comme un garçon, il faut s’attendre à être traîtées comme un garçon !  » (YouTube)

    Bernanos enfin, La France contre les robots (1944), Le Castor Astral, 2009. :

     » Dans son évolution vers l’Etatisme, la Démocratie universelle ne nous pardonne pas de proclamerque l’anarchie, c’est à dire l’absence d’ordre, le désordre spontané, vaut encore mieux qu’un ordre perverti; que le désordre, si, j’ose dire, est mille fois moins malfaisant que le désordre de l’ordre. « 

  14. Quelques coquilles, mais ce n’est pas grave, il y a de fins lettrés qui veillent au grain.

  15. La rue de l’affrontement n’était pas barrée par les CRS Pourquoi?

    Ces femens, « nonnes » hystériques, coiffées de cornettes, seins nus, en slip, le corps marqué de slogans déments, attaquèrent en activant leurs extincteurs un cortège de familles avec bébés, enfants …
    Ces femens, au contact,, tapaient avec une belle technique de bagarre de rue.
    Saluons ce Service d’Ordre dont aucun membre n’est monté dans le panier à salade!!! et qui par sa maîtrise n’a provoqué aucun jours d’arrêt de « travail » pour ces « professionnelles »
    Bien sûr ce sont « les enfants de Marie » qui assure le Service d’Ordre des processions de l’archevêché.

    De toute manière les médiats vous donneront toujours tort.

  16. « La rue de l’affrontement n’était pas barrée par les CRS Pourquoi? »

    Les Femen se sont introduites habillées dans le cortège, et se sont déshabillées en défilant. Le barrage de telle ou telle rue n’aurait rien changé.

  17. Je crois que l’on confond deux choses bien distinctes.
    D’un côté, la réaction particulière d’un service d’ordre dans une situation imprévue et violente.
    De l’autre, l’attitude qu’il convient d’avoir, en théorie et en général, en matière de médias.
    Il est bien clair qu’il faut soigner l’image, ne pas tomber dans les provocations, etc. Mais Cela n’enlève rien au fait qu’il était inévitable que le service d’ordre, ce jour là, réagisse comme il l’a fait. On ne peut pas laisser à proximité de gosses des hystériques à poil, armées de mousse puante (ou d’un truc louche) et hurlant des insanités, sans rien faire.
    D’une manière générale, je ne crois pas que Civitas se balade en bande dans les rues pour terroriser les gens, non ? Donc où est exactement leur erreur stratégique ?
    Il est bien clair en revanche que la police avait ordre de laisser les choses dégénérer.
    Alors que faire ? Pour éviter ces débordements, le mieux serait-il de ne pas manifester ? C’est la seule conclusion logique de votre papier, Amiral.

    (Quant à moi je ne savais même pas que l’on pouvait cocher quelque chose et attribuer des étoiles. Maintenant que je le sais, je clique sans tarder sur la note maximale !)

    • Mais pas du tout… Je dis qu’il faut de la formation justement. Ensuite, avec un peu d’entrainement il est assez aisé d’immobiliser quelqu’un sans le blesser et de forcer les types à poils ras à se tenir correctement ou dégager.

  18. « Toujours très fin analyste : amoyquechault.over-blog.com »

    Non. Amoy Que Chault est un garçon visiblement perturbé psychologiquement, qui n’arrive pas à concrétiser auprès du sexe opposé, qui en fait une théorie politique, et qui n’arrive pas à décider s’il est marxiste ou d’extrême-droite. Il soutient Casapound qui lui-même soutient les « Palestiniens ».

    Cela étant, il fait effectivement quelques observations intéressantes sur le terrain, mais ça ne suffit pas à racheter des phrases aussi stupides que :

    J’aimerais pouvoir dire cela à ce sympathique catholique » de droite « , sans aspérité et plein de bonne conscience et de volontarisme mou, mais tenant à m’épargner une réponse aussi imbécile que prévisible du type » Ha oui, parce que c’est peut-être mieux de péter la gueule à des femmes et de passer pour des fachos ?

    On attend toujours les propositions concrètes d’action politique catholique du camarade néo-marxiste et néanmoins d’extrême-droite Amoy Que Chault. C’est bien de fustiger les « mous » et les « tièdes » qui « ne font rien » (si le mouvement contre le mariage homosexuel n’est « rien » politiquement, alors j’aimerais bien qu’on me dise ce qui serait « quelque chose »), mais ce genre de lamentations seraient plus crédibles si leurs auteurs nous disaient ce qu’ils ont en tête : casser la gueule à des Femen ? mettre des bombes à l’Elysée ? autre chose ?

    Juste pour qu’on comprenne, hein.

