Archives quotidiennes : 29 novembre 2012

Le véritable héritage du gaullisme ?

C’est la dernière fois que je parle des malheurs de l’UMP, promis, mais j’ai envie de partager cette réflexion avec vous. Après on pourra se remettre au catapultage de koalas vaselinisés et autres perversions plus ou moins champêtres.

On savait déjà que de Gaulle nous avait légué une droite socialiste avec capitalisme d’état, copinage incestueux entre grands patrons et politique et la corruption qui va avec. Une certaine idée de l’Etat quoi…

On savait aussi que la manne de de Gaulle est en permanence invoquée par des gens qui n’ont pas la moindre idée de ce que ça veut dire mais qui savent que cela permet de touiller l’eau boueuse qui stagne dans la tête de l’électeur moyen. Ainsi, ils brouillent ça compréhension tout en s’assurant un réflexe pavlovien grâce à l’image d’Epinal du bon résistant à une hydre disparue depuis des lustres. Le gaullisme n’est même plus une idée, c’est une marque. C’est comme si Marc Dorcel se mettait à produire des tabourets.

Ce qu’on sait un peu moins, ou qu’on invoque que rarement en tous cas, c’est que le seul héritage du gaullisme encore vraiment vivant chez les « gaullistes » c’est la fourberie, le machiavélisme, la traitrise érigée en système et la froideur de la lame tranchant la gorge de l’ami devenu encombrant. Les nains actuels qui veulent mener nos vies ont bien appris leur leçon : la politique n’est pas un truc propre.

Seulement, il leur manque quand même quelque chose. De Gaulle savait draper ses bassesses dans la plus belle étoffe pour persuader qu’elles étaient nécessaires à la grandeur de la France. Les malfaisants de l’UMP, eux, sont incapables de cacher la véritable nature de leurs manigances odieuses. Ils ont renouvelé les perfidies mais pas le paravent de dignité qui n’est plus qu’une loque montée sur du bois vermoulu et qui ne cache donc plus rien.