    • Le coup des Femen était préparé et téléguidé, et de mon point de vue, à un très haut niveau de l’Etat, parfaitement connu. La DCRI, étrangement sacralisée dans un Etat qui se prétend laïque, savait ce qui se tramait, a fermé les yeux et laissé faire. L’art de manipulé la masse passe par ce genre de coups fourrés. Aussi il n’était pas étonnant de voir les médiats convoqués comme par hasard à l’endroit ad hoc de la provoc… L’idée du pouvoir étant de tordre le coup à toute contestation remettant en cause son projet mortifère. Belkacem était sans doute chargée de piloter la manipulation avec l’idée en tête, elle ne s’en est d’ailleurs pas cachée, d’interdire les plus radicaux en cas de dérapage.

      Le coup a malgré tout échoué je crois, trop stupidement grotesque, trop caricatural, trop attendu.

      Je ne juge pas Civitas, je serais bien en peine de le faire, moi qui suis si éloigné de leur monde, ,j’essaye de comprendre. Ralentir le grand métissage, voulu et organisé par les élites mondiales, voilà mon unique objectif. Je continue de penser que la religion catholique ne constitue qu’un rempart bien médiocre face au déferlement basané des sémites vindicatifs. Je ne suis absolument pas convaincu que les formes policées en matière de contestation présentent un grand intérêt. Je ne suis pas non plus convaincu par l’emploi de la violence. J’ai passé l’âge des élans romantiques, cruciaux dans la construction d’un individu. Dans le dernier espace de liberté qui nous reste, il est essentiel de révéler le dessous des cartes, et c’est déjà beaucoup.

      Le bateau France coule, ce pays est foutu comme dirait l’autre, pétri qu’il est de religion des droits de l’homme, immanquablement mortelle pour la race blanche qu’il s’agit de préserver.

      Nous vivons là, l’une des péripéties habituelles fomentées par un Etat aux abois, qui cherche à nous distraire de ce qui est fondamental à notre survie.

      Felix qui potuit rerum cognoscere causas… Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses.

      L’histoire appartient à ceux qui la font. Nous ne la ferons que les yeux ouverts.

      Cordialement.

  19. Cela n’enlève rien au fait qu’il était inévitable que le service d’ordre, ce jour là, réagisse comme il l’a fait.

    Ce n’est pas le service d’ordre qui s’est livré à des violences. Le service d’ordre a fait correctement son travail, et a tenté de calmer le jeu.

    Les violences inutiles ont été le fait d’un groupe d’une dizaine de fachos distincts du service d’ordre.

  20. « Les violences inutiles ont été le fait d’un groupe d’une dizaine de fachos distincts du service d’ordre. »
    Ah bon, j’ignorais. C’est donc que la chose est bien compliquée alors.

  21. Lorsque la maréchaussée barre une rue, le quidam ne passe qu’avec une bonne raison.
    Les Femens ne sont pas sorties du cortège.
    Elles ont attaqué de l’extérieur le cortège des familles.
    .

  22. J’ai lu le contraire dans des témoignages qui semblaient dignes de foi. Peut-être chez Fikmonskov, qui a fait une bonne recherche sur ce qui s’est réellement passé.

    • Dans ce cas particulier, je ne sais pas…
      Mais il est certain que cela semble être la « tactique recommandée » dans les manuels d’agit-prop des gauchistes en tout genre aujourd’hui. Surtout dans les trucs « anti-chrétiens ». J’ai déjà vu cela trois ou quatre fois. Les « militants » déguisés s’infiltrent dans la manifestation, le lieu visé, et à un signal précis se déchainent depuis le milieu de leurs cibles…
      Mais là, les pseudo voiles/cornettes auraient été difficiles à dissimuler même sous un grand imper.

      • Robert Marchenoir

        Les pseudo voiles/cornettes auraient été difficiles à dissimuler même sous un grand imper.

        Mais non. Il suffit de les mettre dans un sac, et de les sortir au signal.

  23. Fikmonskov écrit dans blog :
    « C’est donc au sein (gag) d’une manifestation familiale et bon-enfant que les Femen ont débarqué »..

  24. « Rehaha. Donc je suis un catho modéré maintenant. »

    Je ne sais plus trop, en fait. Là, dans ma tête, je vous ai mélangé avec Fikmonskov et quelques autres pour obtenir une seule figure du Mal absolu. Forcément, comme vous êtes fusionnés, je ne sais plus trop quel élément appartient à qui, à l’origine. J’y gagne en simplicité mentale mais je crois que j’y perds en lucidité.

  25. Pingback: Tout s’explique, en fait vous voulez perdre. | Temps de réaction | Scoop.it

à votre humble avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s